Articles

Paris, le 19 septembre 2022 – SAP SE (NYSE : SAP) a lancé l’édition 2023 de son programme d’accélération de start-ups axé sur le futur du Retail and Consumer Products. Pour cette 8ème édition de SAP.iO Foundry Paris, 12 start-ups internationales ont été sélectionnées par un jury composé d’experts SAP, de partenaires, de clients et de fonds d’investissement. Ces start-ups ont été reconnues comme étant précurseur sur ce thème de “Future of Retail and Consumer Products ”, un thème plus que jamais d’actualité avec les bouleversements des usages et du parcours client observé durant la crise sanitaire, et qui résulte de l’accélération de la numérisation de toutes les entreprises.

SAP.iO Foundry Paris, véritable incubateur de SAP en France, a déjà aidé plus de 65 start-ups à développer leur business ou leur solution. En quatre ans, SAP a atteint l’objectif fixé avec le gouvernement français visant à soutenir l’économie des start-ups lors sur sommet #ChooseFrance.

Ce nouveau programme a pour objectif de proposer aux entreprises du Retail et Consumer Products un accompagnement de leur stratégie digitale, grâce aux solutions de ces 12 start-ups, au rythme de l’évolution technologique autour de deux enjeux clés :

  • Proposer à leurs clients une expérience d’achat améliorée et différenciante
  • Assurer la traçabilité et l’authenticité de leurs produits

Odilia von Zitzewitz, Interim Lead SAP.iO Foundry Paris déclare : “SAP.iO est un accélérateur de start-ups formidable et engagé. Pour cette édition, l’accent a été mis sur le Retail laissant place à des innovations de choix, et qui répondent aux enjeux prédominants des acteurs de ce secteur clé. Nous sommes très fiers d’accompagner cette nouvelle promotion de start-ups !”

Au cours des 5 prochains mois, les start-ups auront accès à un mentorat personnalisé de la part des dirigeants de SAP France, à une exposition à la technologie SAP® et aux interfaces de programmation d’applications (API), ainsi qu’à des opportunités de collaboration avec des clients SAP du monde entier.

Les start-ups suivantes participent au programme SAP.iO Foundry Paris :

Sorga Technology

La mission de Sorga Technologie est d’accompagner les marques retail dans leur innovation digitale en proposant une solution à faible consommation d’énergie assurant la transparence et la traçabilité de leurs produits

https://sorga.org/

Arianee

La mission d’Arianee est de fournir aux entreprises des solutions simples pour établir des relations directes avec les consommateurs, respectueuses des données des utilisateurs et indépendantes des grandes plateformes technologiques.

https://www.arianee.org

 

CollectID

CollectID permet de garantir l’authenticité d’un produit, l’amélioration de l’expérience phygitale, ou encore l’établissement d’un canal de communication direct entre les marques . Une solution qui garantit l’authenticité et l’unicité des produits tout en rapprochant les marques de leurs clients.

https://www.collectid.com/

DIAKSE

Diakse développe et commercialise une solution de création de showrooms virtuels dans le métavers avec un objectif : permettre aux marques de mieux communiquer sur leurs produits et ainsi les aider à augmenter leurs ventes.

www.diakse.com

 

Foodetective

Foodetective est une plateforme de gestion et une infrastructure (API) de l’industrie F&B. Les entreprises utilisent Foodetective pour automatiser leurs opérations, simplifier leur administration, augmenter leurs revenus en ligne et accélérer les nouvelles opportunités commerciales. business.foodetective.co

LIVEBUY GmbH

LIVEBUY est une solution d’achat en direct pour les détaillants leaders du marché,

qui fournit à la fois la technologie et les bons créateurs pour construire une plateforme de contenu réussie au sein des boutiques en ligne.

https://www.livebuy.io/

  

Priceloop

Priceloop a développé une IA permettant de faciliter et d’automatiser les processus de tarification, proposant les meilleurs prix en tenant compte de tous les paramètres essentiels.

https://priceloop.ai/

 

Replika Software

Le logiciel Replika est une solution de vente sociale clé en main. Replika permet aux marques d’activer un réseau de vendeurs sociaux avec une entreprise clé en main pour inspirer sur les médias sociaux, vendre en ligne et se connecter avec les clients.

www.replikasoftware.com

  

Shopreme GmbH

Shopreme GmbH Développe notamment une technologie appelée « Scan & Go » qui transpose les avantages des achats en ligne dans les vrais magasins (rapidité, facilité de paiement, recommandations personnalisées, listes de course partagées…).

https://www.shopreme.com/

 

SmartPixels

SmartPixels fournit un outil de configuation et de visualisation de produits en 3D, l’objectif est d’aider les marques de mode et de luxe à créer des expériences personnalisées et interactives en ligne et en magasin.

https://www.smartpixels.fr/

 

SMARTZER LTD

La plateforme de Smartzer est utilisée par les marques pour transformer leurs vidéos et leurs flux en direct en expériences interactives et exploitables, ce qui leur permet d’obtenir un retour sur investissement direct du contenu et de mesurer les données détaillées des interactions vidéo.

www.smartzer.com

 

YZR

YZR automatise et accélère tous les projets de données textuelles de ses clients grâce à une solution puissante basée sur le traitement automatique des langues.

https://www.yzr.ai/en/

The post SAP.iO Foundry Paris lance la nouvelle édition de son programme consacré aux start-ups sur le thème de « Futur of Retail » appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Les avancées de la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management transforment le développement des talents pour le travail de demain.

A Paris, le 14 septembre 2022 – A l’occasion du salon SuccessConnect, SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé de nouvelles avancées dans les fondements de la suite SAP SuccessFactors Human Experience Management (HXM) afin de permettre aux entreprises de mettre en œuvre une stratégie intégrée de développement des talents et de créer une force active prête pour l’avenir.

Les entreprises prospèrent lorsque leurs employés sont engagés dans leur carrière et leur entreprise, qu’ils sont correctement qualifiés, qu’ils perçoivent des perspectives d’évolution adaptées à leur profil et qu’ils ont un fort sentiment d’appartenance. Cependant, de nombreuses organisations ont du mal à avoir une vision d’ensemble des compétences présentes au sein de leurs effectifs ou des ambitions de leurs collaborateurs. Les dernières avancées de la suite SAP SuccessFactors HXM réunissent les données, l’apprentissage automatique et l’IA pour offrir aux organisations une meilleure compréhension des capacités de leur personnel et une intelligence des talents exploitable pour aligner leurs employés sur les besoins de l’organisation.

Les innovations suivantes seront disponibles au deuxième semestre 2022 :

  • Skills ontology utilise le machine learning et l’automatisation pour identifier en permanence les compétences d’un employé en fonction de son poste, de ses responsabilités, de ses expériences et de ses réalisations, offrant ainsi une vision globale des compétences d’une organisation à l’échelle mondiale.
  • Growth portfolio est une source d’information dynamique rassemblant les spécificités de chaque employé : ses compétences, ses points forts, sa manière de travailler, mais aussi ses passions et aspirations.
  • Dynamic teams est une nouvelle fonctionnalité qui permet aux entreprises de créer, de suivre, de mesurer et d’optimiser les résultats de leurs équipes. Les entreprises qui utilisent SAP SuccessFactors Performance & Goals peuvent ajouter des résultats clés objectifs (OKR) à Dynamic teams afin de suivre les progrès et de mesurer la réussite. Dans Dynamic Teams, les employés sont rassemblés selon leurs compétences et non selon leurs affinités. Ainsi, grâce au machine learning et à l’IA, SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace rend l’évolution des employés au sein de l’entreprise plus équitable.

Associées à SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace, ces innovations apportent les connaissances et l’adaptabilité nécessaires à la constitution d’une force active plus qualifiée, plus souple et plus équitable. Growth portfolio et Skills ontology permettent une individualisation des recommandations au sein de SAP SuccessFactors Opportunity Marketplace, qui reflètent l’ensemble des personnalités des individus, et pas seulement leurs compétences. L’introduction de Dynamic teams transcende les structures traditionnelles pour favoriser un travail basé sur les compétences plutôt que sur les descriptions de poste. Les entreprises peuvent ainsi constituer des équipes diversifiées, capables d’obtenir de meilleurs résultats, tout en accélérant l’évolution de carrière et le développement personnel grâce à des cas pratiques.

En nous appuyant sur notre héritage en matière de gestion des talents, nous réimaginons la manière dont les entreprises assurent la gestion et le développement professionnel de leurs collaborateurs pour répondre aux exigences émergentes du travail de demain”, explique Meg Bear, Présidente et Chef de Produit de SAP SuccessFactors. “Lorsque les gens ont la possibilité de travailler sur ce qui les passionne, ils sont plus engagés, plus performants et permettent à leur entreprise d’obtenir des résultats commerciaux hors normes.”

SAP a créé un système permettant de gérer l’organisation du travail de demain, dès aujourd’hui”, a déclaré Josh Bersin, analyste industriel. “La nouvelle architecture et les nouvelles fonctionnalités de SAP SuccessFactors sont un bon en avant sur ce que les organisations ont besoin pour gérer, développer et habiliter leur personnel et leurs équipes.”

Ces nouvelles applications RH de la suite SAP SuccessFactors HXM sont des innovations essentielles qui fournissent un système complet de développement des talents et conçues spécialement pour les organisations afin de les aider à créer une force active durable et prête pour l’avenir.

Pour que le développement des talents soit durable et efficace, les organisations doivent favoriser un sentiment d’appartenance. Donner aux gens les moyens de s’épanouir au travail commence par l’identité. Les utilisateurs de SAP SuccessFactors peuvent désormais indiquer le nom et les pronoms personnels de leur choix sur leur profil public, ce qui leur permet de s’approprier la manière dont ils se présentent et d’être reconnus comme leur véritable personnalité au travail.

Les noms choisis et les pronoms personnels seront généralement disponibles pour tous les clients SAP SuccessFactors au quatrième trimestre 2022. Skills ontology, Growth portfolio et Dynamic teams seront également disponibles dès le quatrième trimestre 2022.

Pour en savoir plus, rendez-vous à l’événement virtuel SuccessConnect. Suivez SAP sur Twitter @SAPNews.

The post SAP innove et accompagne les entreprises vers le travail du futur appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

De spécialiste de l’ingénierie industrielle, ATS accélère sa transformation numérique et lance sur le marché un portfolio de nouveaux services digitaux notamment sur base de solutions SAP Cloud PLM et Assets (de l’Ingénierie à la machine as a service). Un acteur OT et IT, capable d’accompagner les organisations dans leur voyage vers l’industrie 4.0.

ATS, c’est avant tout une aventure familiale, démarrée en 1989 au Creusot. L’histoire d’un spécialiste en ingénierie industrielle (ATS Engineering), mais aussi en conception et réalisation de moyens de production automatisés (ATS Solutions). L’entreprise compte aujourd’hui 200 collaborateurs, pour un chiffre d’affaires annuel d’environ 20 millions d’euros.

“La quatrième révolution industrielle nous donne l’opportunité de transformer l’industrie, en la rendant à la fois plus performante et plus attractive. Notre ambition est d’accompagner dans leur transformation les femmes et les hommes (end-users) opérant sur des sites industriels, en apportant de nouveaux outils et services pour remettre l’Homme au centre et réinventer l’expérience Homme-machine.” Explique Rodolphe Roy, Président d’ATS. “Faire grandir l’Humain pour amener plaisir et reconnaissance dans l’industrie : Un élément crucial pour booster l’attractivité et attirer de nouveaux talents.”

Le numérique, nouveau pilier d’ATS

Le premier jalon de la transformation d’ATS est posé en 2011, lorsque Rodolphe Roy en devient l’actionnaire unique. En 2017, une fois le rachat sécurisé, la transformation du groupe peut commencer, avec comme nouvel axe le numérique.

La société est dans le même temps repérée par BPI France, qui l’invite à rejoindre le programme accélérateur PME/PMI, puis la French Fab, le porte-drapeau de l’industrie française en tant qu’ambassadeur pour la Bourgogne. Ce programme accélérateur pousse également ATS à aller au-delà de l’OT pour proposer des services IT à ses clients et remettre l’innovation au centre de sa transformation.

Des LAB’Innovation sont ainsi déployés sur chacun des sites d’ATS, afin de permettre à tous les collaborateurs de l’entreprise d’explorer et d’innover avec de nouvelles technologies digitales, comme le cloud, l’ingénierie collaborative en Réalité Virtuelle, l’impression 3D ou encore la capture de la réalité. Le tout en lien avec les clients et partenaires de l’entreprise.

« Notre langue maternelle est l’OT, mais nous avons fait IT seconde langue, ce qui nous permet d’accompagner les industriels dans leur transformation numérique. Nous avons pour vocation à être la courroie de distribution entre ces deux mondes. »

Il est vrai qu’en tant que concepteur de moyens de production automatisés, et connectés, ATS Solutions apporte déjà un savoir-faire à mi-chemin entre OT et IT, pour le compte de clients prestigieux comme Air Liquide, Arkema, Schneider Electric ou encore le CEA.

ATS Connect, l’intégrateur OT/IT des industriels

“Avec ATS Solutions, nous proposons aux industriels des nouveaux moyens de production (CAPEX) automatisés, connectés et flexibles, rappelle Rodolphe Roy. Toutefois, nous étions un peu frustrés de ne pas pouvoir les accompagner dans leurs phases d’exploitation (OPEX), ni dans leurs projets de numérisation de leurs parcs machines existants.”

“Notre nouvelle activité portée par ATS Connect répond à cela, mais pas seulement : nous accélérons sur l’accompagnement à la transition énergétique et environnementale des industriels, jusqu’aux projets de villes intelligentes (smart city).” Complète Jordan Lecat, COO d’ATS Connect.

ATS Connect est chargée de porter les projets de connexion digitale des équipements. Cela commence par un audit 4.0 du moyen de production, des échanges systématiques avec les utilisateurs finaux pour identifier leurs points de douleurs. Nous traitons ensuite la collecte des données et le traitement de l’information pour créer les bons outils de suivi de performance et de maintenance. Le tout en faisant appel au besoin à des technologies innovantes capables de projeter les entreprises dans le monde de l’industrie 4.0. À ce titre, ATS Connect devient un intégrateur de bout en bout de solutions OT/IT.

SAP, éditeur clé pour ATS

Autre jalon de la transformation d’ATS, la rencontre avec SAP en 2018. ATS voit dans les solutions Cloud Public PLM et Assets, respectivement SAP Enterprise Product Development (SAP EPD) et SAP Intelligent Asset Management (SAP AIM) associé à SAP Business Technology Platform (SAP BTP), une plate-forme ouverte et collaborative de choix pour gérer les équipements des industriels et porter des projets avancés, comme la mise en place de jumeaux numériques connectés. Cette plateforme Cloud devient ainsi un catalyseur pour le développement commercial des nouveaux services numériques d’ATS Connect.

« ATS Connect se positionne clairement comme offreur de solutions Industrie 4.0, explique Jordan Lecat. Nous collectons la data, que nous faisons remonter sur la plate-forme Cloud SAP, afin de proposer des services innovants à nos clients. Par exemple de la maintenance prédictive. Avec ATS Connect, nous pouvons enfin proposer une gestion de bout en bout des moyens de production des industriels. »

Dans le cadre du partenariat entre SAP et le Collectif Continuité Numérique, ATS Connect participe par ailleurs au développement de démonstrateurs Industrie 4.0 autour des jumeaux numériques, lesquels sont déployés sur les Experience Centers SAP de Paris et Barcelone. ATS rejoint ainsi l’écosystème SAP relatif à l’industrie du futur. « Ceci nous rend d’autant plus fiers que nous partageons les valeurs et ambitions portées par SAP et ses Experience Centers : Meet, Inspire, Engage. »

 

The post ATS accompagne les industriels dans leur transformation numérique appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Leader européen du popcorn, Nataïs souhaitait moderniser son ERP SAP ECC. La société a choisi l’ERP SAP S/4HANA Cloud, Private Edition, déployée avec le concours des équipes de STMS, à travers l’offre RISE with SAP.

Nataïs est une entreprise peu connue du grand public, et pourtant devenue en moins de trente ans le leader européen du marché du popcorn. La société adopte une logique de filière, allant de la semence au produit fini, avec des produits distribués en vrac ou fabriqués et conditionnés pour le compte de grandes enseignes.

Des centaines de millions de grains de popcorn préparés par Nataïs éclatent chaque jour dans les cinémas, foires, fêtes foraines et magasins du monde entier. Mais aussi dans les cuisines, Nataïs ayant produit plus de 210 millions de sachets micro-ondables en 2021.

Nataïs réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 60 millions d’euros, dont 90% à l’export, ses produits étant distribués dans plus de 50 pays. Nataïs compte 140 salariés et s’appuie sur un réseau de 240 agriculteurs locaux qui l’alimentent en maïs et que l’entreprise accompagne en retour dans leurs efforts en matière de développement durable et d’écoresponsabilité. L’ensemble de la « Popcorn family » partage un objectif ambitieux, celui d’être la 1re filière popcorn à atteindre la neutralité carbone, et ce à horizon 2025.

Objectif : moderniser un ERP SAP vieillissant

« Cela fait maintenant plus d’une décennie que nous travaillons avec un ERP SAP, utilisé par une centaine de personnes, confie Célia Ehmann, en charge du périmètre SI au sein de l’entreprise. En septembre 2021, nous avons lancé le projet Caribou, visant à moderniser notre ERP, au travers d’une migration vers l’ERP SAP S/4HANA. »

Nataïs ne voulait pas attendre le dernier moment pour basculer vers le nouvel ERP SAP. D’autant plus que certains projets de développement avaient été mis en pause dans l’attente de la bascule vers SAP S/4HANA.

STMS, qui avait déjà collaboré avec l’entreprise sur d’autres projets, a été choisi pour mener à bien cette migration. Lors de la présentation faite par STMS, Nataïs a eu l’opportunité de découvrir les solutions cloud de SAP, dont l’offre RISE with SAP. « Nous ne savions pas qu’il était possible de basculer en mode cloud. Cette présentation nous a donc permis d’aborder la question du cloud, et de l’offre RISE with SAP. »

En l’occurrence, le cloud permet d’apporter une réponse intéressante aux questions de licensing et de coût d’acquisition de SAP S/4HANA soulevées par l’entreprise gersoise. « Le licensing classique proposé par SAP n’est pas adapté à une PME comme la nôtre. Les avantages apportés par le cloud ont été ici décisifs. »

Après avoir éclairci certains points, comme le périmètre précis de la solution, la compréhension des FUE (Full Users Equivalents), les possibilités de connexion avec les autres applications de l’entreprise, ou encore les moyens de mettre en place un lien internet de secours Internet pour son futur ERP, Nataïs a décidé d’opter pour l’ERP SAP S/4HANA Cloud Private Edition, via l’offre RISE with SAP.

Un triple projet : SAP HANA, SAP S/4HANA et Cloud

Le projet a été lancé en fin d’année 2021. Ou plutôt les projets, Nataïs ayant décidé de basculer de SAP ECC vers SAP S/4HANA, mais également vers la base de données SAP HANA et vers le cloud.

« Concernant l’ERP, nous avons mené un audit en amont pour déterminer ce qu’il fallait modifier ou améliorer en priorité, explique Célia Ehmann. Nous n’avons rien changé du périmètre du système, mais cela nous a permis de définir une feuille de route de développement pour notre nouvel ERP. Nous allons conserver certains spécifiques, même si nous allons profiter du projet pour évaluer les efforts requis afin de basculer certains processus vers les standards préconisés par SAP. »

Le passage à la base de données SAP HANA ne sera pas un problème pour Nataïs, la taille de la base de données utilisée par son ERP SAP ECC restant raisonnable. « Nous allons toutefois mener quelques opérations de nettoyage et d’optimisation, lorsque cela fait sens. » La gestion des infrastructures ne posera pas plus de problèmes à Nataïs. « Je vois bien passer des échanges entre STMS, SAP et nos autres prestataires IT, mais ce sont eux qui se chargent de tous ces sujets techniques. »

Go live programmé pour le 4 mai 2022

La phase de recette a démarré le 15 mars, avec comme objectif un go live le 4 mai 2022. Si la migration est réalisée à périmètre constant, quelques changements notables seront appliqués au nouveau SI. « Nous allons refondre les droits d’accès, afin de sécuriser les rôles et autorisations de chacun. Nous allons également déployer plusieurs tuiles Fiori, relatives notamment à des KPI nous intéressant. Enfin, nous allons traiter quelques sujets liés à mobilité, lesquels devraient faciliter la vie de nos collaborateurs en logistique et approvisionnement maïs notamment.

Avant même sa finalisation, ce projet s’est d’ores et déjà traduit par un premier bénéfice : « Il nous a permis de former et animer une équipe d’utilisateurs clés dynamiques, qui partagent et échangent aujourd’hui leurs bonnes pratiques, et sont moteurs sur des projets d’optimisation de nos processus », conclut Célia Ehmann.

The post Le spécialiste du popcorn Nataïs opte pour l’ERP SAP S/4HANA Cloud avec l’offre RISE with SAP appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Afin de mieux piloter sa production et répondre à la demande client, Lidea a mis en place un processus S&OP à l’aide de la solution SAP IBP. Un projet, mais aussi un challenge pour ce nouveau semencier issu de la fusion de deux entités.

Lidea est un semencier français issu du rapprochement entre Euralis Semences et Caussade Semences Group. Il se classe dans le top 10 mondial des semenciers grandes cultures. La société propose une offre étendue, allant des céréales aux légumes secs en passant par les plantes fouragères. Elle référence plus de 500 variétés de semences.

Lidea dispose de 8 sites de production situés en France, en Roumanie, en Ukraine, en Espagne et en Russie, avec une surface cultivée totale de 45.000 hectares. La société réalise un chiffre d’affaires annuels de 360 millions d’euros, pour 2100 collaborateurs. 73% de son activité sont réalisés à l’export.

Le rapprochement d’Euralis Semence et de Caussade Semences Group a doublé la taille de l’organisation, ce qui se traduit par un important effort d’intégration et de transformation. “C’est un choc des cultures, avec des processus, des méthodes et des stratégies différentes, explique Sébastien Monaco, CIO et CDO de Lidea. Notre challenge est de faire de cette fusion un succès, d’aligner les équipes, la culture et les processus, puis de préparer la croissance sur de nouveaux territoires. Nous voulons également poursuivre notre effort d’innovation continue, sur les produits, mais également sur les technologies numériques à destination des agriculteurs.”

Lidea souhaite ainsi se tourner plus largement vers ses clients, les distributeurs et fermiers, en adoptant un modèle consistant à ajuster ses plans de production en fonction de la demande.

Le besoin de se structurer… autour de solutions SAP

Si Euralis Semences disposait d’un ERP SAP ECC, l’outillage au niveau de la supply chain restait réduit à sa plus simple expression, avec de nombreuses tâches réalisées manuellement. Du point de vue IT, Caussade Semences Group partait d’encore plus loin. “Avec le doublement de l’organisation, nous ne pouvions plus laisser la situation en l’état”, constate Sébastien Monaco. De multiples projets ont donc été lancés, dont l’extension du périmètre de l’ERP d’Euralis Semences, ainsi que la mise en place d’un CRM et de SAP IBP.

L’utilisation de SAP Integrated Business Planning a comme objectif premier la mise en place d’un processus S&OPau sein de Lidea. “Un quick win était nécessaire sur ce projet, afin de montrer aux actionnaires que nous étions capables de concrétiser la fusion en menant à bien un projet d’envergure portant sur un processus clé de Lidea.” Ce projet est donc doublé d’un challenge stratégique.

“Notre objectif est de créer un core model qui puisse être déployé à l’échelle de Lidea (32 pays couverts) et qui puisse se connecter très facilement aux master data de nos briques financières et industrielles. Le choix de SAP IBP est assumé: nous voulions prendre une brique de la cartographie S/4 HANA de SAP, afin d’anticiper le futur, dont notre migration de l’ERP SAP ECC vers SAP S/4HANA. L’une des raisons du choix de TeamWork est qu’il dispose déjà de références clients dans notre industrie. C’est essentiel pour nous, car nous travaillons dans un secteur particulier et nous avions fixé un délai très court – 6 mois – pour mener à bien ce projet.”

SAP IBP adopté pour le processus S&OP

Le projet a démarré en avril 2021, avec comme impératif un démarrage de la solution en septembre de la même année, lors du lancement de grosses campagnes annuelles. Un délai très court, compte tenu des autres travaux réalisés en parallèle sur le système d’information du groupe (ERP, CRM, datawarehouse…). Afin de tenir ces délais, Lidea a choisi de rester au plus près des standards proposés par SAP IBP. Le projet a également été découpé en deux vagues, la première se concentrant sur la mise en place d’un processus S&OP élargi, la seconde abordant les aspects financiers.

“Notre processus S&OP réconcilie demande et offre, détaille Sébastien Monaco. Les données des commerciaux sont remontées, avec la prise en compte de particularités, comme la gestion des campagnes. Les marchandises disponibles sont réparties, par BU, puis à des niveaux plus fins allant jusqu’au client. Le demand shaping permet de pousser des offres ou de contraindre la demande suivant la capacité de production. Enfin, les données sont remontées dans l’ERP SAP ECC, afin de planifier la production.”

Un démarrage effectif en septembre 2021

La livraison du premier lot et la formation des utilisateurs ont été réalisés dans les temps permettant ainsi de mener les campagnes de rentrée avec SAP IBP.

“Ce projet ambitieux a été réalisé pour un coût très modéré. Sur le terrain du ROI, l’OTIF (on time, in full) est monté de 90% à 98%, améliorant ainsi la satisfaction client. Les gains de productivité internes sont également importants. J’estime que la solution SAP IBP devrait être rentabilisée d’ici 12 à 15 mois.” Le second lot se concentrera sur la finance : scénarios PIC, forecast P&L. Il devrait être livré en fin d’année.

Mais plus que tout, ce projet a permis de fédérer les équipes des deux coopératives autour d’un objectif commun, créant ainsi une dynamique d’appartenance au nouveau groupe. En quelques mois, un des processus clés de l’entreprise a été déployé sur plusieurs pays. “Nos différents sites sont les premiers bénéficiaires de SAP IBP, qui leur donne une vision globale des productions démarrées et de comment est servie la demande client. Le flux S&OP proposé par SAP IBP est le maître des ordres de fabrication de nos sites de production,” conclut Sébastien Monaco.

En savoir plus

 

The post SAP IBP permet au semencier Lidea de se recentrer sur la demande client appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com


Regard croisé : pourquoi SAP S/4HANA est un ERP intelligent ?

Qu’est-ce qu’une Entreprise Intelligente et qu’est-ce qu’un ERP Intelligent ?

Pierre-Édouard Hamon, SOA People, et Christian Charvin, SAP, partagent leur vision de l’évolution du SI des entreprises.

Aujourd’hui, la plupart des entreprises ont à leur disposition un certain volume de données qu’elles n’exploitent pas. Cela représente pourtant une richesse qui permettrait aux organisations de mieux comprendre leur activité et leur marché. Être une Entreprise Intelligente, c’est savoir exploiter ces données afin d’optimiser son organisation, automatiser ses processus et se mettre en ordre de marche afin de relever de nouveaux défis.

Pierre-Édouard Hamon 

 

C’est la raison d’être de l’ERP Intelligent SAP S/4HANA. Cette nouvelle génération d’ERP simplifie l’accès à la donnée et en assure l’exploitation en temps réel. SAP S/4HANA propose des avancées clés pour aider les équipes au quotidien : le reporting opérationnel intégré et la gestion par exceptions permettent aux utilisateurs de se concentrer sur les points nécessitant une attention particulière ; la gestion avancée des workflows, associée à des fonctions collaboratives, fluidifie les échanges entre utilisateurs.

Christian Charvin

 

Une porte ouverte vers les nouvelles technologies

 

Le fait que l’ERP propose des tableaux de bord où l’information utile est directement remontée aux utilisateurs rend l’ERP SAP S/4HANA particulièrement facile à utiliser. Ceci permet de se concentrer sur les tâches les plus urgentes et aide à la prise de décision. Son interface de nouvelle génération est très proche de celles utilisées dans les applications desktops et mobiles du quotidien. Un atout pour accélérer la prise en main de l’ERP.

De nouvelles technologies permettent d’aller encore plus loin. Le RPA permet ainsi d’améliorer l’automatisation des processus, en mettant en place des robots capables de prendre en charge les tâches répétitives, libérant ainsi du temps aux équipes métiers. Le Machine Learning et l’Intelligence Artificielle s’appuient sur l’historique de données de l’entreprise pour prédire son futur. Ces technologies de forecasting automatique sont directement intégrées dans l’ERP.

Lorsque les entreprises vont mettre en œuvre ces technologies intelligentes, elles pourront s’appuyer sur des préconfigurés adaptés à leur secteur d’activité. Cela leur évitera de partir d’une feuille blanche et de se lancer dans l’inconnu. Y compris en cas de déploiement de l’ERP en mode cloud.

Pierre-Édouard Hamon

 

Cap vers le cloud !

 

Le cloud devient le mode de déploiement majoritaire des utilisateurs d’ERP SAP. Depuis le début de l’année 2021, 80% des clients SAP optent pour un déploiement de leur ERP SAP S/4HANA en mode cloud. Le cloud permet d’avoir une meilleure prédictibilité sur les coûts, de déléguer la gestion des infrastructures à des spécialistes et de disposer d’une flexibilité sans égale permettant d’adopter de nouvelles technologies et fonctionnalités au fil des besoins. Sans compter que le cloud est accessible de partout et permet donc une utilisation facilitée de l’ERP sur des sites distants, en mobilité ou en télétravail.

Christian Charvin

 

L’offre RISE with SAP permet de profiter de tous les avantages du cloud sans avoir à gérer la complexité de la relation avec les hyperscalers. Le contrat est directement pris en charge par SAP, qui se charge de garantir la disponibilité, la sécurité et la flexibilité de la solution, avec une prédictibilité totale sur les coûts. RISE with SAP permet de bénéficier de tous les avantages du cloud, avec une mise en œuvre rapide au travers des préconfigurés, et ce sans faire une croix sur les spécifiques. Et des mises à jour régulières de l’ERP donnent accès à de nouvelles fonctionnalités.

La SAP Business Technology Platform permet de déployer le code spécifique, mais aussi d’accéder à des technologies avancées, comme des systèmes de reconnaissance d’images, des outils d’analyse de l’expérience client ou même des agents conversationnels, qui vont à la fois assister les utilisateurs et faciliter la collaboration au sein de l’entreprise. La SAP BTP permet d’ouvrir l’ERP à un nombre illimité de technologies innovantes, proposées par SAP, ses partenaires ou tout autre fournisseur de services.

Pierre-Édouard Hamon

 

L’occasion de se réinventer

 

Ce mouvement massif vers le cloud s’accompagne d’un changement de paradigme chez nombre de nos clients. Ils adoptent une approche Fit to Standard consistant à utiliser un ERP aussi proche que possible de la version originale, afin de faciliter les montées de version. Les spécifiques, auparavant déployés dans le cœur de l’ERP, sont déportés sur la SAP BTP, qui sert également d’interface pour adopter des technologies innovantes : Chatbots, Blockchain, Internet des Objets, etc.

Christian Charvin

 

Pierre-Édouard Hamon  Christian Charvin

 

Pour en savoir plus :

The post Pourquoi SAP S/4HANA est un ERP Intelligent ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Les plateformes SAP Business One et SAP Business ByDesign, solutions ERP destinées aux clients TPE, PME et filiales de groupe, accueillent quatre nouveaux partenaires au sein de son réseau français. SAP France est fier de pouvoir présenter ces sociétés qui démontrent une fois encore le potentiel de ces solutions phares du segment Midmarket, en très forte croissance en 2021.

MeltOne : MeltOne est une société indépendante de conseil qui accompagne ses clients dans leur transformation digitale. Profitant d’une double compétence métier et outils, elle implémente des solutions ERP SAP dont S/4HANA Cloud depuis des années pour des grands groupes et des PME/ETI en France et à l’étranger.

« Au-delà de notre offre actuelle pour les grands groupes, nous souhaitions continuer à diversifier notre offre de service ERP en adressant cette fois-ci le segment prometteur des Startups / Scale up / Licornes à travers la solution SAP Business ByDesign ; l’enjeu étant d’aider ce segment d’entreprises dans leur projet de structuration interne et de les soutenir dans leur développement actuel et futur. Avec ce nouveau partenariat, nous souhaitions également offrir aux groupes internationaux de nouvelles possibilités avec une solution Cloud, simple et déployable rapidement, ceci afin de les accompagner dans leur projet de croissance externe, tout en leur proposant un modèle complémentaire avec un TCO plus attrayant pour des filiales de plus petites tailles. » commente Benjamin Pérat, Dirigeant, MeltOne.

PASàPAS : PASàPAS est un partenaire historique de l’éditeur SAP. Acteur majeur de la transformation digitale autour de SAP S/4HANA, PASàPAS est présent en France et à l’étranger, et met aux services de ses clients, PME et ETI, l’expertise de ses 400 consultants SAP ainsi que l’expérience de sa base de plus de 300 clients actifs.

Philippe Le Roc’h, Directeur de projets, PASàPAS témoigne : « Avec SAP Business ByBesign, nous avons décidé de diversifier notre offre de services SAP pour pouvoir adresser les PME et ETI dans toute leur diversité, les accompagner dans leur croissance et rendre l’innovation portée par SAP accessible à un panel plus large de clients. Ce nouveau partenariat traduit notre volonté d’accompagner les groupes internationaux dans l’évolution de leur SI, tout en leur offrant une solution native Cloud, simple et facilement déployable pour accompagner leur stratégie de croissance externe. »

ONE ID : ONE ID est une société issue du département informatique de BP Solar France, spécialisée dans les domaines de l’informatique de gestion, du développement de logiciels, de l’infogérance et de la sécurité.

Vincent Canac, Dirigeant de ONE ID déclare : « Nous avons trouvé dans SAP Business One, l’ERP avec lequel nous pouvons accompagner nos clients PME-ETI dans leurs objectifs de structuration et de croissance. Grâce à l’offre SAP Business One, ONE ID propose désormais à ses clients un logiciel d’envergure, fiable et de renommée mondiale, qui répond parfaitement aux demandes de notre cœur de cible. Par sa souplesse et sa flexibilité fonctionnelle, l’ERP s’adresse non seulement à des grands groupes mais aussi à des PME. »

Ipanova : Ipanova est une entreprise de conseils et de services numériques qui accompagne depuis plusieurs années les entreprises dans leurs projets de transformation digitale. La diversité et la complémentarité des compétences autour des technologies SAP fait d’Ipanova un partenaire de confiance qui impulse de nouvelles perspectives aux entreprises.

Badre Saddik, Directeur associé, Ipanova témoigne : « Pour Ipanova être partenaire SAP est une évidence. Depuis 20 ans, au travers de leurs différentes expériences, nos consultants implémentent des solutions SAP chez des clients grand-comptes. Devenir partenaire SAP Business One permet aux PME-ETI que nous accompagnons de profiter d’un outil robuste et flexible tout en bénéficiant de notre expérience en milieux complexes. Pour Ipanova, proposer SAP Business One, c’est permettre aux PME-ETI du grand sud-ouest d’avoir un partenaire de proximité, qui comprend leur environnement et leur secteur d’activité. »


À propos de SAP

La stratégie de SAP vise à aider chaque organisation à fonctionner en “entreprise intelligente”. En tant que leader du marché des logiciels d’application d’entreprise, nous aidons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer au mieux : 77 % des transactions commerciales mondiales entrent en contact avec un système SAP®. Nos technologies de Machine Learning, d’Internet des objets (IoT) et d’analytique avancées aident nos clients à transformer leurs activités en “entreprises intelligentes”. SAP permet aux personnes et aux organisations d’avoir une vision approfondie de leur business et favorise la collaboration afin qu’elles puissent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Nous simplifions la technologie afin que les entreprises puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent – sans interruption. Notre suite d’applications et de services de bout en bout permet aux clients privés et publics de 25 secteurs d’activité dans le monde de fonctionner de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Avec son réseau mondial de clients, partenaires, employés et leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun.

Pour plus d’informations, visitez le site www.sap.com.

Contacts presse SAP :

Mathilde Thireau : mathilde.thireau@publicisconsultants.com

Robin Legros : robin.legros@publicisconsultants.com

The post SAP accueille quatre nouveaux partenaires au sein de ses solutions de gestion intégrées (ERP) SAP Business One et SAP Business ByDesign appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Sept ans après l’annonce du lancement de son programme de mobilité électrique, SAP Labs France renforce ses équipes R&D pour répondre au succès grandissant de sa solution de supervision SAP E-Mobility. Le vecteur reste le même : stimuler, soutenir et accompagner l’innovation du Groupe.

Une équipe renforcée au sein du SAP Labs France qui confirme la capacité de SAP à aller au-delà de son cœur de métier

Aux prémices du projet, uniquement deux développeurs de SAP Labs France dans le développement du logiciel open source SAP e-mobility. Aujourd’hui, l’équipe R&D dédiée à cette solution, compte 18 talents en IoT, croisant hardware et software, répartis à Mougins (15) et Caen (3). Une première pour SAP !

Le logiciel SAP E-Mobility permet de combiner et de connecter les bornes de recharges des véhicules électriques à d’autres modules SAP tels que des modules de pricing, d’itinérance, de smart charging, d’ERP, tout en prenant en considération les sources de production et de consommation d’électricité de l’infrastructure. Son développement rapide s’explique entre autres par le soutien du Groupe à travers l’investissement global de deux milliards d’euros. Mais, aussi par l’attrait de son offre qui a séduit rapidement les partenaires et clients de SAP.

Aujourd’hui SAP Labs France propose sa solution aux entreprises de toutes tailles. Par exemples, Proviridis, ChargeX GmbH en Allemagne et Zeplug à Paris. L’objectif est de répondre à la demande de recharge (charge at work /charge at home).

Cette solution offre à ses clients la possibilité de :

  • gérer 20 000 à 30 000 bornes de recharges ;
  • réduire leur impact carbone ;
  • réaliser des économies en termes de total cost of ownership (tco), tout en répondant à leur objectif de développement durable.

“Si demain tous les véhicules en France, soit environ 40 millions de voitures, devenaient des véhicules 100% électriques, nous ne rencontrerions aucun problème d’un point de vue électrique. Mais plutôt des difficultés au niveau gestion. Pour cela nous avons besoin d’outils qui savent gérer toute cette énergie, pour appliquer une charge intelligente “smart charging”, prenant en compte l’électricité qui circule dans le réseau. De plus, toutes les entreprises ont besoin d’intégrer ces informations à leurs systèmes existants pour connaître les avantages en nature.” Hanno Klausmeier, Président SAP Labs France

Des perspectives d’avenir toujours plus durables et innovantes

SAP se positionne progressivement sur d’autres domaines plus éloignés de la borne de recharge électrique. Par exemples, les panneaux solaires et l’IA en collaboration avec l’institut Vedecom pour à terme proposer une solution allant au-delà de la supervision des bornes. Ainsi, l’objectif est de les rendre plus autonomes pour trouver les erreurs ou encore gérer les pannes automatiquement.

“Grâce à l’intelligence artificielle nous souhaitons rendre les bornes plus autonomes et accessibles. Dans un futur proche nous espérons pouvoir activer la borne de recharge dès son branchement sans avoir recours à la SAP charge card.” Hanno Klausmeier Président SAP Labs France.

Cette solution est pour l’instant uniquement proposée par SAP Labs France. Cependant, SAP a pour ambition de la commercialiser à l’échelle globale du Groupe d’ici le troisième trimestre 2021.

 

The post SAP Labs France renforce ses équipes R&D pour répondre au succès de son logiciel SAP E-Mobility appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Le data mining est le processus d’extraction d’informations utiles à partir d’une accumulation de données, souvent à partir d’un data warehouse (entrepôt de données) ou d’une collection d’ensembles de données liés. Les outils de data mining incluent de puissantes fonctionnalités statistiques, mathématiques et analytiques dont l’objectif principal est de passer au crible de vastes ensembles de données pour identifier les tendances, les modèles et les relations, pour des prises de décisions et une planification éclairées.

Souvent associé aux demandes du service marketing, le data mining est considéré par de nombreux dirigeants comme un moyen de mieux comprendre la demande et de voir l’impact des modifications apportées aux produits, des prix ou des promotions sur les ventes. Mais le data mining présente également des avantages considérables pour d’autres domaines d’activité. Les ingénieurs et les concepteurs peuvent analyser l’efficacité des modifications de produit et rechercher les causes possibles de la réussite ou de l’échec d’un produit en fonction de la manière, du moment et du lieu d’utilisation des produits. Le MRO (entretien, réparation et fonctionnement) est en mesure de mieux planifier le stock de pièces et l’affectation du personnel. Les entreprises de services professionnels peuvent utiliser le data mining pour identifier les nouvelles opportunités liées à l’évolution des tendances économiques et aux changements démographiques.

Le data mining s’avère davantage utile et précieux maintenant que l’on se retrouve avec des ensembles de données plus volumineux et une expérience utilisateur accrue. Logiquement, plus il y a de données, plus elles cachent d’informations et de renseignements. Par ailleurs, plus les utilisateurs se familiarisent avec les outils et comprennent la base de données, plus ils deviennent créatifs vis-à-vis des explorations et des analyses.


Pourquoi utiliser le data mining ?

Le principal avantage du data mining est sa capacité à repérer des modèles et des relations dans de grands volumes de données provenant de plusieurs sources. Avec de plus en plus de données disponibles, provenant de sources aussi variées que les réseaux sociaux, les capteurs à distance et les rapports de plus en plus détaillés sur les mouvements de produits et l’activité du marché, le data mining offre les outils nécessaires pour exploiter pleinement le Big Data et le transformer en renseignements exploitables. De plus, il peut aider à « sortir des sentiers battus ».

Le processus de data mining peut détecter des relations et des modèles surprenants et intrigants dans des fragments d’informations apparemment non liées. Comme les informations tendent à être compartimentées, il a toujours été difficile, voire impossible, de les analyser dans leur ensemble. Toutefois, il peut exister une relation entre les facteurs externes (démographiques ou économiques, par exemple) et la performance des produits d’une entreprise. Les dirigeants, qui examinent régulièrement les chiffres des ventes par territoire, ligne de produits, canal de distribution et région, manquent souvent de contexte externe pour ces informations. Leur analyse souligne « ce qui s’est passé », mais ne détaille pas vraiment « pourquoi cela s’est passé de cette manière ». Le data mining peut apporter une solution.

Le data mining peut rechercher des corrélations avec des facteurs externes. Si la corrélation n’indique pas toujours la causalité, ces tendances peuvent être des indicateurs précieux pour guider les décisions relatives aux produits, aux canaux et à la production. La même analyse peut être bénéfique pour d’autres domaines de l’activité, de la conception de produit à l’efficacité opérationnelle, en passant par la prestation de services.


Historique du data mining

Nous collectons et analysons des données depuis des milliers d’années et, à bien des égards, le processus est resté le même : identifier les informations nécessaires, trouver des sources de données de qualité, collecter et combiner les données, utiliser les outils les plus efficaces pour analyser les données, et tirer parti des enseignements appris. À mesure que l’informatique et les systèmes basés sur les données se sont développés, il en a été de même pour les outils de gestion et d’analyse des données. Le véritable point d’inflexion est venu dans les années 1960 avec le développement de la technologie de base de données relationnelle et des outils de requête en langage naturel orienté utilisateur, tels que Structured Query Language (SQL). Les données n’étaient plus disponibles uniquement via des programmes codés personnalisés. Grâce à cette avancée, les utilisateurs pouvaient explorer leurs données de manière interactive et en extraire les « joyaux cachés ».

Le data mining est traditionnellement un ensemble de compétences spécialisées dans la science des données. Cependant, chaque nouvelle génération d’outils analytiques nécessite dans un premier temps des compétences techniques avancées, mais évolue rapidement pour devenir accessible aux utilisateurs. L’interactivité, c’est-à-dire la possibilité de laisser les données vous parler, est la principale avancée. Posez une question et visualisez la réponse. En fonction de ce que vous apprenez, posez une autre question. Ce type d’itinérance non structurée à travers les données permet à l’utilisateur d’aller au-delà des limites de la conception de bases de données spécifiques à une application et permet de découvrir des relations qui dépassent les limites fonctionnelles et organisationnelles.

Le data mining est une composante clé de la Business Intelligence. Les outils d’exploration de données sont créés dans les tableaux de bord décisionnels, en extrayant des informations du Big Data, y compris les données des réseaux sociaux, des flux de capteurs IoT, des appareils de localisation, du texte non structuré, des vidéos, etc. Le data mining moderne s’appuie sur le Cloud, l’informatique virtuel et les bases de données in-memory pour gérer les données de diverses sources de manière rentable et s’adapter à la demande.


Comment cela fonctionne ?

Il y a environ autant d’approches du data mining qu’il y a d’explorateurs de données. L’approche dépend du type de questions posées, du contenu et de l’organisation de la base de données ou des ensembles de données fournissant la matière première pour la recherche et l’analyse. Cela dit, certaines étapes organisationnelles et préparatoires doivent être accomplies pour préparer les données, les outils et les utilisateurs :

  1. Comprendre le problème, ou du moins le domaine d’enquête.Le décideur, qui doit prendre les commandes de cette grande aventure de data mining, a besoin d’une compréhension générale du domaine dans lequel il travaillera, à savoir les types de données internes et externes qui doivent faire partie de cette exploration. On suppose qu’il a une connaissance approfondie de l’entreprise et des domaines fonctionnels impliqués.
  2. Collecte de données. Commencez par vos systèmes et bases de données internes. Liez-les à l’aide de leurs modèles de données et de divers outils relationnels, ou rassemblez les données dans un entrepôt de données (data warehouse). Cela inclut toutes les données provenant de sources externes qui font partie de vos opérations, telles que les données de force de vente et/ou de service, les données IoT ou des réseaux sociaux. Recherchez et acquérez auprès des associations professionnelles et des gouvernements les droits sur les données externes, notamment les données démographiques, économiques et relatives au marché, telles que les tendances du secteur et les indices financiers. Intégrez-les dans le périmètre du kit d’outils (intégrez-les dans votre data warehouse ou reliez-les à l’environnement de data mining).
  3. Préparation et compréhension des données.Faites appel aux experts en la matière pour définir, catégoriser et organiser les données. Cette partie du processus est parfois appelée « remaniement des données ». Certaines données peuvent nécessiter un nettoyage pour supprimer les doublons, les incohérences, les enregistrements incomplets ou les formats obsolètes. La préparation et le nettoyage des données peuvent se poursuivre à mesure que de nouveaux projets ou des données provenant de nouveaux champs d’enquête deviennent intéressants.
  4. Formation des utilisateurs.Vous ne donneriez pas à votre adolescent les clés de la Ferrari sans qu’il n’ait appris à conduire ou qu’il n’ait pratiqué la conduite sur route avec un moniteur. Par conséquent, veillez à dispenser une formation formelle à vos futurs explorateurs de données et à les familiariser avec ces outils puissants. La formation continue est également bienvenue une fois qu’ils maîtrisent les bases et qu’ils peuvent passer à des techniques plus avancées.

Techniques de data mining

Gardez à l’esprit que l’exploration de données est basée sur un kit d’outils plutôt que sur une routine ou un processus fixe. Les techniques spécifiques de data mining citées ici ne sont que des exemples d’utilisation des outils par les organisations afin d’explorer leurs données et rechercher des tendances, des corrélations et des renseignements.

D’une manière générale, les approches de data mining peuvent être catégorisées comme étant orientées (vers un résultat spécifique souhaité) ou non orientées, comme un simple processus de découverte. D’autres explorations peuvent être destinées au tri ou à la classification des données, telles que le regroupement des clients potentiels en fonction d’attributs commerciaux comme le secteur, les produits, la taille et le lieu géographique. De même, la détection de cas particuliers ou d’anomalies est une méthode automatisée de reconnaissance des anomalies réelles (plutôt que simple variabilité) dans un ensemble de données qui affiche des modèles identifiables.

Association

Un autre objectif intéressant est l’association, qui relie deux événements ou activités apparemment non liés. Il existe un récit bien connu des débuts de l’analyse et du data mining, peut-être fictif, selon lequel une chaîne de magasins découvrait une corrélation entre les ventes de bière et de couches. Il avait été supposé que les nouveaux papas stressés qui sortaient tard le soir pour acheter des couches pouvaient aussi prendre un pack de 6 bières dans la foulée. Les magasins ont alors placé la bière et les couches à proximité, ce qui a augmenté les ventes de bière.

Clustering

Cette approche vise à regrouper les données par similitudes plutôt que par hypothèses prédéfinies. Par exemple, lorsque vous explorez vos informations commerciales clients combinées à des données externes démographiques et de crédit à la consommation, vous pourriez découvrir que vos clients les plus rentables vivent dans des villes de taille moyenne.

La majorité du temps, le data mining est exécuté en soutien à la prévision. Plus vous comprenez les modèles et les comportements, mieux vous pouvez prévoir les actions futures liées aux causes ou aux corrélations.

Régression

L’une des techniques mathématiques proposées dans les kits d’outils de data mining est l’analyse de régression, qui prédit un nombre en fonction de modèles historiques projetés dans le futur. Divers autres algorithmes de détection et de suivi des modèles fournissent des outils flexibles pour aider les utilisateurs à mieux comprendre les données et le comportement qu’elles représentent.

Ce ne sont là que quelques-uns des outils et des techniques disponibles dans les kits d’outils de data mining. Le choix de l’outil ou de la technique est en quelque sorte automatisé en ce sens que les techniques seront appliquées en fonction de la manière dont la question est posée. Auparavant, l’exploration de données revenait à « découper en tranches » la base de données, mais la pratique est aujourd’hui plus sophistiquée et les termes comme association, clustering et régression sont monnaie courante.


Exemples de cas d’utilisation

Le data mining est essentiel à l’analyse des sentiments, à l’optimisation des prix, au marketing de bases de données, à la gestion des risques de crédit, à la formation et à l’assistance, à la détection des fraudes, aux diagnostics médicaux, à l’évaluation des risques, aux systèmes de recommandation (à savoir, « les clients qui ont acheté ceci ont également aimé… »), et bien plus encore. Elle peut être un outil efficace dans pratiquement n’importe quel secteur, y compris la distribution de détail, la distribution de gros, les services, la fabrication, les télécommunications, les communications, les assurances, l’éducation, la santé, la banque, la science, l’ingénierie et le marketing en ligne ou les réseaux sociaux.

Développement de produit

Les entreprises qui conçoivent, fabriquent ou distribuent des produits physiques peuvent identifier des opportunités pour mieux cibler leurs produits en analysant les habitudes d’achat conjuguées aux données économiques et démographiques. Leurs concepteurs et ingénieurs peuvent également recouper les commentaires des clients et des utilisateurs, les données de réparation et d’autres données pour identifier les opportunités d’amélioration des produits.

Production

Les fabricants peuvent suivre les tendances de qualité, les données de réparation, les taux de production et les données de performance des produits sur le terrain pour identifier les problèmes de production. Ils peuvent également détecter les améliorations pouvant être apportées aux processus afin d’accroître la qualité, gagner du temps, réduire les coûts, améliorer la performance des produits et/ou repérer tout besoin de renouvellement d’équipements.

Industries
des services

Dans le secteur des services, les utilisateurs peuvent trouver des opportunités similaires d’amélioration des produits en comparant les commentaires des clients (directs ou publiés sur les réseaux sociaux ou d’autres sources) et les données relatives aux services, canaux, performance des pairs, régions, tarifs, ou encore les données démographiques ou économiques.

Enfin, toutes ces découvertes doivent être transposées dans les prévisions et la planification afin que l’ensemble de l’entreprise soit en phase avec les changements de la demande anticipés grâce à une connaissance plus approfondie du client, et soit ainsi mieux positionnée pour exploiter les opportunités venant d’être identifiées.


Défis liés au data mining

  • Big Data : la génération de données est de plus en plus rapide, ce qui offre de plus en plus d’opportunités pour le data mining. Cependant, des outils d’exploration de données modernes sont nécessaires pour extraire une signification du Big Data, compte tenu du volume élevé, de la grande rapidité et de la grande variété des structures de données, ainsi que du volume croissant de données non structurées. De nombreux systèmes existants ont du mal à gérer, à stocker et à utiliser ce grand flux d’intrants.
  • Compétence de l’utilisateur : les outils d’exploration et d’analyses des données sont conçus pour aider les utilisateurs et les décideurs à comprendre et à obtenir des informations à partir de grands volumes de données. Bien que hautement techniques, ces outils puissants offrent désormais une excellente expérience utilisateur, de sorte que pratiquement tous les utilisateurs sont en mesure d’utiliser ces outils avec un minimum de formation. Toutefois, pour tirer pleinement profit des avantages, l’utilisateur doit comprendre les données disponibles et le contexte commercial des informations qu’il recherche. Il doit également savoir, au moins de manière générale, comment fonctionnent les outils et ce qu’ils peuvent faire. Ces outils ne sont pas hors de portée du responsable ou dirigeant moyen, mais nécessitent un apprentissage, raison pour laquelle les utilisateurs doivent consacrer du temps au développement de cette nouvelle compétence.
  • Qualité et disponibilité des données : avec ces énormes quantités de nouvelles données, il existe également des masses de données incomplètes, incorrectes, trompeuses, frauduleuses, endommagées ou simplement inutiles. Les outils peuvent contribuer à résoudre ce problème, mais les utilisateurs doivent constamment tenir compte de la source des données et de sa crédibilité et fiabilité. Les préoccupations en matière de confidentialité sont également importantes, tant en ce qui concerne l’acquisition des données que la prise en charge et la gestion une fois qu’elles sont en votre possession.

Pictogramme qui représente un entrepôt de données

Renforcez votre expertise en matière de gestion des données

Comprenez le processus de gestion des données et les avantages qu’il peut apporter à votre organisation.

En savoir plus

 


FAQ sur le data mining

Quelle est la différence entre le machine learning et le data mining ?

Le data mining consiste à utiliser des outils analytiques avancés pour extraire des informations utiles d’une accumulation de données. Le machine learning est un type d’intelligence artificielle (IA) qui permet aux systèmes d’apprendre par l’expérience. L’exploration de données peut utiliser le machine learning lorsque les programmes analytiques ont la possibilité d’adapter leurs fonctionnalités en fonction de l’analyse de données qu’ils effectuent.

Existe-t-il une différence entre le data mining et l’analyse de données ?

L’analyse des données est un terme général pour le large éventail de pratiques visant à identifier les informations utiles, à les évaluer et à fournir des réponses spécifiques. Le data mining est un type d’analyse des données qui se concentre sur l’exploration de grands ensembles de données combinés pour découvrir des modèles, des tendances et des relations susceptibles de générer des informations et des prévisions.

Le data mining est-il identique à la science des données ?

La science des données est un terme qui inclut de nombreuses technologies de l’information, y compris les statistiques, les mathématiques et les techniques de calcul sophistiquées appliquées aux données. Le data mining est un cas d’utilisation de la science des données centré sur l’analyse de grands ensembles de données provenant d’un large éventail de sources.

Le data mining est-il identique au data warehouse ?

Un data warehouse est un ensemble de données, généralement provenant de sources multiples (ERPCRM, par exemple) qu’une entreprise rassemblera dans l’entrepôt à des fins d’archivage et d’analyse à grande échelle, comme le data mining.

The post Qu’est-ce que le data mining ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Il existe des centaines de systèmes ERP parmi lesquels choisir, avec un large panel de fonctionnalités, de points forts, de points faibles, d’applicabilité et de tarifs. Si cela peut sembler intimidant, un processus méthodique de comparaison des ERP peut guider votre équipe vers la bonne décision dans un délai raisonnable.

La méthodologie décrite ici, éprouvée, peut vous aider à trouver la solution qui répond le mieux aux besoins de votre entreprise. Elle peut sembler basique mais les entreprises qui se mettent en quête d’un fournisseur ERP sans suivre ces étapes logiques sont souvent confrontées à des retards, coûts supplémentaires et à une personnalisation inutile. Au contraire, les entreprises qui appliquent les meilleures pratiques gagnent généralement en fluidité dans le processus de sélection et dans les implémentations subséquentes. Elles peuvent ainsi profiter plus rapidement des avantages d’un système ERP moderne et être plus compétitives à l’ère du numérique.


Une méthodologie en 5 étapes pour évaluer les systèmes ERP

Une fois la décision prise de remplacer un ancien système ERP, la première étape consiste à monter une équipe pour piloter le processus de comparaison, de sélection et d’implémentation du logiciel ERP. L’équipe commence son travail par l’élaboration d’un plan initial, qui est plutôt à ce stade une stratégie générale.

Le processus de sélection d’un fournisseur ERP se déroule en cinq étapes :

  1. Définition des besoins en matière d’ERP
  2. Appel d’offres
  3. Evaluation de pré-sélection
  4. Comparaison des ERP et évaluation détaillée
  5. Décision finale et contrat

Diagramme illustrant les 5 principales étapes du processus d'évaluation d'un ERP


1.      Définition des besoins en matière d’ERP

Vous devrez transmettre des informations concernant votre entreprise et ses besoins à vos fournisseurs ERP potentiels afin qu’ils puissent configurer, packager et tarifer correctement la solution appropriée. Commencez par identifier les principales ressources en ligne, telles que les démonstrations de produits et les blogs, qui racontent l’histoire de votre entreprise.

Décrivez votre entreprise et ses processus de manière générale plutôt que de créer de longues listes de besoins et processus spécifiques. Informez les fournisseurs de la taille de votre entreprise, de son volume d’activité et de transactions, de la complexité des différents processus et de toute caractéristique ou facteur spécifique. Concentrez-vous sur les critères et processus qui donnent à votre entreprise son avantage concurrentiel. Ce sont ces éléments qui différencieront les systèmes et qui vous permettront d’examiner de près la façon dont chacun peut être configuré pour les prendre en charge.

Indiquez les éléments que vous aimez dans votre système actuel. En effet, vous voudrez que votre nouveau système les gère au moins aussi bien. De même, indiquez les choses que votre système actuel ne fait pas (ou mal). Signalez les applications, fonctions ou modifications personnalisées qui doivent être prises en charge par des fonctionnalités standard ou une personnalisation simple du nouveau système (et non une modification). En d’autres termes, concentrez-vous sur les éléments qui sont uniques à votre entreprise et partez du principe que les éléments de base se feront d’eux-mêmes (vous vérifierez cette hypothèse lors des démonstrations et des évaluations finales).

« Concentrez-vous sur les éléments qui sont uniques à votre entreprise et partez du principe que les éléments de base se feront d’eux-mêmes. »

Principaux points à retenir et conseils

Ne vous fiez pas aux listes de contrôle / vérification des ERP. Ces check-lists, une vieille pratique courante dans le secteur, ne permettent pas de départager les solutions et ne vous aident pas vraiment à faire un bon choix. La majorité des éléments figurant sur ces listes sont des fonctions et caractéristiques proposées par tous les systèmes, au moins dans une certaine mesure. Et les fournisseurs en compétition sont susceptibles de cocher « oui » dans l’interprétation la plus large de la fonctionnalité.

Choisissez les bonnes personnes pour votre équipe projet. La spécification des besoins est une tâche difficile. Elle nécessite des collaborateurs engagés, qui connaissent bien l’entreprise et qui ont du temps à consacrer au projet. Refreinez la tentation de constituer une équipe de personnes enthousiastes mais inexpérimentées.

Assurez-vous que votre appel d’offres contient les informations suivantes :

  • Présentation de votre entreprise et de ses processus
  • Ce que votre système actuel fait bien
  • Ce qu’il ne fait pas aussi bien que vous le souhaiteriez
  • Ce que vous voulez que le nouveau système fasse d’autre (classé par ordre d’importance)

2. Appel d’offres ERP

L’étape suivante consiste à envoyer un appel d’offres à un groupe sélectionné de fournisseurs. Leur nombre peut varier, mais n’oubliez pas que vous devrez procéder à un examen détaillé pour chaque réponse. L’expérience a montré que plus le nombre de fournisseurs est réduit, plus les informations fournies sont détaillées et meilleures sont les réponses. Il est donc préférable d’identifier une douzaine (ou moins) des meilleurs candidats pour votre short list.

« L’expérience a montré que plus le nombre de fournisseurs est réduit, plus les informations fournies sont détaillées et meilleures sont les réponses. »

En réponse, les fournisseurs d’ERP doivent proposer un système qui offre les fonctionnalités et les caractéristiques requises pour répondre aux besoins que vous avez identifiés. Les propositions contiendront également des informations sur leurs sociétés, leurs produits, leur expérience dans le domaine, les ressources qu’ils consacreront à l’implémentation, ainsi que d’autres informations destinées à gagner votre confiance.

Alors comment identifier la douzaine (ou moins) de candidats sur lesquels concentrer vos efforts de sélection ? Comment réduire la liste des centaines de fournisseurs d’ERP pour n’en retenir que quelques-uns ? Commencez par consulter les publications spécialisées qui présentent des « success stories ERP  » (gardez à l’esprit que ces publications ne vous parleront probablement pas des difficultés rencontrées ou des échecs, mettez donc ces informations en perspective). Utilisez vos contacts – par exemple associations et groupes d’entreprises – pour identifier d’autres professionnels qui ont pu avoir une expérience récente de la sélection et de l’implémentation d’un ERP.

Il existe également de nombreux annuaires en ligne, outils de sélection et services de sélection de systèmes qui peuvent vous aider à identifier les logiciels qui possèdent les fonctionnalités dont vous avez besoin et/ou les fournisseurs qui ont de l’expérience dans votre secteur.

Pour obtenir des conseils personnalisés, vous pouvez passer un contrat avec la branche conseil de votre cabinet comptable ou trouver une ressource conseil indépendante dans votre région et/ou dans votre secteur d’activité. Veillez à vérifier leurs antécédents et leurs affiliations pour vous assurer qu’ils sont réellement indépendants et pas associés à un ou plusieurs fournisseurs de systèmes ERP.

Vous pouvez choisir d’inclure certains fournisseurs de systèmes ERP qui présentent un intérêt pour d’autres raisons. Peut-être qu’un ou plusieurs de vos clients les plus importants utilisent un système ERP et vous ont encouragé à utiliser le même système. Ou peut-être que votre société fait partie d’une grande entreprise ou d’un groupe qui a opté pour une plateforme ERP donnée. Demandez une proposition au fournisseur recommandé puis évaluez toutes les propositions de manière équitable et impartiale avant de prendre votre décision.

Principaux points à retenir et conseils

Veillez à ce que toutes les parties prenantes définissent leurs besoins. Votre appel d’offres doit inclure les contributions de toutes les parties prenantes. Dans le cas contraire, vous risquez de choisir un système ERP qui ne sert que certaines fonctions de votre entreprise, obligeant les autres départements à investir dans des systèmes autonomes. Évaluez les systèmes qui fonctionnent pour l’ensemble de l’entreprise et utilisez le calendrier de déploiement pour livrer les modules prioritaires en premier.

Faites attention au classement des besoins. Souvent, l’appel d’offres est divisé en domaines fonctionnels avec des sections à remplir par chaque service. Chaque département – qu’il s’agisse des RH ou des opérations – fait généralement un excellent travail de classement des fonctionnalités pour son unité opérationnelle, mais ses priorités peuvent ne pas correspondre aux objectifs globaux de l’entreprise. C’est à votre équipe projet d’ajuster les priorités dans une perspective plus large. Quelles sont les fonctionnalités vitales, importantes ou simplement souhaitables ?

Vérifiez la disponibilité effective des fonctionnalités. Les sociétés de logiciels ont d’excellents départements marketing ; certaines vendent des produits qui n’ont pas été entièrement développés et testés. Faites des recherches sur les fonctionnalités « à venir dans une prochaine version » par rapport à celles qui sont utilisées dans les références actuelles. Il est tout à fait envisageable de prendre en compte les fonctionnalités en cours de développement – mais ne pariez pas tout votre projet sur des fonctionnalités à venir si elles sont essentielles.

Évaluez vos processus. Les processus intégrés dans les ERP packagés sont considérés comme étant conformes aux « meilleures pratiques ». Les consultants et les experts de l’implémentation d’ERP vous diront qu’il est presque toujours préférable de modifier la procédure pour l’adapter au logiciel (en tenant compte de la dimension « meilleure pratique ») que de modifier le logiciel pour l’adapter à la procédure existante. Toutefois, c’est à vous de prendre cette décision. Mais n’oubliez pas que les nouveaux processus peuvent être à l’origine des progrès et des avantages que vous tirez d’un nouveau système. N’oubliez pas non plus que tous les logiciels ERP modernes sont personnalisables. Vous disposez donc d’une grande souplesse pour modifier l’affichage, les procédures, les caractéristiques des données et leur traitement, et bien d’autres choses encore – sans modifier le code.

Tenez compte du retour sur investissement de votre ERP. La plupart des entreprises exigent une analyse du retour sur investissement (ROI) comme condition préalable à l’autorisation et au financement de tout projet majeur. Comme son nom l’indique, il s’agit de la somme des coûts liés à l’achat et au déploiement du nouveau système, plus la différence des coûts d’exploitation par rapport à ceux du système existant. Le ROI tient également compte des avantages qui s’ajoutent aux économies directes, notamment l’amélioration du rendement, du service à la clientèle et de la productivité au travail.


3.      Evaluation de pré-sélection

L’évaluation se déroule en deux phases. Au cours de la première phase, toutes les propositions sont évaluées pour voir dans quelle mesure elles correspondent à votre environnement et aux exigences décrites dans votre appel d’offres (cette phase ne comprend pas la comparaison des fournisseurs, qui relève de la deuxième phase d’évaluation).

L’objectif à ce stade est d’écarter les offres qui ne remplissent pas vos critères et de classer celles qui semblent convenir. Il en résulte une short list des meilleures propositions. Celles-ci, et seulement celles-ci, seront soumises à une évaluation détaillée jusqu’à la sélection finale.

Si vous devez examiner de nombreuses réponses, les détails auront tendance à se brouiller et il vous sera difficile de vous souvenir des réponses particulièrement solides (ou celles insuffisantes) et dans quels domaines. Une échelle de notation numérique peut vous aider à ne pas perdre le fil et à documenter votre processus de décision. Voici quelques conseils supplémentaires pour vous aider lors de cette étape de documentation :

  • Mettez en place un formulaire ou une feuille de calcul agencée de manière à ce que les évaluateurs puissent noter chaque proposition en fonction des principaux critères que vous avez spécifiés. Demandez à chaque examinateur d’attribuer une note à chaque critère d’évaluation (l’échelle peut être de un à dix, de un à cinq, de un à trois, ou tout autre niveau de granularité que vous jugez approprié). Vous pouvez avoir autant ou aussi peu d’examinateurs que vous le souhaitez.
  • Laissez de la place pour des notes et des questions, pour le suivi. Vous pouvez demander des éclaircissements à ce stade ou attendre l’évaluation détaillée des propositions présélectionnées. Attribuez un coefficient à chaque critère en fonction de l’importance de la fonction ou du processus pour votre entreprise.
  • Multipliez la note donnée par chaque évaluateur par le coefficient de chaque critère et calculez une note globale pour chaque fournisseur. Le plus souvent, plusieurs d’entre eux se classeront en haut de l’échelle, plusieurs autres un peu plus loin dans le classement, et quelques-uns ne seront pas retenus. Vous devriez maintenant avoir votre short list de finalistes – idéalement trois à cinq candidats – pour l’évaluation finale.
  • Il y a de bonnes chances que vous puissiez identifier les meilleurs candidats, mais si ce n’est pas aussi clair, revenez aux évaluations individuelles et discutez-en avec l’équipe.

Principaux points à retenir et conseils

Traitez chaque fournisseur potentiel de la même manière. N’acceptez pas de démonstrations en direct, de réunions spéciales en présentiel ou de visites sur place, à moins que vous ne soyez prêt à offrir la même possibilité à tous les fournisseurs. Il est important de maintenir des règles du jeu équitables. Une technique courante consiste à organiser une « conférence des candidats » dans vos locaux pour faire visiter les lieux à tous les fournisseurs potentiels et répondre à leurs questions (devant tout le monde).

N’oubliez pas qu’une proposition est un document de vente. Les réponses contiendront les informations que vous avez demandées et bien plus. Partez du principe que toutes les affirmations sont véridiques ; vous pourrez vérifier la plupart, sinon toutes, au cours du processus d’évaluation. Mais sachez que les auteurs de la proposition répondront à vos questions de manière à présenter leurs produits sous le jour le plus favorable.

Recherchez les valeurs aberrantes. Accordez une attention particulière aux critères pour lesquels les notes varient considérablement. Si un évaluateur donne une note très élevée à une proposition pour un critère et qu’un autre évaluateur lui donne une note très basse, cela vaut la peine d’en discuter. Interrogez les deux évaluateurs de manière constructive pour savoir ce que chacun pensait. Il est probable que l’un ou l’autre ait remarqué quelque chose que les autres n’ont pas vu ou n’ont pas considéré comme important. À la suite de ces discussions, vous souhaiterez peut-être ajuster les notes pour un critère spécifique, ce qui pourrait modifier le classement général.


4. Comparaison des ERP et évaluation détaillée

Une fois que vous avez identifié trois à cinq finalistes, il est temps de vous mettre au travail pour vérifier leurs affirmations et valider leurs références.

Comment commencer votre évaluation

  • Prenez contact avec chacun des fournisseurs potentiels et annoncez-leur la bonne nouvelle : ils ont été retenus dans la short list ! (Il n’y a pas de mal à leur dire combien il y a d’autres finalistes et même à leur faire savoir avec quelles entreprises ils sont en concurrence, si vous êtes à l’aise pour le faire).
  • Dans certains cas, vous pouvez également leur demander d’affiner leurs propositions.
  • Discutez avec les utilisateurs actuels du système (ou rendez-leur visite), de préférence ceux de votre industrie (ou d’un marché comparable) et de la taille de votre entreprise.
  • Obtenez des références si les éditeurs ne les ont pas déjà fournies (les fournisseurs peuvent hésiter à fournir des références pour des raisons de concurrence. Mais vous devez insister. Rassurez-les sur le fait que vous signerez et respecterez les accords de non-divulgation).

Comment gérer les démonstrations

C’est également le moment d’inviter les candidats présélectionnés à effectuer des démonstrations détaillées de leurs systèmes – mais vous devez contrôler ces démonstrations.

  • Fournissez à chaque candidat un script ou une liste des fonctionnalités que vous souhaitez voir bien avant la démonstration prévue. Tous les fournisseurs potentiels devraient recevoir la même liste.
  • Permettez-leur de montrer les fonctions spéciales qu’ils souhaitent mettre en avant uniquement après vous avoir montré les fonctions et les processus décrits dans l’appel d’offres.
  • Assurez-vous que votre script ou votre liste inclut les exigences spécifiques identifiées à l’étape 1. Les systèmes ERP traitent les processus courants de la même manière ; ce sont les exceptions qui posent problème (par exemple, la possibilité d’entrer des commandes pour des articles qui ne sont pas en stock, de vendre des articles dans des packages, des kits ou des ensembles, ou encore la prise en charge d’un processus spécifique de rapprochement des factures).
  • Pendant la démonstration, vous voudrez voir comment le logiciel peut être configuré et adapté pour prendre en charge vos processus et procédures uniques. Cela dit, restez ouvert d’esprit dans la mesure où vous pourriez découvrir certaines meilleures pratiques dans ces fonctions standard qui amélioreraient les opérations et les résultats de votre entreprise.
  • Dans l’idéal, le démonstrateur sera en mesure de montrer le fonctionnement du système en utilisant vos propres données. Ce n’est pas toujours possible, mais lorsque c’est le cas, cela vous donnera une bien meilleure idée de la façon dont le système fonctionnerait dans votre environnement.

Principaux points à retenir et conseils

Ne vous laissez pas éblouir par les démonstrations. Les professionnels qui font la démonstration des logiciels sont généralement très expérimentés et ont une forte personnalité. Leur objectif est de vous convaincre et de vendre leur logiciel. Ne vous laissez pas distraire par la personne ou le discours de vente, aussi captivant soit-il. Concentrez-vous sur le fond.

Tirez le meilleur parti des visites de référence. Sélectionnez avec soin les visites que vous souhaitez faire. Passez un bref appel à votre interlocuteur pour vous assurer qu’il a bien déployé le logiciel et qu’il a obtenu les avantages promis. Convenez de ce qu’il vous montrera et des personnes que vous rencontrerez au cours de la visite. Une fois sur place, jugez soigneusement si leur succès est reproductible dans votre environnement. Posez également les questions difficiles : « Quelles ont été vos plus grandes surprises ? » et « Si c’était à refaire, que feriez-vous différemment ? ».

Continuez à poser des questions. Encouragez votre équipe à poser des questions, ne serait-ce que pour clarifier les réponses. Faites-le lors de l’examen de l’appel d’offres et pendant les démonstrations ; cela réduira considérablement les risques de mauvaises surprises. C’est le moment de découvrir les réponses qui ne vous plaisent pas – avant que les négociations ne commencent. N’oubliez pas non plus que vous obtenez vos réponses gratuitement à ce stade, alors apprenez-en le plus possible. Lorsque vous commencerez à implémenter le produit, il se peut que vous deviez attendre une assistance ou même payer des frais.


5. Décision finale et contrat

Une fois les évaluations détaillées terminées, vous constaterez probablement que deux ou trois fournisseurs répondent à vos critères. Sélectionnez celui qui, selon vous, répond le mieux à vos besoins actuels et futurs, mais n’écartez pas les autres. Faites-leur plutôt savoir qu’ils vous conviennent mais qu’ils ne sont pas votre premier choix ; cela laisse la porte ouverte au cas où vos négociations avec le meilleur candidat ne se déroulent pas comme prévu.

Vous pouvez maintenant commencer à négocier les détails du contrat avec le meilleur candidat. La plupart des entreprises savent comment cette étape est « censée fonctionner ». Mais comme pour toutes les autres étapes du processus d’évaluation et de sélection d’un ERP, vous risquez d’avoir des surprises.

Le pouvoir est de votre côté dans les négociations. Cependant, il est préférable de considérer le fournisseur comme un futur partenaire, et non comme un adversaire dans les négociations. Visez un accord équitable qui incite les deux parties à déployer le système de manière efficace et à en assurer le bon fonctionnement.

Chaque aspect de l’implémentation du système et du maintien de l’assistance doit être discuté et documenté – en détaillant le prix, la personne responsable et, dans certains cas, le temps nécessaire. Le contrat comporte de nombreux aspects, dont notamment (mais pas exclusivement) :

  • L’achat initial, la location ou la licence du matériel et des logiciels.
  • L’implémentation du matériel et des logiciels (en précisant ce qu’englobe le mot ‘ »implémentation »).
  • Coût et calendrier de la simulation d’implémentation (avant ou après le paiement du logiciel).
  • Coûts de formation initiale et continue
  • Maintenance continue du matériel et des logiciels (et à quel niveau).
  • Conversion des données et intégration à d’autres systèmes
  • Mise en réseau et sécurité
  • Personnalisations (initiales et avec les versions futures)

Principaux points à retenir et conseils

N’annoncez pas votre sélection finale avant les négociations. À la fin de la phase d’évaluation détaillée, l’équipe peut vouloir déclarer un « gagnant ». Cependant, informer le candidat principal qu’il est « l’élu » n’est pas dans l’intérêt de votre entreprise. Il n’est pas rare d’avoir des surprises au cours du processus de négociation et vous devrez peut-être revoir votre choix.

Planifiez à long terme. Lors du démarrage, veillez à examiner attentivement les coûts à long terme afin que vos estimations soient correctes et que vous ne faussiez pas les chiffres du retour sur investissement de l’ERP. Certains fournisseurs offrent davantage de services gratuits pendant une période plus longue et d’autres peuvent confier leur assistance à long terme à une entreprise qui facture à l’appel. Certains fournisseurs fixent un plafond pour l’augmentation des tarifs annuels de maintenance ou d’abonnement, mais beaucoup ne le font pas. D’autres vendent un abonnement SaaS (Software-as-a-Service) à bas prix, qu’ils augmentent considérablement après quelques années. Certains fournisseurs proposent une mise à jour annuelle, mais ne fournissent aucune assistance réelle lors du processus de mise à jour. Posez des questions et obtenez des réponses écrites pour être sûr de bien appréhender vos coûts à long terme.


L’importance de l’équipe projet

Le facteur le plus important pour le succès du processus d’évaluation du système ERP est l’équipe projet. Cette équipe doit être constituée très tôt et doit être le moteur de l’élaboration, de la diffusion et de l’évaluation de l’appel d’offres et de la sélection du nouveau système ERP.

D’après notre expérience, lorsque les équipes sont au milieu d’une investigation et d’une évaluation détaillées, elles prennent souvent des raccourcis. Mais si votre équipe projet suit ces cinq étapes et prête attention aux enseignements tirés, elle sera en mesure de trouver la solution optimale pour répondre aux exigences de votre entreprise, maintenant et pour l’avenir.


Publié en anglais sur insights.sap.com

The post Conseils pour bien choisir votre (nouveau) système ERP appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com