Protéger sa supply chain et son écosystème face aux risques cyber en 2021

L’année 2020 a mis à rude épreuve de nombreuses organisations sur le plan financier et opérationnel. Bon nombre d’entre elles ont dû agir en urgence afin de continuer à fonctionner durant la pandémie et pour certaines, cela a impliqué de contourner les processus en place, entraînant alors l’apparition de nouveaux risques cyber.

The post Protéger sa supply chain et son écosystème face aux risques cyber en 2021 first appeared on UnderNews.
Source de l’article sur UNDERNEWS

Vers une vraie logistique responsable ?

Comment assurer des livraisons dans des délais toujours plus serrés, tout en maîtrisant son impact sur la société et la planète ? Une meilleure exploitation des données peut aider à allier les impératifs d’agilité, de résilience et de responsabilité environnementale et sociale.

Dans le secteur du transport, les impacts sociaux et environnementaux restent encore mal pris en compte. Et pourtant, les travaux du Grenelle II auraient dû favoriser l’émergence d’une industrie du transport plus vertueuse.

« Ce texte misait sur la bonne volonté des acteurs du secteur, mais sans mettre en place le minimum nécessaire de contrôles, d’obligations, voire de sanctions, regrette Philippe Mangeard, président et fondateur de l’agence de notation du transport TK’Blue. Résultat, moins de 15 % des opérateurs du secteur jouent aujourd’hui le jeu. »

Problème, les donneurs d’ordres que sont les entreprises oublient souvent le maillon transport dans leur calcul d’impact environnemental et sociétal. « Et pourtant, le transport peut représenter entre 10 % et 40 % de l’empreinte globale d’une entreprise », rappelle Philippe Mangeard.

Prendre en compte l’expérience client

Avec l’économie d’expérience, la logistique ne peut être mise de côté. En effet, même si une entreprise fait le maximum pour satisfaire son client, une livraison mal réalisée (retard, produit abîmé…) réduira tous ses efforts à néant. La problématique est d’autant plus difficile à résoudre que le client devient de plus en plus exigeant : il veut être livré rapidement, mais tout en disposant d’informations claires sur les méthodes de livraison, lui permettant ainsi – s’il le souhaite – d’opter pour un mode de transport responsable.

« Du côté des entreprises, des technologies permettent d’optimiser le chargement des camions, les trajets et les plans de transport, même si l’on peut regretter qu’elles ne soient pas encore très répandues, analyse Alexis Fournier, directeur AI Strategy chez Dataïku. Mais côté client, la technologie ne suffira pas : des initiatives globales sont nécessaires. »

Sous l’impulsion des clients, des acteurs de la grande distribution, certains industriels et des géants du web, comme Amazon, commencent à se pencher sur cette question. Un standard est en train de naître, lequel permettra de définir un cahier des charges précis dédié au transport.

Savoir exploiter les données

L’optimisation du transport passe plus que jamais par la data : les ordres de transport, bien évidemment, mais également des données de terrain, comme la position des camions, la télémétrie des véhicules, voire de l’IoT, pour suivre avec plus de précision encore les colis. Bien exploitées, ces données vont permettre de maximiser le remplissage des camions et d’optimiser les plans de transport.

À ceci s’ajoutent des données tierces : calendrier des vacances scolaires, données météo, conditions de circulation… « Ces informations viennent nourrir le jeu de données d’origine et permettent d’améliorer la qualité des prévisions », explique Alexis Fournier. Le Machine Learning peut alors aider à anticiper la variabilité de la demande ainsi que les difficultés de livraison. Et éviter ainsi que certains camions ne rentrent partiellement chargés, un phénomène redouté lors des opérations de livraison à domicile. »

Afin de maximiser le remplissage des camions, une logique de réseau doit également voir le jour, pour mettre en commun les capacités de transport, y compris entre compétiteurs. Mais pour concrétiser cette notion de mutualisation des moyens, il est impératif que la donnée circule.

Débloquer les données des opérateurs

Grâce à des solutions intelligentes, comme celles de SAP, Microsoft ou Dataïku, les entreprises sont prêtes pour une exploitation des données de transport. À condition toutefois que celles-ci remontent ! Les grands opérateurs du monde du transport tardent en effet à ouvrir leurs données.

Comment une entreprise peut évaluer ses émissions globales, si elle ne connaît pas le mode de transport utilisé ? Entre un camion et une camionnette, les nuisances peuvent en effet être multipliées par 40. De plus, 20 % à 30 % des camions tournent à vide et un pourcentage non négligeable de véhicules s’avère trop polluant face aux normes actuelles. Sans ces informations, le producteur, comme le consommateur, avancent à l’aveuglette.

Mais le marché s’est subitement renversé en 2020, avec une offre de transport devenue supérieure à la demande. L’occasion pour les donneurs d’ordres de choisir leurs transporteurs en fonction de leur capacité à faire remonter des données de terrain. « Libérez la data, plaide Philippe Mangeard. Les plates-formes de traitement des données sont en place et la conjoncture fait que les entreprises sont aujourd’hui en position d’exiger la remontée de ces informations de terrain. Lorsque ce sera le cas, tout le monde sera gagnant, prédit le président de TK’Blue. »


En savoir plus sur la gestion de la chaîne logistique


 

The post Vers une vraie logistique responsable ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Logistique : quelles leçons tirer de la crise ?

La crise sanitaire a appris aux entreprises combien il est essentiel de savoir s’adapter rapidement. Que ce soit en termes de production, de sourcing ou encore de distribution. En adoptant un modèle plus durable, il est possible de garantir la continuité de l’activité, même en cas de changement inattendu et massif de la demande.

L’économie d’expérience s’est imposée comme la thématique clé de l’année 2019. Ce concept a toutefois été éclipsé en 2020 par un invité inattendu, la résilience. Les PRA et autres plans de préparation aux risques ont en effet été confrontés à une réalité de terrain : une crise sanitaire et économique, doublée de schémas de consommation et de distribution profondément perturbés.

Défi 1 : éviter la rupture d’activité

Les moins chanceuses des entreprises sont celles pour lesquelles le confinement a enlevé toute possibilité d’activité. Au plus dur de la crise sanitaire, certaines ont dû ainsi purement et simplement fermer leurs portes. Mais d’autres ont su également rebondir, au travers de la distribution multicanale, de l’innovation métier, ou de la saisie de nouvelles opportunités de marché.

Les industriels qui ont su rediriger rapidement leur production vers de nouveaux produits (masques, respirateurs, gel hydroalcoolique, repas à emporter…) ont pu tirer leur épingle du jeu. Avec les crises économiques, sanitaires et climatiques qui s’annoncent, il faut s’attendre à une multiplication de ces défis de flexibilité, et s’y préparer.

Défi 2 : le télétravail

Dans l’absolu, beaucoup d’entreprises pourraient poursuivre leur activité avec une majorité de leurs salariés en télétravail. Mais peu étaient prête à travailler de la sorte, du fait d’un back-office inaccessible hors des murs de l’organisation et manquant de flexibilité opérationnelle. Des solutions cloud, comme Teams ou Zoom, ont pu compenser en partie ce manque. Mais ce n’est pas suffisant.

Il faut maintenant mettre en place des systèmes plus agiles et intelligents, capable de mieux analyser et prévoir, mais aussi de mieux s’adapter à une forte volatilité de la demande. Ceci doit d’accompagner d’infrastructures ouvertes vers l’extérieur et sécurisées, mettant en œuvre des technologies comme des équipements informatiques mobiles, des solutions informatiques en mode cloud, des systèmes de communication unifiée, de la blockchain, etc.

Défi 3 : se rapprocher du consommateur

Qui dit télétravailleur dit consommation à distance. Les entreprises se doivent donc d’aller vers le consommateur, en privilégiant le B2C, par exemple au travers de l’e-commerce. Mais aussi en transformant le B2B en B2B2C ou encore le Direct Selling en Social Selling.

Cela induit des changements profonds dans la structure logistique, avec une nécessité d’optimiser à la fois la production et la chaîne de distribution, afin de desservir un maximum de clients en un minimum de fret. Nous retrouvons ici une problématique que nous avions déjà rencontrée avec la montée de l’économie d’expérience. Celle-ci se traduit en effet par une hyper-personnalisation des produits, qui doivent être directement livrés au client, sans délai.

La solution est donc peut-être de combiner ces deux problématiques, afin de les transformer en opportunité : savoir combiner l’impératif de résilience imposé par la situation économique et sanitaire à la volonté d’expérience portée par les consommateurs et partenaires.

The post Logistique : quelles leçons tirer de la crise ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Agromousquetaires adopte SAP TM pour sa nouvelle filiale transport

Dans le cadre de son plan A2P 2020, Agromousquetaires a créé une société dédiée à la logistique. AgroM Transport s’appuie sur SAP TM 9.5 pour assurer la planification et l’exécution des opérations de transport. Une solution mise en place par itelligence.

Agromousquetaires est le pôle agroalimentaire du groupe Mousquetaires. Avec 4,03 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel, 11.000 collaborateurs, 19.700 partenaires agricoles, 62 usines en France et 10 filières, Agromousquetaires est un poids lourd du secteur. La société est en effet le leader français des marques de distributeur, mais aussi le 4e groupe agroalimentaire et le 1er armateur de pêche de l’Hexagone.

Dans le cadre de son plan Agro Performance Plus 2020 (A2P 2020), Agromousquetaires souhaite réduire ses coûts de production au travers de l’innovation. La société passe d’un réseau de PME à une logique de filière, plus efficace. L’un des volets de ce plan prévoit la mise en place d’un pôle logistique dédié.

Le choix de SAP TM et itelligence

En avril 2017, Agromousquetaires a décidé de transférer l’activité logistique de ses filières bœuf et porc vers une nouvelle société, AgroM Transport. Avec comme date butoir le premier janvier 2019.

L’utilisation de SAP Transportation Management (SAP TM) est rapidement apparue comme une évidence pour le groupe. Car le SI d’AgroM Transport mise sur d’autres solutions SAP pour la comptabilité, la finance, le contrôle de gestion et les achats non marchands. Le choix de SAP TM va donc dans le sens d’une cohérence du SI de la nouvelle entreprise.

L’intégrateur itelligence a été choisi pour sa taille rassurante (plus de 7900 consultants présents dans 27 pays) et sa connaissance étendue des solutions SAP (activité 100 % SAP et 30 ans d’expertise). Il a su également convaincre avec sa méthodologie pragmatique, consistant à proposer une solution fonctionnelle le plus tôt possible. Les utilisateurs ont ainsi pu faire remonter leurs recommandations rapidement, l’objectif étant de bâtir une offre de transport moderne : cartographie, diagrammes de Gantt, échanges informatisés avec les partenaires transporteurs, suivi des camions, etc.

Un planning serré

Le projet a démarré en septembre 2017, le pilote devant impérativement être achevé un an plus tard, pour une mise en production le premier janvier 2019. Dans la pratique, le prototype de la solution SAP TM 9.5 a été mis en fonction en mai 2018, avec une phase de stabilisation se terminant en septembre 2018, puis un déploiement progressif jusqu’à la fin de l’année. SAP TM se charge de la planification et de l’exécution des opérations de transport, la gestion des données de base (fournisseurs, clients, articles…) et de la facturation étant prise en charge par S/4HANA Finance.

Le premier janvier 2019, la société AgroM Transport a été lancée avec 331 collaborateurs transférés, 331 cartes grises, 135 transporteurs partenaires, 17 sites gérés et 12 entrepôts frigorifiques. 130.000 ordres de fret sont prévus sur l’année, pour un chiffre d’affaires estimé à 72 millions d’euros. Une grosse volumétrie que SAP TM a su prendre en charge.

Une deuxième phase déjà démarrée

Les enjeux sont atteints à 100 % sur de nombreux critères :

  • mise en place d’un plan de transport efficace ;
  • optimisation du réseau de transport ;
  • exploitation centralisée ;
  • cartographie, GIS et diagrammes de Gantt ;
  • communication avec les partenaires par voie électronique ;
  • intégration avec l’ERP SAP…

Le tout pour un budget maitrisé.

À ce jour, Agromousquetaires n’a migré que deux de ses filières vers la nouvelle société. Une seconde phase programmée sur deux ans est toutefois annoncée. À terme, le choix de SAP TM permettra également de faire remonter des informations vers les outils de Business Intelligence (BI) d’Agromousquetaires.

The post Agromousquetaires adopte SAP TM pour sa nouvelle filiale transport appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

La prédiction, un atout pour la planification de la supply chain

Sur un marché devenu très volatile, la planification de la supply chain devient de plus en plus difficile. Des technologies prédictives s’appuyant sur des données internes et externes, ainsi que des jumeaux numériques permettront d’affiner les prévisions.

La supply chain doit s’adapter pour faire face aux défis d’agilité et de résilience du marché. « La supply chain est un domaine en pleine évolution, avec des sujets comme la data, la robotique, l’IoT ou l’intelligence artificielle », confirme Manuel Davy, Fondateur et CEO de VEKIA.

Quels sont les enjeux de la supply chain ?

  1. Satisfaire les clients.
  2. Réduire les stocks.
  3. Maîtriser les coûts opérationnels.

Mais sur un marché devenu très volatile, où les clients exigent de plus en plus une livraison à J+1, les choses peuvent rapidement se compliquer. « La supply chain c’est extrêmement simple : il suffit d’avoir le bon stock au bon endroit au bon moment : fois des centaines de milliers de point de gestion ou de points de stockage, fois des millions de références, et avec beaucoup d’incertitudes. »

L’une des clés du succès réside dans la prise en compte de ces incertitudes. Mais également dans la capacité à accompagner le client dans ses changements de mode de consommation. Pendant le confinement, ce sont les entreprises capables d’adresser les clients par des canaux numériques, comme l’e-commerce, qui ont tiré leur épingle du jeu. L’omnicanalité s’est imposée alors comme un facteur de résilience.

La prédiction est au cœur de la supply chain

« La planification est partout dans la supply chain, poursuit Manuel Davy. Les technologies les plus avancées sont en mesure de prévoir finement la demande des consommateurs, ce qui permet en remontant dans la supply chain d’anticiper toutes les opérations. »

L’amélioration des prévisions peut suivre deux voies : voir plus loin, grâce à une puissance de calcul accrue ; être plus fin, au travers de l’analyse de plus de données. Le fait de prendre en compte les données d’expérience (comme le ressenti des consommateurs vis-à-vis des produits ou de la marque) permettra par exemple de mieux satisfaire les clients.

Être capable d’agréger des données endogènes et exogènes (météo, réseaux sociaux…) est donc un facteur clé pour améliorer les processus de prédiction et de planification. Par ailleurs, il est primordial de savoir faire circuler les données internes et de les enrichir. Par exemple en disposant d’une vision en temps réel du stock, assurée par de l’IoT.

Autre voie d’amélioration, la mise en place d’un jumeau numérique de la supply chain, permettant de tester des scénarios de type what-if, afin de gagner en agilité ou en résilience. Ou tout simplement pour évaluer l’impact du lancement d’un nouveau produit.

Savoir passer du plan à l’action

Il est essentiel que le prédictif influe directement sur les opérations de l’entreprise (data to action), tout en n’écartant pas l’humain du processus de décision. « La planification reste un sujet humain. Il ne faut pas écarter l’humain, qui est le pilote et aura le dernier mot, car lui seul sait appréhender des situations très incertaines, comme celles que nous avons rencontrées récemment, explique Manuel Davy. Mais nous pouvons donner à l’humain des moyens d’être plus efficace : des algorithmes, des données, de la puissance de calcul. »

La transformation de la supply chain est un sujet riche et passionnant. Mais aussi global, comme le souligne le CEO de VEKIA : « quand on commence à transformer une supply chain, cela entraîne l’ensemble de l’entreprise vers l’industrie 4.0. ». L’occasion peut-être d’évaluer de nouvelles stratégies de supply chain management, comme le DDMRP (Demand Driven MRP), qui s’appuie non plus sur des prévisions, mais sur la demande réelle.

The post La prédiction, un atout pour la planification de la supply chain appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Top Applications for IoT in the Food and Beverage Retail Industry

With the rise of hardware and software platforms to connect every object in the physical world to the Internet, IoT is a trend that has come a long way. It is molding how people interact with their environment and how they have come to rely on smartphones and the Internet to fulfill daily tasks and requirements. And similar to a lot of industries, it is also making its way into the food and beverages industry. IoT is making every aspect of the food industry smarter through a combination of IoT smart connected products gathering data throughout the supply chain and intelligent algorithms, converting them into smart insights. Let us take a look at some applications within the industry that are already transforming how we think about food manufacturing, processing, and safety.

1. Supply Chain Management, Traceability, and Product Recall

A combination of digital tags on everyday consumer products and tracking sensors on transportation facilities can enable manufacturers to keep track of their products at every stage within the supply chain, leading to more efficient and leaner supply chain operations. Zeroing on and connecting to the source of production to initiate product recalls in case of damaged goods becomes simpler and faster by connecting every item on a batch and serial level to the Internet. Brands can ensure ingredients for finished food products are all sourced ethically and responsibly while providing this information to their customers if individual ingredients are also hooked to the web. 

Source de l’article sur DZONE

Quels bénéfices, quel intérêt à faire un audit des fournisseurs ?

Abordons le domaine des Achats, en terme d’interventions en Conseil organisationnel-processus-méthodologies, abordé de fait sous l’angle d’actions en amélioration, professionnalisation et « best practice » ; ou autrement dit, sur un plan technique, d’actions sur la réduction des coûts, la rationalisation du panel Fournisseurs, l’outsourcing de familles d’achats, etc.

Qu’est-ce que l’audit des fournisseurs ?

Définition : Pratique qui permet d’évaluer son Fournisseur, à l’aide d’une méthode et d’un outil, sur plusieurs critères et axes (ex : pour les principaux axes, ceux de Qualité – Coût – Délai) d’analyses prédéfinis. Le processus d’audit est piloté par l’Acheteur, mais les acteurs sont bien plus larges. Ils peuvent être, par exemple, les Prescripteurs, les Comptables, les Qualité/BE, les Approvisionneurs.
Résultat : Il résulte de l’évaluation d’un Fournisseur, une Note finale et des Notes intermédiaires, puis des restitutions graphiques, inhérentes aux choix faits sur les niveaux de pondération et système de notation lors de la mise en oeuvre de la pratique.
But : Cette pratique permet d’apprécier un Fournisseur selon ses propres critères ou sa stratégie achat, de le situer selon ses concurrents, et d’aviser de la suite du partenariat selon les résultats obtenus, voire les résultats obtenus au terme du plan d’actions correctives.
Evolution : Hier, la pratique était réalisée par l’Acheteur, pratiquement seul et pour sa famille d’achats.
Aujourd’hui, certaine Organisation (surtout les grands Groupes) ont mis en place des Départements dédiés, qui rendent compte aux Acheteurs. La pratique s’est fortement professionnalisée avec l’évolution des Achats. Ceci dit, à ce jour, certaines Entreprises n’évaluent toujours pas leurs Fournisseurs.
A eux, s’adressent ce message ou à ceux qui aimeraient améliorer leur façon de faire.

Quels bénéfices tirer d’un audit des fournisseurs ?

Le « processus » en soi et les « résultats » obtenus proposent plusieurs centres d’intérêts.
D’un point de vue « processus », quelques-uns des bénéfices sont le développement de la proximité avec son Fournisseur et ses Prescripteurs, l’évolution du partenariat, l’assise de l’Acheteur face à son Fournisseur (une équité de la relation souvent rétablie, un respect réciproque), …
D’un point de vue « résultats », quelques apports résident en l’évolution du Fournisseur par sa mise en oeuvre des actions correctives qui lui ont été assignées par un accord commun, l’émergence de leviers de réduction des coûts pour l’Acheteur lesquels apparaissent sous des composantes du prix plus visibles et dissuasives du côté du Fournisseur, ou encore, le bénéfice de l’évitement d’une perte financière importante.

Audit de ses fournisseurs

Des exemples évocateurs…

Une Structure pour laquelle j’ai défini et mis en place les méthodologie et outil d’audit des Fournisseurs, aurait pu éviter une perte d’exploitation d’une valeur de 136.5 K€ par la démarche de l’évaluation. Le problème d’origine technique ; les visites sur site des Techniciens n’ont pas suffi. Qui puis est, ce manque à gagner représente la moitié du prix d’achat de l’équipement qui a dysfonctionné, engendrant une perte financière non
négligeable.
Je ne vous ai pas présenté volontairement, les axes d’évaluation possibles, les critères d’audit, les niveaux de pondération ou systèmes de notations, les outils disponibles, les outils achats de sélection des Fournisseurs, le suivi est les types d’actions correctives … ce n’est pas le sujet et ce serait trop dense.
Sachez juste, que ces éléments sont adaptables à vos familles et stratégies d’achats puis à vos marchés Fournisseurs.

Quel pourrait être le coût d’une mise en oeuvre ?

Outre le coût, intéressons-nous au ROI.
Ma dernière intervention d’une durée de 3,5 mois sur le sujet, a permis d’atteindre le ROI sous 2 mois, avec un coût de mise en oeuvre représentant 0,4% du CA Achats (ne considérant que le CA réalisé auprès des Fournisseurs de Cl. A-B multi familles).

 

Quelle est votre maturité Achat ? Comment challenger vous vos Fournisseurs ? Quelle connaissance avez-vous de vos Fournisseurs ? etc.
Besoin d’auditer vos fournisseurs ? Rencontrons-nous pour en parler.

 

Sandrine
Consultante Ankaa Engineering®
Professionnelle de 20 ans en Management de la fonction Achat et en Conseil organisationnel et de transformation, Sandrine a travaillé au sein d’environnements multiculturels, aux côtés d’équipes pluridisciplinaires.
Elle a exercé aussi bien auprès de grands Groupes que de PME-PMI, lui permettant ainsi d’approcher des problématiques différentes, des modes de fonctionnement hétérogènes, des circuits de décisions variés, des priorités et enjeux originaux.
Le parcours à dominante industrielle de Sandrine, lui a donné la possibilité de développer certaines compétences dont quelques-unes la distinguent ; telles qu’une double compétence métier, une bonne capacité d’adaptation, un fort sens du résultat et du service, une grande pratique de méthodes et outils métiers.
Ses domaines de prédilection :

  • Strategies achats – Optimisation de processus – Organisation – Methode
  • Sourcing, negociation, contractualisation
  • Pilotage de projets et changements – Evaluation sous KPI
  • Perimetres internationaux, Gestion simultanee, Management transverse

Données logistiques de traçabilité et standard EPCIS de GS1

Les besoins de traçabilité passent par un concept d’emballage unique permettant la garantie suivre un seul et même produit.
Ce concept répond particulièrement au besoin d’endiguer les contre-façons sur les différents marchés.

Apporter la garantie de produit original grâce à une identification unique de chaque article fabriqué, via la sérialisation de son emballage.
Cette nouvelle contrainte réglementaire permet le suivi du produit dans son cycle de vie de son expédition jusqu’à sa consommation.

Le standard EPCIS de GS1 s’impose au niveau international tant chez les fabricants que chez les distributeurs qui voient un moyen d’assurer la traçabilité du produit de sa date de fabrication jusqu’à celle de péremption dans l’ensemble des étapes de son acheminement jusqu’au consommateur et ce dans le monde entier.

Code à barre 2D Datamatrix

Pour ce faire, un code à barre 2D de type Datamatrix est apposé sur l’emballage du produit.

Code à barre
Chaque intervenant dans la chaîne logistique d’acheminement vers le consommateur opère une lecture de ce traceur qui restitue au moins 3 valeurs : l’identifiant du produit, le numéro de lot de fabrication et la date de péremption.

Ces valeurs permettent un suivi optimisé des produits qui peuvent être retirés du circuit de vente à tout moment, quel que soit leur position dans le circuit d’acheminement, et ce avant la vente au consommateur.

Ainsi dans le cadre de la lutte contre les copies de médicament les états européens définissent des directives visant à combattre les importations illégales et donc l’identification unique des produits des filières officielles.
La directive 2011/62/UE, évolution de la directive 2001/83/CE, vise à lutter contre les médicaments falsifiés.

Concernant les capacités de vérification de l’authenticité, cela passe par l’apposition d’une clé d’identification unique des boites de médicaments et la vérification d’absence d’effraction de l’emballage.

Boites de médicament

L’EFPIA (Fédération Européenne des Associations et Industries Pharmaceutiques) recommande l’utilisation du code à barre Datamatrix et envisage à terme le recours à une base de données centralisée qui permettra de vérifier l’unicité d’un emballage et donc en cas de doublon détecté de suspecter la présence d’un produit falsifié.

Norme EPCIS de GS1

Le standard GS1 fournit les descriptifs des données et leur format d’échange au sein de la norme EPCIS.

L’application généralisée de la directive 2011/62/UE  aux pays membres de la communauté est prévue pour 2017.
Aux Etats-Unis, une réglementation similaire sera appliquée dès 2015 avec une traçabilité du n° de lot puis dès 2017, une traçabilité exigée à l’emballage.
Enfin en 2023, le conditionnement de transport de chaque boite de médicament devra être enregistré (boite regroupées dans un colis, lui même rangé dans une caisse, caisse empilées sur une palette).

Nous sommes bien dans la traçabilité des emballages.

Ecotaxe Poids Lourds et information CO2 des prestations de transports – Source Inddigo

Un article intéressant et instructif publié sur le site de notre client Inddigo relatif à l’écotaxe PL et les obligations d’information CO2.

Le 1er octobre 2013 restera gravé dans les annales du monde du transport, et plus particulièrement du transport routier de marchandises. Si le calendrier est respecté, la nouvelle écotaxe poids lourds entrera en effet en vigueur le même jour que l’obligation d’afficher l’impact CO2 des prestations de transport. Comment vont-elles se traduire et quels sont les impacts pour les parties intéressées, professionnels des transports comme entreprises faisant appel à des prestations de transports ?

En savoir plus