Articles

SAP lance Grow by SAP, une nouvelle offre cloud pour soutenir les entreprises européennes en hypercroissance

Levallois-Perret, France 28 octobre 2020 SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé aujourd’hui le lancement de Grow by SAP, un package technologique exclusif conçu pour aider les entreprises à forte croissance à accélérer leurs activités de la manière la plus durable possible. Ce kit de démarrage SaaS (Software-as-a-Service) sera proposé sous forme d’abonnement gratuit pendant les six premiers mois pour les sociétés en hyper croissance éligibles au programme ainsi qu’un accompagnement dédié pour s’assurer d’une adoption optimale.

La France compte près de 20 000 startups qui contribuent chaque année à l’économie du pays à hauteur de plusieurs centaines de milliard d’euros. Elle abrite également 10 licornes technologiques – le président Macron souhaite en compter 25 d’ici 2025 – faisant du pays le deuxième plus fournis d’Europe derrière le Royaume-Uni. Toutefois, en raison du manque d’investissement résultant de la pandémie de Covid-19, ces scale-ups sont confrontées à un déficit de financement à hauteur de 1,4 milliard d’euros en cette année 2020. La pandémie renforçant le rôle central de la technologie dans tous les secteurs, la solution SAP donnera à ces entreprises à croissance rapide les outils et les ressources nécessaires pour poursuivre leur développement dans un contexte inédit et leur fournira une plateforme de croissance durable.

Cette offre SaaS couvre toutes les exigences administratives auxquelles est soumise une entreprise, y compris la planification des ressources de l’entreprise (ERP), la finance, les ressources humaines, les déplacements et les dépenses, ainsi que l’analytique. La solution Grow by SAP leur fournit donc tout ce dont elles ont besoin pour atteindre de nouveaux sommets, y compris un accès rapide à une chaîne d’approvisionnement mondiale, une gestion de l’expérience humaine (Human Experience Management HXM) et des fonctionnalités ERP qui tirent pleinement parti du cloud, de l’apprentissage automatique et de l’analytique avancée.

« Nous constatons que les startups font face à des défis considérables et sont confrontées à un écart de croissance à cause de la pandémie de Covid-19 », a déclaré Brian Duffy, président de SAP EMEA North. « Nous croyons plus que jamais que le moment est venu de renforcer notre soutien à ses entreprises  croissance rapide dans leur mission de transformation du monde des affaires.

« Nous avons tous été témoins du rôle vital joué par les scale-ups dans le maintien de l’économie tout au long de la pandémie, et nous sommes convaincus qu’elles sont l’une des clés de notre reprise post-Covid. SAP partage la même vision que ces entreprises, et nous espérons qu’en leur donnant accès à ces technologies, nous les aiderons à prospérer, à promouvoir l’innovation et à exploiter tout leur potentiel. »

Le projet Grow by SAP rejoint la gamme complète de solutions SAP, qui aident les entreprises et les individus à faire face à l’impact de la pandémie de Covid-19. Cette gamme de solutions inclut des solutions permettant de faire face aux perturbations touchant les chaînes d’approvisionnement, d’explorer de nouvelles façons de travailler, d’aider les employés et les clients en leur apportant ce dont ils ont le plus besoin.

Grow by SAP est spécialement conçu pour les organisations étant valorisées plus de 150 millions de dollars dans le cadre des différentes séries de financement, et ce jusqu’à l’IPO. Cette offre est actuellement disponible pour les entreprises basées en France, au Royaume-Uni et en Irlande, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et dans les pays nordiques.

 

Pour de plus amples renseignements sur Grow by SAP, consultez notre site web.

Consultez le SAP News Center. Suivez SAP sur Twitter : @SAPNews. 

A propos de SAP 

La stratégie de SAP vise à aider chaque organisation à fonctionner en “entreprise intelligente”. En tant que leader du marché des logiciels d’application d’entreprise, nous aidons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer au mieux : 77 % des transactions commerciales mondiales entrent en contact avec un système SAP®. Nos technologies de Machine Learning, d’Internet des objets (IoT) et d’analytique avancées aident nos clients à transformer leurs activités en “entreprises intelligentes”. SAP permet aux personnes et aux organisations d’avoir une vision approfondie de leur business et favorise la collaboration afin qu’elles puissent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Nous simplifions la technologie afin que les entreprises puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent – sans interruption. Notre suite d’applications et de services de bout en bout permet aux clients privés et publics de 25 secteurs d’activité dans le monde de fonctionner de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Avec son réseau mondial de clients, partenaires, employés et leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun. Pour plus d’informations, visitez le site www.sap.com.

Contacts presse :

Daniel MARGATO, Directeur Communication : 06 64 25 38 08 – daniel.margato@sap.com
Sylvain Drillon : 06 44 71 35 68 – presse-sap@publicisconsultants.com
SAP Press Room; press@sap.com

Veuillez tenir compte de notre politique de confidentialité. Si vous avez reçu cette alerte de presse dans votre courriel et que vous souhaitez vous désabonner de notre liste d’envoi, veuillez communiquer avec presse-sap@publicisconsultants.com et écrire Désabonnement dans la ligne Objet.

The post SAP lance Grow by SAP, une nouvelle offre cloud pour soutenir les entreprises européennes en hypercroissance appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain

Alors que les collaborateurs commencent à abandonner progressivement cette longue période de travail à distance et à retourner sur leur lieu de travail, les entreprises se demandent à quel moment et de quelle manière il convient de le faire en toute sécurité. Il s’agit d’une tâche essentielle et d’un nouveau défi pour tous, tant pour les employés que pour les responsables des ressources humaines (RH).

Tout d’abord, la santé ainsi que le bien-être des collaborateurs et de leurs familles sont en jeu. Deuxièmement, il existe des risques commerciaux que les employeurs peuvent ne pas prendre en compte, allant du respect de la vie privée au non-respect du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Aux États-Unis, par exemple, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont récemment formulé des recommandations détaillées pour améliorer la sécurité dans les immeubles de bureaux, notamment en contrôlant les températures et les symptômes. Par ailleurs, l’Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) des États-Unis continue de réviser ses lignes directrices aux employeurs afin d’équilibrer le respect du Americans with Disabilities Act (ADA) et des CDC.

Cette situation peut être éprouvante pour n’importe quelle organisation. Nombreuses sont celles qui choisissent d’adopter une longue période de travail à distance avec des horaires flexibles. Les entreprises qui sont implantées dans plusieurs régions se trouvent dans des phases et des environnements très différents. De l’Asie à l’Europe, certaines régions se montrent plus agressives en matière de déconfinement.

La première recommandation que j’adresse aux clients qui envisagent de faire revenir leurs employés au travail en toute sécurité est de commencer par un plan qui intégrera les processus RH. Pour aider les clients de tous les secteurs et de tous les pays à gérer cette transition, SAP a publié les principales mises à jour de la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits Management ainsi que l’application partenaire Guardian by AlertEnterprise.

Une technologie SAP tournée vers l’avenir pour un lieu de travail sûr et sain

Au lancement, la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits avait un cas d’utilisation particulier, comme en témoigne son nom. Cependant, en travaillant avec ses clients pour étendre ses capacités, SAP a découvert de nombreux cas d’utilisation autour du suivi des certificats, des licences, des justificatifs et de bien d’autres choses encore qui sont particulièrement pertinentes aujourd’hui. Grâce à cette solution, les utilisateurs peuvent désormais contrôler le processus visant à faire revenir les employés au bureau tout en automatisant l’application de politiques complexes et évolutives en matière de santé et de sécurité liées au COVID-19 pour mieux protéger les personnes.

En quoi ces outils sont-ils utiles ?

Pour assurer un retour au travail sûr et sain, voici une approche en trois étapes qui vous permettra de démarrer.

Préparation

Grâce à la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits, soutenez le déconfinement tout en minimisant les risques, et gérez les procédures de santé et de sécurité qui encadrent le retour au travail des collaborateurs.

  • Prévoyez pour vos collaborateurs un moyen sûr d’envoyer les documents, comme une preuve de certificat numérique de santé ou des justificatifs, avant leur retour au travail.
  • Suivez les coûts du dépistage. Les fonctionnalités de libre-service permettent aux utilisateurs de remplir et de soumettre des documents afin de réduire le travail manuel.
  • Gérez les renseignements médicaux sensibles des collaborateurs. Par exemple, les lignes directrices de l’EEOC précisent que l’ADA demande que les renseignements médicaux concernant un employé soient stockés séparément du dossier personnel de l’individu afin de limiter l’accès aux informations confidentielles. Autrement dit, au lieu de stocker les nouveaux renseignements médicaux dans SAP SuccessFactors Employee Central, ces informations peuvent être gérées dans SAP SuccessFactors Visa and Permits, ce qui contribue à la fois à sécuriser les données et à protéger les collaborateurs.
  • Réduisez le risque d’encourir de lourdes sanctions financières, comme le non-respect du RGPD en matière de « traitement de catégories particulières de données à caractère personnel ». Respectez les réglementations légales supplémentaires et les règles en matière de confidentialité des données, comme la Health Insurance Portability And Accountability Act ou HIPAA.
  • Configurez les processus de notification, d’approbation, de renouvellement et plus. Les tableaux de bord fournissent un aperçu de la conformité, et les actions en temps réel permettent aux entreprises de gérer en toute confiance leur personnel dans un environnement en constante évolution.
  • En ce qui concerne l’intégration, les entreprises ont la possibilité de simplifier le processus d’embauche afin de traiter les formalités administratives le plus tôt possible pour que les nouveaux collaborateurs puissent commencer à travailler.

Prévention

Faites revenir le personnel non essentiel au bureau en toute sécurité grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Access Governance.

  • Contrôlez le nombre de personnes dans les locaux, gérez l’accès aux sites qui sont temporairement saturés et autorisez de nouveaux modes de travail par roulement
  • Prévoyez un système d’autodéclaration et d’autoattestation avec un rétablissement contrôlé de l’accès au lieu de travail déterminé par la politique. Par exemple, les employés et les visiteurs peuvent s’autoévaluer et vérifier s’ils ont de la fièvre, si quelqu’un dans leur foyer a été déclaré positif au COVID-19, etc.
  • Gérez les contrôles d’entrée au site grâce au libre-service pour les contrôles préalables, comme les contrôles de température, avec l’application de politiques et la gestion de l’accès.
  • Mettez en place des systèmes de badges et de sécurité pour gérer l’accès à l’espace de travail et contribuer à l’application des politiques de l’entreprise, comme avec le retrait automatique de l’accès.

Détection

Minimisez les risques permanents grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Intelligence Tracker et protégez votre lieu de travail.

  • Utilisez les analyses pour suivre les personnes qui ont été exposées au COVID-19 ou qui pourraient l’être. Cette technologie permet de suivre une infection suspecte ou confirmée et de détecter les personnes ainsi que les zones susceptibles d’avoir été exposées au virus.
  • Déterminez les zones exposées pour les mettre en quarantaine ou les assainir. Les zones à haut risque peuvent alors être désinfectées, et les personnes à haut risque peuvent se voir retirer leur accès de sécurité.
  • Prenez des décisions à partir de données concrètes, comme les niveaux d’exposition, les cartes thermiques de localisation, et d’autres analyses de santé et de sécurité.

En ce qui concerne le déconfinement, les clients comprennent qu’il ne s’agit pas de revenir au travail comme si de rien n’était. Ils savent que le déconfinement ne se résume pas à choisir une date pour ouvrir les portes et à distribuer du gel hydroalcoolique. En cette période d’incertitude, ils veulent apprendre à préserver la santé, la sécurité et la sûreté de leurs collaborateurs et clientèle.

Si chacun doit jouer son rôle en assumant une responsabilité personnelle, les employeurs peuvent ouvrir la voie à un retour au travail sûr et sain.

 

Imran Sajid est le directeur international de la gestion du capital humain pour SAP SuccessFactors.

Publié pour la première fois en anglais sur news.sap.com

The post Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

The Low-Code and No-Code Movement Can Transform Your Startup Into Category Leaders

No-code and low-code technologies have been making inroads for years but have never quite delivered on their promise as reliable alternatives to traditional software development for complex, business-critical applications. Then COVID-19 forced a new, expedited timeline for moving analog in-person processes to semi- or fully-automated online ones. At the same time, IT and engineering roadmaps have been thrown out the window as technical teams scramble to adjust to new distributed working conditions while juggling multiple "hair on fire" problems. As a result, operations and business teams have been left with urgent needs for new business applications and scant developer resources, creating the perfect storm for no- or low-code solutions to emerge as the savior of productivity. But decision-makers should be wary of treating these platforms as a panacea to avoid costly failures and lost time.

What Are No-Code and Low-Code Technologies?

To understand how no- and low-code solutions fill the gap between business demand for development and supply of technical resources, it is helpful to understand what those terms mean exactly. No-code platforms allow people with no technical knowledge to stand up complex, cloud-based business applications using simple, drag-and-drop tooling. Relatedly, low-code platforms are also based on the concept of abstraction through pre-built software building blocks oriented towards accelerating time to development by reducing the amount of “original” code that needs to be written in any given application. Perhaps because of their shared DNA, there is a trend towards convergence; as no-code platforms become more powerful and versatile with add-ons and application marketplaces, and low-code platforms build features to require less coding. Given this trend, we can collectively refer to these platforms as Low-code Development Platforms.

Source de l’article sur DZONE

Faire de l’expérience client un avantage concurrentiel

Les clients accordent de plus en plus d’importance à l’expérience qu’ils reçoivent plutôt qu’au prix ou au produit. C’est pourquoi l’expérience client est rapidement devenue une priorité absolue pour toutes les entreprises. En 2020, avec les livraisons à domicile et les mesures de distanciation sociale mises en place en réponse à la COVID-19, les consommateurs sont passés à la commande sur smartphone pour acheter de tout, de la soupe aux noix.

De plus en plus de personnes utilisent des applications mobiles pour faire venir de la nourriture à leur porte. Les consommateurs savent à quel point il est important d’utiliser ces applications, que ce soit dans le confort de leur propre maison ou sur le trajet domicile-travail. Avec des options de personnalisation pour enregistrer leurs préférences, des informations précises sur les prix et des offres à portée de main, les attentes des consommateurs en matière de rapidité et d’absence de friction pour passer leurs commandes n’ont jamais été aussi grandes.

Bien entendu, pour pouvoir offrir une excellente expérience au client à ce niveau, il faut investir dans des technologies et des processus intelligents.

Renforcer les capacités du commerce électronique

Ce n’est pas seulement un dépanneur et un détaillant de carburant typique, mais Casey’s General Stores Inc. (Casey’s) est la cinquième plus grande chaîne de pizzas d’Amérique, avec plus de 19 millions de pizzas servies chaque année. En développant des liens communautaires solides, la marque est intégrée au tissu des petites villes du Midwest, offrant un service de proximité 24 heures sur 24, soutenant des causes importantes et célébrant les héros locaux.

Si la marque a su gagner des adeptes, Casey’s devait faire plus avec ses systèmes de commande et de paiement en ligne. Ils ont été construits sur des logiciels vieillissants qui n’ont pas su suivre le rythme de l’époque, ce qui a eu pour conséquence une expérience client en ligne qui n’était pas à la hauteur de l’essence de la marque, hyper pratique et axée sur la communauté.

Ainsi, dans le cadre de sa transformation numérique, il était non seulement essentiel pour Casey’s de renforcer ses capacités en matière de commerce électronique, mais il lui fallait aussi mettre l’expérience du client au premier plan et répondre plus rapidement aux changements du marché.

Pour ce faire, elle a dû utiliser des technologies intelligentes pour créer une application pratique pour smartphone et un site Web mobile afin de rationaliser les commandes par téléphone portable, ce qui a permis aux habitants de ces villes du Midwest de prendre leurs pizzas préférées très facilement et rapidement. En même temps, dans le but de l’aider à atteindre de nouveaux niveaux de confort, Casey’s a conçu un programme de fidélisation des clients.

citation de Art Sebastian, VP de Casey's

Rationalisation des processus de commande et de paiement

Pour rationaliser le processus de commande et de paiement en permettant aux clients de payer en ligne, Casey’s a déployé les solutions SAP Commerce Cloud et SAP Customer Data Cloud du portefeuille SAP Customer Experience. L’application mobile permet aux clients de passer des commandes de ramassage ou de livraison, de définir une carte de crédit par défaut pour le paiement, de personnaliser les commandes de pizza, de trouver un magasin, de parcourir le menu, de suivre les commandes, de réorganiser les favoris et de vérifier le prix du carburant.

Dans les cinq mois qui ont suivi son lancement, Casey’s a généré environ 65 % de ses revenus numériques grâce à l’application et 30 % supplémentaires grâce au Web mobile.

En lançant son premier programme de fidélité numérique, Casey’s Rewards, sur SAP Customer Data Cloud, Casey’s a organisé les données, le consentement et les préférences des clients et les a reliés directement à ses applications sur SAP Commerce Cloud. D’un seul coup, Casey’s est en mesure de récompenser sa légion de fans avec des offres à valeur ajoutée, tout en l’aidant à mieux connaître leurs besoins – ce qui lui permet en fin de compte de proposer des expériences qui dépassent ces besoins.

Une évolution rapide à l’époque de COVID-19

L’investissement de Casey dans les technologies intelligentes a également permis à ses magasins de rester ouverts pendant la période de COVID-19 et à l’entreprise d’avancer plus rapidement que jamais. Pour répondre aux attentes des clients pendant cette période, Casey’s a donné la priorité aux livraisons sans contact, s’est associé à un service de livraison tiers, a élargi la gamme de produits de marchandises générales disponibles en ligne et a lancé un service de livraison en bordure de trottoir.

Pour en savoir plus sur la transformation numérique de Casey’s, nous avons rencontré Art Sebastian, vice-président de Digital Guest Experience chez Casey’s à SAPPHIRE NOW Converge. Dans cette interview de quatre minutes, il décrit comment le détaillant de la supérette a fait de l’expérience client un avantage concurrentiel. Pour en savoir plus, consultez l’étude sur la transformation de l’entreprise, « Casey’s : Building True Customer Loyalty Over Pizza ».

Article publié en anglais sur blogs.sap.com

 

The post Faire de l’expérience client un avantage concurrentiel appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

The Latest Research for Web Designers, September 2020

In today’s look at the latest research for web designers, we’re going to look at studies and reports from Payoneer, Robert Half, Hootsuite, and Contentsquare to see what they have to say about things like:

  • Current freelancer demand
  • Web designer earning potential
  • A change in ecommerce shopping trends
  • Unseen content rates

1. There’s Light At the End of the COVID-19 Tunnel for Freelancers

Payoneer’s The State of Freelancing During COVID-19 had to take a different approach to reporting on the freelancer workforce than in years passed.

Here’s why:

When 1000+ freelancers around the globe were asked how demand for their services changed during COVID-19, this was the response:

Less than 17% of freelancers experienced an increase in demand for their services and less than 23% saw demand remain the same.

An overwhelming majority of freelancers experienced a shrink in demand, with nearly 29% saying it slightly decreased while almost 32% said it greatly decreased.

However, the data collected wasn’t just assessed on a global scale. Payoneer also looked at freelancing demand trends in various parts of the world:

Notice the differences between Asia and Australia (who were hit with COVID-19 earlier) and North America and Europe (where the pandemic arrived a little later).

It appears as though Asian and Australian freelancers are, economically speaking, already starting to feel the effects of recovery from the pandemic with demand working in their favor.

So, if you’re feeling like there’s no end to the hardships you’ve faced during COVID-19, and were considering dropping your prices, hold on for just a little bit longer. Freelancers are starting to feel optimistic about demand for their services increasing. If you go devaluing yourself now, it’ll be hard to return to where you were before COVID-19 when things get back to normal.

2. Robert Half’s Salary Guide Breaks Down the Earning Potential for Web Designers

On a related note, let’s talk about demand from the employer’s point of view.

According to Robert Half’s 2020 Salary Guide for creative marketing professionals, there’s big demand for digital talent:

So, that’s number one. We know that almost 50% of hiring managers feel as though their digital teams are inadequately staffed. That’s good news for web designers.

However, these same managers complain about creative marketing professionals’ lack of up-to-date skills as the biggest barrier to hiring or retaining them. Although the report doesn’t say so, I’m going to assume this refers both to employees as well as contractors.

This should be a no-brainer. By keeping up with the latest web design trends and techniques, you can make top-dollar for your services — and hold onto those valuable client relationships for a long time.

According to the report, this is how much you stand to earn working in web design (in the U.S.) today:

If you’re eyeballing those salaries in the 95th percentile, then you know what you need to do. Hiring managers have spoken up about what’s holding them back from hiring.

For those of you who feel as though you’ve gone as far as you can as a web designer, it might be worth exploring a new specialty. Like one of the following:

As you can see, designers in the UI, UX, and interactive space (along with web developers) have the opportunity to make more money, even earlier on in their careers. You may also find that more job opportunities are available as you move into these niches (because of less competition), which might cut down on any demand issues you’ve been experiencing because of COVID-19.

3. Hootsuite’s Digital 2020 Report Reveals an Interesting Trend in Ecommerce

Hootsuite’s Digital 2020 report is always a great resource for learning about social media marketing trends. That said, that’s not why I read it.

It’s for hidden gems like these:

It’s no surprise that we’re seeing changes in retail and ecommerce during COVID-19. What is a surprise, however, is how consumers’ online shopping habits have changed.

Here’s what we’re seeing when we compare 2020 ecommerce data with the pre-COVID benchmarks:

Site visits are 1.7% lower than expected. That would make sense considering how budget-conscious consumers are right now. It likely keeps them from going on unnecessary shopping sprees.

Session durations are 3.3% lower. This could be related to fewer site visits. It might also indicate greater consumer confidence. If they come to a website with a plan for what they need to buy, they’re going to take a straight line to conversion instead of spending time window shopping that prolongs their session.

The number of transactions is 19.1% higher and the conversion rate is 21.6% higher. Considering shoppers aren’t spending as much time with ecommerce websites, this point suggests that there’s a massive shift happening from in-store shopping to online shopping.

If that’s the case (even if consumers are currently spending less money), that means web designers need to set their sights on the ecommerce space. With the holiday shopping season expected to start sooner rather than later this year, now is the time to get in there and make sure these sites provide as streamlined an experience as possible.

4. Contentsquare Studies the Unseen Content Rates By Industry

Contentsquare analyzed more than 7 billion user sessions globally to create the 2020 Digital Experience Benchmarks report.

There’s some interesting data in here about website traffic and conversion trends, but what I find the most valuable is the breakdown by industry.

It was this chart, in particular, that really caught my eye:

According to Contentsquare’s data, between 60% and 75% of a website’s content is unseen. Some industries fare better than others, like home supplies and luxury retailer websites, but the numbers still aren’t flattering.

For example, what does it mean when consumers miss 75% of a financial service provider’s content?

Does this mean that the financial advisory content — which I’m assuming comprises the bulk of the pages on the site — is useless or irrelevant? Or perhaps it’s an issue of discoverability since blog content and other resources often take a backseat to service and product promotion?

What about ecommerce brands in the apparel or beauty space?

If two-thirds of their pages are unseen, does that mean their websites are overrun with obsolete inventory? Or, again, is it an issue of navigability and discoverability around the store?

As a web designer, I’d suggest performing your own unseen content analysis on the websites you’ve built. If over 60% of your pages never get any views, you’re going to have to decide what to do with them:

Option 1: Fix the navigation or search function so people can actually find these unseen pages.

Option 2: Remove them from the site and make room for content your visitors actually find valuable.

Wrap-Up

As you encounter research and reports online — whether it’s written specifically for web designers or other creative professionals — spend some time looking for hidden gems.

As you can see above, there’s a ton of relevant research for web designers out there, even if it’s hiding behind the mask of a larger issue or matter. And it’s this data that will help you get a leg up on the competition since it’ll get you thinking about your business and your approach to design in different ways.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Le client d’abord, un état d’esprit et un mantra pour la réussite

Un état d’esprit axé sur le client signifie qu’il faut constamment penser non seulement à votre client, mais aussi aux clients de vos clients – et à tous leurs employés. C’est ce que pense avant tout Martin Mrugal, responsable mondial de Customer First chez SAP.

« Pendant la pandémie COVID-19, les entreprises ont prouvé l’une après l’autre que la sécurité de leurs employés, le service aux clients et les engagements envers les parties prenantes sont des priorités absolues », dit-il. « C’est notre travail de défendre passionnément nos clients en leur fournissant les meilleurs outils, services et inspirations pour les aider à remplir leurs obligations et à s’épanouir dans le processus ».

A Customer First Mindset

Click the button below to load the content from YouTube.

A Customer First Mindset

 

Mrugal a partagé avec les clients des histoires incroyables sur les nombreux résultats positifs obtenus par les clients qui ont un partenariat solide avec SAP.

Faurecia, un équipementier automobile mondial, s’est d’abord concentré sur la protection de ses employés, puis a renforcé ses liquidités pour rassurer les parties prenantes : l’entreprise pourrait faire face à tous les défis posés par la crise. Il a également saisi l’occasion de développer la résilience de sa chaîne d’approvisionnement et d’accélérer la neutralité en matière de CO2 grâce à l’achat d’énergie et d’acier décarbonisés. Malgré le blocage, Faurecia a rassemblé plus de 1 000 fournisseurs en ligne afin d’assurer conjointement la continuité de la chaîne d’approvisionnement et de s’assurer qu’ils sont prêts pour la reprise.

Le géant suisse du commerce de détail Coop a utilisé un nouvel outil de prévision pour s’assurer que les rayons des supermarchés étaient bien approvisionnés afin que les clients puissent s’approvisionner. Il a également transféré temporairement des employés de ses secteurs d’activité non alimentaires, qui ont été fermés pendant la crise, pour travailler dans des entrepôts et des centres de distribution en sous-effectif.

Lamb Weston, un fournisseur nord-américain de produits à base de pommes de terre, a renforcé les pratiques sanitaires sur tous ses sites et n’a autorisé que les visites critiques dans ses usines de fabrication pour éviter la propagation du virus. Elle a également optimisé les stocks, permettant à l’entreprise de transférer les fournitures aux épiceries qui avaient besoin de plus de produits à base de pommes de terre.

« Ce ne sont là que quelques exemples de la manière dont les clients de SAP se concentrent sur leurs employés et leurs entreprises », explique M. Mrugal. « Nous constatons que tout le monde, partout dans le monde, est confronté aux mêmes défis, sous une forme ou une autre. Maintenant plus que jamais, nous augmentons notre niveau d’engagement et nous pensons de manière créative pour accroître notre collaboration et notre connectivité avec les clients par le biais d’engagements virtuels et numériques ».

Interrogé sur son rôle, M. Mrugal explique que « Le client d’abord » est à la fois un état d’esprit, un modèle d’engagement et une organisation construite autour de meilleurs engagements avec les clients – le tout réuni en un seul.

« La véritable mesure du succès de SAP est le succès de nos clients. Ce concept est inscrit dans notre ADN », dit-il en racontant l’histoire d’un représentant commercial de SAP qui a aidé un client à localiser 500 lits d’hôpital en 30 minutes pour un hôpital de fortune à New York au plus fort de la pandémie. « Le représentant a reçu un appel d’un fournisseur, Ram Tool Construction Supply, qui aidait un entrepreneur à construire l’hôpital. Le représentant de SAP a utilisé l’outil SAP Ariba Discovery pour répondre rapidement au besoin ».

M. Mrugal note que depuis que SAP a donné aux clients un accès gratuit à SAP Ariba Start Sourcing à la mi-mars 2020, les affichages des acheteurs sur ce site ont augmenté de 58 % et les réponses des fournisseurs de 404 % par rapport à la période du 1er janvier au 9 mars 2020.

La fourniture de logiciels gratuits est l’un des moyens par lesquels SAP démontre que ses clients sont au premier plan. SAP offre également à ses clients un accès gratuit à plusieurs solutions clés de SAP et de Qualtrics.

« Les clients profitent de nos offres gratuites », a déclaré M. Mrugal. « Qualtrics leur permet de sonder et de prendre le pouls de leurs employés pour s’assurer qu’ils sont vraiment en sécurité. C’est primordial dans l’environnement actuel ».

M. Mrugal a un mantra de trois mesures essentielles que les organisations doivent prendre pour survivre avec succès à la crise. La santé et la sécurité des employés, des clients et des communautés figurent en tête de liste.

Ensuite, une communication claire et cohérente est essentielle. Selon M. Mrugal, il est essentiel de garder les lignes ouvertes avec les clients et de rester connecté : « Nous devons comprendre en temps réel où nos équipes ou nos clients ont des préoccupations, et nous devons y répondre immédiatement ».

Enfin, M. Mrugal estime que le maintien de la continuité garantit que le niveau d’engagement de SAP ne diminue pas ; il affirme plutôt que SAP change la qualité – et pas seulement la quantité – de son engagement avec les clients.

« Dans de nombreux cas, nous sommes encore plus engagés avec nos clients que jamais auparavant alors que nous traversons ensemble cette période inhabituelle », déclare le dirigeant de longue date de SAP, qui pense que le rôle de son organisation continuera à évoluer à mesure que les besoins de SAP et de ses clients continueront à se transformer.

Une chose, cependant, ne changera jamais : le client sera toujours au centre de nos préoccupations.

 

Publié initialement en anglais sur news.sap.com

The post Le client d’abord, un état d’esprit et un mantra pour la réussite appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

La gentillesse est la contagion qui nous rassemble

Avec l’afflux de stress et d’anxiété provoqué par les défis mondiaux critiques de 2020 – y compris la pandémie COVID-19, la lutte pour la justice raciale et un sentiment croissant d’incertitude économique – la détresse psychologique est en augmentation.

Quatre-vingt-dix pour cent de la main-d’œuvre actuelle est touchée par des problèmes de santé mentale. Même avant que la crise ne frappe, une étude de SAP, Qualtrics et Mind Share Partners, publiée dans la Harvard Business Review, a révélé que près de 50 % des personnes âgées de plus de dix ans et 75 % des membres de la génération Z ont quitté leur emploi pour des raisons de santé mentale.

L’état actuel du monde et son impact négatif sur la santé mentale pose un risque encore plus grand pour le bien-être et les performances des employés. Une étude récente menée par SAP, Qualtrics et Thrive Global a révélé que plus de 70 % des employés se sentent moins productifs et que plus de 85 % s’attendent à ce qu’une distraction accrue ait un impact négatif sur leur travail. Les entreprises ne peuvent pas se permettre d’ignorer ces sentiments.

Alors que le travail de n’importe où devient la norme et que le numérique se transforme en nouveau social, les dirigeants doivent trouver de nouveaux moyens de favoriser de manière proactive les relations humaines et les interactions sociales positives entre collègues. Auparavant, lorsque les rassemblements physiques n’étaient pas aussi menaçants, ces types d’échanges avaient tendance à se produire spontanément.

En tant qu’optimiste, je crois qu’il y a un bon côté aux difficultés existentielles et historiques auxquelles nous sommes tous confrontés. Il y a une opportunité générationnelle de créer un avenir meilleur en donnant la priorité à un nouveau style de leadership, qui favorise et crée une culture de la bonté sur le lieu de travail afin de se prémunir contre le déclin de la santé mentale.

Il a déjà été prouvé scientifiquement que la gentillesse est contagieuse. Et si nous utilisions l’idée de la gentillesse comme une contagion de manière positive pour lutter contre la contagion physique et mentale négative causée par le virus ?

Comment la gentillesse favorise le bonheur des travailleurs

La bonté est associée à l’amabilité, la générosité, la compassion et la bienveillance. Pourtant, ces mots doux ne reconnaissent pas la force et les compétences interpersonnelles de ceux qui pratiquent la bonté envers les autres et envers eux-mêmes. La gentillesse est la capacité surhumaine que nous avons tous. Elle est gratuite, facilement accessible et illimitée. La bonté ne signifie pas toujours être au service des autres ; elle peut aussi signifier être bon envers soi-même. Même un simple petit acte de gentillesse a le pouvoir exponentiel de changer le monde et d’améliorer considérablement notre bien-être émotionnel et physique.

Pour renforcer notre engagement et notre dévouement à diriger avec gentillesse, SAP participe à la troisième campagne annuelle #BeKind21, organisée par le réseau de partenaires SAP Purpose Network, la fondation Born This Way de Lady Gaga. La campagne, qui se déroule du 1er au 21 septembre, invite les universités, les entreprises et les organisations à but non lucratif, ainsi que les particuliers, à participer à des actes de gentillesse quotidiens et à contribuer à la construction d’un monde plus gentil, plus courageux et plus juste.

En s’engageant dans un acte de gentillesse intentionnel tous les jours pendant 21 jours, la campagne #BeKind21 encourage les participants à faire de la gentillesse une habitude, à s’engager à faire preuve de compassion et à favoriser un lien authentique. Elle permet aux gens de traiter la gentillesse comme un verbe et d’agir consciemment pour remonter le moral de leur entourage.

Tout au long de la campagne, nous partagerons notre calendrier avec 21 suggestions quotidiennes sur la façon de pratiquer la gentillesse. Organisez un déjeuner virtuel avec un ami, faites rire quelqu’un ou envoyez un mot gentil à un être cher. Commencez votre journée en notant trois choses dont vous êtes reconnaissant. Prenez du temps pour vous et lisez un article inspirant ou quelques pages de votre livre préféré. Offrez-vous un moment de détente en faisant de la méditation. Jouez un rôle actif en exprimant votre compassion pour vous-même et pour les autres.

Ces actes de gentillesse se perpétueront et inspireront les autres à faire de même.

#LifeatSAP

Chez SAP, nous nous sommes engagés à construire un lieu de travail où les employés peuvent se mettre entièrement au travail. En tant que dirigeants, nous pouvons donner l’exemple de la transparence et et de la vulnérabilité comme des forces. Commencer une réunion en demandant simplement comment vont les collègues ou en les remerciant pour leur travail crée un sentiment de connexion, en particulier dans un lieu de travail virtuel, où il est facile de se sentir distant. En partageant nos propres défis, nous pouvons ouvrir la porte aux autres pour qu’ils fassent part de leurs préoccupations en matière de santé mentale et fournir un chemin d’accès aux ressources pour y répondre.

La technologie peut être un allié pour renforcer la culture et la rendre plus tangible. Un exemple en est une nouvelle application développée pour faciliter l’interaction humaine et atténuer la solitude et l’isolement ressentis par de nombreux employés de SAP. L’application interne connecte les travailleurs à distance via un chat vidéo pour des déjeuners virtuels et a organisé un barbecue virtuel pour 1700 employés, avec un boucher, des recettes et des instructions détaillées. Des chats virtuels au coin du feu, des dégustations de vin en ligne et des projections de films ont également permis aux employés de se connecter. Ces types d’activités peuvent améliorer considérablement la santé et le bien-être des employés.

Passez à l’action

Rejoignez-nous pour déstigmatiser la santé mentale et répandre la contagion de la bonté sur le lieu de travail et dans le monde, en commençant par les personnes avec lesquelles nous interagissons chaque jour.

Engagez-vous à #BeKind21.

Vivek Bapat est Senior Vice-President et responsable de l’expérience de la marque et de l’objectif de SAP.

 

Publié initialement sur news.sap.com en anglais.

The post La gentillesse est la contagion qui nous rassemble appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

La société japonaise d’informatique et d’électronique NEC va implémenter les solutions SAP Ariba à l’échelle internationale

TOKYO – SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé aujourd’hui que le fournisseur mondial de technologies de l’information et de communications NEC Corporation a choisi les solutions SAP Ariba pour l’aider à digitaliser ses opérations d’approvisionnement dans ses entités japonaises et à l’étranger. ABeam Consulting Ltd. apportera son soutien à la mise en œuvre du système.

Dans le cadre de sa stratégie de transformation digitale au niveau du groupe, NEC a lancé son projet de modernisation de la gestion de ses achats indirects. Pour réduire les dépenses, améliorer l’efficacité opérationnelle et renforcer la conformité, NEC a choisi les solutions SAP Ariba comme système Cloud de gestion des achats. NEC Management Partners Co. Ltd. sera le premier à déployer la solution, et les autres sociétés du groupe, tant au niveau national qu’international, suivront.

En plus de la suite complète de solutions SAP Ariba, du sourcing stratégique au paiement, NEC introduira également l’application SAP Signature Management by DocuSign, l’application SAP Process Mining by Celonis et la solution SAP Analytics Cloud pour permettre le travail à distance dans le contexte COVID-19 et pour réaliser des analyses plus efficaces et plus avancées.

The post La société japonaise d’informatique et d’électronique NEC va implémenter les solutions SAP Ariba à l’échelle internationale appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Quand le Big Data rencontre l’épidémiologie

Alors que le confinement – mis en place pour ne par faire de nouvelles victimes – se poursuit, le terme Folding @ home fait le tour des cercles scientifiques.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle façon de s’attaquer à cette « pile de linge » qui semble grossir de semaine en semaine ; c’est une approche technologique fascinante pour aider les scientifiques à découvrir un remède contre le COVID-19.

Selon les scientifiques, les protéines sont constituées d’une chaîne linéaire de substances chimiques – les acides aminés – qui, si elles sont efficaces, se « plient » en structures compactes et fonctionnelles. La façon dont les composants d’une protéine s’arrangent et se déplacent détermine sa fonction. Les virus ont également des protéines, qui sont utilisées pour supprimer notre système immunitaire et se reproduire.

Pour aider à lutter contre le coronavirus, les scientifiques et les médecins doivent comprendre comment la protéine virale fonctionne, ou «se replie», s’ils veulent trouver des moyens de l’arrêter.

C’est là que le Big Data rencontre l’épidémiologie. En exécutant des simulations informatiques qui les aident à comprendre les parties mobiles des protéines, les chercheurs pensent que les données qu’ils collectent les rapprocheront d’un remède.

«Il n’y a jamais eu plus d’experts réunis pour se concentrer sur un seul et même sujet», déclare Michael Schmidt, architecte de Converged Cloud chez SAP.

Cependant, l’exécution des innombrables simulations nécessaires requiert une puissance de calcul énorme. C’est là que les entreprises et le grand public entrent en jeu. Le don de la puissance de calcul inutilisée peut accélérer la vitesse d’exécution de ces simulations, ce qui peut nous rapprocher d’un remède.

Big Data Meets Epidemiology

Click the button below to load the content from YouTube.

Big Data Meets Epidemiology

 

L’initiative a eu un grand coup de pouce lorsque NVIDIA a lancé un appel aux joueurs du monde entier, leur demandant de rejoindre le combat.

« Les ordinateurs de jeu sont des machines extrêmement puissantes », explique M. Schmidt. Avant cette crise, les joueurs utilisaient souvent leur capacité de réserve pour « miner » des cryptomonnaies et gagner un peu d’argent en parallèle. Mais maintenant, ils font don de la puissance de leur unité de traitement graphique (GPU) à la science ».

SAP s’est joint à cet effort. Pour que cela démarre rapidement, l’équipe DevOps de Schmidt a automatisé sa contribution en capacité, en augmentant la capacité de calcul de réserve existante. Cette capacité est située sur la plateforme d’édition d’entreprise convergente en nuage de la société, la même plateforme qui héberge un grand nombre de clients de SAP. Lorsque la crise COVID-19 a frappé, l’équipe a envisagé d’utiliser cette première mise en œuvre pour programmer et faire évoluer dynamiquement une unité centrale de traitement (CPU) et un GPU Folding@home à partir de la plateforme, en les augmentant lorsque les systèmes sont inactifs et en les réduisant lorsque d’autres charges utiles en ont besoin.

«L’une des choses que notre cloud fait vraiment bien est de répartir la charge sur les nombreux ordinateurs que nous avons dans nos centres de données», explique Schmidt. «Nous pouvons mesurer en temps réel la pression que nous mettons dans le système et réduire automatiquement la capacité que nous accordons à Folding @ home si nécessaire, en nous assurant vraiment qu’aucune charge utile productive n’est affectée.»

De plus, comme SAP maintient toujours une capacité de réserve pour ses clients, quelques nœuds GPU de rechange ont été ajoutés au projet. Bien que ces serveurs dédiés soient peu nombreux, ils peuvent calculer des unités de travail étendues qui donnent une très grande puissance de traitement pour des charges de travail très lourdes. L’équipe a ensuite augmenté sa contribution au projet Folding@home, en fournissant une moyenne de 19 pétaflops – ce qui équivaut à environ 50 000 CPU et GPU supplémentaires par rapport à sa capacité de réserve normale dans le cloud.

La charge de travail est répartie sur trois continents et neuf régions. L’équipe SAP se classe actuellement parmi les 200 premiers contributeurs, plus que les autres entreprises de logiciels. M. Schmidt se dit ravi des résultats, mais se souvient qu’il ne s’agit pas vraiment d’une compétition. « Nous sommes tous dans le même bateau, et je suis heureux que les autres entreprises donnent aussi beaucoup ».

En savoir plus sur l’objectif et la promesse de SAP: https://www.sap.com/corporate/en/purpose.html

Article publié pour la première fois en anglais sur news.sap.com

The post Quand le Big Data rencontre l’épidémiologie appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

The Latest Research for Web Designers, August 2020

While a lot of the research for web designers that’s come out this year has to do with COVID-19, we’re starting to see a light at the end of the tunnel. Many of these reports aren’t just looking at the effects of the pandemic on business and marketing today. They’re now looking at what consumers plan to do once the pandemic is gone.

So, I have some very interesting research for you here today. Three of the reports have to do with coronavirus side effects — pertaining to ecommerce, market research, and freelancing — and one of them is just a really great argument against using PDFs on websites.

1. The Digital 2020 Survey Says Ecommerce Growth Will Continue Post-Coronavirus

Obviously, everyone is paying close attention to COVID-19’s impact on the world. For the purposes of the work you do as a web designer, you should be clued into what it’s doing to the business and marketing fields. Because, if those opportunities dry up or companies begin to pivot, you need to be ready to adapt.

The Digital 2020, a joint monthly report from we are social and HootSuite, brings interesting news about the state of ecommerce thanks to COVID-19.

Because the pandemic has forced consumers indoors, online shopping has increased. But, according to about half of those surveyed for this report, this isn’t some temporary solution. They plan on doing more online shopping even after the pandemic ends.

This means that web designers are sitting in an enviable position now and for the foreseeable future. If you’re not already helping businesses sell through their websites, now is the time to do so as more and more businesses are going to need reliable online stores to sell their offerings through.

2. eMarketer Shares Data on Social Listening

When conducting research at the beginning of a design project, what kinds of sources do you turn to for quick and reliable information? Your client provides you with information on their business, industry, and the competition, of course, but what else?

You can conduct user surveys and interviews, but those take time and resources. It also usually means working with clients who have existing businesses and user bases to tap into. Unless you’re working as a UX designer where that’s a big part of the work you do, you might not have the ability to do that level of research.

As reported by Gartner (via eMarketer), leading marketers are now learning about their target audiences through the following channels:

Thanks to the surge of traffic online right now, social listening platforms have become really useful resources for learning about one’s users, with 51% of marketing leaders using them.

If you feel as though your initial research and planning phases could use a boost, I’d recommend taking advantage of one of these social listening tools now.

If you build websites for a specific niche, you can set up keywords/hashtags that are universally relevant to (most of) your clients. By listening in on these conversations regularly, you can become more attuned to what the visitors of your websites actually need and you can proactively build better experiences for them as a result.

3. Upwork Reports Increasing Numbers of Freelancers Entering the Market

The main focus of the Upwork 2020 Future Workforce Report is on how employers are changing their approaches to hiring now and in the near future. And the basic premise is this:

  • It’s long been predicted that more and more of the workforce would be allowed to work remotely.
  • COVID-19 has escalated those predictions to the point where most of the workforce is remote right now.
  • Businesses see the value in remote work arrangements, especially if it enables them to get work done more quickly and cost-effectively by freelancers.

While this is certainly great news for web designers looking for new clients, the report also provides us with this data:

64% of professionals in the top of their field work independently. That statistic alone means you’re up against some tough competition. But there’s also the 50% rise in signups on freelancer marketplaces that should have you worried.

Even though business demand for freelance talent is growing, this unprecedented rise in freelance competition may pose some problems. So, if you’re not already doing everything you can to position yourself as the web designer in your niche, get going on that now so you don’t get drowned out by the rising number of competitors.

4. NNG Says That PDFs Are Unsuitable for the Web

While I don’t have statistics to share with you from the Nielsen Norman Group’s post on why the PDF is “Still Unfit for Human Consumption”, I do have a ton of usability arguments against them that are worth summing up here:

  1. PDFs are written in the style of print documents, which means that strategies we use to design content on websites — like making a page scannable and accessible — don’t apply.
  2. They’re not designed to be as concise or attractive as a web page.
  3. They don’t operate like a website, which disrupts the seamless experience you’ve worked so hard to create when one is opened up from your site.
  4. The website navigation disappears and any sense of orientation (besides the browser “Back” button) goes out the window.
  5. There’s no way to build an internal navigation in a PDF document, save for internal linking or a table of contents.
  6. If they’re formatted for paper sizes, scrolling through them can be difficult for mobile users.
  7. They load more slowly the bigger they get, so unless it’s something like a small and optimized menu, expect visitors to wait for the download to appear.

And those are just the arguments that came from NNG’s researchers. Take some time to read through real user complaints about PDFs and you’ll never want to include one on a client’s website again.

Wrap-Up

Thankfully, the research for web designers and marketers is finally starting to move away from the confusion and speculation we saw a lot of earlier this year.

Just as with anything we do on the web, the more time you give it, the more data you can collect. And, luckily for us, the data suggests that there’s a pretty positive outlook for web designers if they position themselves the right way now.

 

Featured image via Unsplash.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot