Articles

26 Exciting New Tools For Designers, May 2021

From dev tools to productivity to a little bit of fun with sudoku, this month’s collection of new tools is packed with something for everyone.

Here’s what new for designers this month.

May’s Top Picks

Am I FLoCed?

Am I FLoCed? Is a tool to see if you are part of a Google Chrome origin trial. It tests a new tracking feature called Federated Learning of Cohorts (FLoC). According to Google, the trial currently affects 0.5% of users in selected regions, including Australia, Brazil, Canada, India, Indonesia, Japan, Mexico, New Zealand, the Philippines, and the United States. The page will try to detect whether you’ve been made a guinea pig in Google’s ad-tech experiment.

According to the designers of Am I FloCed: “FLoC runs in your browser. It uses your browsing history from the past week to assign you to a group with other ‘similar’ people around the world. Each group receives a label, called a FLoC ID, which is supposed to capture meaningful information about your habits and interests. FLoC then displays this label to everyone you interact with on the web. This makes it easier to identify you with browser fingerprinting, and it gives trackers a head start on profiling you.”

Uncut

Uncut is a Libre typeface catalog that just got started in April. It features contemporary typefaces and styles and is set to be updated regularly. Sort by sans serif, serif, monospace, or display typefaces. Plus, you can submit a typeface for inclusion.

Dashblock

Dashblock allows you to build automations without coding. Use it to create visual automations, or turn blocks into use-cases. (It is a premium tool, but comes with a 14-day free trial to test it out.)

Instant

Instant is a fast and secure one-click checkout tool that works with WooCommerce. Users fill out a short form the first time they shop and then join the network to enable instant, frictionless, 1-click checkouts without passwords. It makes shopping easier and cuts abandoned carts.

5 Image Tools

Triangula

Triangula uses a modified genetic algorithm to triangulate images. It works best with images smaller than 3000px and with fewer than 3000 points, typically producing an optimal result within a couple of minutes. The result is a nifty-looking image.

Content-Aware Image Resizing in Javascript

Content-Aware Image Resizing in Javascript solves that problem with images where you have a photo but it just doesn’t quite fit. A crop doesn’t work because you lose important information. The carver slices and cuts photos to give you the image elements you want in the size you want them. It’s probably a good idea to read through the tutorial before jumping into the open-source code on GitHub.

Globs Design

Globs Design uses toggles and drag and drop to help you create funky shapes and fills that you can save in SVG format for projects.

Root Illustrations

Root Illustrations is a stylish set of people-based illustrations that you can customize to create scenes for your projects. Construct a scene and then snag your set of vector graphics that also work with Sketch and Figma. The set includes 24 characters, more than 100 details, and the ability to change colors and styles.

Make Your Photo 16×9

Make Your Photo 16×9 is as simple as it sounds. It is a cropping tool that allows you to upload any shape of photo – even vertical – and pick options to fill the space to make it fit the standard 16×9 aspect ratio.

6 Dev Tools

Devbook

Devbook is a search engine for developers that helps them to find the resources they need and answer their questions faster. Fast, accessible right from a code editor, and fully controllable with just a keyboard.

Madosel

Madosel is a fast, advanced responsive HTML front-end framework that’s in an alpha version. The open-source tool is made to create websites and apps that look great on any device. Plus, it is semantic, readable, flexible, and customizable.

Say Hello to CSS Container Queries

Say Hello to CSS Container Queries helps solve a problem with media queries and smart stacking of elements. CSS Container Queries allow you to make a fluid component that adjusts based on the parent element and everything is independent of viewport width. This post takes you through everything you need to do to implement this yourself.

Frontend Toolkit

Frontend Toolkit is a customizable dashboard that you can use to keep up with recurring tasks. It’s one of those little tools that can speed up workflows.

Flatfile

Flatfile is a production-ready importer for SaaS applications. It allows you to auto-format customer spreadsheets without manual cleaning of data and you can do it all without a CSV parser. The tool also includes an elegant UI component to guide users through the process.

Plasmic

Plasmic is a visual website builder that works with your codebase. It’s designed to speed up development with developers focusing on code (not pixel pushing) and allows non-developers to publish pages and content. The premium tool works with any hosting, CMS, or framework and you can adapt it by the component, section, or page.

2 Productivity Tools

Calendso

Calendso is an open-source calendar scheduling tool. It’s flexible with the ability to host it yourself or with the makers of the calendar. It is API-driven and allows you to control events and information. The interface is simple and sleek and can integrate into your website.

Slidev

Slidev is a set of presentation slides for developers. What’s different about this presentation deck is that you can write slides in a single markdown file with themes, code blocks, and interactive components.

4 Icons and UI Kits

Iconic

Iconic is a set of pixel-perfect icons that gets updated each week. The collection of 24×24 px elements in SVG format contains 160 icons and counting. The simple style is easy to implement and you can search for just what you need by category.

5 Dashboard Templates for Figma

5 Dashboard Templates for Figma is a set of free ready-made screens with light and dark modes for each that you can use with components such as calendars, charts, tables, and more. The free elements are a preview of a larger premium Figma set if you like how they look and work.

Free Mobile Chat UI Kit

Free Mobile Chat UI Kit is a tool of components for Sketch, Figma, and Adobe XD that includes more than 50 messaging screens with light and dark modes.

Stratum UI Design Kit

Stratum UI Design Kit is a collection of more than 9,000 consistent elements for Figma. It’s packed with elements and tools that make this premium UI kit a tool that gets projects moving quickly.

4 Type Tools and Fresh Fonts

Fluid Typography

Fluid Typography is a nifty tool that allows you to test headings in any size at different viewports to ensure it looks great everywhere. Then you can copy the CSS and use it in your projects.

Eighty-Eight

Eighty-Eight is a funky block-style typeface for display use.

Harmonique

Harmonique is a robust typeface family with lovely serifs and alternates. It’s a type family of two styles that work in harmony together to add distinction and personality to your own typographic compositions. Harmonique’s low contrast forms have the appeal of a humanist sans serif typeface.

Sketchup

Sketchup is a charming display typeface that has a nice pen style. The free version has a limited character set.

Just for Fun

Generating and Solving Sudokus in CSS

Generating and Solving Sudokus in CSS by Lee Meyer for CSS-Tricks is a fun deep dive into using CSS for something you might not expect. It’s a complicated – but fun – look at some of the things CSS can do with plenty of code snippets. The final result is a solvable puzzle with 16 squares.

Source

The post 26 Exciting New Tools For Designers, May 2021 first appeared on Webdesigner Depot.


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Data Mining: Use Cases, Benefits, and Tools

In the last decade, advances in processing power and speed have allowed us to move from tedious and time-consuming manual practices to fast and easy automated data analysis. The more complex the data sets collected, the greater the potential to uncover relevant information. Retailers, banks, manufacturers, healthcare companies, etc., are using data mining to uncover the relationships between everything from price optimization, promotions, and demographics to how economics, risk, competition, and online presence affect their business models, revenues, operations, and customer relationships. Today, data scientists have become indispensable to organizations around the world as companies seek to achieve bigger goals than ever before with data science. In this article, you will learn about the main use cases of data mining and how it has opened up a world of possibilities for businesses.

Today, organizations have access to more data than ever before. However, making sense of the huge volumes of structured and unstructured data to implement improvements across the organization can be extremely difficult due to the sheer volume of information.

Source de l’article sur DZONE

Qu’est-ce que la modélisation des données ?

La modélisation des données correspond au processus de création de diagrammes de flux de données. Lors de la création d’une structure de base de données, qu’elle soit nouvelle ou non, le concepteur commence par élaborer un diagramme illustrant la façon dont les données entreront et sortiront de la base de données. Ce diagramme est utilisé pour définir les caractéristiques des formats et structures de données, ainsi que des fonctions de gestion de base de données, afin de répondre efficacement aux exigences des flux de données. Une fois la base de données créée et déployée, le modèle de données servira de documentation expliquant les motifs de création de la base de données ainsi que la manière dont les flux de données ont été conçus.

Le modèle de données résultant de ce processus établit une structure de relations entre les éléments de données dans une base de données et sert de guide d’utilisation des données. Les modèles de données sont un élément fondamental du développement et de l’analyse de logiciels. Ils fournissent une méthode standardisée pour définir et mettre en forme les contenus de base de données de manière cohérente dans les systèmes, ce qui permet à diverses applications de partager les mêmes données.


Pourquoi la modélisation des données est-elle importante ?

Un modèle de données complet et optimisé permet de créer une base de données logique et simplifiée qui élimine la redondance, réduit les besoins en stockage et permet une récupération efficace. Elle dote également tous les systèmes de ce que l’on appelle une « source unique de la vérité », ce qui est essentiel pour assurer des opérations efficaces et garantir une conformité vérifiable aux réglementations et exigences réglementaires. La modélisation des données est une étape clé dans deux fonctions vitales d’une entreprise numérique.

Projets de développement logiciel (nouveaux ou personnalisations) mis en place par le service informatique

Avant de concevoir et de créer un projet logiciel, il doit exister une vision documentée de ce à quoi ressemblera le produit final et de son comportement. Une grande partie de cette vision concerne l’ensemble de règles de gestion qui régissent les fonctionnalités souhaitées. L’autre partie est la description des données : les flux de données (ou le modèle de données) et la conception de la base de données qui les prendra en charge.

La modélisation des données est une trace de cette vision et fournit une feuille de route pour les concepteurs de logiciels. Grâce à la définition et à la documentation complètes des flux de données et de la base de données, ainsi qu’au développement des systèmes conformément à ces spécifications, les systèmes devraient être en mesure de fournir les fonctionnalités attendues requises pour garantir l’exactitude des données (en supposant que les procédures ont été correctement suivies).

Analyses et visualisation (ou Business Intelligence) : un outil de prise de décision clé pour les utilisateurs

Avec l’augmentation des volumes de données et le nombre croissant d’utilisateurs, les entreprises ont besoin de transformer les données brutes en informations exploitables pour prendre des décisions. Sans surprise, la demande en analyse des données a augmenté de façon spectaculaire. La visualisation des données rend les données encore plus accessibles aux utilisateurs en les présentant sous forme graphique.

Les modèles de données actuels transforment les données brutes en informations utiles qui peuvent être transposées dans des visualisations dynamiques. La modélisation des données prépare les données pour l’analyse : nettoyage des données, définition des mesures et des dimensions, amélioration des données par l’établissement de hiérarchies, la définition d’unités et de devises et l’ajout de formules.


Quels sont les types de modélisation des données ?

Les trois types de modèles de données clés sont le modèle relationnel, le modèle dimensionnel et le modèle entité-association. Il en existe d’autres qui ne sont pas communément utilisés, notamment les types hiérarchique, réseau, orienté objet et à plusieurs valeurs. Le type de modèle définit la structure logique, à savoir comment les données sont stockées, organisées et extraites.

  1. Type relationnel : bien qu’« ancien » dans son approche, le modèle de base de données le plus couramment utilisé aujourd’hui est le relationnel, qui stocke les données dans des enregistrements au format fixe et organise les données dans des tables avec des lignes et des colonnes. Le type de modèle de données le plus basique comporte deux éléments : des mesures et des dimensions. Les mesures sont des valeurs numériques, telles que les quantités et le chiffre d’affaires, utilisées dans les calculs mathématiques comme la somme ou la moyenne. Les dimensions peuvent correspondre à des valeurs numériques ou textuelles. Elles ne sont pas utilisées dans les calculs et incluent des descriptions ou des emplacements. Les données brutes sont définies comme une mesure ou une dimension. Autres termes utilisés dans la conception de base de données relationnelle : « relations » (la table comportant des lignes et des colonnes), « attributs » (colonnes), « nuplets » (lignes) et « domaine » (ensemble de valeurs autorisées dans une colonne). Bien qu’il existe d’autres termes et exigences structurelles qui définissent une base de données relationnelle, le facteur essentiel concerne les relations définies dans cette structure. Les éléments de données communs (ou clés) relient les tables et les ensembles de données. Les tables peuvent également être explicitement liées, comme une relation parent/enfant, y compris les relations dites un-à-un (one-to-one), un-à-plusieurs (one-to-many) ou plusieurs-à-plusieurs (many-to-many).
  2. Type dimensionnel : moins rigide et structurée, l’approche dimensionnelle privilégie une structure de données contextuelle davantage liée à l’utilisation professionnelle ou au contexte. Cette structure de base de données est optimisée pour les requêtes en ligne et les outils d’entreposage de données. Les éléments de données critiques, comme une quantité de transaction par exemple, sont appelés « faits » et sont accompagnés d’informations de référence appelées « dimensions », telles que l’ID de produit, le prix unitaire ou la date de la transaction. Une table de faits est une table primaire dans un modèle dimensionnel. La récupération peut être rapide et efficace (avec des données pour un type d’activité spécifique stockées ensemble), mais l’absence de relations peut compliquer l’extraction analytique et l’utilisation des données. Étant donné que la structure des données est liée à la fonction qui produit et utilise les données, la combinaison de données produites par divers systèmes (dans un entrepôt de données, par exemple) peut poser des problèmes.
  3. Modèle entité-association (modèle E-R) : un modèle E-R représente une structure de données métier sous forme graphique contenant d’une part des boîtes de différentes formes pour représenter des activités, des fonctions ou des « entités », et d’autre part des lignes qui représentent des dépendances, des relations ou des « associations ». Le modèle E-R est ensuite utilisé pour créer une base de données relationnelle dans laquelle chaque ligne représente une entité et comporte des zones qui contiennent des attributs. Comme dans toutes les bases de données relationnelles, les éléments de données « clés » sont utilisés pour relier les tables entre elles.

Quels sont les trois niveaux d’abstraction des données ?

Il existe de nombreux types de modèles de données, avec différents types de mises en forme possibles. La communauté du traitement des données identifie trois types de modélisation permettant de représenter les niveaux de pensée au fur et à mesure que les modèles sont développés.

Modèle de données conceptuel

Ce modèle constitue une « vue d’ensemble » et représente la structure globale et le contenu, mais pas le détail du plan de données. Il s’agit du point de départ standard de la modélisation des données qui permet d’identifier les différents ensembles de données et flux de données dans l’organisation. Le modèle conceptuel dessine les grandes lignes pour le développement des modèles logiques et physiques, et constitue une part importante de la documentation relative à l’architecture des données.

Modèle de données logique

Le deuxième niveau de détail est le modèle de données logique. Il est étroitement lié à la définition générale du « modèle de données » en ce sens qu’il décrit le flux de données et le contenu de la base de données. Le modèle logique ajoute des détails à la structure globale du modèle conceptuel, mais n’inclut pas de spécifications pour la base de données en elle-même, car le modèle peut être appliqué à diverses technologies et divers produits de base de données. (Notez qu’il peut ne pas exister de modèle conceptuel si le projet est lié à une application unique ou à un autre système limité).

Modèle de données physique

Le modèle de base de données physique décrit comment le modèle logique sera réalisé. Il doit contenir suffisamment de détails pour permettre aux techniciens de créer la structure de base de données dans les matériels et les logiciels pour prendre en charge les applications qui l’utiliseront. Il va sans dire que le modèle physique est spécifique à un système logiciel de base de données en particulier. Il peut exister plusieurs modèles physiques dérivés d’un seul et même modèle logique si plusieurs systèmes de base de données seront utilisés.

Processus et techniques de modélisation des données

La modélisation des données est par essence un processus descendant qui débute par l’élaboration du modèle conceptuel pour établir la vision globale, puis se poursuit avec le modèle logique pour s’achever par la conception détaillée contenue dans le modèle physique.

L’élaboration du modèle conceptuel consiste principalement à mettre des idées sous la forme d’un graphique qui ressemble au diagramme des flux de données conçu par un développeur.

Les outils de modélisation des données modernes peuvent vous aider à définir et à créer vos modèles de données logiques et physiques et vos bases de données. Voici quelques techniques et étapes classiques de modélisation des données :

  • Déterminez les entités et créez un diagramme entité-association. Les entités sont considérées comme des « éléments de données qui intéressent votre entreprise ». Par exemple, « client » serait une entité. « Vente » en serait une autre. Dans un diagramme entité-association, vous documentez la manière dont ces différentes entités sont liées les unes aux autres dans votre entreprise, et les connexions qui existent entre elles.
  • Définissez vos faits, mesures et dimensions. Un fait est la partie de vos données qui indique une occurrence ou une transaction spécifique, comme la vente d’un produit. Vos mesures sont quantitatives, comme la quantité, le chiffre d’affaires, les coûts, etc. Vos dimensions sont des mesures qualitatives, telles que les descriptions, les lieux et les dates.
  • Créez un lien de vue de données à l’aide d’un outil graphique ou via des requêtes SQL. Si vous ne maîtrisez pas SQL, l’option la plus intuitive sera l’outil graphique : il vous permet de faire glisser des éléments dans votre modèle et de créer visuellement vos connexions. Lors de la création d’une vue, vous avez la possibilité de combiner des tables et d’autres vues dans une sortie unique. Lorsque vous sélectionnez une source dans la vue graphique et que vous la faites glisser dans une source déjà associée à la sortie, vous pouvez soit la joindre, soit créer une union de ces tables.

Les solutions analytiques modernes peuvent également vous aider à sélectionner, filtrer et connecter des sources de données à l’aide d’un affichage graphique de type glisser-déposer. Des outils avancés sont disponibles pour les experts en données qui travaillent généralement au sein des équipes informatiques. Toutefois, les utilisateurs peuvent également créer leurs propres présentations en créant visuellement un modèle de données et en organisant des tables, des graphiques, des cartes et d’autres objets pour élaborer une présentation basée sur des analyses de données.


Exemples de modélisation des données

Pour toute application, qu’elle soit professionnelle, de divertissement, personnelle ou autre, la modélisation des données est une étape préalable nécessaire à la conception du système et à la définition de l’infrastructure nécessaire à sa mise en œuvre. Cela concerne tout type de système transactionnel, de suite d’applications de traitement des données, ou tout autre système qui collecte, crée ou utilise des données.

La modélisation des données est essentielle pour l’entreposage de données car un entrepôt de données est un référentiel de données provenant de plusieurs sources, qui contiennent probablement des données similaires ou liées, mais disponibles sous des formats différents. Il est nécessaire de mapper en premier lieu les formats et la structure de l’entrepôt afin de déterminer comment manipuler chaque ensemble de données entrant pour répondre aux besoins de la conception de l’entrepôt, afin que les données soient utiles pour l’analyse et l’exploration de données. Le modèle de données est alors un catalyseur important pour les outils analytiques, les systèmes d’information pour dirigeants (tableaux de bord), l’exploration de données et l’intégration à tous les systèmes et applications de données.

Dans les premières étapes de conception de n’importe quel système, la modélisation des données est une condition préalable essentielle dont dépendent toutes les autres étapes pour établir la base sur laquelle reposent tous les programmes, fonctions et outils. Le modèle de données est comparable à un langage commun permettant aux systèmes de communiquer selon leur compréhension et leur acceptation des données, comme décrit dans le modèle. Dans le monde actuel de Big Datad’apprentissage automatiqued’intelligence artificiellede connectivité Cloudd’IdO et de systèmes distribués, dont l’informatique en périphérie, la modélisation des données s’avère plus importante que jamais.


Évolution de la modélisation des données

De façon très concrète, la modélisation des données est apparue en même temps que le traitement des données, le stockage de données et la programmation informatique, bien que le terme lui-même n’ait probablement été utilisé qu’au moment où les systèmes de gestion de base de données ont commencé à évoluer dans les années 1960. Il n’y a rien de nouveau ou d’innovant dans le concept de planification et d’architecture d’une nouvelle structure. La modélisation des données elle-même est devenue plus structurée et formalisée au fur et à mesure que davantage de données, de bases de données et de variétés de données sont apparues.

Aujourd’hui, la modélisation des données est plus essentielle que jamais, étant donné que les techniciens se retrouvent face à de nouvelles sources de données (capteurs IdO, appareils de localisation, flux de clics, réseaux sociaux) et à une montée des données non structurées (texte, audio, vidéo, sorties de capteurs brutes), à des volumes et à une vitesse qui dépassent les capacités des systèmes traditionnels. Il existe désormais une demande constante de nouveaux systèmes, de nouvelles structures et techniques innovantes de bases de données, et de nouveaux modèles de données pour rassembler ces nouveaux efforts de développement.


Quelle est la prochaine étape de la modélisation des données ?

La connectivité des informations et les grandes quantités de données provenant de nombreuses sources disparates (capteurs, voix, vidéo, emails, etc.) étendent le champ d’application des projets de modélisation pour les professionnels de l’informatique. Internet est, bien sûr, l’un des moteurs de cette évolution. Le Cloud est en grand partie la solution car il s’agit de la seule infrastructure informatique suffisamment grande, évolutive et agile pour répondre aux exigences actuelles et futures dans un monde hyperconnecté.

Les options de conception de base de données évoluent également. Il y a dix ans, la structure dominante de la base de données était relationnelle, orientée lignes et utilisait la technologie traditionnelle de l’espace disque. Les données du grand livre ou de la gestion des stocks d’un système ERP standard étaient stockées dans des dizaines de tables différentes qui doivent être mises à jour et modélisées. Aujourd’hui, les solutions ERP modernes stockent des données actives dans la mémoire à l’aide d’une conception en colonnes, ce qui réduit considérablement le nombre de tables et accroît la vitesse et l’efficacité.

Pour les professionnels du secteur, les nouveaux outils en libre-service disponibles aujourd’hui continueront à s’améliorer. De nouveaux outils seront également introduits pour rendre la modélisation et la visualisation des données encore plus simples et plus collaboratives.


Synthèse

Un modèle de données bien pensé et complet est la clé du développement d’une base de données véritablement fonctionnelle, utile, sécurisée et exacte. Commencez par le modèle conceptuel pour présenter tous les composants et fonctions du modèle de données. Affinez ensuite ces plans dans un modèle de données logique qui décrit les flux de données et définit clairement les données nécessaires et la manière dont elles seront acquises, traitées, stockées et distribuées. Le modèle de données logique donne lieu au modèle de données physique spécifique à un produit de base de données et constitue le document de conception détaillé qui guide la création de la base de données et du logiciel d’application.

Une bonne modélisation des données et une bonne conception de base de données sont essentielles au développement de bases de données et de systèmes d’application fonctionnels, fiables et sécurisés, qui fonctionnent bien avec les entrepôts de données et les outils analytiques, et facilitent l’échange de données entre les partenaires et entre les suites d’application. Des modèles de données bien pensés aident à garantir l’intégrité des données, ce qui rend les données de votre entreprise encore plus précieuses et fiables.


Découvrez les outils modernes de modélisation des données de SAP Data Warehouse Cloud

En savoir plus


 

The post Qu’est-ce que la modélisation des données ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

How To Propagate Context Information Throw Spring Batch


Introduction

While developing applications using Spring batch, especially in a micro-service project, we sometimes face one or most of the following cases:

  • The necessity of getting the security context inside the batch items to call methods that require authorizations inside the same micro-service or perform remote processing by calling other micro-services using Feign Client (HTTP) or  Spring Cloud Stream (broker like Kafka, RabbitMq …)
  • Propagating Sleuth trace Id and span Id in order to enhance logs traceability inside all the application components including other micro-services so the trace will not be lost if we use Job.
  • Getting the connected user Locale (i18n) in order to generate internationalized output otherwise, all the Job outputs will be generated in the default server language.
  • Retrieving objects stored inside Mapped Diagnostic Context  (MDC) for tracing purposes.

The following schema illustrates remote calls that can be performed in a micro-service-based application and the context information that String Batch items can propagate.

Source de l’article sur DZONE

3 Essential Design Trends, May 2021

Spring and fresh designs are in the air. This month, it’s obvious that designers are feeling creative with new and interesting concepts that range from a new style for cards, homepage experimentation with multiple entry points or calls to action, and risky typography options.

Here’s what’s trending in design this month.

1. “Flat” Cards

Card-style design elements that allow users to click through to other content aren’t new, but the design of these cards is fresh and interesting.

Rather than more heavily designed cards with shadows and layers of content, flat styles are trending. Expect this trend to explode thanks to usage by Google for a shopping experience page.

The Google example below is interesting because Google’s Material Design guidelines are what helped card-style elements grow in popularity previously. However, those cards did include more layers, color options, buttons inside the cards, and shadows.

Today’s trending cards are completely flat. And beautiful.

Each of these websites does it in a slightly different way.

Heartcore, a consumer technology VC company, uses a series of flat cards as a navigation element to help users find their way through the website. Each features a bright color background with an illustration and a simple text block.

Each card has a nice hover state where only the illustration zooms inside the card frame. This is an interesting effect because it is exactly the opposite of the previous iteration of cards, which zoomed the entire card as a hover state.

Google Shopping uses that whole card bounce hover state (plus a not-so-flat shadow) for each card. The initial design is sleek with the pairing of white and image cards with simple text in each. You are enticed to click around to see what happens.

Click on Greece is a travel website design that uses simple cards with a minimal color and text overlay. The consistency of these cards makes the design pop and the beauty of the images draw you in. Each card also has a hover state with a darker color mask to guide navigation and make text elements easier to read.

2. Multiple Homepage Entry Points

For a long time, designers have been working off the philosophy that the homepage should have one direct entry point, creating a direct funnel for the user experience.

These designs throw that idea out the window, with multiple entry points and click elements.

You can think of it as the “create your own adventure” option for these designs.

It can be a risky concept if you are diving into analytics to pay attention to user paths. You want to make sure you know what choices users are making so that you can help them on the journey to the content and information that you want them to get from the visit.

But this type of design scheme does feel somewhat personalized, putting the user in more control.

Parcouse Epicuriens uses three flat card-style elements to help users pick what they want to see from the home page. There’s no other button or direct call to action, which is somewhat uncommon in today’s website design landscape. Users have to pick from one of the cards, scroll, or enter using the hamburger menu icon.

Tasty Find uses search options to help users start their journey. What’s interesting here are the choices – search for the food you want, pick something random, or (in the small print) find even more options. Users get three choices to begin their journey with the website.

What’s interesting is how simple this complex user journey looks. The design is easy to digest, but so many options could overwhelm users. This is one of those situations where you have to watch return search data and information and weigh the risk versus the reward of so much choice. It’ll be interesting to watch this design over time and see if the options decrease in number.

Accord also has several levels of user engagement opportunity. Option 1: Every block contains a click element. Option 2: Use the search at the top to narrow choices. This is an interesting configuration as the homepage for an e-commerce website because they get right to product selection and shopping without a softer sell or introduction.

3. Risky Typography

Typographic risk has been an ongoing theme for a little while. Designers are embracing experimental and novelty typefaces to stand out in the cluttered website space. Sometimes it works beautifully, and other times, it can fall short.

Here, each of these trending website designs uses a risky typography treatment. The risks are a little different for each design, from readability to comprehension to font delivery.

How Many Plants has duel typography risks: A funky typeface paired with odd word breaks. Interestingly enough, readability isn’t as big of a concern as you might think. This is likely because there aren’t many words, and they are short. Plus, the imagery ties in nicely.

Do you notice a similarity between How Many Plants and The Great Lake? The typography has the same style with a blocky, slab, sans serif with alternating thick and thin strokes. (It’s the same font.)

The risk in the typography design for The Great Lake isn’t in the homepage display, although you might wonder what the design is about. It is carrying this font throughout the design. While it looks great large and with only a few words, it gets a little more difficult the more you see it. This type of mental reading weight can be difficult for visitors over time, creating an element of risk.

Zmaslo uses an interesting typeface with a liquid effect on top of an unusual word. That combination of text elements makes you think hard to read the homepage, despite its neat looks. The risk here is weighing visual interest against comprehension. Depending on the audience, this risk can be worth the chance.

Conclusion

Spring always seems to be that time of year where designers start thinking about new, fresh design elements. That might explain some of the “riskier” design choices and experimentation here.

Regardless of the motivation, it is always fun to see the creative stretch happen. It can be even more interesting to see what elements from these trends continue to grow in the coming months.

Source

The post 3 Essential Design Trends, May 2021 first appeared on Webdesigner Depot.


Source de l’article sur Webdesignerdepot

3 Effective Ways To Improve Your Site’s Carbon Footprint

At the dawn of the web-era, there was much focus on how environmentally friendly websites were: we’d chop down fewer trees, ship fewer products, and travel less for business.

And because the web was small, any negative impact it had was relatively small. But the Internet’s no longer small, and neither is the impact it has on the environment. The average website uses 211,000g of CO2 per year, watching a video online outputs an estimated 0.2g of CO2 per second, and a single email can cost 50g of CO2.

In the next four years, the tech industry as a whole may use up to 20% of the world’s electricity and be responsible for 5.5% of global CO2 emissions.

The good news is that because websites are viewed many times, even small improvements can multiply into real change.

1. Reduce Energy Consumption

Through electricity use, the Internet generates around the same CO2 as most major countries. That carbon comes from two sources: the devices we use to access the Internet and the servers that host our data.

Computers heat up, and when they heat up, they slow down. Servers are especially vulnerable and use extraordinary amounts of energy to keep cool and functional, which is why Microsoft keeps throwing servers into the sea.

Make It Faster

The faster your site, the less data is used to serve it, and the less carbon it’s outputting; it’s that simple.

Reduce the Number of Resources Used

Everything you load on your site has an impact. You might think that a tiny PNG is too small to really impact your carbon footprint, but over thousands of page loads, its impact is multiplied. Anything you can do to reduce the number of actual files requested will reduce your carbon output. You can use sites like Ecograder to estimate your own site’s CO2 output.

Optimize Images

If there’s one thing you can do to reduce the size of your site, the amount of data that needs to be sent over the Internet to serve your site, and the resulting speed, it’s optimizing your images.

Nothing reduces a site’s footprint like optimizing images. It’s easy and free to reduce the size of JPGs and PNGs with a service like TinyPNG. Offer WebP to any browser that will accept them; it will boost your Lighthouse score and improve your CO2 usage.

Lazy Load Images

Lazy loading images means images are loaded as they are required; images at the top of a page always load, images further down only load when the user scrolls to them; if the user doesn’t scroll to the bottom of the page, they don’t load, saving you CO2.

Reduce The Amount Of JavaScript You Use

Yes, JavaScript is awesome. Yes, it can be hugely beneficial to UX. And yes, it munches on energy like it’s candy.

When a web page loads, it’s done, the total cost is in. If JavaScript keeps running in the background, redrawing the screen based on user interaction — as is the case with a parallax site — the web page keeps using up energy on the device.

Choose a Sustainable Hosting Company

You can reduce the power needs of a site, but you can’t eliminate them. One simple step is to opt for a hosting company that gets its electricity from sustainable sources such as wind power or solar.

Low←Tech Magazine is powered by a server that runs on solar energy and carries a warning that it may go offline. But it’s possible to host both reliably and sustainably. Many web hosts outsource their actual server management, so they have no control over how those servers are powered, but there are plenty of exceptions that guarantee green web hosting. Google Cloud aims to be the cleanest in the cloud industry. For green web hosting, I always recommend the all-round superb Kualo.

2. Be Inclusive

One of the biggest issues with the EV (Electric Vehicle) movement is that we’re replacing cars earlier than we normally would in a rush to move to “clean” driving.

A new EV certainly outputs less than a gas-powered vehicle when driven the same distance. Combine increased use — because owners think they are driving cleanly — with the fact that a new EV has to be manufactured, the minerals for batteries have to be mined (in horrific conditions), and it then needs to be shipped to you, and EVs are not as friendly as they appear — so go ahead, buy that vintage Porsche it’s probably better for the environment than a Tesla.

Support Legacy Devices

The same issue that applies to cars applies to devices. Every time we rush ahead to support the latest iPhone, we leave older generations behind. A device can and should last longer than two years.

This is not to say that you shouldn’t embrace modern web standards. Technologies like CSS Grid are excellent at reducing markup size and speeding up sites. CSS Grid has been well supported for over four years, and even “legacy” devices can handle it. If you can keep a phone for an extra six months, the environmental cost of that phone is reduced by 20%.

3. Help Users Make Good Choices

More and more people are trying to make good choices. We’re eating a healthier, balanced diet. We’re recycling clothes. We’re traveling by bike, and on foot, instead of by car. People want to do the right thing, and they seek out companies that aid them.

Improve Navigation

Anything that you can do to make your content more findable will mean fewer page loads and therefore consume fewer resources.

By improving your information architecture, improving your search accuracy, and improving on-page signposts like bread crumbs and link text, you help users find content faster.

Feelgood Feedback

When the environmental impact of a user’s actions are quantifiable, let them know. Users who care will appreciate it, and users who don’t will ignore it.

Raileurope.com adds a note to any quotation letting you know how much carbon you’ve saved by traveling by train instead of flying.

Don’t Remove the Shipping Rate

Many ecommerce sites offer free shipping, especially above a certain order value; it’s a good way to encourage higher sales. But absorbing the shipping cost implies that there is no shipping. By highlighting the shipping costs, even if they’re not passed on to the customer, you remind them that there is an environmental cost and a financial cost.

You can absorb the shipping rate without implying there is no cost by adding the shipping and then explicitly deducting it as a discount.

Sustainable Web Design Is Good For Business

The fundamentals of good web design are the fundamentals of sustainable web design.

Make it fast and usable, and you’ll also be making it energy efficient. Make it inclusive, and you’ll help the industry slow the ever-growing tendency to consume. Make it transparent, and you’ll help your users make good choices of their own. All of these things are not only good for the environment, but they also result in improved UX and SEO.

 

Featured image via Pexels.

Source

The post 3 Effective Ways To Improve Your Site’s Carbon Footprint first appeared on Webdesigner Depot.


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Il est temps de mettre votre ERP à niveau ? Guide pour le remplacement de votre ancien ERP

Etes-vous satisfait de votre système ERP ? Est-il temps de le mettre à niveau ? Vous avez peut-être écouté les témoignages de vos pairs quant à leur passage à des ERP modernes. Ou peut-être ressentez-vous le besoin de mettre en place de nouveaux processus pour rester compétitif et répondre aux attentes de vos clients, nouveaux processus que votre système actuel ne peut proposer. Quoi qu’il en soit, il est toujours bon d’évaluer en continu les performances du système, d’identifier les axes d’amélioration et d’anticiper les problèmes qui pourraient subvenir.

Le système ERP parfait existe-t-il ?

La réponse courte est « non ». Et même si le système parfait existait pour vos besoins spécifiques à un moment donné, ces besoins évoluent en permanence. Il faut donc garder le contrôle, évaluer dans quelle mesure votre ERP répond à vos besoins actuels et identifier les tendances qui pourraient entraîner des problèmes.

Il est en vogue de qualifier les systèmes installés de « legacy ERP ». Ce qui suggère une ancienne technologie et des systèmes obsolètes. C’est injuste car de nombreux systèmes installés sont régulièrement entretenus, mis à niveau et pleinement capables d’évoluer, de s’adapter, aux nouveaux besoins.

Cela dit, les mises à niveau des ERP sont facultatives, bien que fortement encouragées par les fournisseurs. Il est important de se tenir au courant des corrections et des améliorations disponibles. En cas de problèmes ou tendances défavorables, assurez-vous que votre système dispose de toutes les mises à jour et de la dernière version. Regardez ensuite si votre fournisseur propose des modules complémentaires ou des améliorations qui pourraient remédier aux lacunes constatées. Déterminez ce qu’il faudrait pour mettre en œuvre ces correctifs, en termes d’argent et d’efforts, et utilisez ces informations pour évaluer le coût du maintien de votre solution actuelle.

Votre logiciel ERP vous laisse-t-il tomber ?

En résumé, gardez votre système ERP à jour. Surveillez aussi de près ses performances. Les besoins, les vôtres comme ceux de vos clients, vont évoluer. Vous devez donc vous assurer que votre système ERP peut y répondre.

L’auto-évaluation mentionnée ci-dessus peut vous aider à identifier les défaillances et les sujets de préoccupation, par exemple :

  • Votre système est incapable de répondre aux nouveaux besoins ou limite les nouvelles initiatives.
  • Il ne prend pas en charge les nouvelles technologies et normes, ou seulement avec difficulté, à coût élevé et avec des retards. Le fournisseur est lent à intégrer de nouveaux éléments et nouvelles fonctionnalités.
  • Les fonctions sont difficiles à maîtriser et à utiliser, et nuisent à l’efficacité au lieu de la favoriser.
  • Le temps de réponse est excessivement lent. Le stockage et la récupération de l’information sont inadéquats, lourds ou ne répondent tout simplement pas aux besoins actuels en constante expansion.
  • Le système est coûteux et difficile à maintenir et à gérer, et ne bénéficie pas d’un soutien adéquat de la part de votre fournisseur.
  • Si votre système est vraiment un ancien ERP dont l’assistance du fournisseur s’amenuise, ou dont l’assistance technique se réduit, les programmeurs et analystes compétents deviendront plus chers et plus difficiles à trouver à mesure que le système deviendra plus obsolète et moins fiable.

C’est le genre de problèmes qui peuvent évoluer lentement et passer inaperçus pendant longtemps. Puis, soudain, il devient évident que les lacunes du système causent de graves problèmes ​- et qu’il faut faire quelque chose.

Combien dépensez-vous pour votre ERP ?

De nombreuses entreprises sont surprises lorsqu’elles font l’analyse et découvrent ce qu’il en coûte réellement pour maintenir leur système ERP existant en place et opérationnel. Cela peut sembler curieux pour les ETI, qui surveillent généralement de très près leurs dépenses. Mais il n’est pas toujours facile de distinguer les coûts directs et indirects associés à l’ERP.

Outre les frais mensuels et annuels versés au(x) fournisseur(s) de logiciels et au(x) fournisseur(s) de matériel, il y a des dépenses courantes pour le service et l’assistance de vos différents fournisseurs de services (par exemple service matériel, conseil ou réseau). N’oubliez pas d’inclure les coûts de mise à jour si vous avez détecté (ou pensez) que des mises à jour ou des améliorations sont nécessaires pour résoudre des problèmes existants ou anticipés, comme indiqué ci-dessus.

Considérez également les coûts internes directs du département informatique, y compris les salaires et les avantages, les locaux, les commodités et les fournitures. Essayez de distinguer ceux qui soutiennent directement votre ERP. N’oubliez pas qu’au moins certains de ces coûts subsisteront après la mise à niveau et le déploiement d’un nouveau système, surtout si vous remplacez un système traditionnel sur site par un autre système sur site. La structure des coûts pour les logiciels SaaS (Software-as-a-Service) basés sur le cloud est différente, mais vous aurez toujours besoin d’un point de comparaison pour prendre une décision défendable. Que cette décision soit de garder votre système actuel, de commencer une mise à niveau ERP ou de poursuivre un remplacement.

Quel serait le coût d’un nouveau système ?

Le coût potentiel du passage à un nouveau système ERP vous inquiète ? C’est compréhensible. Un nouveau système ERP est probablement l’une des plus grosses dépenses en équipement non productif qu’une entreprise fera au cours d’une année donnée. Néanmoins, par rapport aux avantages offerts et au montant dépensé pour le maintien du système actuel, la plupart des entreprises estiment que le coût est tout à fait raisonnable et justifiable. N’oubliez pas de penser en termes de coûts du cycle de vie – le coût total sur une période donnée, par exemple cinq à sept ans.

Lorsque vous examinez le coût d’acquisition et de déploiement d’un système de remplacement, sachez que les coûts du matériel et des licences logicielles ne sont qu’une partie de l’équation. Vous devez également inclure les éléments suivants dans votre évaluation :

  • La mise en réseau et les périphériques tels que les scanners de codes-barres, les appareils mobiles et les logiciels clients, ainsi que l’assistance.
  • La conversion et la saisie des données dans le nouveau système, ainsi que les dispositions pour l’archivage et l’accès aux enregistrements historiques.
  • La préparation aux sinistres, y compris les systèmes de sauvegarde ou de basculement, les ressources de récupération des données, la connectivité redondante et les communications.
  • La formation de l’équipe de déploiement de l’ERP et de tous les futurs utilisateurs (ce point est d’une importance capitale, ne le négligez pas).
  • Le développement et la documentation de nouveaux flux de travail.
  • L’assistance à l’implémentation. Il est probable qu’un certain niveau d’assistance sera inclus dans l’offre du fournisseur principal du système. Mais vous voudrez peut-être faire appel à une assistance supplémentaire du ou des fournisseurs, à des consultants externes, à votre cabinet comptable ou à d’autres personnes pour certains ou tous les éléments énumérés ci-dessus.
  • La charge supplémentaire pour vos employés pendant le déploiement sous forme d’heures supplémentaires, d’embauche d’intérimaires pour les aider dans leurs tâches habituelles afin qu’ils aient le temps de travailler sur le déploiement, ou de primes et autres incitations pour maintenir la motivation des salariés.

Sachez que la structure des coûts des systèmes SaaS basés sur le cloud est très différente de l’approche traditionnelle d’achat et d’implémentation sur site. Avec le SaaS, il y a peu ou pas de frais initiaux pour le matériel, car il s’agit essentiellement d’un abonnement. Un contrat SaaS inclut généralement une grande partie des coûts de maintenance et d’assistance. De sorte que vos coûts informatiques internes courants seront considérablement réduits. La plupart des entreprises estiment que le coût total sur cinq à sept ans avec un contrat SaaS sera probablement inférieur au coût total de l’achat et de la gestion en interne.

Au moment de prendre la décision de conserver votre système actuel ou d’envisager un remplacement, pensez aux bénéfices que vous pouvez en tirer. Avec une nouvelle solution ERP, vous bénéficierez d’une interface utilisateur moderne, de capacités et de fonctions supplémentaires, et vous améliorerez votre avantage concurrentiel. Tandis que si vous conservez votre ancien système, vous limitez votre capacité à rester agile, productif et compétitif. Bien que vous ne cherchiez pas en premier lieu à réaliser des économies, les exemples de réussite avec des ERP modernes démontrent que les bénéfices du passage à un nouveau système sont souvent moins coûteux et compensent les frais de mise à niveau.

Comment justifier financièrement un nouveau système ERP ?

Lorsqu’elles prennent une décision de cette importance, la plupart des entreprises exigent une analyse coûts-avantages sous la forme d’un retour sur investissement (ROI) attendu. Le côté coûts est facile : additionnez les coûts prévus comme indiqué ci-dessus. Du côté des avantages, il peut y avoir des économies directes sur les coûts informatiques, mais pour énumérer les principaux avantages, l’entreprise doit prévoir comment le système changera l’environnement de travail et permettra d’améliorer les performances, la productivité et le service à la clientèle.

  • Amélioration des performances : De nombreux projets ERP se justifient par les améliorations attendues en termes d’efficacité (réduction de la main-d’œuvre directe) et de réduction des coûts (y compris, mais sans s’y limiter, la réduction des stocks). Sachez toutefois que le système ne crée pas ces avantages par sa simple implémentation. Le système organise, analyse et présente les données de manière à ce que les responsables puissent mieux utiliser les ressources humaines et prendre de meilleures décisions, et c’est cela qui apporte les plus grands bénéfices. Gardez cela à l’esprit lorsque vous établissez un budget pour la formation des utilisateurs et pour la mise en œuvre de procédures améliorées.
  • Un meilleur service à la clientèle : Ces avantages sont moins directs, mais encore plus importants. En améliorant le service à la clientèle, vous pouvez théoriquement augmenter les ventes et les bénéfices, accroître votre part de marché et peut-être même augmenter vos marges, car un bon service à la clientèle apporte une valeur ajoutée au client sans ajouter de coût au produit lui-même. Dans certains cas, les améliorations du service à la clientèle deviennent une condition de survie. Car lorsqu’un nouveau ou un gros client attend des fonctionnalités telles que la transmission électronique des commandes ou l’amélioration des rapports informatisés, votre système ERP doit être à la hauteur.
  • Changements de l’environnement de travail : les systèmes d’aujourd’hui sont conçus pour être faciles à utiliser (l’UX, l’expérience utilisateur, est le mot actuellement à la mode) pour un accès rapide et facile à l’information. Le travail et le flux de travail de chaque utilisateur étant uniques, les systèmes actuels sont hautement personnalisés pour offrir à chacun les écrans et les processus de travail les plus efficaces et confortables. Cette efficacité accrue permettra aux salariés d’en faire plus et de gérer un plus grand volume d’affaires sans avoir besoin d’embaucher. Notez qu’il est déconseillé de justifier le système par une réduction des effectifs. Cela ne se produira probablement pas et la perspective de suppressions d’emplois ne motivera pas les salariés à adopter le système et à contribuer à son succès.

La sélection d’un ERP n’est qu’un début

Tout en suivant les conseils pour évaluer les systèmes ERP, gardez à l’esprit que le remplacement des systèmes existants n’est pas un processus simple ou rapide, mais qu’il vaut la peine car il peut apporter des avantages considérables lorsque l’ERP est correctement sélectionné et déployé.

La question que la plupart des entreprises se posent à ce stade est la suivante : « Combien de temps faut-il pour choisir et remplacer un système existant ? » Il n’y a pas de réponse unique. Cela dépend de la taille et de la complexité de l’organisation, du fait que l’un ou l’autre ou les deux systèmes (ancien et nouveau) soient basés sur le cloud, de la dynamique de l’entreprise et de l’équipe de déploiement, du niveau d’engagement de la direction dans le projet, et du degré de coopération ou de résistance au sein de la communauté des utilisateurs… pour ne citer que quelques-unes des variables. Certains déploiements peuvent être réalisés en quelques mois, d’autres prennent un an ou plus. Un partenaire expérimenté peut vous aider à établir un calendrier réaliste lorsque vous définissez votre plan de projet.

Nous n’avons pas besoin de vous répéter que le remplacement de votre système ERP sera forcément perturbant. S’il n’est pas possible de totalement les éviter, les perturbations peuvent cependant être minimisées grâce à un déploiement bien planifié et géré.

The post Il est temps de mettre votre ERP à niveau ? Guide pour le remplacement de votre ancien ERP appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com