Le délirant projet d’un smartphone adossé à sa propre cryptomonnaie

Certains d’entre vous se remémorent peut-être le Solarin, un smartphone Android ultra-sécurisé à 17.000 dollars (dans sa version or). Lancé en juin 2016 par la société Sirin Labs, ce téléphone n’a pas fait beaucoup de vagues. D’après les calculs de TechCrunch, il s’en est vendu entre 700 et 750 exemplaires. Ce qui n’était visiblement pas suffisant car, en mars dernier, un tiers des effectifs a été licencié. Pas folichon comme résultat.

Mais chez Sirin Labs, on n’est jamais à court d’idées. L’entreprise vient de présenter sa prochaine révolution mobile : un smartphone Android ultra-sécurisé à 1000 dollars et doté… de sa propre cryptomonnaie.

Baptisée « Sirin Labs Token » (SRN), elle serait le support d’un écosystème propre à ce smartphone. Elle permettrait aux utilisateurs d’acheter des applications et des services dans le D-AppStore, une boutique dédiée qui sera créée par Sirin Labs mais « gérée par la communauté dans une approche décentralisée ». L’avantage, selon le fournisseur, c’est que les développeurs n’auraient aucune commission à payer (contrairement à Apple ou Google qui demandent 30 %) et ne seraient soumis à aucune censure.

Mais ce n’est pas tout. Le SRN permettrait aussi aux utilisateurs d’échanger entre eux ou avec des équipements tiers des services et des ressources physiques : stockage, réseau, capacité de calcul, charge électrique, etc. Un utilisateur pourrait ainsi « être payé pour partager sa connexion data mobile avec un touriste qui se trouve à côté et qui est en train de visiter son pays », peut-on lire dans un livre blanc. A condition, évidemment, qu’il dispose également d’un smartphone compatible. Ce partage se ferait en toute sécurité, grâce à des technologies de virtualisation qui permettent de séparer clairement les ressources privées et partagées.

Comme le SRN sera le nerf de la guerre de tout ce mécanisme, le smartphone – qui s’appellera « Finney Smartphone » en hommage à Hal Finney, un pionner de la blockchain – disposera de son propre portefeuille cryptographique, implémenté de manière physique dans le terminal pour éviter tout piratage. Ce portefeuille supportera également d’autres cryptomonnaies, telles que bitcoin, ether, litecoin, dash, zcash, etc.

Une levée de fonds avec de la monnaie de singe

Le seul problème, c’est que tout cela est pour l’instant totalement virtuel. Pour financer ce beau projet, Sirin Labs compte s’appuyer sur une levée de fonds par émission de SRN (une ICO dans le jargon). L’objectif est de récolter au moins 50 millions de dollars (!), le minimum selon Sirin Labs pour créer le Finney Smartphone. Si l’entreprise reçoit 75 millions de dollars, elle développera un second terminal ultra-sécurisé, à savoir le « Finney PC », un ordinateur de bureau tout-en-un qui sera lui aussi rattaché à la blockchain SRN et qui pourra partager ses ressources. Son prix prévisionnel : autour de 800 dollars.

Petite précision : le smartphone et le PC ne pourront être achetés qu’avec la monnaie de singe du fournisseur. Logique.

Que faut-il penser de tout cela ? Investir 1000 dollars dans des SRN, une cryptomonnaie qui n’est utilisée par personne, pour espérer pouvoir acheter un jour un smartphone qui n’existe pas encore, cela représente un risque que peu d’utilisateurs seront prêts à courir. D’autant plus que les innovations fonctionnelles ne nous semblent pas très attrayantes. Le partage de ressources entre utilisateurs de smartphone n’est pas, à ce jour, une demande criante auprès des consommateurs.

Précisons, par ailleurs que tout cela ne peut fonctionner qu’avec un nombre important d’utilisateurs. S’il n’y a que 700 acheteurs comme avec le Solarin, l’écosystème ne décollera pas. Et la valeur du SRN, sans doute, plongera. C’est donc vraiment un gros pari.

Source : http://www.01net.com/actualites/le-delirant-projet-d-un-smartphone-adosse-a-sa-propre-cryptomonnaie-1266199.html

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.