On a testé l’Argus de Reolink, la petite caméra de surveillance (vraiment) sans fil

Avec l’Argus, le constructeur Reolink tente de se distinguer de ses concurrents dans le monde des caméras personnelles de surveillance. L’atout de ce modèle Wi-Fi est d’être totalement sans fil puisqu’il est alimenté par piles (quatre de type CR123A qui sont fournies).

Ce choix constitue à la fois un avantage et un inconvénient. L’avantage est que l’on peut vraiment placer cette petite caméra n’importe où (en intérieur ou même en extérieur grâce à sa certification IP65) sans avoir besoin de se préoccuper de la présence d’une prise de courant.

Le premier inconvénient est qu’il faudra prévoir un budget d’environ 12 euros pour remplacer les quatre piles ou opter pour des accus rechargeables (et investir dans un chargeur). Le second bémol est que le format choisi s’avère moins courant que le AA ou le AAA. Cependant, Reolink insiste sur le fait que sa caméra n’est pas prévue pour filmer constamment, mais plutôt en cas d’intrusion, ce qui permet de ne pas avoir à changer les piles trop souvent (jusqu’à 6 mois d’autonomie en veille). Tant mieux car l’ouverture du boîtier n’est pas très pratique.

Livrée avec deux socles

Outre les quatre piles, l’Argus est livré avec deux socles pour une utilisation en intérieur ou en extérieur. Grâce à une fixation magnétique, il est très facile d’orienter la caméra quand elle est placée en intérieur sur son socle.

Très facile à configurer

La mise en route s’effectue simplement en installant l’appli Reolink sur son smartphone (iOS ou Android) et en scannant avec le capteur photo le QR code placé au dos de la caméra. La dernière étape consiste à transmettre à la caméra les informations (nom et mot de passe) sur le réseau Wi-Fi que l’on souhaite utiliser (bande des 2,4 GHz uniquement, ce qui exclut les réseaux 5 GHz).

L’Argus délivre une bonne qualité d’image de jour comme de nuit (des diodes infrarouges se déclenchent automatiquement pour les photos de nuit) et l’appli dispose d’un mode pour prendre une photo ou une vidéo qui est alors stockée sur le smartphone. En revanche, nous regrettons qu’il ne soit pas possible d’accéder à la caméra depuis un navigateur Web, par exemple en allant sur le site du constructeur.

Alarme par notification, voire par mail

La fonction le plus importante est le capteur de mouvement qui utilise la technologie infrarouge (PIR) pour alerter l’utilisateur en cas d’intrusion. Il se révèle plutôt efficace à condition de bien placer la caméra mais ne permet pas de spécifier une zone précise dans l’appli. Reolink a prévu l’envoi de notifications et même d’un courrier électronique (jusqu’à 3 destinataires) avec une photo comme preuve. Notons que cette dernière s’effectue directement au niveau de la caméra, sans passer par l’appli. Le constructeur a également prévu une fonction qui permet de spécifier des jours et des heures précises pendant lesquelles la surveillance est active.

En cas de mouvement, l’Argus peut enregistrer automatiquement une vidéo 1080p mais il faut au préalable insérer une carte microSD (non fournie) dans le logement situé sur le côté du boîtier.

Dommage que Reolink ne propose pas d’enregistrement de type Cloud, qui permet d’accéder aux photos et aux vidéos même si la caméra est volée.

Enfin, l’Argus dispose d’un micro et d’un haut-parleur pour converser à distance via l’application. Hélas, le haut-parleur manque de puissance et il faut s’approcher très près de la caméra pour entendre ce que dit son interlocuteur.

Source : http://www.01net.com/tests/on-a-teste-l-argus-de-reolink-la-petite-camera-de-surveillance-vraiment-sans-fil-5786.html

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.