Articles

Poll: Fast CDN, Cheap CDN, Good CDN, Pick Any One…

This week, a significant portion of the Web fell over when on Tuesday, sites powered by Fastly were impacted by a massive outage that affected around 85% of the network.

The near-total collapse — which was quickly identified and remedied — took out sites including GitHub, Stack Overflow, PayPal, Shopify, Stripe, Reddit, Amazon, and CNN. Furthermore, it was all but impossible to express rage on Twitter because the server that handles the social network’s emojis was also affected.

This outage was broad and severe, and we’re truly sorry for the impact to our customers and everyone who relies on them.

Nick Rockwell, Senior VP of Engineering and Infrastructure, Fastly Inc.

The incident occurred at around 10:00 UST (06:00 EST) and prompted mass “Error 503” messages. It was identified by Fastly in less than a minute and patched within an hour.

Initial analysis indicates that the whole episode was triggered by a single customer updating their settings (in a perfectly valid way) — you know those nightmares you have about clicking the wrong button and deleting the whole Web? Yeah, imagine being that person. The precise combination of settings triggered a bug in an update that had been missed in Fastly’s QA and had been sitting in production code since May 12th.

If you’ve ever visited a serious server center, you’ll know the kind of security they employ in defense of potential criminal attacks. The only center I’ve visited in person was inside a nuclear-proof bunker, involved multiple security checks, and I wasn’t even allowed into the really secure part. But it turns out, all the terrorists need to do to crash the global economy is open a CDN account and update their settings.

Fastly actually reacted far faster than previous CDN mass-outages by its competitors — one possible reason its share price soared this week. But it is still trapped in a cycle of competition in which fast and cheap are easily compared, and good is somewhat abstract…until it’s not.

Most of us feel like seasoned hands at the Web when the truth is we’re very early adopters. It will be a century or more before the Web is truly integrated into society. Still, we are building the foundations now, and future generations need those foundations to be robust. We need less focus on clawing back a few pennies, less focus on delivering sites 3 nanoseconds before a user opens their browser, and a greater focus on resilience.

Like everyone, I love eye-peelingly fast sites, and I’m more than happy to get a good deal, but personally, I don’t feel either of those things is worth waking up to an Error 503 on a site I’m responsible for.

Image via Unsplash.

Source

The post Poll: Fast CDN, Cheap CDN, Good CDN, Pick Any One… first appeared on Webdesigner Depot.


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Leadership Is About Growth, Not Brilliance

Does it ever cross your mind that praise can be negative? I guess not. After all, it looks harmless and seems to be quite effective. Conventional wisdom says that if you praise people, they are motivated to do better.
People who have been praised throughout their life by their well-meaning parents, friends, and teachers for their talent and smartness or those who have experienced extreme focus on talent and smartness throughout their childhood learn to value only intelligence. No wonder when these people enter the workforce, they continue to seek approval and demand praise every step of the way.
Every opportunity is a measure of their intelligence — do I look smart, how will I be judged, what if others find my ideas dumb. With a single-minded focus on validating themselves, all their actions are rooted in establishing their worth. Every mistake hurts their reputation and every failure is a reflection of their competence. They care less about learning and more about proving themselves. Their sense of morality sometimes takes a hit as they resort to brutal behaviors — demeaning others by yelling, insulting, controlling, or taking undue credit — all in an attempt to boost their self-esteem.
Carol Dweck, professor of Psychology at Stanford University summarised this unfortunate reality from Morgan McCall’s book High Flyers:

People often like the things that work against their growth. . . . People like to use their strengths . . . to achieve quick, dramatic results, even if . . . they aren’t developing the new skills they will need later on. People like to believe they are as good as everyone says . . . and not take their weaknesses as seriously as they might. People don’t like to hear bad news or get criticism. . . . There is tremendous risk . . . in leaving what one does well to attempt to master something new.

What Do Organizations Do with Such People?

They feed and promote this mindset. They praise people for their brilliant ideas conveying the message “we value talent and smartness.” They shower people with rewards and bonuses for their achievements communicating to everyone else around “all we care about is success.”
What happens when these people take on a leadership role? Their mindset of valuing brilliance above everything else amplifies leading to disastrous results. History is full of leadership fiascos with great promises that turned out to be the biggest disasters. This article from Malcolm Gladwell in The New Yorker is as valid now as it was 18 years ago. Describing the talent mindset at Enron and the consultants at McKinsey who wandered the hallways at the company’s headquarters, he points out “They were there looking for people who had the talent to think outside the box. It never occurred to them that, if everyone had to think outside the box, maybe it was the box that needed fixing.”
He also talks about the impact of an environment that values innate talent and what happens when times get tough and that self-image is threatened “They have difficulty with the consequences. They will not take the remedial course. They will not stand up to investors and the public and admit that they were wrong. They’d sooner lie.”
Really, is praising people for their intelligence and achievements the only way to develop people who will be the leaders of tomorrow? Is there a better way out?
What if we praised people for their hard work, for their ability to persist despite failures and setbacks, for taking initiatives to build new skills, for standing up to their mistakes, for believing in their growth, and implementing the right strategies to overcome their shortcomings. What does this kind of praise tell them?
It tells them the value of effort in building abilities. It teaches them the importance of implementing the right strategies to solve problems. It encourages them to seek help to make progress on their task. It creates a passion for learning that’s not driven by the need to look smart, but with a desire to cultivate skills, to stretch themselves to grow.
When these people take on leadership positions, this mindset guides them to put the well-being of the company and its people before their own needs, to place value on teamwork over individual accomplishment, and to foster growth and development of their people.

As growth-minded leaders, they start with a belief in human potential and development — both their own and other people’s. Instead of using the company as a vehicle for their greatness, they use it as an engine of growth — for themselves, the employees, and the company as a whole.
– Carol Dweck

Unlike leaders who pull their companies down with their focus on brilliance, these leaders lead their companies into greatness and gratitude filled in their own hearts and those of the people around them.
Choose your praise carefully as you will see the tremendous benefits in praising for growth over brilliance.

When Leaders Focus on Brilliance

They live in a world of personal greatness and entitlement, vie for labels, and will do anything to boost their image. Instead of building a long-lasting company, they spend time and money on enhancing their image.
With the constant need for validation, they use people in the company to feed their egos and showcase their superiority. Everything is about pleasing the boss. They surround themselves with people who boost their self-esteem. Agreement earns them admiration and disagreement is an attack on their intelligence. Instead of hearing people out, they punish dissent and shut people down.
They pounce at the less talented for their lack of intelligence and find those who are more talented than they are as threatening. They mistreat employees, yell, insult, control and abuse them into their way of doing things. They feel better about themselves by making other people feel worse. Employees worry about being judged all the time. When people are ridiculed for mistakes, they soon learn to keep their heads down, stop putting their critical thinking skills to use, and give in to groupthink.
Their belief in their superiority blinds them to see reality. They turn a blind eye to complaints, ignore warning signs, and fire people who tell them what they don’t want to hear. Their decision-making criteria are based on what would make them look good as opposed to what’s good for the company long term.

What happens when a leader refuses to confront the brutal facts? “The minute a leader allows himself to become the primary reality people worry about, rather than reality being the primary reality, you have a recipe for mediocrity, or worse. This is one of the key reasons why less charismatic leaders often produce better long-term results than their more charismatic counterparts.
– Jim Collins

Since success and failure are a part of their identity — success means they are smart and failure means they are not — they find excuses and blame others for failures instead of taking personal responsibility. Instead of investing in the future growth of their company, they play safe with fear of failure, become less responsive to challenges from competition, go with what’s tried and tested, and refuse to take risks. Why take up the challenge that can hurt their reputation? On the other extreme, they may not shy away from crossing ethical boundaries to beat the competition at all costs. Success is what they are after and it doesn’t matter how they get it.
With more focus on talent and less on potential, they do not invest in mentoring and coaching employees. Instead of putting practices in place to develop employees and help them collaborate together, they make them compete against each other.
Carol Dweck sums up their brilliant mindset “My genius not only defines and validates me. It defines and validates the company. It is what creates value. My genius is profit. Wow!”

When Leaders Focus on Growth

They operate with a learning mode. They don’t claim to be genius but promise to invest in development, their own development, and the development of their people. The drive and enthusiasm to grow their companies make them adopt long-term strategies over short-term tactics. They aren’t in the game to boost their ego or establish their self-esteem. It’s the pure joy of shaping the future of their company that excites and motivates them. More than prestige, they are in it for the challenge.
They understand that the path to success goes through failure. Why lose the opportunity that can drive their future growth? So instead of hiding behind their failures, they face them head-on. Failures don’t define their competence, they are glaring moments of self-reflection. They are opportunities to build skills, explore possibilities, experiment, and invest in the promise of a better future.
They lead with vulnerability. They accept mistakes to shift the focus in the organization from hiding mistakes to finding solutions. When they don’t know something, instead of pretending to hide their ignorance, they say “I don’t know”. These three powerful words show humility and self-confidence. To make decisions, they invite others to share their opinion which promotes the culture of constructive criticism. Since they do not connect their identity to their opinion, more value is placed on seeking the right answers which require open disagreements and championing flexibility of opinion over their sense of righteousness.
Difficult situations make them uncomfortable, no doubt. Instead of letting their discomfort get in the way of meaningful conversations, they embrace it. They choose to look past their discomfort in the value that these discussions provide — saving a lot of time that can be wasted due to stress and anxiety that comes from misalignment of expectations and lack of clarity of purpose.
They are tough but compassionate. They do not shy away from giving critical feedback while also challenging the people in their organization to step outside their comfort zone. They empower people to make decisions with the right channels of feedback to assist in better decision-making in the organization.
Leaders with the growth mindset operate with what Lou Gerstner, who turned IBM’s fortunes around by saving it from near bankruptcy said “Hierarchy means very little to me. Let’s put together in meetings the people who can help solve a problem, regardless of position.” Not blinded by reality, they focus on finding solutions that will push their company forward. This requires keeping an open eye to change in market trends, identifying and investing in future growth areas, and taking calculated risks.
With a focus on potential and growth, they invest in identifying and building future skills of the organization — skills that will be useful during difficult circumstances giving them an advantage over the competition. They foster productivity through coaching and mentoring, place value on teamwork by encouraging collaboration and defining shared measures of success.
Warren Bennis, a scholar, author, and widely regarded as a pioneer of the contemporary field of Leadership studies, writes in Organizing Genius:

Leaders are people who believe so passionately that they can seduce other people into sharing their dream.

His most admirable view on leadership says:

Good leaders make people feel that they’re at the very heart of things, not at the periphery. Everyone feels that he or she makes a difference to the success of the organisation. When that happens people feel centred and that gives their work meaning.

What kind of leaders think like this — those focused on brilliance or the ones driven by growth?
Previously published here.

Source de l’article sur DZONE

Leonhart mise sur le cloud pour son nouvel ERP SAP S/4HANA

Les Sablières J. Leonhart ont refondu totalement leur Système d’Information en optant pour SAP S/4HANA Cloud Essentials, appuyé d’un spécifique déployé sur la SAP Business Transformation Platform (ex SAP Cloud Platform). Objectif : disposer d’un ERP standardisé et homogène, mais aussi fiable et évolutif.

Le Groupe Leonhart est un acteur historiquement spécialisé dans l’extraction et la valorisation de sable et de granulats. Il commercialise entre autres des agrégats, des pierres naturelles, du béton prêt à l’emploi et divers produits en béton pour la préfabrication lourde et légère. L’industriel alsacien dispose également de ses propres services de transport et de location d’engins de chantiers. Il a soufflé ses 100 bougies en 2020.

Le groupe réalise un chiffre d’affaires annuel de 120 millions d’euros, pour 600 salariés répartis sur une quinzaine de sites sur le territoire français. Il a connu une forte croissance sur les 20 dernières années. « Au fil de cette croissance, nous nous sommes retrouvés avec un SI très hétérogène, comprenant de nombreux outils spécifiques à chaque activité, plus ou moins bien connectés entre eux », explique Nicolas Battesti, Directeur Administratif et Financier.

La société a souhaité mettre en place un SI standardisé et structurant, couvrant l’ensemble de ses processus métiers et permettant un accès rapide aux données. « Nous avions besoin d’une plate-forme commune à toutes les sociétés du groupe, poursuit Nicolas Battesti. Notre responsable SI a défini un cahier des charges précis et détaillé de notre future solution, puis nous avons démarché les intégrateurs. »

Un ERP SAP, en mode SaaS

L’appel d’offres a été lancé fin 2020, avec comme objectif une étude exhaustive des solutions disponibles sur le marché et des modes de déploiement proposés. Le Groupe Leonhart a rapidement compris les avantages et inconvénients d’un déploiement sur site ou dans le cloud. C’est donc bien informé qu’il a opté pour du SaaS.

« Ce qui nous a plu dans le SaaS, c’est la maîtrise des coûts, explique Nicolas Battesti. Mais également la facilité à monter en version. Auparavant, on travaillait avec des outils qui n’étaient plus adaptés, faute d’avoir su évoluer. Disposer de solutions qui progressent au fil du temps était donc important pour nous. Nous voulions miser sur une offre pérenne. »

Au vu du cahier des charges de l’industriel, Nagarro ES a proposé l’ERP SAP S/4HANA Cloud Essentials, qui couvre les besoins métiers exprimés, avec la possibilité de se connecter au reste du SI de l’entreprise via la SAP Business Transformation Platform (anciennement SAP Cloud Platform). La seule partie non couverte nativement par l’ERP est la pesée des camions entrant et sortant des sablières. Nagarro ES s’est appuyé sur son laboratoire d’innovation pour proposer un développement spécifique reposant sur la SAP Business Transformation Platform et des technologies novatrices, comme la reconnaissance visuelle et l’Internet des Objets. Le résultat est un pont bascule connecté à SAP, avec une technologie qui permet la reconnaissance des plaques d’immatriculation internationales, la pesée du camion, et la génération automatisée du reçu.

Repartir de zéro

Le Groupe Leonhart a été séduit par la richesse fonctionnelle de la solution, mais aussi par la méthodologie SAP Activate, l’approche Fit-to-Standard et la capacité de Nagaro ES à répondre à des besoins métiers spécifiques. « Ce partenaire nous semble solide, en termes de taille, de santé financière et d’expertise des équipes, témoigne Nicolas Battesti. Nous avons jusqu’à maintenant toujours eu à faire à des consultants disponibles et expérimentés, avec la sensation que nos besoins étaient bien compris. »

L’industriel a souhaité repartir d’une page blanche pour son nouvel ERP, avec un périmètre fonctionnel assez large, allant du contrôle de gestion à la finance en passant par la production, la relation client et la logistique. Mais aussi l’analytique : « la BI intégrée nous a beaucoup plu, car elle reste facile d’utilisation, quoique puissante. »

Les ateliers ont commencé début mars 2021. La volonté du Groupe Leonhart de coller au plus près des standards et la trajectoire du projet clairement définie en amont augurent de travaux qui devraient se dérouler dans d’excellentes conditions. La mise en production de l’ERP SAP S/4HANA Cloud Essentials est programmée pour janvier 2022.

 

The post Leonhart mise sur le cloud pour son nouvel ERP SAP S/4HANA appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Latécoère embrasse la mobilité avec SAP Cloud Platform et Fiori

Avec l’aide de son partenaire STMS, Latécoère a créé et déployé une série d’applications visant à faciliter le travail des magasiniers et opérateurs susceptibles de se déplacer au sein des sites de production. Des outils s’appuyant sur SAP Cloud Platform.

Latécoère est un équipementier majeur du monde aéronautique. Le groupe toulousain compte plus de 100 années d’existence. Il a réalisé un chiffre d’affaires 2020 dépassant les 410 millions d’euros, avec une production répartie dans 13 pays et près de 4200 collaborateurs. Latécoère dispose de deux activités principales : aérostructures (AS : tronçons de fuselage, portes d’avion…) et systèmes d’interconnexion (IS : câblage, meubles électriques…).

La société a lancé en parallèle deux projets ayant trait à la mobilité. « Côté AS, nous voulions équiper les magasiniers d’outils mobiles leur permettant de limiter les allers et retours entre le magasin et les bureaux, ainsi que le recours à une double saisie papier/numérique. Côté IS, les besoins sont identiques, avec en plus une problématique de traçabilité. Nous souhaitions en effet pouvoir suivre chaque lot, à chaque étape », explique Karim hajjaji, IT Manager, Support Process & Execution . Dans les deux cas, l’objectif est de faciliter la vie des opérateurs, tout en renforçant la qualité des données et la traçabilité.

SAP est déjà utilisé au sein de l’entreprise et semblait être le choix naturel pour ces projets. « Nous ne voulions pas rajouter de couche applicative supplémentaire à notre SI. Rapidement nous avons perçu le potentiel de SAP Cloud Platform pour enrichir notre SI de solutions mobiles dédiées. Nous y avons vu aussi une technologie qui pourrait nous propulser vers l’avenir et non nous retenir dans le passé. Notre partenaire STMS, avec lequel nous travaillons en confiance depuis de nombreuses années, a fini de nous convaincre d’aller vers SAP Cloud Platform. »

Une constellation de projets menés en mode express

STMS a choisi de travailler sous forme de sprints, avec des applications déployées fonctionnalité par fonctionnalité. Sur la partie AS, quatre sprints ont été lancés en juin, septembre, octobre et décembre 2019, avec une mise en production des outils entre un et deux mois plus tard. Le déploiement s’est effectué sur des tablettes Microsoft Surface Go. Les applications couvrent la plupart des transactions effectuées par un magasinier : réception des marchandises, prise de décision d’usage, inventaire et transferts de stocks internes, picking pour expédition.

Trois sprints ont été menés sur la partie IS, séparés en deux phases : une première comprenant un sprint mené entre avril et juillet 2019 et une seconde avec deux sprints organisés entre septembre 2020 et janvier 2021. Du matériel plus spécifique (des lecteurs Zebra) a ici été employé. Les tâches prises en charge par les applications vont de la réception des articles à la gestion des bacs en passant par l’inventaire des pièces.

L’un des défis qu’a dû relever STMS était de travailler avec des équipes réparties dans le monde entier. Un key user était en effet choisi sur chaque site, avec un leader situé en République tchèque. Quant au chef de projet, c’est au Brésil qu’il a été choisi. « C’était une volonté de notre part d’aller chercher des key users partout dans le monde, afin de ne rien rater concernant les besoins attendus pour ces solutions mobiles », explique Sébastien Ducruezet (IT Departement – Support Process & Execution – Purchase, Supply Chain & Quality). Les consultants de STMS ont utilisé des outils collaboratifs pour communiquer avec les équipes de Latécoère, tout en maquettant les applications avec SAP Build, au fur et à mesure de l’expression de besoins. Une fois une maquette validée, le projet correspondant partait en développement, test puis déploiement.

Un déploiement en cours… et déjà d’autres projets

Côté AS, toutes les applications sont aujourd’hui en production, sur l’ensemble des sites. Pour la branche IS, les travaux ne sont pas terminés : les applications sont déployées sur les sites français, mais à l’étranger il faudra attendre la fin des restrictions de déplacement liées à la crise du Coronavirus pour que les formations puissent s’organiser. Des travaux ont été initiés sur la branche IS afin de mesurer les gains apportés par ces solutions mobiles. Latécoère s’attend à des bénéfices en termes d’efficacité et de qualité des données.

L’approche SAP Cloud Platform, testée avec succès sur ces applications mobiles, a d’ores et déjà trouvé un écho sur les chaînes de production. Ainsi, lorsqu’il a fallu mettre en place dans les ateliers des interfaces permettant aux opérateurs de saisir la liste de composants prélevés, c’est  SAP Cloud Platform et une interface de type Fiori qui ont été mises en œuvre.

Et Latécoère entend bien ne pas s’arrêter en si bon chemin. Au travers de ces applications de nouvelle génération, l’entreprise prépare ses collaborateurs au passage à l’ERP SAP S/4HANA, qui propose lui aussi une interface utilisateur modernisée. SAP Cloud Platform devrait par ailleurs être stratégique pour faciliter cette migration. « Nous envisageons de développer nos spécifiques sur SAP Cloud Platfom et non plus directement dans l’ERP, poursuit Karim hajjaji, IT Manager, Support Process & Execution. C’est un changement de paradigme pour nous, mais aussi un moyen de simplifier notre future migration vers SAP S/4HANA. Chaque spécifique déplacé sur SAP Cloud Platform sera un obstacle de moins à notre migration. »

The post Latécoère embrasse la mobilité avec SAP Cloud Platform et Fiori appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Accenture et SAP vont aider les entreprises à accélérer leur transformation en matière de développement durable, à créer de nouvelles sources de valeur et à se positionner comme leader en matière d’économie circulaire

NEW YORK et WALLDORF – Accenture (NYSE : ACN) et SAP SE (NYSE : SAP) étendent leur partenariat de plusieurs décennies pour aider les entreprises à intégrer le développement durable à l’ensemble de leurs activités, de la stratégie à l’exécution, afin de dégager une nouvelle valeur au sein de leurs entreprises et de leurs chaînes de valeur et d’approvisionnement.

En associant la technologie SAP aux services de développement durable d’Accenture et à leur vaste connaissance du secteur, les partenaires élargissent leur alliance afin de créer conjointement de nouvelles solutions qui permettront aux entreprises d’accélérer la dé-carbonisation complète de leurs chaînes d’approvisionnement et d’obtenir leur part des 4 500 milliards de dollars de croissance économique que l’économie circulaire pourrait générer*.

Grâce à ce partenariat étendu, Accenture et SAP prévoient de co-innover et de co-développer la nouvelle solution de SAP pour la production et la conception responsables, qui comprend des fonctionnalités aidant les entreprises à intégrer des mesures de durabilité dans leurs chaînes de valeur et d’approvisionnement, en mettant l’accent sur la conception et la fabrication des produits. Grâce à des données intégrées provenant de l’ensemble des opérations, les entreprises peuvent mieux concevoir et fabriquer des produits produisant moins de déchets, plus recyclables et contenant davantage de matières recyclées. Cela contribuera également à réduire le coût croissant de la conformité induit par les nouvelles réglementations en matière d’emballage et de responsabilité élargie des producteurs (REP).

« Notre collaboration permettra aux clients de SAP, qui comprennent 92% des Forbes Global 2000, d’utiliser leurs systèmes centraux pour les aider à mener leur programme de développement durable, à optimiser leurs performances ESG et à atteindre leurs objectifs », a déclaré Julie Sweet, chief executive officer d’Accenture. « Cette collaboration élargie s’appuie sur notre longue histoire avec SAP – notamment notre partenariat conjoint avec le Pacte mondial des Nations unies et 3M – et sur notre engagement commun à favoriser la réalisation des objectifs de développement durable. »

Accenture soutient également l’initiative Climate 21 de SAP, qui permet aux entreprises de tout secteur d’activité d’utiliser des outils d’analyse pour mesurer et minimiser les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et réduire l’empreinte carbone tout au long du cycle de vie des produits. Par exemple, les recherches montrent que les émissions des fournisseurs en amont sont en moyenne plus de cinq fois supérieures à celles des opérations directes**. Grâce à l’ajout de mesures de durabilité dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de bout en bout, les entreprises disposent d’une vision intégrée des économies environnementales et de l’impact des coûts et peuvent plus facilement optimiser leurs opérations.

« Pour réussir à lutter contre la plus grande menace qui pèse sur notre monde aujourd’hui, nous devons collaborer à tous les niveaux de l’entreprise et de la société « , a déclaré Christian Klein, chief executive officer de SAP. « En s’appuyant sur notre partenariat de longue date et de confiance, SAP et Accenture unissent leurs forces pour aider nos clients à réaliser une croissance à long terme de manière durable. Nous apportons une visibilité sur l’impact environnemental de l’ensemble de la chaîne de valeur, en fournissant aux entreprises les informations dont elles ont besoin pour prendre les bonnes mesures et accélérer leur transition vers l’économie circulaire. »

Le mois dernier, SAP et Accenture ont donné le coup d’envoi d’un programme d’accélération mondial axé sur le développement durable au sein de SAP.iO Foundries. Le programme Sustainable Future, la plus grande cohorte de SAP.iO à ce jour, vise à aider les startups B2B en phase de démarrage à favoriser la transformation numérique et l’innovation dans quatre domaines cibles : le suivi et le commerce du carbone, l’efficacité des ressources, le suivi et l’atténuation des risques climatiques et l’économie circulaire. Treize startups ont été sélectionnées pour travailler avec SAP.iO Foundries Berlin et Munich, en tandem avec des experts d’Accenture et des entreprises leaders dans divers secteurs.

« La mise en œuvre de la gestion durable de la chaîne d’approvisionnement et des principes de l’économie circulaire est une tâche incroyablement difficile pour les entreprises, compte tenu de la diversité des questions ESG et des multiples parties prenantes concernées », a déclaré Bjoern Stengel,  senior research analyst, Worldwide Business Consulting and ESG Business Services chez IDC. « Selon les recherches d’IDC, les questions relatives au processus de création de valeur des entreprises (conception et gestion du cycle de vie des produits, approvisionnement en matières premières, etc.) sont les sujets d’ESG qui généreront le plus de demande à court terme. Cette nouvelle offre d’Accenture et de SAP permet aux clients de générer des informations critiques, fondées sur des données, de bout en bout, qui prennent en compte les paramètres non financiers nécessaires pour construire des chaînes d’approvisionnement durables et aider les entreprises à créer une valeur partagée. »

Cette collaboration est la dernière d’une série d’initiatives d’Accenture et de SAP qui aident les entreprises à tirer de la valeur du développement durable. Le Pacte mondial des Nations unies, avec le soutien d’Accenture et de SAP SE, en faveur des objectifs de développement durable (ODD), a lancé SDG Ambition en janvier 2020 et a publié les guides SDG Ambition et Integration en septembre 2020. Ensemble, grâce au SDG Ambition Accelerator qui a débuté en février 2021, plus de 600 entreprises dans 65 pays sont en train de monter en compétences pour appliquer ces outils à leurs activités.

À propos d’Accenture

Accenture est un des leaders mondiaux des services aux entreprises et administrations, avec une expertise de pointe dans les domaines du numérique, du cloud et de la sécurité. Combinant une expérience unique et une expertise spécialisée dans plus de 40 secteurs d’activité, Accenture s’appuie sur le plus grand réseau international de centres de technologie avancée et d’opérations intelligentes pour offrir à ses clients des services Strategy & Consulting, Interactive, Technology et Operations. Avec 537 000 employés, Accenture s’engage chaque jour auprès de ses clients dans plus de 120 pays, à réaliser la promesse de la technologie alliée à l’ingéniosité humaine. Accenture s’appuie sur le changement pour générer de la valeur et créer une réussite partagée avec ses clients, ses collaborateurs, ses actionnaires, ses partenaires et ses communautés.
Site Internet : www.accenture.com/fr

À propos de SAP

La stratégie de SAP vise à aider chaque organisation à fonctionner en “entreprise intelligente”. En tant que leader du marché des logiciels d’application d’entreprise, nous aidons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer au mieux : 77 % des transactions commerciales mondiales entrent en contact avec un système SAP®. Nos technologies de Machine Learning, d’Internet des objets (IoT) et d’analytique avancées aident nos clients à transformer leurs activités en “entreprises intelligentes”. SAP permet aux personnes et aux organisations d’avoir une vision approfondie de leur business et favorise la collaboration afin qu’elles puissent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Nous simplifions la technologie afin que les entreprises puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent – sans interruption. Notre suite d’applications et de services de bout en bout permet aux clients privés et publics de 25 secteurs d’activité dans le monde de fonctionner de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Avec son réseau mondial de clients, partenaires, employés et leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun.

Pour plus d’informations, visitez le site www.sap.com .

Contacts presse SAP
Daniel Margato, Directeur Communication : 06 64 25 38 08 – daniel.margato@sap.com
Pauline Barriere : 06.13.73.93.11 – presse-sap@publicisconsultants.com
SAP News Center. Suivez SAP sur Twitter : @SAPNews.

The post Accenture et SAP vont aider les entreprises à accélérer leur transformation en matière de développement durable, à créer de nouvelles sources de valeur et à se positionner comme leader en matière d’économie circulaire appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

SAP et Amadeus pilotent le conseil industriel pour la recherche en intelligence artificielle

 

“Cette initiative est née de notre profonde conviction que les entreprises, quelle que soit l’industrie, peuvent tirer parti du partage d’experiences.”

 

Il est ingénieur de formation, issu de Polytech’Nice-Sophia. Elle est diplômée en mathématiques appliquées et a validé une thèse en théorie de l’optimisation. Ils mènent leur carrière dans de grandes entreprises technologiques internationales. Et dirigent le Industrial Council of Artificial Intelligence Research (ICAIR). Olena Kushakovska (SAP) et Jean-Michel Sauvage (Amadeus) pilotent ensemble ICAIR depuis 2020. Ils ont une ambition claire pour l’organisation : accélérer le travail sur l’IA en mettant l’accent sur le développement durable. A l’occasion du 1er SAP Sustainability Summit, la directrice générale de SAP Labs France et le directeur R&D pour les solutions Revenue Management d’Amadeus se sont prêtés au jeu de l’interview croisée pour nous donner leur vision de l’IA durable.

  1. Quels sont les principaux avantages de l’IA dans votre secteur ?

Olena Kushakovska : Chez SAP, nous permettons à nos clients de devenir des entreprises intelligentes, d’utiliser les données pour bâtir des entreprises plus performantes, plus résilientes, plus rentables, plus agiles et plus durables. Nous mettons tout en œuvre pour que la réalité de l’entreprise intelligente soit pleinement intégrée avec les fonctionnalités d’Intelligence Artificielle.

Jean-Michel Sauvage : L’IA est une technologie majeure qui offre la meilleure utilisation possible des données et fournit un service plus performant, plus efficace, prévisible, personnalisé et à plus forte valeur ajoutée sur l’ensemble de la chaîne.

  1. Quand, pourquoi et comment vous êtes-vous engagé avec ICAIR ?

Olena : Amadeus et SAP sont membres fondateurs de ICAIR. La décision d’aller de l’avant a été prise entre Gilles Floyrac et moi il y a environ 2 ans. Gilles était le président d’Amadeus Nice à l’époque et la région Côte d’Azur venait de décrocher le label 3IA. Son idée était que les entreprises conduisent l’agenda industriel parallèlement au monde universitaire. Plus de 60 entreprises de la zone ont soutenu le projet 3IA. Nous avons contacté les entreprises que nous pensions intéressées (ex. IBM, ARM, NXP, Thales Alenia Space, Orange) et le “Club” est né. La réunion de mise en place entre les responsables de site pour sceller le club s’est tenue chez Amadeus puis la 1ère session de travail a eu lieu chez SAP en juin 2019.

Jean-Michel : Les techniques d’IA n’étant pas spécifiques à la résolution d’un problème, cette initiative est motivée par la forte conviction que les entreprises, même lorsqu’elles travaillent dans différents secteurs, peuvent bénéficier de l’apprentissage et du partage d’expériences sur les défis auxquels elles sont confrontées sur des problèmes techniques similaires.

« Nous nous efforçons d’utiliser l’IA de manière durable et d’atteindre les objectifs de durabilité de l’ONU au sein du secteur. » Olena KUSHAKOVSKA

  1. Qu’est-ce qui est spécial avec ICAIR ?

Jean-Michel : ICAIR se concentre sur la recherche appliquée, et à ce titre, est un moyen de lier la recherche fondamentale et les résultats académiques à leur application dans un environnement industriel.

Olena : ICAIR est à taille humaine, agile, diversifié, industriel, pratico-pratique, avec des cas d’utilisation réels. Des entreprises leaders dans le monde composent le conseil. Pour autant, il y a un faible niveau d’administration, une faible bureaucratie, mais beaucoup de bonne volonté et un grand écosystème. La bienveillance et le soutien sont sans faille, et l’implication continue !

  1. Pourquoi avoir choisi l’IA durable comme thème du programme ICAIR ? 

Jean-Michel : L’IA s’accompagne de défis, tant en termes de technologie, de puissance de calcul, que de biais d’apprentissage, ou de décisions humainement explicables. Nous pensons que l’IA peut être conçue et utilisée de manière durable et apporter de la valeur d’une manière qui respecte la planète et les communautés.

Olena : On questionne souvent l’IA en termes écologique ou éthique. Nous voulons envisager la durabilité dans un contexte beaucoup plus large, celui des objectifs de durabilité des Nations Unies. La durabilité s’entend comme la capacité de notre génération à atteindre ses objectifs, sans compromettre la capacité de la génération future à atteindre les leurs. Et ce, par rapport à toutes les ressources : naturelles, humaines, économiques. Nos efforts se concentrent sur l’IA durable pour atteindre les objectifs des Nations Unies au sein de l’industrie.

  1. Quel est le champ d’application d’ICAIR ?

Jean-Michel : ICAIR a été pensé de telle sorte que des chercheurs d’entreprises de Sophia Antipolis hébergeant des laboratoires de recherche travaillant dans différents contextes industriels, et sur différents sujets, puissent discuter et échanger leurs points de vue sur des questions communes liées à l’utilisation de l’IA dans leurs industries respectives.

Olena : Notre objectif est de travailler sur des projets communs et d’échanger sur les meilleures pratiques en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle. Cela permettra de faire progresser les recherches en matière d’IA. Enfin, nous comptons utiliser notre puissance commune pour promouvoir la Côte d’Azur en tant que berceau de l’IA durable.

  1. Qu’est-ce qui vous motive personnellement ?

Olena : Ma volonté est de promouvoir notre grande collaboration, dans l’écosystème incroyablement riche sur le plan technologique et intellectuel de la Côte d’Azur, en montrant à nos maisons-mères que cet endroit est vraiment exceptionnel, et y développer une véritable communauté autour de l’IA. Je veux aussi que la France et l’Europe obtiennent la place qu’elles méritent dans le monde en ce qui concerne l’IA, en veillant à ce que l’IA soit utilisée à bon escient, que la Côte d’Azur soit identifiée comme l’endroit idéal pour l’IA durable, et enfin que les gens ne craignent plus l’IA.

Jean-Michel : Je suis un passionné d’aviation et d’informatique. Heureusement pour moi, les voyages et l’aviation en particulier sont des domaines pleins de défis combinatoires, très complexes à résoudre et à optimiser. Chez Amadeus, nous sommes déjà pleinement engagés dans le déploiement de l’IA. Nous sommes également engagés depuis de nombreuses années dans le développement de systèmes ouverts et interopérables, car nous pensons que c’est en combinant les meilleurs services « atomiques » que nous apporterons une plus grande valeur ajoutée à nos clients, à l’industrie du voyage et aux voyageurs. Mais nous savons aussi que, comme toute évolution de ce genre, elle a besoin de temps, d’expérience, de tests et d’apprentissage. L’IA s’accompagne de nombreuses questions et défis sans réponse. Avec ICAIR, nous faisons partie de l’apprentissage, de l’enseignement, et nous voulons y répondre de la bonne manière.

 

 

 

Les membres sont des entreprises internationales avec des sites sur la Côte d’Azur et menant des recherches en IA :

  • Accenture,
  • ACRI-ST,
  • AIRFRANCE KLM,
  • Amadeus,
  • ARM,
  • Hewlett Packard Enterprise,
  • IBM,
  • NXP Semiconductors,
  • Orange,
  • Renault Software Labs,
  • SAP Labs France,
  • STMicroelectronics,
  • Thales Alenia Space.

Le programme touche l’ensemble de l’écosystème du label 3IA de la Côte d’Azur :

  • Académiques : Institut 3IA, UCA (Université Côte d’Azur), Ecoles, Centres de Recherche
  • Secteurs d’activité : ICAIR, ClusterIA
  • Institutions : MIA, OTESIA, EuropIA
  • Associations : Telecom Valley, Pôle SCS

Des initiatives liées à l’IA lancées par ces acteurs soutiennent la dynamique territoriale de la Côte d’Azur. Elles se rapportent aux objectifs de développement durable des Nations unies et constituent le champ d’application du programme « IA durable ».

En savoir plus : ICAIR – Industrial Council of Artificial Intelligence Research

The post SAP et Amadeus pilotent le conseil industriel pour la recherche en intelligence artificielle appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

No-Code:  »It’s a Trap! »

Gartner predicts that by 2023, over 50% of medium to large enterprises will have adopted a Low-code/No-code application as part of their platform development.
The proliferation of Low-code/No-code tooling can be partially attributed to the COVID-19 pandemic, which has put pressure on businesses around the world to rapidly implement digital solutions. However, adoption of these tools — while indeed accelerated by the pandemic — would have occurred either way.
Even before the pandemic, the largest, richest companies had already formed an oligopsony around the best tech talent and most advanced development tools. Low-Code/No-code, therefore, is an attractive solution for small and mid-sized organizations to level the playing field, and it does so by giving these smaller players the power to do more with their existing resources.
While these benefits are often realized in the short term, the long-term effect of these tools is often shockingly different. The promise of faster and cheaper delivery is the catch — or lure — inside this organizational mousetrap, whereas backlogs, vendor contracts, technical debts, and constant updates are the hammer.
So, what exactly is the No-Code trap, and how can we avoid it?

What is a No-Code Tool?

First, let’s make sure we clear up any confusion regarding naming. So far I have referred Low-Code and No-Code as if they were one term. It’s certainly easy to confuse them — even large analyst firms seem to have a hard time differentiating between the two — and in the broader context of this article, both can lead to the same set of development pitfalls.
Under the magnifying glass, however, there are lots of small details and capabilities that differentiate Low-code and No-code solutions. Most of them aren’t apparent at the UI level, leading to much of the confusion between where the two come from.
In this section, I will spend a little bit of time exploring the important differences between those two, but only to show that when it comes to the central premise of this article they are virtually equivalent.

Low-Code vs. No-Code Tools

The goal behind Low-Code is to minimize the amount of coding necessary for complex tasks through a visual interface (such as Drag ‘N’ Drop) that integrates existing blocks of code into a workflow.
Skilled professionals have the potential to work smarter and faster with Low-Code tools because repetitive coding or duplicating work is streamlined. Through this, they can spend less time on the 80% of work that builds the foundation and focuses more on optimizing the 20% that makes it different. It, therefore, takes on the role of an entry-level employee doing the grunt work for more senior developers/engineers.
No-Code has a very similar look and feel to Low-Code, but is different in one very important dimension. Where Low-Code is meant to optimize the productivity of developers or engineers that already know how to code (even if just a little), No-Code is built for business and product managers that may not know any actual programming languages. It is meant to equip non-technical workers with the tools they need to create applications without formal development training.
No-Code applications need to be self-contained and everything the No-Code vendor thinks the user may need is already built into the tool.
As a result, No-Code applications create a lot of restrictions for the long-term in exchange for quick results in the short-term. This is a great example of a ‘deliberate-prudent’ scenario in the context of the Technical Debt Quadrant, but more on this later.

Advantages of No-Code Solutions

The appeal of both Low-Code and No-Code is pretty obvious. By removing code organizations can remove those that write it — developers — because they are expensive, in short supply, and fundamentally don’t produce things quickly.
The benefits of these two forms of applications in their best forms can be pretty substantial:
  • Resources: Human Capital is becoming increasingly scarce — and therefore expensive. This can stop a lot of ambitious projects dead in their tracks. Low-Code and No-Code tools minimize the amount of specialized technical skills needed to get an application of the ground, which means things can get done more quickly and at a lower cost.
  • Low Risk/High ROISecurity processes, data integrations, and cross-platform support are all built into Low-Code and No-Code tools, meaning less risk and more time to focus on your business goals.
  • Moving to Production: Similarly, for both types of tools a single click is all it takes to send or deploy a model or application you built to production.
Looking at these advantages, it is no wonder that both Low-Code and No-Code have been taking industries by storm recently. While being distinctly different in terms of users, they serve the same goal — that is to say, faster, safer and cheaper deployment. Given these similarities, both terms will be grouped together under the ‘No-Code’ term for the rest of this article unless otherwise specified.

List of No-Code Data Tools

So far, we have covered the applications of No-Code in a very general way, but for the rest of this article, I would like to focus on data modeling. No-Code tools are prevalent in software development, but have also, in particular, started to take hold in this space, and some applications even claim to be an alternative to SQL and other querying languages (crazy, right?!). My reasons for focusing on this are two-fold: 
Firstly, there is a lot of existing analysis around this problem for software development and very little for data modeling. Secondly, this is also the area in which I have the most expertise.
Now let’s take a look at some of the vendors that provide No-Code solutions in this space. These in no way constitute a complete list and are, for the most part, not exclusively built for data modeling. 

1. No-Code Data Modeling in Power BI

Power BI was created by Microsoft and aims to provide interactive visualizations and business intelligence capabilities to all types of business users. Their simple interface is meant to allow end-users to create their own reports and dashboards through a number of features, including data mapping, transformation, and visualization through dashboards. Power BI does support some R coding capabilities for visualization, but when it comes to data modeling, it is a true No-Code tool.

2. Alteryx as a Low-Code Alternative

Alteryx is meant to make advanced analytics accessible to any data worker. To achieve this, it offers several data analytics solutions. Alteryx specializes in self-service analytics with an intuitive UI. Their offerings can be used as Extract, Transform, Load (ETL) Tools within their own framework. Alteryx allows data workers to organize their data pipelines through their custom features and SQL code blocks. As such, they are easily identified as a Low-Code solution.

3. Is Tableau a No-Code Data Modeling Solution?

Tableau is a visual analytics platform and a direct competitor to Power BI. They were recently acquired by Salesforce which is now hoping to ‘transform the way we use data to solve problems—empowering people and organizations to make the most of their data.’ It is also a pretty obvious No-Code platform that is supposed to appeal to all types of end-users. As of now, it offers fewer tools for data modeling than Power BI, but that is likely to change in the future.

4. Looker is a No-Code Alternative to SQL

Looker is a business intelligence software and big data analytics platform that promises to help you explore, analyze, and share real-time business analytics easily. Very much in line with Tableau and Power BI, it aims to make non-technical end-users proficient in a variety of data tasks such as transformation, modeling, and visualization.

You might be wondering why I am including so many BI/Visualization platforms when talking about potential alternatives to SQL. After all, these tools are only set up to address an organization’s reporting needs, which constitute only one of the use cases for data queries and SQL. This is certainly a valid point, so allow me to clarify my reasoning a bit more.

While it is true that reporting is only one of many potential uses for SQL, it is nevertheless an extremely important one. There is a good reason why there are so many No-Code BI tools in the market—to address heightening demand from enterprises around the world — and therefore, it is worth taking a closer look at their almost inevitable shortcomings.

Source de l’article sur DZONE

Qu’est-ce qu’un Data Warehouse ?

Un data warehouse (entrepôt de données) est un système de stockage numérique qui connecte et harmonise de grandes quantités de données provenant de nombreuses sources différentes. Il a pour but d’alimenter la Business Intelligence (BI), le reporting et l’analyse, ainsi que soutenir la conformité aux exigences réglementaires afin que les entreprises puissent exploiter leurs données et prendre des décisions intelligentes fondées sur les données. Les data warehouse stockent les données actuelles et historiques dans un seul et même endroit et constituent ainsi une source unique de vérité pour une organisation.

Les données sont envoyées vers un data warehouse à partir de systèmes opérationnels (tels qu’un système ERP ou CRM), de bases de données et de sources externes comme les systèmes partenaires, les appareils IoT, les applications météo ou les réseaux sociaux, généralement de manière régulière. L’émergence du cloud computing a changé la donne. Ces dernières années, le stockage des données a été déplacé de l’infrastructure sur site traditionnelle vers de multiples emplacements, y compris sur site, dans le Cloud privé et dans le Cloud public.

Les data warehouse modernes sont conçus pour gérer à la fois les données structurées et les données non structurées, comme les vidéos, les fichiers image et les données de capteurs. Certains utilisent les outils analytiques intégrés et la technologie de base de données in-memory (qui conserve l’ensemble de données dans la mémoire de l’ordinateur plutôt que dans l’espace disque) pour fournir un accès en temps réel à des données fiables et favoriser une prise de décision en toute confiance. Sans entreposage de données, il est très difficile de combiner des données provenant de sources hétérogènes, de s’assurer qu’elles sont au bon format pour les analyses et d’obtenir une vue des données sur le court terme et sur le long terme.

Schéma qui montre ce qu'est un data warehouse


Avantages de l’entreposage de données

Un data warehouse bien conçu constitue la base de tout programme de BI ou d’analyse réussi. Son principal objectif est d’alimenter les rapports, les tableaux de bord et les outils analytiques devenus indispensables aux entreprises d’aujourd’hui. Un entrepôt de données fournit les informations dont vous avez besoin pour prendre des décisions basées sur les données et vous aide à faire les bons choix, que ce soit pour le développement de nouveaux produits ou la gestion des niveaux de stock. Un data warehouse présente de nombreux avantages. En voici quelques-uns :

  • Un meilleur reporting analytique : grâce à l’entreposage de données, les décideurs ont accès à des données provenant de plusieurs sources et n’ont plus besoin de prendre des décisions basées sur des informations incomplètes.
  • Des requêtes plus rapides : les data warehouse sont spécialement conçus pour permettre l’extraction et l’analyse rapides des données. Avec un entrepôt de données, vous pouvez très rapidement demander de grandes quantités de données consolidées avec peu ou pas d’aide du service informatique.
  • Une amélioration de la qualité des données : avant de charger les données dans l’entrepôt de données le système met en place des nettoyages de données afin de garantir que les données sont converties dans un seul et même format dans le but de faciliter les analyses (et les décisions), qui reposent alors sur des données précises et de haute qualité.
  • Une visibilité sur les données historiques : en stockant de nombreuses données historiques, un data warehouse permet aux décideurs d’analyser les tendances et les défis passés, de faire des prévisions et d’améliorer l’organisation au quotidien.

Capture d'écran de la solution SAP Data Warehouse Cloud


Que peut stocker un data warehouse ?

Lorsque les data warehouse sont devenus populaires à la fin des années 1980, ils étaient conçus pour stocker des informations sur les personnes, les produits et les transactions. Ces données, appelées données structurées, étaient bien organisées et mises en forme pour en favoriser l’accès. Cependant, les entreprises ont rapidement voulu stocker, récupérer et analyser des données non structurées, comme des documents, des images, des vidéos, des e-mails, des publications sur les réseaux sociaux et des données brutes issues de capteurs.

Un entrepôt de données moderne peut contenir des données structurées et des données non structurées. En fusionnant ces types de données et en éliminant les silos qui les séparent, les entreprises peuvent obtenir une vue complète et globale sur les informations les plus précieuses.


Termes clés

Il est essentiel de bien comprendre un certain nombre de termes en lien avec les data warehouse. Les plus importants ont été définis ci-dessous. Découvrez d’autres termes et notre FAQ dans notre glossaire.

Data warehouse et base de données

Les bases de données et les data warehouse sont tous deux des systèmes de stockage de données, mais diffèrent de par leurs objectifs. Une base de données stocke généralement des données relatives à un domaine d’activité particulier. Un entrepôt de données stocke les données actuelles et historiques de l’ensemble de l’entreprise et alimente la BI et les outils analytiques. Les data warehouse utilisent un serveur de base de données pour extraire les données présentes dans les bases de données d’une organisation et disposent de fonctionnalités supplémentaires pour la modélisation des données, la gestion du cycle de vie des données, l’intégration des sources de données, etc.

Data warehouse et lac de données

Les data warehouse et les lacs de données sont utilisés pour stocker le Big Data, mais sont des systèmes de stockage très différents. Un data warehouse stocke des données qui ont été formatées dans un but spécifique, tandis qu’un lac de données stocke les données dans leur état brut, non traité, dont l’objectif n’a pas encore été défini. Les entrepôts de données et les lacs de données se complètent souvent. Par exemple, lorsque des données brutes stockées dans un lac s’avèrent utiles pour répondre à une question, elles peuvent être extraites, nettoyées, transformées et utilisées dans un data warehouse à des fins d’analyse. Le volume de données, les performances de la base de données et les coûts du stockage jouent un rôle important dans le choix de la solution de stockage adaptée.

Diagramme qui montre la différence entre un data warehouse et un lac de données

Data warehouse et datamart

Un datamart est une sous-section d’un data warehouse, partitionné spécifiquement pour un service ou un secteur d’activité, comme les ventes, le marketing ou la finance. Certains datamarts sont également créés à des fins opérationnelles autonomes. Alors qu’un data warehouse sert de magasin de données central pour l’ensemble de l’entreprise, un datamart utilise des données pertinentes à un groupe d’utilisateurs désigné. Ces utilisateurs peuvent alors accéder plus facilement aux données, accélérer leurs analyses et contrôler leurs propres données. Plusieurs datamarts sont souvent déployés dans un data warehouse.

Diagramme d'un data mart et de son fonctionnement


Quels sont les composants clés d’un data warehouse ?

Un data warehouse classique comporte quatre composants principaux : une base de données centrale, des outils ETL (extraction, transformation, chargement), des métadonnées et des outils d’accès. Tous ces composants sont conçus pour être rapides afin de vous assurer d’obtenir rapidement des résultats et vous permettre d’analyser les données à la volée.

Diagramme montrant les composants d'un data warehouse

  1. Base de données centrale : une base de données sert de fondement à votre data warehouse. Depuis le départ, on utilisait essentiellement des bases de données relationnelles standard exécutées sur site ou dans le Cloud. Mais en raison du Big Data, du besoin d’une véritable performance en temps réel et d’une réduction drastique des coûts de la RAM, les bases de données in-memory sont en train de monter en puissance.
  2. Intégration des données : les données sont extraites des systèmes source et modifiées pour aligner les informations afin qu’elles puissent être rapidement utilisées à des fins analytiques à l’aide de différentes approches d’intégration des données telles que l’ETL (extraction, transformation, chargement) et les services de réplication de données en temps réel, de traitement en masse, de transformation des données et de qualité et d’enrichissement des données.
  3. Métadonnées : les métadonnées sont des données relatives à vos données. Elles indiquent la source, l’utilisation, les valeurs et d’autres fonctionnalités des ensembles de données présents dans votre data warehouse. Il existe des métadonnées de gestion, qui ajoutent du contexte à vos données, et des métadonnées techniques, qui décrivent comment accéder aux données, définissent leur emplacement ainsi que leur structure.
  4. Outils d’accès du data warehouse : les outils d’accès permettent aux utilisateurs d’interagir avec les données de votre data warehouse. Exemples d’outils d’accès : outils de requête et de reporting, outils de développement d’applications, outils d’exploration de données et outils OLAP.

Architecture de data warehouse 

Auparavant, les data warehouse fonctionnaient par couches, lesquelles correspondaient au flux des données de gestion.

Diagramme de l'architecture d'un data warehouse

Couche de données

Les données sont extraites de vos sources, puis transformées et chargées dans le niveau inférieur à l’aide des outils ETL. Le niveau inférieur comprend votre serveur de base de données, les datamarts et les lacs de données. Les métadonnées sont créées à ce niveau et les outils d’intégration des données, tels que la virtualisation des données, sont utilisés pour combiner et agréger les données en toute transparence.

Couche sémantique

Au niveau intermédiaire, les serveurs OLAP (Online Analytical Processing) et OLTP (Online Transaction Processing) restructurent les données pour favoriser des requêtes et des analyses rapides et complexes.

Couche analytique

Le niveau supérieur est la couche du client frontend. Il contient les outils d’accès du data warehouse qui permettent aux utilisateurs d’interagir avec les données, de créer des tableaux de bord et des rapports, de suivre les KPI, d’explorer et d’analyser les données, de créer des applications, etc. Ce niveau inclut souvent un workbench  ou une zone de test pour l’exploration des données et le développement de nouveaux modèles de données.

Un data warehouse standard comprend les trois couches définies ci-dessus. Aujourd’hui, les entrepôts de données modernes combinent OLTP et OLAP dans un seul système.

Les data warehouse, conçus pour faciliter la prise de décision, ont été essentiellement créés et gérés par les équipes informatiques. Néanmoins, ces dernières années, ils ont évolué pour renforcer l’autonomie des utilisateurs fonctionnels, réduisant ainsi leur dépendance aux équipes informatiques pour accéder aux données et obtenir des informations exploitables. Parmi les fonctionnalités clés d’entreposage de données qui ont permis de renforcer l’autonomie des utilisateurs fonctionnels, on retrouve les suivantes :

  1. La couche sémantique ou de gestion fournit des expressions en langage naturel et permet à tout le monde de comprendre instantanément les données, de définir des relations entre les éléments dans le modèle de données et d’enrichir les zones de données avec de nouvelles informations.
  2. Les espaces de travail virtuels permettent aux équipes de regrouper les connexions et modèles de données dans un lieu sécurisé et géré, afin de mieux collaborer au sein d’un espace commun, avec un ensemble de données commun.
  3. Le Cloud a encore amélioré la prise de décision en permettant aux employés de disposer d’un large éventail d’outils et de fonctionnalités pour effectuer facilement des tâches d’analyse des données. Ils peuvent connecter de nouvelles applications et de nouvelles sources de données sans avoir besoin de faire appel aux équipes informatiques.

 

The Future of Analytics Has Arrived

Click the button below to load the content from YouTube.

The Future of Analytics Has Arrived

Kate Wright, responsable de la Business Intelligence augmentée chez SAP, évoque la valeur d’un data warehouse Cloud moderne.


Les 7 principaux avantages d’un data warehouse Cloud  

Les data warehouse Cloud gagnent en popularité, à juste titre. Ces entrepôts modernes offrent plusieurs avantages par rapport aux versions sur site traditionnelles. Voici les sept principaux avantages d’un data warehouse Cloud :

  1. Déploiement rapide : grâce à l’entreposage de données Cloud, vous pouvez acquérir une puissance de calcul et un stockage de données presque illimités en quelques clics seulement, et créer votre propre data warehouse, datamarts et systèmes de test en quelques minutes.
  2. Faible coût total de possession (TCO) : les modèles de tarification du data warehouse en tant que service (DWaaS) sont établis de sorte que vous payez uniquement les ressources dont vous avez besoin, lorsque vous en avez besoin. Vous n’avez pas besoin de prévoir vos besoins à long terme ou de payer pour d’autres traitements tout au long de l’année. Vous pouvez également éviter les coûts initiaux tels que le matériel coûteux, les salles de serveurs et le personnel de maintenance. Séparer les coûts du stockage des coûts informatiques vous permet également de réduire les dépenses.
  3. Élasticité : un data warehouse Cloud vous permet d’ajuster vos capacités à la hausse ou à la baisse selon vos besoins. Le Cloud offre un environnement virtualisé et hautement distribué capable de gérer d’immenses volumes de données qui peuvent diminuer ou augmenter.
  4. Sécurité et restauration après sinistre : dans de nombreux cas, les data warehouse Cloud apportent une sécurité des données et un chiffrage plus forts que les entrepôts sur site. Les données sont également automatiquement dupliquées et sauvegardées, ce qui vous permet de minimiser le risque de perte de données.
  5. Technologies en temps réel : les data warehouse Cloud basés sur la technologie de base de données in-memory présentent des vitesses de traitement des données extrêmement rapides, offrant ainsi des données en temps réel et une connaissance instantanée de la situation.
  6. Nouvelles technologies : les data warehouse Cloud vous permettent d’intégrer facilement de nouvelles technologies telles que l’apprentissage automatique, qui peuvent fournir une expérience guidée aux utilisateurs fonctionnels et une aide décisionnelle sous la forme de suggestions de questions à poser, par exemple.
  7. Plus grande autonomie des utilisateurs fonctionnels : les data warehouse Cloud offrent aux employés, de manière globale et uniforme, une vue unique sur les données issues de nombreuses sources et un vaste ensemble d’outils et de fonctionnalités pour effectuer facilement des tâches d’analyse des données. Ils peuvent connecter de nouvelles applications et de nouvelles sources de données sans avoir besoin de faire appel aux équipes informatiques.
Capture d'écran de la solution SAP Data Warehouse Cloud
L’entreposage de données prend en charge l’analyse complète des dépenses de l’entreprise par service, fournisseur, région et statut, pour n’en citer que quelques-unes.

Meilleures pratiques concernant l’entreposage des données

Pour atteindre vos objectifs et économiser du temps et de l’argent, il est recommandé de suivre certaines étapes éprouvées lors de la création d’un data warehouse ou l’ajout de nouvelles applications à un entrepôt existant. Certaines sont axées sur votre activité tandis que d’autres s’inscrivent dans le cadre de votre programme informatique global. Vous pouvez commencer avec la liste de meilleures pratiques ci-dessous, mais vous en découvrirez d’autres au fil de vos collaborations avec vos partenaires technologiques et de services.

Meilleures pratiques métier

Meilleures pratiques informatiques

Définir les informations dont vous avez besoin. Une fois que vous aurez cerné vos besoins initiaux, vous serez en mesure de trouver les sources de données qui vous aideront à les combler. La plupart du temps, les groupes commerciaux, les clients et les fournisseurs auront des recommandations à vous faire. 

Surveiller la performance et la sécurité. Les informations de votre data warehouse sont certes précieuses, mais elles doivent quand même être facilement accessibles pour apporter de la valeur à l’entreprise. Surveillez attentivement l’utilisation du système pour vous assurer que les niveaux de performance sont élevés. 

Documenter l’emplacement, la structure et la qualité de vos données actuelles. Vous pouvez ensuite identifier les lacunes en matière de données et les règles de gestion pour transformer les données afin de répondre aux exigences de votre entrepôt.

Gérer les normes de qualité des données, les métadonnées, la structure et la gouvernance. De nouvelles sources de données précieuses sont régulièrement disponibles, mais nécessitent une gestion cohérente au sein d’un data warehouse. Suivez les procédures de nettoyage des données, de définition des métadonnées et de respect des normes de gouvernance.

Former une équipe. Cette équipe doit comprendre les dirigeants, les responsables et le personnel qui utiliseront et fourniront les informations. Par exemple, identifiez le reporting standard et les KPI dont ils ont besoin pour effectuer leurs tâches.

Fournir une architecture agile. Plus vos unités d’affaires et d’entreprise utiliseront les données, plus vos besoins en matière de datamarts et d’entrepôts augmenteront. Une plate-forme flexible s’avérera bien plus utile qu’un produit limité et restrictif. 

Hiérarchiser vos applications de data warehouse. Sélectionnez un ou deux projets pilotes présentant des exigences raisonnables et une bonne valeur commerciale.

Automatiser les processus tels que la maintenance. Outre la valeur ajoutée apportée à la Business Intelligence, l’apprentissage automatique peut automatiser les fonctions de gestion technique du data warehouse pour maintenir la vitesse et réduire les coûts d’exploitation.

Choisir un partenaire technologique compétent pour l’entrepôt de données. Ce dernier doit offrir les services d’implémentation et l’expérience dont vous avez besoin pour la réalisation de vos projets. Assurez-vous qu’il puisse répondre à vos besoins en déploiement, y compris les services Cloud et les options sur site. 

Utiliser le Cloud de manière stratégique. Les unités d’affaires et les services ont des besoins en déploiement différents. Utilisez des systèmes sur site si nécessaire et misez sur des data warehouse Cloud pour bénéficier d’une évolutivité, d’une réduction des coûts et d’un accès sur téléphone et tablette.  

Développer un bon plan de projet. Travaillez avec votre équipe sur un plan et un calendrier réalistes qui rendent possible les communications et le reporting de statut.


En résumé 

Les data warehouse modernes, et, de plus en plus, les data warehouse Cloud, constitueront un élément clé de toute initiative de transformation numérique pour les entreprises mères et leurs unités d’affaires. Les data warehouse exploitent les systèmes de gestion actuels, en particulier lorsque vous combinez des données issues de plusieurs systèmes internes avec de nouvelles informations importantes provenant d’organisations externes.

Les tableaux de bord, les indicateurs de performance clés, les alertes et le reporting répondent aux exigences des cadres dirigeants, de la direction et du personnel, ainsi qu’aux besoins des clients et des fournisseurs importants. Les data warehouse fournissent également des outils d’exploration et d’analyse de données rapides et complexes, et n’ont pas d’impact sur les performances des autres systèmes de gestion.


Pictogramme qui représente un entrepôt de données

Découvrez la solution SAP Data Warehouse Cloud

Unifiez vos données et analyses pour prendre des décisions avisées et obtenir la flexibilité nécessaire pour un contrôle efficace des coûts, notamment grâce à un paiement selon l’utilisation.

En savoir plus


Publié en anglais sur insights.sap.com

The post Qu’est-ce qu’un Data Warehouse ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

4 Body Language Mistakes and How to Fix Them

Our Self-presentation skills far supersede our verbal communication
We speak more through our bodies than our words. The posture we assume, the expression on our face, hand gestures, and our eye movement conveys far more than we would like to expose.
A subtle smile in a meeting can indicate a willingness to engage in a dialogue, while a stern look can instantly kill the conversation. Constantly checking the phone or looking at the watch can signal disengagement, while focusing on the other person signals interest.
Rolling our eyes expresses distrust or disgust in another person’s idea or behavior, while our eyes light up when we are genuinely curious about others. Keeping head down while walking in the hallway shows a lack of presence while acknowledging people passing by through a simple nod creates warmth. A firm handshake to begin an interview can exude confidence and power, while a limp handshake can reveal nervousness and weakness.
These non-verbal cues form a part of our body language that speaks even when we are silent, revealing how we are thinking and feeling in the moment.
Olivia Fox Cabane who has lectured at Stanford, Yale, Harvard, MIT, and the United Nations says:

In the scope of human evolution, language is a relatively recent invention. But we’ve been interacting well before this through nonverbal modes of communication. As a result, nonverbal communication is hardwired into our brains, much deeper than the more recent language-processing abilities. This is why nonverbal communication has a far greater impact.

She then points out ‘Without our realizing it, our bodies send out thousands of signals every minute. Just like our breath and heartbeat, these signals are part of the millions of bodily functions controlled not by our conscious mind but by our subconscious mind.’
Understanding the power of our body language and the role it plays in workplace communication and collaboration can bring us together by adopting positive communication styles as opposed to setting us apart through bridges of misunderstanding.

Importance of Body Language in Communication

Our body language plays a key role in impression management, the art of influencing how we are perceived by others.
A positive body language can show our enthusiasm to contribute, confidence in our abilities, being comfortable in taking on challenges, passion to drive results, and present to recognize future demands. It can open a world of new possibilities.
A negative body language can send strong signals of our resistance to contribute, doubt of our abilities, uneasiness to take on challenges, indifferent and uncaring attitude towards outcomes, and disconnected from reality to be able to handle future potential. It can close doors to success and growth.
Maya Angelou said, ‘People may not remember what you said, but they will remember how you made them feel.’
Since our emotions drive a large part of our decision-making, guess who will get the attention when a new project or a position opens up — a person who exhibited confidence in their body language or someone who looked like a nervous wreck?
Intelligence and brilliance are not enough to be successful at work. Our self-presentation skills far supersede our verbal communication.

The way you carry yourself is a source of personal power — the kind of power that is the key to presence. It’s the key that allows you to unlock yourself—your abilities, your creativity, your courage, and even your generosity. It doesn’t give you skills or talents you don’t have; it helps you to share the ones you do have. It doesn’t make you smarter or better informed; it makes you more resilient and open. It doesn’t change who you are; it allows you to be who you are. — Amy Cuddy

What happens when what we say is not in alignment with what we believe? We can lie through our words, but our bodies will reveal the truth. The non-verbal cues that we send through our body speak stronger than words.
Consider this. Someone approaches you with advice on a new strategy. Instead of expressing your true opinion, you simply nod in agreement. But, the tension around your eyes, the tone of your voice, and many other non-verbal cues can make the other person uncomfortable and leave them feeling unsure of your advice with the decision to never trust you again.
The idea is not to be inauthentic through your body language but to be aware of its implications. 
Research shows that we form impressions about others within a few minutes of meeting them and then our confirmation bias guides us in picking data that confirms our point of view. Anything that strengthens our belief system is readily accepted and that which contradicts it is rejected.
Being aware of the role our body language plays in forming this impression can help us twist the outcome of an interview in our favor.
For someone in a leadership position, body language is extremely important since people in an organization mimic not only the way leaders talk but also pick on their non-verbal cues.
A leader with positive body language appears approachable, open to feedback and shows a willingness to change while a leader with negative body language appears inaccessible, closed to feedback, and arrogant to adapt and change with the future demands.
Amy Cuddy asks, ‘Our non-verbals govern how others think and feel about us, but do our non-verbals govern how we think and feel about ourselves?’
Absolutely. Mastering the art of non-verbal communication not only leads to better communication with others, but it benefits us too. Presenting our best self forward by adopting positive body language enables us to be the creator of our future as opposed to being a victim of other’s perceptions. It leads to more opportunities for growth with higher chances of success.

4 Body Language Mistakes and How to Fix Them

1. Mind Is Not Attuned to The Body

When our mind is not in congruence with our body, we may try to portray a state which is in conflict with our inner self by controlling our posture and expression on our face, but sooner or later this incongruence will show up in our body language.
A positive body language cannot keep up with the negative mental state — what goes up in our mind will show up in our body. Without our realization, these ‘microexpressions’ will be noticeable to the people around us.

Our body language expresses our mental state whether we like it or not. Our facial expressions, voice posture, and all the other components of body language reflect our mental and emotional condition every second. Because we don’t control this flow consciously, whatever is in our head will show up in our body language — Olivia Fox Cabane

How to Align Our Mind and Body:

Research shows that our mind cannot distinguish imagination from reality. So, whatever our mind believes, our body will project.
We can bring out the desired body language by catching ourselves in those moments of negative mental states — disagreement, insecurity, angst, frustration, anxiety, criticism, and self-doubt, and choosing to get into a positive one.

  1. When you need to project confidence, seek inspiration.
  2. When you feel angst due to a disagreement, ask yourself ‘What can I learn from the other person?’ and ‘How are my biases causing me to be closed-minded?’
  3. When all you can see is negativity, choose to ask ‘What’s the one positive thing I can think about this situation.’
  4. When self-doubt consumes you, tell yourself ‘I need to let go of my fears to create a better version of myself.’
  5. When you exaggerate a negative outcome, ask yourself ‘What’s the worst that can happen?’ and ‘Is it really that bad or am I making up stories?’
Adopting a positive frame of reference and moving from a problem to a solution mindset can help us shift gears from a negative internal state to a positive one.

2. We Do Not Make a Commitment to Be Present

‘Being present—paying attention to what’s going on rather than being caught up in your thoughts — can yield immense rewards. When you exhibit presence, those around you feel listened to, respected, and valued,’ explains Olivia Fox Cabane.
When we are not engaged in a conversation, consumed in our own thoughts, and pretend to listen, it clearly shows up in the non-verbal signals we send to the other person.
We may start fidgeting with our phone or laptop showing signs of distraction, look here and there instead of making eye contact signaling we are not interested in what they have to say and may even shift too many times in our position out of discomfort.
Without our awareness, our body language will convey disrespect and distrust to the other person.
How to Be Present:

You must commit to a conversation, even the brief ones, or walk away. If you’re too distracted, admit that to both yourself and the other person. Be present or be gone. — Celeste Headlee 

It’s more polite to walk away from a conversation that doesn’t interest you than pretend to be present.
Once you decide to participate, you first need to convince and tell yourself that you want to be present. Say ‘I choose to be present,’ and then adopt body language that aligns with it — look at the other person with enthusiasm, lean just a little to build interest, and try to grasp what the other person intends to say.
You may occasionally drift away, but by choosing to be mentally present, you can bring your mind back to the conversation. Active listening though difficult is the most effective form of non-verbal communication that requires continuous practice and training of the mind.

3. We Ignore Context

When we talk to someone, their perception of us is based on the context of the meeting, their expectations, and their own personal and cultural filters.
Without recognizing that people operate within a certain context, we may send non-verbal signals that conflict with their values, contradicts their mental state, or even violates their sense of self.
How to Apply Context:
When engaged in a difficult conversation, without empathizing with how the other person might be feeling in the moment, we may appear cold, unemotional, and downright rude. By adopting kindness and warmth in our body language, we can convey the right message without necessarily making them feel bad.
When someone is passed up for a promotion, showing an attitude of indifference without understanding the value it holds in their life can make them resent you. Body language that shows presence and concern by giving them an opportunity to express their feelings can build better relationships.
When a co-worker is grieving a personal loss, you may appear too intrusive in your body language when all they need is space to let the feelings subside. It could be a personal preference or a cultural nuance, but without understanding their context you may actually do more harm than good.
When dealing with difficult people, your body language may switch to a fight-or-flight response. But, if you take a moment to analyze the situation without being at the effect of a fundamental attribution error, you may understand the rationale behind their behavior.
Every situation is unique. We need to project the right body language for each person by taking their context and personal filters into account.

4. We Tell a Conflicting Story

We may believe that we are highly approachable, but others may find us unapproachable. We may also think that we are open-minded, while others may find us biased. We may assume that we provide a psychologically safe environment to our people, but our employees may be terrified to make mistakes.
Now, it’s easy to say that ‘it’s just them, not me. I have already communicated to them multiple times.’ But really, is that the true story? Your intention may be far from the reality of your situation.    

Just after we observe what others do and just before we feel some emotion about it, we tell ourselves a story. We add meaning to the action we observed. We make a guess at the motive driving the behavior. Why were they doing that? We also add judgment — is that good or bad? And then, based on these thoughts or stories, our body responds with an emotion. — Kerry Patterson

When our body language doesn’t match our words, people pick up on our non-verbal signals — the sign of contempt on our face when someone makes a mistake, pacing back and forth when conveying bad news, showing nervousness by fidgeting when asking for feedback, rolling eyes when we disagree, making hand gestures that signal blame and so on.
So, while you may communicate one thing with your words, your body may speak the opposite. And when people get confusing signals, they tend to go with what they observed and not what they heard.
How to Tell the Right Story:
Bring your body language in sync with the message you wish to convey. People find it easy to trust a person when their body language reflects their words.
When asking for feedback, look the person in the eye and don’t be distracted. When someone makes a mistake, show curiosity in your face to enable them to learn from their mistakes. When telling people to feel comfortable to approach you, make open arm-hand gestures. When communicating bad news, be intense but show confidence in your ability to make things right by looking at people with passion and hope.
People spend a lot of time perfecting their speech without verifying what their speech is conveying through their body. When it comes to making the right impression, don’t just speak through your words, make your body language count too.

Summary

Master the art of non-verbal communication in the workplace by:

  1. Tuning to a positive state of mind: Be self-aware of your negative mental states and choose to get into a positive one.
  2. Committing to being present: Practice active listening and engage fully in the conversation instead of being simply present.
  3. Taking context into account: Connect with the other person by taking their values, mental state, and sense of self into account.
  4. Telling the right story: Bring your body in sync with the message you wish to convey.
Previously published here.

Source de l’article sur DZONE

SAP, acteur de la lutte contre le changement climatique

Le changement climatique est un sujet brûlant. Pour y remédier, tous les pays du monde se doivent d’agir et de mener des actions coordonnées. Depuis plus de 10 ans, SAP s’emploie à agir contre le changement climatique. L’éditeur a fixé ses premiers objectifs de baisse des émissions de CO2 dès 2009. Bien qu’il ait une nouvelle fois été classé numéro 1 des éditeurs de logiciels dans les indices de durabilité du Dow Jones cette année, le plus dur reste à accomplir.

Dans le cadre du mouvement #FridaysForFuture, des milliers d’étudiants descendent dans la rue chaque vendredi pour manifester en faveur de la protection du climat. Le rapport annuel sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions qui vient d’être publié a tiré une autre sonnette d’alarme avant la conférence sur le climat de cette semaine. En comparant la tendance des émissions de gaz à effet de serre à leur niveau souhaitable, le rapport souligne que ces émissions doivent baisser de 7,6 % par an sur la prochaine décennie pour que l’humanité parvienne à contenir l’élévation des températures du globe à 1,5 °C. Un réchauffement supérieur à 1,5 degré entraînerait des phénomènes climatiques plus fréquents et plus intenses, à l’image des vagues de chaleur et des tempêtes observées ces dernières années, et ferait planer de graves menaces sur les populations, les pays, l’environnement, mais aussi les entreprises.

Favoriser l’action pour le climat via les solutions SAP

Pour lutter contre les dommages causés par le changement climatique, SAP s’appuie sur la numérisation. Ce faisant, l’éditeur aide ses clients à réduire leurs émissions de CO2 et à contribuer à l’objectif de développement durable numéro 13 des Nations unies, à savoir Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques.

« Le principal levier de SAP se traduit par son portefeuille de produits, qui permet aux clients d’agir de manière positive sur le plan économique, environnemental et social », explique Daniel Schmid, directeur du développement durable de SAP. « Avec plus de 437 000 clients à son actif, notre entreprise dispose d’un énorme potentiel pour changer les choses. »

Une partie de ce potentiel a déjà été réalisée en collaboration avec les clients.

Lors dialogue consacré aux aspects stratégiques du développement durable qui s’est tenu au siège de SAP en septembre, Hanno Schoklitsch, fondateur et PDG de Kaiserwetter, a parlé de la façon dont son entreprise recourt à l’Internet des Objets (IdO) et l’intelligence artificielle (IA) pour accélérer la transition vers les énergies vertes. Il a présenté le dernier bilan d’ARISTOTELES, plateforme IdO optimisée par SAP Cloud Platform, qui s’appuie sur des analyses de données intelligentes et des simulations de données prédictives pour améliorer les investissements et le financement en faveur de l’efficacité énergétique.

Il est essentiel d’amplifier cet impact. En conséquence, les équipes SAP s’activent à faire évoluer les solutions SAP qui aident à transformer la mobilité urbaine et qui soutiennent les réseaux de chaîne logistique pour qu’ils gagnent en transparence, dans l’objectif de passer à une économie circulaire « zéro déchet » et de lutter contre la pollution plastique.

Donner l’exemple : efforts consentis en interne

Cliquez pour agrandir

Tout en cherchant à élaborer des produits et services qui aident les clients à déployer des modèles économiques durables, SAP s’engage à réduire ses propres émissions de gaz à effet de serre. Des mesures ont déjà été mises en place pour atteindre cet objectif.

SAP s’est fixé l’objectif de réduire de 85 % ses émissions de CO2 tout au long de la chaîne de création de valeur d’ici 2050, un objectif qui s’inscrit dans l’initiative « Science Based Targets ». Dans ce cadre-là, l’éditeur a récemment renforcé son engagement en adoptant les objectifs de réduction des émissions de 1,5 ºC dans l’optique d’une future neutralité carbone. Pour atteindre la neutralité carbone dans ses propres activités d’ici 2025, SAP s’appuie sur une stratégie en trois volets : éviterréduirecompenser.

  • Éviter : dans la mesure du possible, SAP s’emploie à éviter les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit d’une priorité absolue, qui passe par exemple par le recours aux télécommunications virtuelles en lieu et place des vols d’affaires.
  • Réduire : au cas où les émissions de gaz à effet de serre ne pourraient pas être évitées, SAP cherche à renforcer l’efficacité et réduire tous les types d’émissions, par exemple avec l’efficacité énergétique des bâtiments, les opérations des centres de données, le covoiturage, l’autopartage et la mobilité connectée.
  • Compenser : SAP a élargi ses modèles de compensation des déplacements professionnels. Dans le cas des vols d’affaires, un prix interne du carbone a été établi pour compenser les émissions de CO2, et SAP a émis des cartes de carburant neutres en carbone pour toutes les voitures de fonction.

En 2009, SAP s’est fixé l’objectif de ramener les émissions de gaz à effet de serre aux niveaux de 2000 d’ici 2020. Ce résultat a été atteint dès la fin 2017 alors que les effectifs de SAP ont été multipliés par quatre au cours de cette période. L’année dernière, SAP a fait tomber ses émissions à 310 kilotonnes, dépassant ainsi son objectif annuel de réduire le nombre de ses émissions de CO2 à moins de 333 kilotonnes. Les chiffres exacts sont disponibles dans le rapport intégré annuel. En outre, un tableau de bord interne de durabilité permet aux employés de découvrir la répartition de ces rejets par pays, par site et par secteur d’activité.

Tous les centres de données et établissements SAP fonctionnent aux énergies vertes depuis 2014. En outre, SAP introduit progressivement un système de management environnemental conforme à la norme ISO 14001 sur les sites SAP du monde entier.  En 2019, 55 sites SAP avaient déjà obtenu la certification ISO 14001.  Un système de management de l’énergie certifié ISO 50001 est intégré aux systèmes de gestion existants de certains sites, tels que le siège de SAP à Walldorf et St. Leon-Rot, pour améliorer en continu la performance énergétique de l’entreprise.

La mobilité joue également un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique. C’est la raison pour laquelle le profil des employés qui font la navette entre domicile et lieu de travail est pris en compte dans le calcul des émissions de CO2 de SAP. Avec son large éventail de voitures électriques, à ses systèmes de transport public spéciaux ainsi qu’à son vif soutien du vélo et du covoiturage, SAP propose différents moyens de se déplacer et de voyager de manière durable. Les résultats de l’enquête 2018 sur les trajets domicile-travail ont révélé une tendance positive : en 2018, les émissions quotidiennes de CO2 en lien avec ces trajets ont diminué de 4,7 % par rapport à l’année précédente. L’utilisation de la voiture a baissé de 5 %, celle des transports publics est restée stable et le recours au vélo a augmenté de 15 %. Le travail à domicile a progressé de 11 % d’une année sur l’autre.

Si les émissions de CO2 ne peuvent être évitées ou réduites, auquel cas SAP investit dans des projets de compensation d’émissions et reçoit en retour des crédits carbone des projets sponsorisés. L’accent est mis sur des projets ambitieux, tels que le Fonds Livelihoods qui conjugue reboisement et amélioration des moyens de subsistance des communautés rurales et satisfait aux critères du label GOLD standard du WWF (World Wide Fund for Nature). À ce jour, 2,3 millions d’arbres ont été plantés, dont 1 million entre 2018 et 2019, par exemple, dans le cadre du projet « Réserve de forêt de Kikonda » en Ouganda.

Agir au niveau individuel

Chacun de nous, nous pouvons de bien des façons changer les choses, tant dans notre vie personnelle que professionnelle. Les employés de SAP sont désireux d’apporter une contribution positive. Selon l’enquête annuelle menée auprès du personnel, 93 % des employés conviennent qu’il est important pour SAP de poursuivre sa stratégie de développement durable. Plus de 200 personnes s’engagent comme défenseurs du développement durable au sein d’un réseau mondial pour encourager le changement et inspirer leurs collègues.

Le programme SAP Next-Gen, mis en place en collaboration avec les laboratoires d’innovation technologique de l’ONU, soutient une série de hackathons en faveur de l’action climat, Reboot the Earth, dont la finale aura lieu lors du sommet pour le climat à New York prévu en septembre prochain. De nombreux employés de SAP sur différents sites se sont portés volontaires pour jouer le rôle de juges dans les concours locaux.

Les lignes directrices de la programmation durable compilées par l’équipe Performance and Scalability de SAP ont également valeur d’exemple. Selon Detlef Thom, expert produit SAP en développement : « Pour les développeurs de logiciels et les architectes, appuyer le développement durable et contribuer à l’informatique écoresponsable implique de concevoir des programmes logiciels qui utilisent efficacement les ressources informatiques tout en économisant de l’énergie. Cela devient encore plus impératif si l’on tient compte du grand nombre de transactions commerciales que gère un système SAP à l’échelle mondiale. »

The post SAP, acteur de la lutte contre le changement climatique appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com