Articles

Levallois-Perret, le 16 mars 2023 – SAP France signe la Charte LGBT+ de l’Autre Cercle, véritable référent en matière d’inclusion des personnes LGBT+ dans le milieu professionnel, et ambitionne de poursuivre un objectif qui découle d’une stratégie plus globale chez SAP : « être l’entreprise Tech la plus inclusive au monde », tel qu’annoncé par Christian Klein, CEO & Executive Board Member de SAP.

La diversité et l’inclusion sont devenues des priorités pour les organisations qui concentrent davantage leurs actions autour de ces enjeux sociétaux. En tant qu’entreprise engagée, SAP France souhaite défendre ce qui est juste et tend, par cette action, à poursuivre une démarche forte et volontariste en matière d’inclusion pour les collaborateurs appartenant à la communauté LGBT+.

 

Les engagements

L’Autre Cercle, Association française de référence qui œuvre pour l’inclusion des personnes LGBT+ dans le monde du travail depuis plus de 25 ans, anime un réseau d’employeurs et de signataires d’entreprises engagés pour favoriser l’inclusion des personnes LGBT+ dans le milieu professionnel. Chaque signature est valable pour une durée de 3 ans.

En signant la Charte de l’Autre Cercle, SAP France s’engage à :

  • créer un environnement inclusif pour les collaboratrices et les collaborateurs LGBT+ ;
  • veiller à l’égalité des droits et de traitement entre toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ;
  • soutenir toutes les victimes de propos ou d’actes discriminatoires ;
  • mesurer les avancées et partager les bonnes pratiques pour faire évoluer l’environnement professionnel.

Cet engagement vient compléter les nombreuses actions déjà menées en faveur de la diversité et de l’inclusion au sein de SAP France (diversité de genre, de génération, personnes en situation de handicap, neurodiversité …) et encourage chacun et chacune à défendre la diversité, l’équité et l’inclusion chaque jour de l’année. L’occasion également pour SAP France de réaffirmer ses valeurs de respect et de bienveillance, tant en interne qu’auprès de tout son écosystème, afin d’être – ensemble – tous acteurs du changement.

 

Lancement de Pride@SAP

Au fil des décennies, SAP a su créer des espaces d’écoute, sûrs, où l’on se sent accueilli et où l’on peut venir alimenter la créativité de l’entreprise. Le bien-être au travail gagne de l’importance et devient un facteur d’attractivité, de fidélisation et d’engagement. Chaque entreprise doit pouvoir adapter son identité et ses valeurs à ces évolutions.

C’est dans cette optique que SAP France annonce le lancement de son réseau professionnel Pride@SAP France pour que chacune et chacun puisse revendiquer sa fierté d’être elle-même et lui-même.

 

Le mot des porte-paroles

Olivier Nollent, Président, Directeur Général de SAP France indique : « En signant cette charte, nous avons vocation à toucher tous nos employés mais aussi tout notre écosystème de partenaires, de clients ou d’investisseurs. Notre ambition est de montrer la voie, dans la continuité de nos actions en faveur de la diversité et de l’inclusion, et de faire écho au-delà de notre propre environnement. »

Caroline Garnier, DRH SAP France & Maroc ajoute : « La diversité contribue à rendre notre lieu de travail plus performant et l’inclusion est nécessaire pour l’épanouissement de chacun – toutes deux requièrent une attention constante, de la vigilance et des actions concrètes. Notre objectif est de promouvoir un environnement de travail dans lequel chacune et chacun peut s’épanouir, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre. Sois fièr·e d’être toi-même ! »

 

Denis Triay, Président de L’Autre Cercle : « Comme les autres facteurs de diversité, ceux de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre confèrent un regard et une expérience de vie différente qui permettent d’enrichir les réflexions et les modes de décisions dans les organisations. La norme induit un mode de pensée qui rassure, la diversité propose un mode de pensée en rupture.
La diversité est le catalyseur de la performance et de l’innovation, il  est de la responsabilité des employeurs de savoir la préserver, de la cultiver et de la promouvoir. C’est non seulement un enjeu de responsabilité sociétale mais aussi un enjeu de développement stratégique des organisations.
 »

Catherine Tripon, Porte-parole et Co-responsable du pôle Employeurs : « Quand on a pour devise d’améliorer le bien-être de toutes et tous, évidemment cela fait écho pour les employé.es de SAP. Tous les critères de diversité sont concernés par des démarches volontaristes inclusives. Mais cela ne peut se pérenniser sans embarquer l’ensemble du collectif de travail. Pour les personnes LGBT+, tenant compte des violences de part le monde, travailler dans une entreprise mondiale comme SPA, qui s’engage à les protéger et les valoriser dans leur parcours professionnel, c’est une marque d’engagement que la Charte LGBT+ permet de consolider. »

 

 

A propos de SAP

La stratégie de SAP est d’aider chaque organisation à fonctionner en « entreprise intelligente » et durable. En tant que leader du marché des logiciels d’application d’entreprise, nous aidons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer au mieux : 87 % du commerce mondial total est généré par nos clients. Nos technologies de Machine Learning, d’Internet des objets (IoT) et d’analyse avancée aident nos clients à transformer leurs activités en « entreprises intelligentes ». SAP permet aux personnes et aux organisations d’avoir une vision approfondie de leur business et favorise la collaboration pour qu’ils puissent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Nous simplifions la technologie afin que les entreprises puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent, sans interruption. Notre suite d’applications et de services end-to-end permet aux clients privés et publics de 25 secteurs d’activité dans le monde entier, de fonctionner de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Grâce à un réseau mondial de clients, de partenaires, d’employés et de leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun.

Pour plus d’informations, visitez le site www.sap.com. 

Contact presse SAP : sylvie.lechevin@sap.com

 

A propos de l’Autre Cercle

Association créée en 1997, L’Autre Cercle est l’acteur français de référence pour l’inclusion des personnes LGBT+ au travail. Ses valeurs sont le respect, l’humanisme, l’indépendance, l’engagement et le pragmatisme. Elle œuvre pour un monde professionnel épanouissant, inclusif et respectueux des personnes dans toutes leurs diversités, quelle que soit leur orientation sexuelle ou identité de genre. Outre sa vocation d’observatoire, ses missions sont d’accompagner les organisations et de promouvoir les bonnes pratiques. L’Autre Cercle fédère plus de 230 organisations publiques et privées adhérentes et/ou signataires de la Charte d’Engagement LGBT+ réunissant plus de 2 millions de salarié·e·s et agent·e·s.

The post SAP France signe la Charte d’Engagement LGBT+ et lance son réseau professionnel Pride@SAP France appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

SAP NEWSBYTE – 25 octobre 2022 – Aujourd’hui, à l’occasion de SAP Spend Connect Live, la conférence la plus importante du secteur sur la gestion des dépenses, SAP SE (NYSE : SAP) annonce des innovations, des avancées et des points d’attention dans ce domaine :

SAP franchit des étapes clés dans son parcours FedRAMP®

Aujourd’hui, et dans les mois à venir, les agences gouvernementales et les organismes hautement réglementés des États-Unis auront accès aux solutions de gestion des dépenses et de réseau d’entreprise SAP, leaders sur le marché, qui sont déployées avec un haut niveau de sécurité. Les étapes importantes sont les suivantes :

  • Les solutions SAP Fieldglass sont désormais disponibles dans l’Environnement Commercial Réglementé (CRE) de SAP National Security Services (SAP NS2), qui a été construit selon les critères de base du National Institute of Standards and Technology (NIST) avec les paramètres modérés de FedRAMP. Il est également conforme à la Réglementation sur le Trafic International d’Armes (ITAR).
  • SAP Business Network for Procurement et SAP Business Network for Supply Chain seront disponibles dans SAP NS2 CRE en 2023. Les clients pourront ainsi collaborer avec leurs partenaires commerciaux dans un environnement qui répond aux exigences de sécurité et de conformité des agences gouvernementales fédérales.
  • SAP travaille également avec SAP NS2 pour ajouter les solutions d’approvisionnement SAP Ariba au portefeuille SAP NS2.
  • SAP Concur est actuellement “en cours de traitement” pour une autorisation d’agence FedRAMP. Un organisme d’évaluation tiers a effectué une évaluation complète de la sécurité, et l’agence sponsor a procédé à un examen de l’ensemble des autorisations de sécurité. Les solutions SAP Concur devraient être répertoriées sur la Marketplace FedRAMP d’ici la fin de l’année.

Intégration renforcée entre les solutions SAP Ariba et Icertis

Dans le cadre du partenariat élargi annoncé en début d’année, une intégration plus étroite entre SAP Ariba Sourcing and Procurement et les solutions de gestion des contrats d’Icertis peut aider les clients à gérer un plus grand nombre de scénarios. L’intégration plus stricte permet une meilleure collaboration et expérience utilisateur ainsi que des processus de gestion des contrats flexibles et rationalisés. Les utilisateurs peuvent désormais répliquer dans Icertis des espaces de travail contractuels issus des solutions SAP Ariba, lancer la création de contrats dans Icertis pour des espaces de travail contractuels provenant de SAP Ariba, et gérer plus efficacement les processus de modification des contrats. Ces intégrations sont développées et soutenues conjointement par les équipes de SAP Ariba et d’Icertis et ouvrent la voie à de futures innovations. En outre, pour les clients disposant de solutions SAP Fieldglass, il existe une intégration directe avec la plateforme Icertis Contract Intelligence, qui permet de rationaliser les processus de sourcing, d’onboarding et d’offboarding pour les travailleurs externes. Conçues pour apporter de la valeur à l’échelle de l’entreprise, ces intégrations permettent d’accélérer les négociations, de renforcer la conformité, d’obtenir des informations commerciales et une automatisation alimentées par l’IA.

Nouvelles fonctionnalités des solutions SAP Ariba en avant-première

SAP continue de promouvoir l’innovation dans le domaine des achats et a présenté en avant-première de nouvelles fonctionnalités conçues pour aider les entreprises à évoluer vers une expérience d’achat plus prédictive, personnalisée et durable. Les nouvelles fonctionnalités d’achat à 360° sont une évolution de l’achat guidé, dont SAP a été le pionnier il y a plusieurs années, visant à améliorer l’expérience d’achat de tous : de l’employé qui a besoin d’un nouvel ordinateur portable, aux acheteurs principaux sur des secteurs stratégiques et pour tout type de dépenses (matériaux directs et indirects, maintenance, réparation et opérations et services). Ces nouvelles fonctionnalités devraient être disponibles pour certains clients au début de l’année 2023.

SAP fait de la gestion des stocks un domaine d’intérêt et d’investissement permanent

La gestion des stocks est le fondement d’une stratégie d’approvisionnement efficace, surtout dans cette économie post-pandémique. Le rôle essentiel que joue l’approvisionnement dans la continuité des activités ne cessant de croître, il désormais nécessaire de numériser la gestion des stocks et les stratégies d’approvisionnement. Une étude récente menée par Economist Impact, sponsorisée par SAP, souligne que la gestion des stocks est l’un des principaux moteurs de la transformation numérique des achats, plus de 40 % des personnes interrogées ayant choisi cette fonction comme priorité absolue.

Des études de ce type et les commentaires issus de nos conversations permanentes avec les clients valident et orientent notre stratégie et notre feuille de route produit “, a déclaré Muhammad Alam, Président et Chef de Produit, Intelligent Spend and Business Network, SAP. “Nous nous concentrons et investissons davantage dans le développement de solutions qui aideront nos clients à véritablement numériser la gestion des stocks afin de transformer les données en informations qui peuvent conduire à de meilleurs résultats commerciaux.”

La solution pour la gestion des stocks devrait être disponible pour certains clients d’ici la fin de l’année, avec une disponibilité élargie tout au long de 2023.

Les clients disposant de plusieurs environnements ERP peuvent simplifier la gestion de leurs achats

 SAP Central Procurement, édition Cloud privé, est désormais disponible et aide les clients à améliorer la cohérence, l’efficacité, la visibilité et le contrôle. Avec cette nouvelle édition, les clients gèrent l’ensemble de l’entreprise sans devoir entrer et sortir des systèmes ou sans perturber les solutions et les flux de travail existants qu’ils ont mis des années à définir et à perfectionner. Les organisations peuvent gérer de manière centralisée les opérations d’approvisionnement à partir d’un seul endroit, quel que soit l’environnement ERP qui sert de back-end. Bien que les transactions individuelles soient toujours traitées dans chaque back-end, l’équipe en chargé des achats dispose d’une vue et d’un contrôle centralisé sur tous les éléments, des demandes d’achat aux achats, en passant par la recherche de fournisseurs et les contrats.

Parmi les clients, citons Accenture, Baker Hughes, Barrick Gold, CDW, Constellation Brands, Devon Energy, Duke Energy, Endress+Hauser, Fifty Thousand Hours, Guidant Global, Hilltop Holdings, Insight, INVISTA, Johnson & Johnson, KUKA, LG Smith Transport, Los Alamos National Laboratory, Mabe, Merck & Co, Ontario Power Generation, Pfizer, Sony Pictures Entertainment, T-Mobile, Thermo Fischer Scientific, Walmart, Van Genechten Packaging N.V., W.R. Grace et W.W. Grainger partageront leurs expériences et expliqueront comment ils naviguent dans un environnement marqué par des perturbations constantes de la chaîne logistique et d’évolution des tendances macroéconomiques. Pour plus d’informations, consultez le catalogue des sessions SAP Spend Connect Live, et regardez les sessions à la demande dans l’expérience virtuelle à partir du 8 novembre.

The post SAP présente de grandes innovations dans le domaine de la gestion des dépenses au salon Spend Connect Live appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Les avancées de la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management transforment le développement des talents pour le travail de demain.

A Paris, le 14 septembre 2022 – A l’occasion du salon SuccessConnect, SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé de nouvelles avancées dans les fondements de la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management (HXM) afin de permettre aux entreprises de mettre en œuvre une stratégie intégrée de développement des talents et de créer une force active prête pour l’avenir.

Les entreprises prospèrent lorsque leurs employés sont engagés dans leur carrière et leur entreprise, qu’ils sont correctement qualifiés, qu’ils perçoivent des perspectives d’évolution adaptées à leur profil et qu’ils ont un fort sentiment d’appartenance. Cependant, de nombreuses organisations ont du mal à avoir une vision d’ensemble des compétences présentes au sein de leurs effectifs ou des ambitions de leurs collaborateurs. Les dernières avancées de la suite SAP SuccessFactors HXM réunissent les données, l’apprentissage automatique et l’IA pour offrir aux organisations une meilleure compréhension des capacités de leur personnel et une intelligence des talents exploitable pour aligner leurs employés sur les besoins de l’organisation.

Les innovations suivantes seront disponibles au deuxième semestre 2022 :

  • Skills ontology utilise le machine learning et l’automatisation pour identifier en permanence les compétences d’un employé en fonction de son poste, de ses responsabilités, de ses expériences et de ses réalisations, offrant ainsi une vision globale des compétences d’une organisation à l’échelle mondiale.
  • Growth portfolio est une source d’information dynamique rassemblant les spécificités de chaque employé : ses compétences, ses points forts, sa manière de travailler, mais aussi ses passions et aspirations.
  • Dynamic teams est une nouvelle fonctionnalité qui permet aux entreprises de créer, de suivre, de mesurer et d’optimiser les résultats de leurs équipes. Les entreprises qui utilisent SAP SuccessFactors Performance & Goals peuvent ajouter des résultats clés objectifs (OKR) à Dynamic teams afin de suivre les progrès et de mesurer la réussite. Dans Dynamic Teams, les employés sont rassemblés selon leurs compétences et non selon leurs affinités. Ainsi, grâce au machine learning et à l’IA, SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace rend l’évolution des employés au sein de l’entreprise plus équitable.

Associées à SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace, ces innovations apportent les connaissances et l’adaptabilité nécessaires à la constitution d’une force active plus qualifiée, plus souple et plus équitable. Growth portfolio et Skills ontology permettent une individualisation des recommandations au sein de SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace, qui reflètent l’ensemble des personnalités des individus, et pas seulement leurs compétences. L’introduction de Dynamic teams transcende les structures traditionnelles pour favoriser un travail basé sur les compétences plutôt que sur les descriptions de poste. Les entreprises peuvent ainsi constituer des équipes diversifiées, capables d’obtenir de meilleurs résultats, tout en accélérant l’évolution de carrière et le développement personnel grâce à des cas pratiques.

En nous appuyant sur notre héritage en matière de gestion des talents, nous réimaginons la manière dont les entreprises assurent la gestion et le développement professionnel de leurs collaborateurs pour répondre aux exigences émergentes du travail de demain”, explique Meg Bear, Présidente et Chef de Produit de SAP SuccessFactors. “Lorsque les gens ont la possibilité de travailler sur ce qui les passionne, ils sont plus engagés, plus performants et permettent à leur entreprise d’obtenir des résultats commerciaux hors normes.”

SAP a créé un système permettant de gérer l’organisation du travail de demain, dès aujourd’hui”, a déclaré Josh Bersin, analyste industriel. “La nouvelle architecture et les nouvelles fonctionnalités de SAP SuccessFactors sont un bon en avant sur ce que les organisations ont besoin pour gérer, développer et habiliter leur personnel et leurs équipes.”

Ces nouvelles applications RH de la suite SAP SuccessFactors HXM sont des innovations essentielles qui fournissent un système complet de développement des talents et conçues spécialement pour les organisations afin de les aider à créer une force active durable et prête pour l’avenir.

Pour que le développement des talents soit durable et efficace, les organisations doivent favoriser un sentiment d’appartenance. Donner aux gens les moyens de s’épanouir au travail commence par l’identité. Les utilisateurs de SAP SuccessFactors peuvent désormais indiquer le nom et les pronoms personnels de leur choix sur leur profil public, ce qui leur permet de s’approprier la manière dont ils se présentent et d’être reconnus comme leur véritable personnalité au travail.

Les noms choisis et les pronoms personnels seront généralement disponibles pour tous les clients SAP SuccessFactors au quatrième trimestre 2022. Skills ontology, Growth portfolio et Dynamic teams seront également disponibles dès le quatrième trimestre 2022.

Pour en savoir plus, rendez-vous à l’événement virtuel SuccessConnect. Suivez SAP sur Twitter @SAPNews.

The post SAP innove et accompagne les entreprises vers le travail du futur appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Vous aimeriez vous concentrer sur le cœur de votre activité, mais votre temps de travail est envahi par les questions de gestion des ressources humaines ? Et si vous choisissiez un logiciel RH pour votre PME/ETI ? Plutôt que d’être préoccupé par les questions relatives aux dates des congés de vos collaborateurs, ou de vous préoccuper de leur dernière augmentation de salaire, laissez une solution RH prendre le relais. Vous remplacerez vos tableaux excel contraignants et obsolètes. Un logiciel de ressources humaines vous simplifie la vie et surtout, la gestion de votre personnel. Mais au juste : quelles fonctionnalités pouvez-vous attendre de ce type de solutions informatiques destinées aux PME/ETI ?

La gestion du personnel à l’aide d’un logiciel RH pour PME/ETI

La mise en œuvre d’une solution RH informatisée au sein de votre PME vous permet d’optimiser et de simplifier la gestion du personnel. Cette dernière est clairement chronophage si on s’y lance avec des outils inappropriés. Cette tâche est complexe, plus qu’on ne le pense souvent. Elle comprend à la fois des aspects administratifs, qualitatifs et stratégiques. L’objectif visé doit être une meilleure qualité de travail de votre personnel, grâce à l’automatisation des tâches.

Les solutions RH de SAP permettent tout d’abord de structurer les données relatives à votre personnel. Ces données sont regroupées dans une même interface, d’où elles sont directement accessibles. Les responsables et managers ont accès aux informations de manière centralisée, sur une plateforme intuitive et conviviale. L’actualisation des données s’effectue en temps réel. Elle est disponible rapidement à toutes les personnes autorisées.

Un logiciel de gestion RH peut être entièrement personnalisé. Il répond aux besoins spécifiques de chaque entreprise. L’interface de base rassemble des données sur le salaire, les formations, les congés, les compétences. D’autres fonctionnalités peuvent venir s’ajouter. Ainsi, il est possible d’intégrer à la base du logiciel le résultat des évaluations et des entretiens, les questions liées à la retraite, et bien d’autres informations encore.

Ces solutions informatiques RH peuvent assister les managers lors du recrutement de nouveaux collaborateurs. Elles facilitent la publication des annonces et le suivi des candidatures. 

Les avantages d’un logiciel SIRH pour PME/ETI

Outre les logiciels RH courants, des solutions spécifiques aux fonctionnalités pointues ont vu le jour. On les appelle couramment SIRH, pour Système d’Information sur les Ressources Humaines. Un logiciel SIRH se compose généralement de plusieurs modules d’application. Ils permettent d’optimiser la gestion du personnel. Cette solution modulaire présente des avantages. En effet, elle est personnalisable en fonction des besoins des PME/ETI. Le logiciel permet une meilleure structuration des données et des processus. Il contribue aussi à sécuriser les données, ainsi que la gestion des salaires. En effet, les solutions SIRH intègrent le plus souvent un logiciel de paie. Elles aident également l’entreprise à respecter les normes légales relatives à la saisie des données personnelles de leurs collaborateurs.

Les fonctionnalités d’un outil SIRH comprennent ainsi la gestion administrative des données du personnel, les temps de travail, les congés et absences, les notes de frais, la formation professionnelle, les salaires, un outil de gestion des diplômes et compétences, les résultats des entretiens d’évaluation et les bilans sociaux, avec reporting RH.

Les PME/ETI n’ont souvent pas les moyens d’engager des employés pour se charger exclusivement des tâches de gestion. C’est pourquoi disposer d’un outil SIRH performant et soigneusement paramétré pour prendre en compte les besoins de l’entreprise constitue un véritable avantage concurrentiel. Vous pouvez dégager un temps considérable en automatisant la plupart des tâches que nous venons de citer. Vous pourrez ainsi, vous et vos collaborateurs, être plus efficaces. De plus, les logiciels SIRH permettent le plus souvent l’intégration d’un module de gestion de projet.

La gestion optimisée des salaires avec un logiciel de paie intégré à votre solution SIRH

Une bonne gestion des salaires prend du temps. Les PME/ETI peinent souvent à remplir pleinement cette mission, ce qui entraîne des erreurs et des conflits avec les collaborateurs. Pourtant, les outils SIRH offrent des solutions conviviales et simples pour automatiser cette tâche administrative et comptable. Le premier avantage est de vous éviter de rassembler les données relatives à la paie à partir de plusieurs systèmes différents. Avec un logiciel SIRH et son module dédié à la paie, il suffit de quelques clics pour préparer efficacement le versement des salaires, puis pour le valider. 

Les solutions SAP vous permettent de consulter les données personnelles relatives à la rémunération par le biais d’une seule interface. Les données pertinentes du dossier du salarié peuvent être extraites rapidement. De même, vous avez accès à la rémunération passée de vos employés et à son historique. Lors du changement de données personnelles, la mise à jour se fait automatiquement, à partir de la base générale. N’oubliez pas qu’il est essentiel que les informations figurant sur les fiches de paie soient correctes. 

Votre logiciel paie vous donne accès à ces données en temps voulu et met en évidence les changements intervenus. Il vous permet aussi de vérifier toutes les fiches avant de les valider et d’effectuer le versement des salaires. Exportez facilement les données salariales de tous les employés et partagez-les avec les comptables. Les employés peuvent également télécharger leur fiche de paie directement depuis leur portail individuel. L’ensemble de la procédure gagne donc en transparence. Les documents sont toujours disponibles en ligne, évitant un classement fastidieux de fiches papier.

Le talent management avec un logiciel RH pour PME/ETI

Votre logiciel de gestion des ressources humaines vous permet également un meilleur management des talents et compétences. Ainsi, les contrats d’objectifs et les évaluations régulières constituent un instrument de gestion RH efficace, qui facilite le talent management et permet aux collaborateurs de développer leur motivation et leurs compétences. Ils contribuent à garantir l’engagement des employés dans leur travail et à déterminer les besoins en qualifications. Grâce aux solutions RH, les entreprises peuvent mettre en place un processus systématique. Ce processus garantit une compréhension commune des exigences et des objectifs.

Les contrats d’objectifs aident les managers à formuler des tâches complexes et à les traduire en résultats concrets et mesurables. Un logiciel RH dédié au management des compétences des salariés contribue à automatiser ce processus et permet une planification efficace. Il assure la transparence nécessaire en attribuant les exigences requises aux différentes fonctions. Le logiciel effectue une comparaison entre l’objectif visé et les compétences des collaborateurs. Il conçoit clairement des déroulements pour les différents projets et processus. Le logiciel RH permet aussi de faciliter l’évaluation. 

Grâce à un concepteur de listes et de statistiques, les bilans sont réalisés de manière flexible et rapide. De cette manière, les responsables de l’entreprise identifient les collaborateurs les plus performants et ceux qui le sont moins. Il nécessitera donc de motiver ou former ces derniers.

La tendance actuelle est au travail agile. Ainsi, les réunions ou entretiens d’évaluation traditionnels sont peu adaptés à ces formes modernes d’activité. De plus en plus d’entreprises ont abandonné les évaluations annuelles et les contrats d’objectifs sur 12 mois, au profit de bilans plus rapprochés, par période de 4 ou 6 mois.  Cela permet aux managers de donner un feedback à leurs employés à des intervalles plus courts. Les managers et les employés discutent ensemble de ce qui s’est bien passé au cours des derniers mois, des points à améliorer et du soutien dont l’employé a besoin. 

Pour éviter que ces entretiens indispensables au talent management ne soient trop chronophages, l’utilisation d’un logiciel RH est recommandée. 

Recruter de nouveaux talents avec un logiciel RH pour PME/ETI

Le recrutement de vos collaborateurs est un facteur essentiel de succès. Vous devez pouvoir effectuer une sélection soigneuse, sans perdre du temps. Affichage du poste, sélection des candidats, contrat de travail : autant d’étapes incontournables que les PME/ETI peuvent gérer plus facilement à l’aide d’un logiciel RH. Ce type de solutions, comme nous l’avons vu, contribue à un talent management efficace. Elles trouvent un domaine d’application idéal dans le recrutement de nouveaux collaborateurs. 

Les logiciels de gestion des ressources humaines présentent l’avantage de permettre un aperçu clair et précis des candidatures. Vous pouvez vous en servir pour publier vos offres d’emploi, mais aussi pour stocker et classer, voire analyser les lettres de motivation, les courriels et les candidatures en ligne. Les données récoltées sont partagées avec les managers responsables. Ils peuvent participer utilement à la décision d’embauche. Le logiciel RH pour PME/ETI vous aide aussi à optimiser les communications avec les candidats, à expédier les invitations à un entretien ou à l’inverse, les refus. Vous pouvez les automatiser tout en conservant leur caractère individualisé. 

Votre solution SIRH veille à ce que rien ne soit oublié. Elle traite toutes les étapes, de manière chronologique, et détermine automatiquement, à chaque demande, l’état du processus. Vous évitez ainsi les retards, par exemple lors de l’envoi des accusés de réception. Vous risquez bien moins de négliger les candidatures les plus intéressantes ou de les perdre. Le logiciel RH peut être programmé pour effectuer une présélection des candidats. Il garantit un gain de temps appréciable pour le service. 

Vous obtenez un aperçu synthétique et transparent de l’ensemble du processus de gestion des candidats. Qu’il s’agisse de déterminer des quotas, de générer une correspondance automatique, de sélectionner des profils ou d’effectuer un premier classement des candidatures, le logiciel RH garantit un accès rapide à toutes les données nécessaires. Il détecte aussi les doublons et peut générer un historique des requêtes ou des candidatures.

A retenir

Comme nous avons pu le voir, le choix d’un outil SIRH contribue à optimiser de nombreux processus de gestion au sein des entreprises. Cette optimisation dégage du temps pour les responsables et leurs collaborateurs. Cela est essentiel pour les PME et ETI, qui ne peuvent disposer d’un service de ressources humaines dédié. L’outil SIRH participe au succès de l’entreprise. Il facilite la mise en œuvre de ses projets.

Facteur d’innovation et de progression de l’activité, les logiciels RH SAP facilitent la gestion de la paie, la gestion des talents et la gestion plus classique du personnel. Différents modules peuvent venir répondre à des besoins spécifiques de l’entreprise.

SAP SuccessFactors vous aide à repenser la gestion des ressources humaines. L’outil modernise le fonctionnement de votre PME ou ETI. Vous centralisez la gestion des documents et des dossiers et rationalisez vos services. Vous gagnez en efficacité et en agilité, grâce à des solutions informatiques taillées sur mesure pour l’entreprise d’aujourd’hui. 

The post Logiciel RH : quelle solution choisir pour ma PME/ETI ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Avec l’aide de son partenaire STMS, Latécoère a créé et déployé une série d’applications visant à faciliter le travail des magasiniers et opérateurs susceptibles de se déplacer au sein des sites de production. Des outils s’appuyant sur SAP Cloud Platform.

Latécoère est un équipementier majeur du monde aéronautique. Le groupe toulousain compte plus de 100 années d’existence. Il a réalisé un chiffre d’affaires 2020 dépassant les 410 millions d’euros, avec une production répartie dans 13 pays et près de 4200 collaborateurs. Latécoère dispose de deux activités principales : aérostructures (AS : tronçons de fuselage, portes d’avion…) et systèmes d’interconnexion (IS : câblage, meubles électriques…).

La société a lancé en parallèle deux projets ayant trait à la mobilité. « Côté AS, nous voulions équiper les magasiniers d’outils mobiles leur permettant de limiter les allers et retours entre le magasin et les bureaux, ainsi que le recours à une double saisie papier/numérique. Côté IS, les besoins sont identiques, avec en plus une problématique de traçabilité. Nous souhaitions en effet pouvoir suivre chaque lot, à chaque étape », explique Karim hajjaji, IT Manager, Support Process & Execution . Dans les deux cas, l’objectif est de faciliter la vie des opérateurs, tout en renforçant la qualité des données et la traçabilité.

SAP est déjà utilisé au sein de l’entreprise et semblait être le choix naturel pour ces projets. « Nous ne voulions pas rajouter de couche applicative supplémentaire à notre SI. Rapidement nous avons perçu le potentiel de SAP Cloud Platform pour enrichir notre SI de solutions mobiles dédiées. Nous y avons vu aussi une technologie qui pourrait nous propulser vers l’avenir et non nous retenir dans le passé. Notre partenaire STMS, avec lequel nous travaillons en confiance depuis de nombreuses années, a fini de nous convaincre d’aller vers SAP Cloud Platform. »

Une constellation de projets menés en mode express

STMS a choisi de travailler sous forme de sprints, avec des applications déployées fonctionnalité par fonctionnalité. Sur la partie AS, quatre sprints ont été lancés en juin, septembre, octobre et décembre 2019, avec une mise en production des outils entre un et deux mois plus tard. Le déploiement s’est effectué sur des tablettes Microsoft Surface Go. Les applications couvrent la plupart des transactions effectuées par un magasinier : réception des marchandises, prise de décision d’usage, inventaire et transferts de stocks internes, picking pour expédition.

Trois sprints ont été menés sur la partie IS, séparés en deux phases : une première comprenant un sprint mené entre avril et juillet 2019 et une seconde avec deux sprints organisés entre septembre 2020 et janvier 2021. Du matériel plus spécifique (des lecteurs Zebra) a ici été employé. Les tâches prises en charge par les applications vont de la réception des articles à la gestion des bacs en passant par l’inventaire des pièces.

L’un des défis qu’a dû relever STMS était de travailler avec des équipes réparties dans le monde entier. Un key user était en effet choisi sur chaque site, avec un leader situé en République tchèque. Quant au chef de projet, c’est au Brésil qu’il a été choisi. « C’était une volonté de notre part d’aller chercher des key users partout dans le monde, afin de ne rien rater concernant les besoins attendus pour ces solutions mobiles », explique Sébastien Ducruezet (IT Departement – Support Process & Execution – Purchase, Supply Chain & Quality). Les consultants de STMS ont utilisé des outils collaboratifs pour communiquer avec les équipes de Latécoère, tout en maquettant les applications avec SAP Build, au fur et à mesure de l’expression de besoins. Une fois une maquette validée, le projet correspondant partait en développement, test puis déploiement.

Un déploiement en cours… et déjà d’autres projets

Côté AS, toutes les applications sont aujourd’hui en production, sur l’ensemble des sites. Pour la branche IS, les travaux ne sont pas terminés : les applications sont déployées sur les sites français, mais à l’étranger il faudra attendre la fin des restrictions de déplacement liées à la crise du Coronavirus pour que les formations puissent s’organiser. Des travaux ont été initiés sur la branche IS afin de mesurer les gains apportés par ces solutions mobiles. Latécoère s’attend à des bénéfices en termes d’efficacité et de qualité des données.

L’approche SAP Cloud Platform, testée avec succès sur ces applications mobiles, a d’ores et déjà trouvé un écho sur les chaînes de production. Ainsi, lorsqu’il a fallu mettre en place dans les ateliers des interfaces permettant aux opérateurs de saisir la liste de composants prélevés, c’est  SAP Cloud Platform et une interface de type Fiori qui ont été mises en œuvre.

Et Latécoère entend bien ne pas s’arrêter en si bon chemin. Au travers de ces applications de nouvelle génération, l’entreprise prépare ses collaborateurs au passage à l’ERP SAP S/4HANA, qui propose lui aussi une interface utilisateur modernisée. SAP Cloud Platform devrait par ailleurs être stratégique pour faciliter cette migration. « Nous envisageons de développer nos spécifiques sur SAP Cloud Platfom et non plus directement dans l’ERP, poursuit Karim hajjaji, IT Manager, Support Process & Execution. C’est un changement de paradigme pour nous, mais aussi un moyen de simplifier notre future migration vers SAP S/4HANA. Chaque spécifique déplacé sur SAP Cloud Platform sera un obstacle de moins à notre migration. »

The post Latécoère embrasse la mobilité avec SAP Cloud Platform et Fiori appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Les données jouent un rôle clé dans le fonctionnement des entreprises. Il est donc essentiel de leur donner du sens et de déterminer leur pertinence parmi la multitude d’informations générées par les systèmes et technologies qui soutiennent nos économies mondiales hautement connectées. Les données sont omniprésentes, mais inutiles en tant que telles. Pour exploiter toutes les formes de données et les utiliser de manière pratique et efficace dans les chaînes logistiques, les réseaux d’employés, les écosystèmes de clients et de partenaires, etc., les entreprises doivent mettre en œuvre une stratégie, une gouvernance et un modèle de data management performants.

Qu’est-ce que le data management (ou gestion des données) ? Le data management consiste à collecter, organiser et accéder aux données en vue d’améliorer la productivité, l’efficacité et la prise de décision. Compte tenu de l’importance accrue des données, il est essentiel que toute entreprise, indépendamment de sa taille et de son secteur d’activité, mette en place un système moderne et une stratégie efficace de data management.

Petite infographie qui illustre les principaux éléments du data management

Le processus de data management comprend un large éventail de tâches et de procédures. Par exemple :

  • Collecte, traitement, validation et stockage des données
  • Intégration de différents types de données émanant de sources disparates, notamment des données structurées et non structurées
  • Haute disponibilité des données et restauration après sinistre
  • Gestion de l’utilisation des données et de l’accès aux données par les collaborateurs et les applications
  • Protection et sécurisation des données en garantissant leur confidentialité

Pourquoi le data management est-il important ?

Les applications, solutions analytiques et algorithmes utilisés dans une entreprise (c’est-à-dire les règles et les processus associés au moyen desquels les ordinateurs résolvent les problèmes et exécutent les tâches) reposent sur un accès transparent aux données. Fondamentalement, un système de data management permet de garantir la sécurité, la disponibilité et l’exactitude des données. Mais ses avantages ne s’arrêtent pas là.

Transformer le Big Data en actif à forte valeur ajoutée

Les données trop volumineuses peuvent être inutiles, voire nuisibles, si elles ne sont pas gérées de manière appropriée. Toutefois, avec les outils adéquats, les entreprises peuvent exploiter le Big Data pour enrichir plus que jamais les renseignements dont elles disposent et améliorer leurs capacités prévisionnelles. Le Big Data peut les aider à mieux comprendre les attentes de leurs clients et à leur offrir une expérience exceptionnelle. L’analyse et l’interprétation du Big Data permet également de mettre en place de nouveaux modèles de gestion axés sur les données, tels que les offres de services basées sur l’Internet des Objets (IoT) en temps réel et les données de capteurs.

163 zettaoctets de données en 2025 (IDC)

80 % des données mondiales seront non structurées en 2025 (IDC)

Les Big Data sont des ensembles de données extrêmement volumineux, souvent caractérisés par les cinq V : le volume de données collectées, la variété des types de données, la vitesse à laquelle les données sont générées, la véracité des données et leur valeur.

Il est bien connu que les entreprises pilotées par les données disposent d’un avantage concurrentiel majeur. En utilisant des outils avancés, les entreprises peuvent gérer des volumes de données plus importants provenant de sources plus diversifiées que jamais. Elles peuvent aussi exploiter des données très variées, structurées et non structurées ou en temps réel, notamment les données des dispositifs IoT, les fichiers audio et vidéo, les données du parcours de navigation sur Internet et les commentaires sur les réseaux sociaux, ce qui leur offre davantage de possibilités de monétiser les données et de les utiliser comme véritable actif.

Créer une infrastructure de données qui favorise la transformation numérique

On dit souvent que les données sont le moteur de la transformation numérique. L’intelligence artificielle (IA), le machine learning, l’Industrie 4.0, les analyses avancées, l’Internet des Objets et l’automatisation intelligente requièrent d’énormes volumes de données ponctuelles, exactes et sécurisées.

L’importance des données et des technologies axées sur les données n’a fait que se renforcer depuis l’apparition de la COVID-19. De nombreuses entreprises ressentent le besoin urgent d’exploiter leurs données de manière plus efficace pour prévoir les événements à venir, réagir rapidement et intégrer la résilience dans leurs plans et modèles de gestion.

Le machine learning, par exemple, requiert des ensembles de données extrêmement volumineux et diversifiés pour « apprendre », identifier des modèles complexes, résoudre les problèmes et assurer la mise à jour et l’exécution efficace des modèles et algorithmes. Les analyses avancées (qui exploitent souvent l’apprentissage automatique) requièrent également de gros volumes de données de haute qualité pour pouvoir générer des informations pertinentes et exploitables qui puissent être utilisées en toute confiance. Quant à l’IoT et l’IoT industriel, ils s’exécutent sur un flux constant de données de machines et capteurs à 1,6 millions de kilomètres par minute.

Les données sont le dénominateur commun de tout projet de transformation numérique. Pour transformer leurs processus, tirer parti des nouvelles technologies et devenir intelligentes, les entreprises doivent disposer d’une infrastructure de données solide. En résumé, d’un système de data management moderne.

« La survie de toute entreprise dépendra d’une architecture agile centrée sur les données, capable de s’adapter au rythme constant du changement. »

Donald Feinberg, vice-président de Gartner

Garantir la conformité aux lois en matière de confidentialité des données

Une gestion appropriée des données est également essentielle pour garantir la conformité aux lois nationales et internationales en matière de confidentialité des données, telles que le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (California Consumer Privacy Act ou « CCPA ») aux États-Unis, et répondre aux exigences de confidentialité et de sécurité spécifiques du secteur. En outre, il est essentiel de mettre en place des politiques et procédures solides en matière de data management pour satisfaire aux exigences d’audit.


Systèmes et composants du data management

Les systèmes de data management reposent sur des plates-formes et intègrent une combinaison de composants et processus qui vous aident à tirer profit de vos données. Il peut s’agir de systèmes de gestion de base de données, d’entrepôts de données, de lacs de données, d’outils d’intégration de données, d’outils analytiques, etc.

Systèmes de gestion de base de données (SGBD)

Il existe différents types de systèmes de gestion de base de données. Les systèmes les plus courants sont les systèmes de gestion de base de données relationnelle (SGBDR), les systèmes de gestion de base de données orientée objet (SGBDOO), les bases de données in-memory et les bases de données en colonnes.

Petite infographie des différents types de systèmes de gestion de base de données

  • Système de Gestion de Base de Données Relationnelle (SGBDR) :il s’agit d’un système qui contient des définitions de données permettant aux programmes et aux systèmes d’extraction de référencer les éléments de données par nom, plutôt que de décrire à chaque fois la structure et l’emplacement des données. En fonction du modèle relationnel, le système SGBDR gère également les relations entre les éléments de données qui améliorent l’accès et empêchent les doublons. Par exemple, la définition et les caractéristiques de base d’un élément sont stockées une seule fois et liées aux lignes de détail des commandes clients et aux tables de détermination du prix.
  • Système de Gestion de Base de Données Orientée Objet (SGBDOO) :il s’agit d’une approche différente de la définition et du stockage de données, développée et utilisée par les développeurs de systèmes de programmation orientée objet (SPOO). Les données sont stockées en tant qu’objets, entités autonomes et auto-décrites, plutôt que dans des tables à l’image du système SGBDR.
  • Base de données in-memory :une base de données in-memory (BDIM) stocke les données dans la mémoire principale (RAM) d’un ordinateur, plutôt que sur un lecteur de disque. L’extraction des données étant beaucoup plus rapide qu’à partir d’un système basé sur disque, les bases de données in-memory sont couramment utilisées par les applications qui exigent des temps de réponse rapides. Par exemple, les données qu’il fallait auparavant compiler dans un rapport sont désormais accessibles et peuvent être analysées en quelques minutes, voire quelques secondes.
  • Base de données en colonnes : une base de données en colonnes stocke des groupes de données liées (une « colonne » d’informations) pour y accéder plus rapidement. Cette base de données est utilisée dans les applications de gestion in-memory modernes et dans de nombreuses applications d’entrepôt de données autonomes dans lesquelles la vitesse d’extraction (d’un éventail de données limité) est importante.

Entrepôts et lacs de données

  • Entrepôt de données :un entrepôt de données est un référentiel central de données cumulées à partir de différentes sources à des fins de reporting et d’analyse.
  • Lac de données :un lac de données est un vaste pool de données stockées dans leur format brut ou naturel. Les lacs de données sont généralement utilisés pour stocker le Big Data, y compris les données structurées, non structurées et semi-structurées.

Gestion des données de base (MDM)

La gestion des données de base est une discipline qui consiste à créer une référence de base fiable (référence unique) de toutes les données de gestion importantes, telles que les données produit, les données client, les données d’actifs, les données financières, etc. Elle garantit que l’entreprise n’utilise pas plusieurs versions potentiellement incohérentes des données dans ses différentes activités, y compris dans les processus, les opérations, l’analyse et le reporting. La consolidation des données, la gouvernance des données et la gestion de la qualité des données constituent les trois piliers clés d’une gestion des données de base efficace.

« Une discipline basée sur la technologie dans laquelle l’entreprise et l’organisation informatique collaborent pour garantir l’uniformité, la précision, l’administration, la cohérence sémantique et la responsabilité des ressources de données de base partagées officielles de l’entreprise. »

Définition de la gestion des données de base par Gartner

Gestion du Big Data

De nouveaux types de bases de données et d’outils ont été développés pour gérer le Big Data : d’énormes volumes de données structurées, non structurées et semi-structurées inondent les entreprises aujourd’hui. Outre les infrastructures basées sur le Cloud et les techniques de traitement hautement efficaces mises en place pour gérer le volume et la vitesse, de nouvelles approches ont vu le jour pour interpréter et gérer la variété de données. Pour que les outils de data management puissent comprendre et utiliser différents types de données non structurées, par exemple, de nouveaux processus de prétraitement permettent d’identifier et de classer les éléments de données en vue de faciliter leur stockage et leur extraction.

Intégration des données

L’intégration des données consiste à intégrer, transformer, combiner et mettre à disposition les données à l’endroit et au moment où les utilisateurs en ont besoin. Cette intégration s’effectue dans l’entreprise et au-delà, chez les partenaires et dans les cas d’utilisation et les sources de données tierces, pour répondre aux besoins de consommation de données de toutes les applications et de tous les processus de gestion. Les techniques utilisées incluent le déplacement des données en masse/par lots, l’extraction, la transformation, le chargement (ETL), la capture des données de modification, la réplication des données, la virtualisation des données, l’intégration des données de streaming, l’orchestration des données, etc.

Gouvernance, sécurité et conformité des données

La gouvernance des données est un ensemble de règles et de responsabilités visant à garantir la disponibilité, la qualité, la conformité et la sécurité des données dans toute l’organisation. Elle définit l’infrastructure et désigne les collaborateurs (ou postes) au sein d’une organisation dotés du pouvoir et de la responsabilité nécessaires pour assurer le traitement et la sauvegarde de types de données spécifiques. La gouvernance des données est un aspect clé de la conformité. Alors que les mécanismes de stockage, de traitement et de sécurité sont gérés par les systèmes, la gouvernance des collaborateurs permet de s’assurer que les données sont exactes, correctement gérées et protégées avant d’être entrées dans les systèmes, lorsqu’elles sont utilisées, puis lorsqu’elles sont extraites des systèmes à d’autres fins d’utilisation et de stockage. La gouvernance détermine comment les responsables utilisent les processus et les technologies pour gérer et protéger les données.

La sécurité des données est bien évidemment une préoccupation majeure dans notre monde actuel constamment menacé par les pirates informatiques, les virus, les cyberattaques et les violations de données. Bien que la sécurité soit intégrée dans les systèmes et les applications, la gouvernance des données garantit que ces systèmes sont correctement configurés et administrés pour protéger les données, et que les procédures et les responsabilités sont appliquées pour assurer leur protection en dehors des systèmes et de la base de données.

Business Intelligence et analyses

La plupart des systèmes de data management, sinon tous, incluent des outils de reporting et d’extraction des données de base, et beaucoup d’entre eux intègrent ou sont fournis avec de puissantes applications d’extraction, d’analyses et de reporting. Les applications d’analyses et de reporting sont également disponibles auprès de développeurs tiers et sont presque toujours incluses dans le groupe d’applications en tant que fonctionnalité standard ou en tant que module complémentaire facultatif pour des fonctionnalités plus avancées.

La puissance des systèmes de data management actuels réside, dans une large mesure, dans les outils d’extraction ad hoc qui permettent aux utilisateurs disposant d’un minimum de formation de créer leurs propres extractions de données à l’écran et d’imprimer des rapports en bénéficiant d’une grande flexibilité dans la mise en forme, les calculs, les tris et les résumés. En outre, les professionnels peuvent utiliser ces outils ou des jeux d’outils d’analyses plus avancés pour aller encore plus loin en termes de calculs, comparaisons, mathématiques abstraites et mises en forme. Les nouvelles applications analytiques permettent de relier les bases de données traditionnelles, les entrepôts de données et les lacs de données pour intégrer le Big Data aux données des applications de gestion en vue d’améliorer les prévisions, les analyses et la planification.


Qu’est-ce qu’une stratégie de gestion des données d’entreprise et quelle est son utilité ?

De nombreuses entreprises se sont montrées passives dans leur approche de stratégie de data management en acceptant ce que leur fournisseur d’applications de gestion avait intégré dans leurs systèmes. Mais cela ne suffit plus. Avec l’explosion actuelle des données et leur importance accrue dans le fonctionnement de toute entreprise, il devient indispensable d’adopter une approche plus proactive et plus globale du data management. D’un point de vue pratique, cela implique de définir une stratégie des données visant à :

  • identifier les types de données spécifiques utiles à votre entreprise ;
  • attribuer des responsabilités pour chaque type de données ; et
  • définir des procédures régissant l’acquisition, la collecte et la gestion de ces données.

La mise en œuvre d’une infrastructure et d’une stratégie de gestion des données d’entreprise offre notamment l’avantage de fédérer l’entreprise, en coordonnant toutes les activités et décisions à l’appui de ses objectifs, à savoir offrir des produits et des services de qualité de manière efficace. Une stratégie globale de data management et une intégration transparente des données permettent de décloisonner les informations. Elles aident chaque service, responsable et employé à mieux comprendre sa contribution individuelle à la réussite de l’entreprise, et à adopter des décisions et des actions alignées sur ces objectifs.


Évolution du data management

La gestion efficace des données joue un rôle clé dans la réussite des entreprises depuis plus de 50 ans : elle permet d’améliorer la précision du reporting, de repérer les tendances et de prendre de meilleures décisions pour favoriser la transformation numérique et exploiter les nouvelles technologies et les nouveaux modèles de gestion. Les données représentent aujourd’hui une nouvelle forme de capital et les organisations visionnaires sont toujours à l’affût de nouveaux moyens de les exploiter à leur avantage. Ces dernières tendances en matière de data management méritent d’être surveillées et peuvent être pertinentes pour votre entreprise et votre secteur d’activité :

  • Structure de données : la plupart des entreprises disposent aujourd’hui de différents types de données déployées sur site et dans le Cloud, et utilisent plusieurs systèmes de gestion de bases de données, outils et technologies de traitement. Une structure de données, qui est une combinaison personnalisée d’architecture et de technologie, utilise une intégration et une orchestration dynamiques des données pour permettre un accès et un partage transparents des données dans un environnement distribué.
  • Data management dans le Cloud :de nombreuses entreprises se sont mises à migrer tout ou partie de leur plateforme de gestion des données dans le Cloud. Le data management dans le Cloud offre tous les avantages du Cloud, notamment l’évolutivité, la sécurité avancée des données, l’amélioration de l’accès aux données, les sauvegardes automatisées et la restauration après sinistre, les économies de coûts, etc. Les solutions de base de données Cloud et base de données en tant que service (DBaaS), les entrepôts de données Cloud et les lacs de données Cloud montent en puissance.
  • Data management augmenté :c’est l’une des dernières tendances. Identifiée par Gartner comme une technologie au potentiel perturbateur d’ici 2022, la gestion des données augmentée exploite l’IA et l’apprentissage automatique pour donner aux processus de gestion la capacité de s’autoconfigurer et s’autorégler. Le data management augmenté automatise tout, de la qualité des données et de la gestion des données de base jusqu’à l’intégration des données, ce qui permet au personnel technique qualifié de se concentrer sur des tâches à plus forte valeur ajoutée.

« D’ici 2022, les tâches manuelles de data management seront réduites de 45 % grâce à l’apprentissage automatique et à la gestion automatisée des niveaux de service. »

Gartner

  • Analyse augmentée : l’analyse augmentée, une autre tendance technologique de pointe identifiée par Gartner, est en train d’émerger. L’analyse augmentée exploite l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et le traitement du langage naturel (TLN) pour rechercher automatiquement les informations les plus importantes, mais aussi pour démocratiser l’accès aux analyses avancées afin que tous les collaborateurs, et pas uniquement les experts en Big Data, puissent interroger leurs données et obtenir des réponses d’une manière naturelle et conversationnelle.

Découvrez d’autres termes et tendances en matière de data management.


Synthèse

L’information est dérivée des données et si elle synonyme de pouvoir, cela signifie que la gestion et l’exploitation efficaces de vos données pourraient représenter une formidable opportunité de croissance pour votre entreprise. Les responsabilités en matière de data management et le rôle des analystes de bases de données (DBA) évoluent vers un modèle d’agent du changement, qui favorise l’adoption du Cloud, exploite les nouvelles tendances et technologies et apporte une valeur stratégique à l’entreprise.


Pictogramme qui représente un entrepôt de données

Solutions de data management et de bases de données

Découvrez comment SAP peut vous aider à gérer, administrer et intégrer vos données d’entreprise pour disposer d’analyses fiables et prendre des décisions avisées.

En savoir plus


Publié en anglais sur insights.sap.com

The post Qu’est-ce que le data management ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

MUNICHSAP SE (NYSE : SAP) a annoncé aujourd’hui que le FC Bayern Munich, le club de football le plus titré d’Allemagne, a mis en œuvre avec succès la solution SAP SuccessFactors Employee Central pour standardiser et optimiser ses principaux processus de ressources humaines (RH) et améliorer l’expérience de ses plus de 1 000 employés.

En s’appuyant sur le service SAP Model Company pour accélérer le déploiement de la solution, le FC Bayern a bénéficié de processus préconfigurés et de best practices prêts à l’emploi.

Intégré à la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management Suite, SAP SuccessFactors Employee Central est un système d’information RH basé sur le cloud, que les entreprises utilisent pour gérer leur personnel grâce à toutes les fonctions RH essentielles.

Avec la mise en œuvre de SAP SuccessFactors Employee Central, le FC Bayern est passé de feuilles de calcul et processus manuels à une plate-forme entièrement intégrée. Cela permet de mettre en place des processus RH cohérents et numériques et, à l’avenir, d’unifier les données relatives au recrutement, à l’intégration et à la gestion des performances. En outre, des rapports peuvent être générés facilement et efficacement pour optimiser la planification et l’analyse des effectifs.

« La solution SAP SuccessFactors Employee Central permet à l’équipe RH du FC Bayern de faire ce qu’elle fait le mieux – se concentrer sur les ressources humaines stratégiques et à valeur ajoutée plutôt que sur les processus transactionnels », a déclaré Jan-Christian Dreesen, vice-président exécutif du FC Bayern. « Avant de mettre en œuvre la solution, nous travaillions avec des processus lourds et fastidieux. L’intégration nous a permis non seulement de numériser nos processus, de les retravailler et d’innover. En créant un environnement plus efficace, notre équipe RH peut se focaliser sur nos employés et leur offrir la meilleure expérience possible. »

SAP SuccessFactors Employee Central comprend des options en libre-service pour favoriser l’engagement des employés du FC Bayern. L’application SAP SuccessFactors Mobile offre à tous les employés – y compris les joueurs, les entraîneurs, les managers et les employés de bureau – une expérience mobile moderne et intuitive. Ils peuvent accéder à leurs données personnelles et mettre à jour leur profil employé, ainsi que saisir, approuver et enregistrer les absences telles que les vacances – autant de tâches qui nécessitaient auparavant de faire appel aux RH pour obtenir leur accord.

« Avec la mise en œuvre de SAP SuccessFactors Employee Central, c’est avec enthousiasme que nous ouvrons un nouveau chapitre dans le partenariat de longue date entre le FC Bayern et SAP », a déclaré Andreas Jung, membre du conseil d’administration du FC Bayern.

« Depuis 2014, SAP est un partenaire platine officiel du FC Bayern. Nous travaillons ensemble à des solutions innovantes qui aident le club à atteindre ses objectifs sportifs et commerciaux », a déclaré Thomas Saueressig, member of the SAP Executive Board, Product Engineering. « La mise en service de SAP SuccessFactors Employee Central étend ce partenariat à la gestion de l’expérience humaine, permettant au club sportif d’accélérer encore sa croissance et de rester compétitif à tout moment, tant sur le terrain qu’en dehors. »

Pour plus d’informations, visitez la section « SIRH & Gestion RH » de SAP.com et le SAP News Center. Suivez SAP sur Twitter @SAPNews.

The post Le FC Bayern Munich adopte SAP SuccessFactors Employee Central pour améliorer la gestion numérique des ressources humaines appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Un personnel polyvalent est essentiel pour surmonter les défis, notamment ceux liés au COVID-19. Les entreprises reconnaissent désormais l’importance de l’upskilling et du reskilling. Mais elles ne savent pas toujours comment procéder à grande échelle. Ou comment exploiter efficacement des technologies comme les learning management systems (LMS). Si les collaborateurs peuvent accéder à une pléthore de formations, certifications et badges, de nombreux dirigeants peinent encore à discerner ce qui aura le plus d’impact.

Beaucoup d’organisations ont démontré leur capacité à faire basculer leurs salariés en télétravail presque du jour au lendemain. Alors que les entreprises commencent à s’adapter à cette nouvelle réalité, on peut se demander comment progresser sur d’autres problématiques. Comme celle de l’apprentissage sur le lieu de travail. Avec des solutions et des technologies innovantes les dirigeants étudient la meilleure façon d’y parvenir, en évaluant comment communiquer de manière authentique, recueillir des insights et mettre en œuvre des formations plus efficaces.

Parallèlement à une stratégie des effectifs, les entreprises peuvent suivre les étapes suivantes pour soutenir la formation et le développement de leurs collaborateurs.

collaborateur au bureau

1. Déterminer les déficits de compétences et anticiper les besoins à long terme

Après avoir déterminé leurs objectifs et évalué plusieurs scénarios, les entreprises élaborent une stratégie des effectifs adaptée. Pour la déployer, une étape clé est de combler l’écart entre les compétences que vos collaborateurs ont déjà et celles qu’ils doivent acquérir. De nombreuses entreprises, lorsqu’elles s’adaptent à l’incertitude économique, évaluent ces écarts tout en déterminant s’il faut réduire les effectifs. Aussi important soit-il de réfléchir aux besoins d’aujourd’hui, considérer les besoins en effectifs et compétences pour les 5 à 10 prochaines années est tout aussi central, si ce n’est plus. Si certaines compétences techniques deviennent rapidement caduques, d’autres, comme le leadership, représentent un investissement pour l’avenir. Il a également été démontré qu’un programme de formation solide aide à attirer et retenir les meilleurs talents.

La première étape dans l’élaboration d’une stratégie de gestion des talents est l’identification des emplois et des carrières qui nécessiteront l’upskilling des collaborateurs. Par exemple, de nombreux emplois seront reconfigurés avec des technologies telles que l’intelligence artificielle (IA). Les organisations devraient commencer par identifier les tâches essentielles à la croissance et à l’amélioration de l’expérience client. Ensuite, elles devraient identifier les ressources nécessaires pour les accomplir. Ressources qui incluent notamment les machines intelligentes et salariés requalifiés. Les nouvelles descriptions de poste devraient refléter le besoin de ces collaborateurs plus stratégiques et créatifs. Dans le cadre du recrutement, les technologies RH peuvent aujourd’hui aider les entreprises à prédire la réussite en évaluant la personnalité et les capacités cognitives des candidats.

De plus, pour évaluer en continu les compétences des collaborateurs, il faut envisager de développer une bibliothèque des compétences. Une base de données de ce que les salariés doivent savoir et des compétences qu’ils doivent posséder pour performer dans leurs fonctions. Dans un sens, il s’agit de descriptions de postes basées sur les compétences.

2. Interroger les collaborateurs

Les plates-formes technologiques RH peuvent recueillir des données en temps réel sur l’expérience des collaborateurs et les objectifs business, afin d’aider les entreprises à bien prioriser en matière d’upskilling. En interrogeant les collaborateurs, elles peuvent diagnostiquer les compétences actuelles d’une personne et recueillir des informations sur les compétences adjacentes.

Comprendre les besoins d’un collaborateur est essentiel, non seulement pour la stratégie d’upskilling, mais aussi pour améliorer l’expérience employé et la fidélisation. Pour de meilleurs résultats à long terme, les entreprises devraient aligner leurs efforts d’upskilling sur les plans de carrière des collaborateurs et leur développement. Un personnel heureux est souvent un personnel productif. Des recherches ont montré que les collaborateurs sont souvent « au mieux de leur carrière » lorsque leurs talents, leurs passions et les besoins de l’entreprise sont alignés.

3. Tenir compte des compétences, des connaissances et de l’expérience

Dans certains domaines, l’acquisition et le transfert des connaissances sont tout aussi importants que les compétences. Bien que les data scientists puissent être très demandés pour intégrer les technologies d’IA dans une entreprise, il n’est pas toujours suffisant qu’un collaborateur cherche à obtenir une certification en data science pour assurer la fonction. Les candidats devront avoir une connaissance approfondie des mathématiques ou de l’informatique pour comprendre le fonctionnement des algorithmes. Lorsque les entreprises n’ont pas la taille, la crédibilité ou l’expertise nécessaires dans certains domaines, elles peuvent s’associer à des institutions, organisations académiques ou professionnelles, pour une formation personnalisée.

Un cadre d’apprentissage largement référencé, le modèle « 70-20-10 », encourage les entreprises à promouvoir 70 % de l’apprentissage par l’expérience, 20 % par autrui (mentorat, coaching), et 10 % par la formation formelle. Mais le modèle peut être pondéré selon les domaines et compétences. Par exemple, les pilotes de ligne ont des exigences différentes selon la licence qu’ils souhaitent obtenir, notamment privée ou commerciale. Beaucoup estiment qu’une formation rigoureuse et formelle devrait peser plus de 10 % dans de nombreux domaines.

4. Repenser, remodeler et rééquiper les RH pour soutenir un processus d’apprentissage continu

L’une des clés d’une stratégie des effectifs réussie consiste à diffuser une culture de l’apprentissage. Les collaborateurs peuvent manquer de temps pour suivre une formation de deux heures. Heureusement la technologie, des applications aux systèmes de gestion de la formation (LMS), permet aux collaborateurs d’acquérir des compétences et de partager des connaissances entre eux par le biais d’un upskilling itératif. Ces capsules de formation peuvent prendre la forme de vidéos d’apprentissage de 10 minutes, au format « snacking », qu’ils peuvent visionner aussi bien hors ligne et sur smartphone qu’à la maison.

L’époque où les entreprises donnaient la priorité aux compétences de base et assignaient des sessions de formation à leurs collaborateurs est révolue. Aujourd’hui, les dirigeants peuvent tirer parti des technologies et des écosystèmes pour permettre aux collaborateurs de piloter leur propre apprentissage. Des outils personnalisables qui utilisent l’IA et le machine learning peuvent par exemple fournir une formation, un coaching et des feedbacks personnalisés.

5. Motiver les collaborateurs en les aidant à suivre leurs progrès

Il n’y a pas de modèle unique pour l’upskilling. Au lieu de proposer des plans de formation normatifs, les dirigeants devraient, pour une formation et un développement professionnel réussis, lire les signaux émis par leurs employés.

Grâce à des plans de développement des collaborateurs personnalisés et à l’apprentissage social, les collaborateurs peuvent rester engagés et concentrés grâce à la mise en réseau virtuelle et au mentorat, tandis que les managers les motivent pour atteindre les objectifs. Pour soutenir un personnel en distanciel, les messageries instantanées et les social boards peuvent être très utiles pour retrouver la dynamique collective. Parmi les autres techniques de motivation, on peut citer la gamification associée à des récompenses financières ou des cartes-cadeaux. Et les derniers learning management systems (LMS) permettent aux entreprises de délivrer, de suivre et de gérer le contenu, les certifications et les données des collaborateurs comme une source unique d’enregistrement de l’apprentissage.

Suivant la tendance croissante au partage et à la consommation d’information sur les médias sociaux, de nombreuses personnes s’attendent à avoir la maîtrise du moment et de la façon dont elles apprennent. Et encourager les collaborateurs à créer et à contribuer à leur propre contenu d’apprentissage en créant leurs propres « playlists d’apprentissage» leur permet de devenir, en matière de formation, leur propre patron. Et cela ouvre les portes du progrès individuel.

Grâce à une stratégie des effectifs qui s’aligne sur les objectifs stratégiques, les entreprises peuvent appliquer ces mesures pratiques pour identifier les opportunités de reskilling et les déficits à combler. Grâce à une amélioration de l’expérience et des résultats relatifs au reskilling, les entreprises peuvent soutenir un personnel à l’épreuve du temps. 

L’évolution des réalités dans le monde entier – de la modification des chaînes d’approvisionnement aux business models – a un impact sur toutes les entreprises. Celles qui peuvent réorienter leur personnel pourront relever les défis de l’avenir.

Publié en anglais sur insights.sap.com

The post Upskilling de vos effectifs : de la stratégie à l’action appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Combler les lacunes en matière de compétences est une responsabilité permanente des ressources humaines. Et à mesure que les conditions sociétales, business et macroéconomiques changent, les RH doivent réimaginer la force de travail de demain. Car le sol se dérobe constamment sous leurs pieds. Aujourd’hui, avec la crise du COVID-19, la vitesse à laquelle les RH doivent déployer les initiatives d’upskilling et de reskilling va en s’accélérant.

Upskilling et reskilling, de quoi parle-t-on ?

  • Définition de l’Upskilling (en français, « perfectionnement professionnel ») : former les salariés dans le but d’améliorer leurs performances dans leurs fonctions actuelles.
  • Définition du Reskilling (en français « requalification ») : former les salariés en vue d’une nouvelle fonction, en particulier lorsque les objectifs de l’entreprise ont changé.

La formation, une priorité renforcée par le contexte COVID-19

Malheureusement, il n’existe aucun plan reproductible pour une formation réussie. Chaque entreprise a des besoins spécifiques qui évoluent avec le temps. Dès mars 2020, les e-commerçants se sont empressés de recruter et de former (upskilling), afin de répondre à la hausse de la demande. Les services publics étaient, quant à eux, déjà engagés dans le reskilling. Avec l’introduction de technologies intelligentes permettant d’automatiser certaines tâches répétitives, ils ont pu donner une responsabilité accrue ou plus stratégique à leurs employés. Mais bien que l’intensité et la nature des efforts de formation aient varié d’un secteur à l’autre, le constat est général : le COVID-19 a forcé la main à toutes les entreprises. Reskilling et upskilling ne sont plus des mots à la mode : les efforts doivent être entrepris, et rapidement.

De nombreuses études montrent que les entreprises mènent une vraie guerre des talents, recrutant agressivement des candidats aux compétences identiques ou similaires. Pour certains postes il pourrait pourtant être plus économique, rapide et efficace de former les collaborateurs. Afin qu’ils puissent occuper des fonctions supérieures ou entièrement nouvelles. Mais il ne s’agit pas de choisir entre recruter et former. Ce qu’il faut, c’est un recrutement efficace associé à une stratégie de formation. Car investir dans les collaborateurs apporte plusieurs avantages : une réduction du turn-over ainsi qu’une amélioration de la productivité et de l’innovation.

HXM: The Importance of Continuous UpSkilling and Reskilling

Click the button below to load the content from YouTube.

HXM: The Importance of Continuous UpSkilling and Reskilling

Aujourd’hui l’urgence est plus forte que jamais. S’engager dans l’upskilling et le reskilling peut être la clé de la survie à la crise du COVID-19. Aussi bien pour les jeunes entreprises qui doivent réussir rapidement que pour les organisations installées qui recherchent de la stabilité et une croissance à long terme. La difficulté étant que, maintenant et dans un avenir prévisible, les RH devront trouver le juste équilibre entre embauches, formations et licenciements. Et ce à chaque heure de la journée.

Comprendre les besoins organisationnels et être capable d’y répondre rapidement sera la clé, non seulement de la carrière des professionnels RH mais aussi du succès des organisations qui les entourent.

Du télétravail à l’upskilling et reskilling

Arrêtez-vous un instant et pensez à quel point tout a changé en seulement quelques mois. À la fin de l’année 2019, si un DRH était entré dans le bureau du PDG et lui avait recommandé de commencer à planifier un futur avec des salariés majoritairement en télétravail, on l’aurait sans doute sèchement renvoyé à son bureau. Aujourd’hui le télétravail est devenu normal, si ce n’est la norme.

Mais le principal enseignement est que les organisations se sont révélées plus agiles et réactives que prévu. Et si chacun a été capable d’adopter le télétravail tout en restant efficace, pourquoi les entreprises n’arriveraient-elles pas à former les employés à de nouvelles compétences, rapidement, afin d’atteindre les objectifs fluctuants de l’organisation ? L’upskilling et le reskilling dans un environnement de travail à distance est un défi mais également une nécessité. Et gardons aussi à l’esprit que l’apprentissage « sur le tas », par la pratique, fera partie du chemin. En effet, trouver l’équilibre demande aujourd’hui une adaptation continue, voire même à la volée.

Pensez-y de cette manière : il a fallu des décennies avant que les téléphones portables ne puissent être glissés dans nos poches. Puis le smartphone est arrivé. Aujourd’hui, une application ou un jeu mobile peuvent devenir viraux à l’échelle mondiale, en quelques minutes.

La fonction RH connaît la même évolution rapide. Il y a quelques décennies le passage des documents papier aux fichiers informatiques s’opérait lentement. Aujourd’hui les RH ont délégué les tâches répétitives à des intelligences artificielles ou à des portails en ligne et élaborent des stratégies d’e-learning et de modélisation des effectifs. Si leur fonction est d’aligner les objectifs de formation sur les besoins de l’entreprise, alors les RH ont, comme tout le monde, besoin d’upskilling. Une stratégie de formation pertinente et agile, prête à être déployée à tout moment, est la carte que les professionnels RH ont en main avec leur siège à la table des décisions.

L’avenir du travail est là

Pour les RH, le défi n’est pas simplement d’identifier les lacunes en matière de compétences et de décider s’il faut embaucher ou former. Il s’agit de quantifier l’impact, revoir le plan d’action, puis de quantifier encore, etc. Dans un monde où chaque décision repose sur un calcul de ROI, même subjectif, il est essentiel pour les RH de relier les initiatives de formation aux objectifs immédiats et long terme de l’entreprise. Prenons deux exemples :

  • Delaware Consulting (1700 employés), en implémentant des solutions logicielles de formation robustes, a pu réaliser des économies grâce à un suivi plus précis de ses dépenses. Delaware a ainsi réduit de 5 % les coûts liés aux annulations de formations et de 12 % le temps consacré à l’administratif RH.
  • Newcrest Mining, en Australie, a utilisé des solutions logicielles similaires pour économiser 1,6 million de dollars US en frais de formation au cours des six premiers mois et a également dégagé 3,2 millions de dollars d’économies par gains de productivité la première année.

Le défi, cependant, est le temps : quand et comment les employés peuvent-ils être formés ? C’est particulièrement délicat lorsque l’on sait qu’un employé dispose en moyenne de 14 minutes de temps libre par semaine pour se former. Trouver un moyen d’ajouter une formation à la journée de travail est plus compliqué que de décider s’il faut ou non former. De plus, toute initiative d’upskilling ou de reskilling doit plus largement s’inscrire dans une planification stratégique des effectifs.

Cela signifie que certains salariés seront sélectionnés pour développer de nouvelles compétences quand d’autres seront laissés de côté. Les employés sont intelligents et savent ce qui se passe autour d’eux. C’est pourquoi les initiatives de formation doivent être accompagnés d’un plan de communication solide. Afin que les rumeurs, notamment sur les réductions d’effectifs, ne s’ébruitent pas. Toute stratégie de reskilling ou d’upskilling doit également être associée à un plan de communication interne solide. Un domaine où les RH assument une responsabilité croissante. Dans le cadre d’un vaste effort à l’échelle de l’entreprise, il est essentiel de veiller à ce que chacun, qu’il participe ou non à l’effort de requalification, comprenne les objectifs de l’organisation et la manière dont son travail sera affecté.

Les pièges et obstacles de l’upskilling et du reskilling

Il est également important de garder en tête différents scénarios. Comme la possibilité pour les salariés requalifiés d’exporter leurs nouvelles compétences ailleurs, voire chez un concurrent. Le turn-over est toujours une préoccupation, même en temps normal. Mais si l’attrition peut affecter le ROI associé à un effort de reskilling ou d’upskilling, l’alternative consistant à ne pas former, et donc à ne pas répondre à l’évolution du contexte, serait bien pire.

C’est pourquoi il est essentiel de relier directement les efforts de formation aux résultats de l’entreprise. Par exemple : si l’objectif est de stimuler les ventes en formant de nouveaux commerciaux, il faut mesurer la hausse des ventes. Cherchez des partenaires dans l’entreprise qui peuvent s’appuyer sur des outils ou localisez des parties prenantes pour vous aider à mesurer l’impact de votre travail. Les craintes d’attrition ou de perte de temps équivalent, en fin de compte, à une paralysie par l’analyse. S’engager dans le reskilling et l’upskilling est une question de capacité de l’entreprise à faire face à la concurrence. C’est pourquoi les RH ne doivent pas être considérées comme une entité administrative mais comme une entité pouvant s’attaquer de front aux déficiences de l’entreprise.

Être compétitif dans le contexte business moderne exige à la fois de réimaginer la fonction RH et de créer une culture de l’apprentissage. L’un ne va pas sans l’autre. Les efforts de formation exigent également des RH qu’ils aient une stratégie claire sur les personnes qui recevront de nouvelles compétences et sur ce qu’elles sont censées apporter à l’avenir. Enfin, il faut tenir compte de la manière dont la technologie peut évoluer et avoir un impact sur l’efficacité de tout effort de formation. Un système de gestion de la formation (LMS) moderne peut vous aider à atteindre vos objectifs d’upskilling et de reskilling.

Alors que la pandémie de COVID-19 est un facteur de complication, il faut considérer la formation comme un facteur clé de stabilité et de croissance à long terme. Qui aide à pivoter face aux défis. Le COVID-19 a accéléré les tendances déjà en place et a mis en évidence ce que les entreprises savaient déjà : les organisations dont vous entendrez parler comme des « success stories » dans quelques années seront celles qui se seront activement engagées dans l’upskilling et reskilling de leurs salariés en vue des défis à venir. En raison de la pandémie, les entreprises doivent simplement évoluer à un rythme plus rapide. Et pour ce faire, elles doivent, de même que leurs employés, être plus « smart ».

Publié en anglais sur insights.sap.com

The post Upskilling et reskilling de vos effectifs : pourquoi est-ce important ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

WALLDORF, Allemagne – 18 décembre 2020 – SAP SE (NYSE : SAP) a dévoilé la solution SAP® SuccessFactors® Time Tracking. Cette nouvelle solution cloud offre aux entreprises des outils simples et innovants pour enregistrer, approuver et contrôler le temps de travail de leurs collaborateurs. Dotée d’une interface utilisateur intuitive, la solution SAP SuccessFactors Time Tracking améliore l’expérience des collaborateurs et permet de s’assurer que les salariés sont payées avec précision, dans les délais et conformément aux réglementations locales.

Grâce à des fonctionnalités avancées de gestion du temps et des présences, SAP SuccessFactors Time Tracking offre une vue en temps réel de la saisie des temps du personnel, ce qui permet une plus grande transparence des rémunérations et un meilleur contrôle des horaires et des heures supplémentaires. Les dirigeants peuvent suivre et minimiser les coûts de main-d’œuvre grâce à des informations et des tableaux de bord intégrés, ce qui contribue à améliorer la productivité de l’ensemble du personnel. La solution s’intègre aux solutions SAP SuccessFactors Employee Central, SAP SuccessFactors Employee Central Payroll ainsi qu’aux solutions de paie SAP classiques. La solution s’intègre également avec les badgeuses du marché. Les entreprises peuvent ainsi partager des données pertinentes entre plusieurs systèmes afin de garantir l’exactitude des paiements. En outre, la solution SAP SuccessFactors Time Tracking est une solution internationale conçue pour prendre en charge les spécificités locales notamment les fuseaux horaires, les langues, les calendriers de vacances, les règlementaires de paie spécifiques à chaque pays.

« La solution SAP SuccessFactors Time Tracking offre aux employés la personnalisation et la simplicité qu’ils sont en droit d’attendre d’une expérience de site internet grand public », a déclaré Amy Wilson, vice-présidente senior, HXM Product & Design, SAP SuccessFactors. « En même temps, elle apporte l’innovation dont nos clients ont besoin pour gérer des effectifs diversifiés et mondiaux et leur offre une plus grande flexibilité dans leur démarche vers le cloud ». 

Les principaux avantages et caractéristiques prévus pour la solution SAP SuccessFactors sont les suivants :

  • Une plus grande flexibilité pour les employés : Pour aider les employés à gérer leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les salariés éligibles peuvent choisir soit d’être payés pour leurs heures supplémentaires, soit de les utiliser pour prendre des congés supplémentaires. La gestion des horaires flexibles permet aux employés de déterminer le rythme de travail qui leur conviennent le mieux dans le respect des règles imposées par l’employeur.
  • Gestion simplifiée des horaires de travail : Le suivi intelligent des horaires permet aux collaborateurs de pointer à l’entrée et à la sortie et de suivre leur temps de travail au cours de la journée. Il permet aux RH de définir des alertes automatiques pour rappeler aux employés et aux responsables de remplir les feuilles de présence et les pointages de sortie. Les alertes de temps fournissent des avertissements et des messages d’erreur qui permettent aux administrateurs d’examiner et de corriger les problèmes de gestion et de pointage, tels que les heures supplémentaires excessives. En outre, la fonction de suivi de la valorisation des temps fournit des informations détaillées sur chaque étape de valorisation pour un employé, en montrant comment les saisies de temps spécifiques sont calculées. Cela permet aux RH de répondre rapidement et facilement aux questions des collaborateurs concernant leur rémunération.
  • Amélioration de la transparence des processus de rémunération : Grâce à des flux d’approbation intelligents, les RH peuvent définir des règles pour automatiser l’approbation des feuilles de temps par lots. Grâce à l’approbation d’un seul enregistrement, les gestionnaires peuvent pré-approuver des demandes spécifiques, telles que le temps de déplacement associé au temps de travail effectif.
  • Une visibilité accrue sur l’ensemble des effectifs : Les responsables disposent d’une parfaite visibilité sur les coûts salariaux, y compris les feuilles de temps planifiées et enregistrées, sur les heures de travail et les coûts associés. Cela permet de connaître les coûts de main-d’œuvre, le suivi des congés et de la productivité, et ainsi de prendre de meilleures décisions.

« La nouvelle solution SAP SuccessFactors Time Tracking est un ajout important à la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management« , a déclaré Steve Goldberg, vice-président et directeur de recherche de Ventana Research Inc. « L’automatisation et l’activation de ces processus peuvent être ardues, voire complexes, et les limites des solutions existantes sur le terrain n’ont pas aidé. Cette solution de gestion du temps basée sur le cloud offre un large éventail de fonctionnalités essentielles et innovantes, associées au type d’interface utilisateur moderne que les clients attendent des solutions SAP SuccessFactors ».

La disponibilité de la solution SAP SuccessFactors Time Tracking est prévue pour janvier 2021. Pour en savoir plus sur la solution, consultez le site sap.com/time-tracking.

Visitez le SAP News Center. Suivez SAP sur Twitter @SAPNews.

The post SAP SuccessFactors Time Tracking : une nouvelle solution cloud pour simplifier les processus RH et améliorer l’expérience des salariés appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com