PCA PRA PCI PRI et PCC = SOS

Nombre d’amalgames sont faits lorsque sont abordés les plans de continuité d’activité, de reprise d’activité, de continuité informatique…
Tentons de clarifier les éléments de vocabulaire.

PCA : Haute disponibilité de la production

Le Plan de Continuité d’Activité (PCA) définit pour l’entreprise les architectures, les moyens et les procédures nécessaires pour assurer une continuité de son activité.
En cas d’incidents, de toute taille et toute nature, l’activité des métiers n’est pas interrompue.
Nous retrouvons ici la mise en oeuvre d’équipements, de procédures qui garantissent la continuité d’activité comme par exemple un système de production électrique en cas de défection du fournisseur d’énergie, des lignes de production « clonées » pour garantir la poursuite de fabrication en cas d’arrêt machines inopinés.

PRA : Reprise en cas de sinistre

Organisation palliative en cas d’absence de PCA, ou élément complémentaire du PCA, le Plan de Reprise d’Activité (PRA) est l’ensemble des processus qui permettent de repartir après un sinistre. Bien souvent sont définis des modes dégradés qui permettent à l’entreprise de redémarrer son activité, dans des locaux de transition, avec des solutions de gestion manuelles. Le sinistre pouvant être la cause d’une dégradation partielle ou totale des outils de production et de gestion. La priorité est de faire repartir les moyens de production ou de service pour reprendre le service client au plus vite et ne pas entraîner d’impacts commerciaux préjudiciables pour la société.

PCI et PRI : Pour les informaticiens

Les directions des systèmes d’information doivent à leur niveau assurer une mise en oeuvre de Plan de continuité et de reprise d’activité informatique.
Pour l’informaticien, d’une part Recovery Time Objective (RTO) qui correspond à la durée nécessaire à une « remise en production » d’un environnement informatique et d’autre part Recovery Point Objective (RPO) qui correspond à la période de données non récupérables, sont parmi les principaux indicateurs.

L’amalgame de terminologie est souvent fait entre métiers et DSI.  PRA et PCA sont utilisés par tous.
Dans l’approche développée chez Ankaa Engineering, nous provoquons une distinction entre les périmètres de responsabilité des métiers et ceux de la DSI.
Nous avons trop souvent rencontré des entreprises dans lesquelles la mise en oeuvre d’un PCA et PRA avaient été transmis à la DSI, DSI qui réduisait à son stricte périmètre de responsabilité son étude et mise en oeuvre de plans.
L’usage de terminologies appropriées apporte une clarification des périmètres et responsabilités.

PCC : L’oublié

Le Plan de Communication en cas de Crise (PCC) est très souvent oublié alors qu’il est essentiel et fondamental.
Deux niveaux sont à considérer :
– L’identification des indicateurs et de leurs  seuils respectifs de déclenchement des PCA, PRA, PCI, PRI (quand doit on activer le(s) plan(s) et comment).
– La diffusion et le contrôle de connaissance des procédures associées aux plans auprès de l’ensemble des salariés et sous-traitants.

La communication en cas de crise aborde en second lieu les besoins éventuels de relations publiques et presse.

Plan SOS

SOS : Le plan général

Selon l’approche méthodologique Ankaa Engineering®, PCA PRA PCI PRI et PCC composent l’ensemble du Suivi Opérationnel de Service (SOS).

Respect des contraintes réglementaires (BALE, SARBANES OXLEY, etc) , priorité aux opérations métier servent de base à l’identification des activités critiques.
A l’inverse d’une approche strictement basée sur le nombre d’appels téléphoniques susceptible d’être reçus par le service support, le serveur à reconstruire ou redémarrer en premier n’est pas celui de la messagerie (Oups !)…mais bien celui qui permet à la production de repartir (GPAO, GC, CRM, etc) et aux factures de ventes d’être émises.

Une analyse de l’exposition aux risques (AMDEC) permet de limiter le périmètre des plans et donc les budgets associés.
Plus l’objectif  de continuité est ambitieux, plus les budgets à affecter aux contournement des risques sont conséquents.

Consultations fournisseurs, aménagements techniques, simulation de crise et rédactions de procédures demandent du temps.
Les processus à activer par les salariés et sous-traitants en cas de crise demandent une organisation de suivi à l’intégration.

Et le travail dans ce domaine est perpétuel…
Chaque changement de processus métier, organisationnel ou réglementaire demandera un contrôle de cohérence du plan en place et un alignement en cas d’écarts.

Gérer un SOS est un vrai métier.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Enfin une clarification simple et logique des termes PCA PRA PCI PRI et PCC trop souvent galvaudés  […]

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.