La nécessité de la conduite du changement

Lors d’une transformation interne, qu’elle soit d’ordre métier ou liée au SI, les étapes projet de communication et de formation sont nécessaires, et à ne pas négliger au travers de leur animation.

Les enjeux… l’appropriation par les futurs Utilisateurs, l’adhésion des futurs Utilisateurs, le succès du projet, la rentabilité de l’investissement dans la transformation, le fleurissement d’initiatives ou d’optimisation pour le nouveau processus ou le nouvel outil SI (dixit la cible), etc.

Les deux grands moyens de la conduite du changement

La communication nécessite de respecter quelques règles de l’art pour le besoin de sa mise en œuvre choisir le « bon » message, le « bon » support de diffusion, et les « bons » Interlocuteurs (les « Destinataires » du message) à l’instant « t » du projet. Ces trois choix sont liés et interdépendants.

Ce principe s’applique à chacune des étapes projet, voire à chacun des chantiers « phares » ou structurants à un moment donné du projet. Selon la culture de l’entreprise, la communication est animée par le sous-traitant ou la Direction Communication Cliente.

La formation… la stratégie de formation, tout comme celle de la communication, implique d’agir avec un minimum de méthode. Il est utile d’évaluer les compétences existantes des Interlocuteurs opérationnels impactés par le projet. Après une analyse de l’écart de compétences par rapport à la cible, les actions de mise à niveau sont définies et planifiées. Les moyens de formation sont variés (ex : e-learning, formation en présentiel, supports, MCD, Acteurs-Relais), et doivent inclure la possibilité d’un accompagnement plus fin (ou de proximité) et une étape d’ajustements.

Une mauvaise conduite du changement représente l’un des plus importants facteurs d’échec d’un projet.

Le dernier Rapport établi par KPMG, relatif aux plus grandes causes d’échec d’un projet, relate que 19% de ces causes sont dus à un défaut de communication, que 18% résultent d’une non implication de la population concernée (dixit l’action de communication).

Juste un rappel… la conduite du changement touche l’humain. Elle demande donc une attention particulière.

Evolution et conduite du changement

Combien êtes-vous à avoir subi un changement, et non à l’avoir accueilli, voire à s’y être impliqué ?

Combien êtes-vous à pester sur telle ou telle mesure de changement ?

Et… dans le cas d’un scénario de transformation déjà négatif à l’origine, par expérience, même lors d’une mesure impopulaire, la conduite du changement a du bon. Elle vous permet d’être informée correctement et de couper court à tous « les bruits », voire d’être l’un des Acteurs pour mieux appréhender l’objet de la transformation, de s’approprier ce-dernier, et d’en jouer pour mieux le vivre dans son quotidien.

A vous de choisir votre position.

Sandrine
Consultante Ankaa Engineering®
Professionnelle de 20 ans en Management de la fonction Achat et en Conseil organisationnel et de transformation, Sandrine a travaillé au sein d’environnements multiculturels, aux côtés d’équipes pluridisciplinaires.
Elle a exercé aussi bien auprès de grands Groupes que de PME-PMI, lui permettant ainsi d’approcher des problématiques différentes, des modes de fonctionnement hétérogènes, des circuits de décisions variés, des priorités et enjeux originaux.
Le parcours à dominante industrielle de Sandrine, lui a donné la possibilité de développer certaines compétences dont quelques-unes la distinguent ; telles qu’une double compétence métier, une bonne capacité d’adaptation, un fort sens du résultat et du service, une grande pratique de méthodes et outils métiers.
Ses domaines de prédilection :

Strategies achats – Optimisation de processus – Organisation – Methode
Sourcing, negociation, contractualisation
Pilotage de projets et changements – Evaluation sous KPI
Perimetres internationaux, Gestion simultanee, Management transverse