Articles

Accélérez les décisions pour tenir le coup en ces temps de disruption sans précédent

Le climat économique et social actuel a mis les entreprises de toutes tailles face à des défis inédits. Notre époque n’avait encore jamais connu de tels chamboulements, à la fois internes et externes. Les directeurs et services financiers, qui s’efforcent de bien gouverner leur entreprise, vivent sans doute les moments les plus difficiles de leur carrière.

À l’heure actuelle, le directeur financier et surtout l’équipe de planification et d’analyse financières doivent continuer d’avancer malgré de nombreuses incertitudes, notamment :

  • l’impact des perturbations des canaux de ventes sur le chiffre d’affaires
  • la gestion du flux de trésorerie et des liquidités
  • la gestion des dépenses et la maîtrise des coûts
  • les projections financières optimistes et les conseils basés sur des suppositions floues

Incertitudes et choix à faire

Pour le service de planification et d’analyse financières, ce ne sont pas des questions isolées, mais tout un ensemble de problèmes et de doutes qu’il faut gérer de manière globale. Faut-il puiser dans une ligne de crédit pour préserver la fluidité du fonds de roulement ? Le flux de trésorerie et les liquidités actuels permettront-ils de couvrir les dépenses à court terme ainsi que les initiatives de capital actuelles et à venir ? Peut-on bénéficier des programmes gouvernementaux d’aide salariale ? Que dire aux actionnaires sur les prévisions du solde de l’année ? Existe-t-il des moyens d’aider nos clients à réussir ?

Ces questions se posent aux services financiers, mais aussi à l’ensemble de l’entreprise, dont les différentes équipes se penchent sur les budgets et les tactiques envisageables.

  • Les programmes actuels tiennent-ils compte du marketing ?
  • La chaîne logistique est-elle confrontée à des disruptions ?
  • Quelles sont les conséquences pour la planification de la demande
  • Quelles sont les suggestions des RH concernant les niveaux d’effectifs actuels, et quels effets auront-elles sur les résultats ?

Il faut regrouper tous ces budgets et modèles individuels en une vue unique pour pouvoir comprendre les interdépendances.

Planification d’entreprise collaborative pour éliminer les silos

Un paradigme de planification moderne permettrait de résoudre facilement ces problèmes : la planification d’entreprise collaborative. Elle consiste entre autres à éliminer les silos, et ainsi à relier instantanément toutes sortes de plans. Les finances disposent donc d’un aperçu réel de la santé financière actuelle pour ne prodiguer que les conseils les plus avisés. Par exemple, elles peuvent évaluer l’impact d’un plan commercial sur les campagnes marketing, ou relier un processus S&OP (ventes et opérations) rapproché à un plan financier. Un analyste peut déterminer quel plan d’effectifs pourrait impacter la productivité des collaborateurs et la trésorerie.

Les finances doivent aussi pouvoir prendre des décisions rapides. Grâce à la planification d’entreprise collaborative, le service financier n’est pas tenu de suivre les plans établis. Aujourd’hui, on ne peut plus travailler dans un environnement où les plus mauvais services financiers repoussent les décisions parce qu’ils utilisent des feuilles de calcul et outils de planification obsolètes. Si au contraire ils disposent des technologies adéquates, ils pourront instantanément simuler l’impact de plusieurs scénarios. Les outils d’analyse modernes associés aux outils d’analyse prédictive et au Machine Learning leur permettront de suivre les recommandations pour obtenir les meilleurs résultats. Quant aux tableaux de bord et à la visualisation intégrée, ils offrent aux utilisateurs finaux un reporting en temps réel et une expérience esthétiquement agréable avec un risque d’erreur minimal, contrairement aux feuilles de calcul.

Une discussion instantanée pour une prise de décision rapide

Enfin, la plupart des organisations, y compris les services financiers, ont étendu leur capacité de travail à l’espace virtuel ; elles ne sont plus limitées par les murs de l’entreprise. La planification d’entreprise collaborative encourage la discussion instantanée pendant la planification et la prévision. Les problèmes géopolitiques ont eu des répercussions extraordinaires sur les prix des marchandises. Une situation qui, tout comme les problèmes liés à la pandémie, nécessite une collaboration et un consensus immédiats. Les décisions doivent être prises sans délai, sans le soutien des réunions, messages vocaux ou fils d’e-mails.

Avec la planification d’entreprise collaborative, les services financiers peuvent guider leur entreprise pour l’aider à obtenir les meilleurs résultats et à continuer d’avancer dans le bon sens malgré les difficultés du moment. La planification d’entreprise collaborative permet aux finances de comprendre tous les aspects de leur entreprise, de recommander et d’évaluer divers scénarios, de prendre les bonnes décisions, et de se positionner comme les véritables leaders de l’entreprise.

Pour en savoir plus, lisez ce rapport de Ventana Research intitulé « Planification d’entreprise collaborative : Améliorer la valeur opérationnelle de la planification et de la budgétisation à l’échelle de l’entreprise ».

À propos de Pras Chatterjee

Pras Chatterjee est directeur marketing produits principal pour la planification et l’analyse chez SAP, en particulier pour les solutions SAP Analytics Cloud et SAP Business Planning and Consolidation. Avant de rejoindre le service Marketing produits, Pras était directeur du cabinet SAP EPM et responsable des services SAP Business Analytics en Amérique du Nord. Il a également été architecte de solutions pour SAP, spécialisé dans la planification et les consolidations dans le monde entier. Comptable agréé, Pras a travaillé au service financier de diverses sociétés de logiciels, dont plusieurs entreprises du Fortune 500.

The post Accélérez les décisions pour tenir le coup en ces temps de disruption sans précédent appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Atteignez l’excellence des processus avec la SAP Cloud Platform

Comment améliorer, contrôler et automatiser ses processus ? L’utilisation de SAP Cloud Platform permet aux entreprises d’atteindre leurs objectifs de Process Excellence.

Une connaissance fine des processus et la capacité à les améliorer en continu sont les clés de l’excellence opérationnelle de l’entreprise. Ceci nécessite agilité, collaboration, automatisation et intelligence dans les processus.

Cet objectif d’excellence des processus peut être atteint au travers d’un cycle comprenant quatre étapes :

  1. compréhension des processus ;
  2. amélioration des processus ;
  3. automatisation des processus ;
  4. surveillance et ajustement des processus.

« Il est essentiel de comprendre les processus existants, avant de pouvoir les améliorer et en tirer plus de valeur », résume Olivier Enault, Presales for Information & Process Excellence, SAP France. La première phase consiste donc à découvrir les processus au travers de la technologie Process Mining de Celonis, qui va les détecter et les analyser.

Redessiner les processus avec SAP Cloud Platform Workflow

SAP Cloud Platform Workflow va permettre de créer ou redéfinir des processus, de façon transparente et simple. « SAP Cloud Platform Workflow propose un moteur complet de design et d’orchestration des workflows, explique Laurent Rieu, Business Development Director EMEA, SAP. Il permet de digitaliser des processus précédemment basés sur des opérations manuelles (par exemple des échanges de mails) et de les orchestrer de manière rigoureuse. »

L’exemple type de processus RH est l’arrivée d’un nouvel employé. En liaison avec le SI, le processus va enchainer des actions, combinant des règles métiers prédéfinies et des tâches effectuées manuellement. Un premier manager va par exemple vérifier que le coach et le matériel assigné à l’employé sont les bons. Un second va se charger d’organiser le déplacement du nouvel employé, lié à sa formation, etc. Et en fin de chaine, il sera possible de collecter l’expérience utilisateur au travers de l’offre Qualtrics, afin d’améliorer encore ce processus.

Automatiser les processus avec SAP Intelligent RPA

Toutes les tâches sans valeur ajoutée sont ensuite automatisées au travers de SAP Intelligent Robotic Process Automation. « Lancés par les utilisateurs ou déclenchés automatiquement suivant un évènement donné, les robots proposent un ROI très rapide, témoigne Laurent Rieu. Les projets de RPA sont courts (quelques semaines) et libèrent immédiatement du temps pour les collaborateurs de l’entreprise. »

L’objectif n’est pas d’éliminer l’humain de l’équation, mais d’automatiser tout ce qui peut l’être. Selon les cas, les processus seront donc entièrement automatisés (sous la supervision d’un responsable) ou partiellement automatisés, les robots servant alors de lien et de support aux différents intervenants.

Déploiement et surveillance assurés par SAP Cloud Platform

Les processus sont déployés par la suite sur SAP Cloud Platform. Le monitoring est alors pris en charge par SAP Cloud Platform Process Visibility. Cet outil offre une vue en temps réel des processus et de leurs instances et fait remonter immédiatement les informations sous la forme d’indicateurs de performance destinés aux utilisateurs métier. Ainsi, des tableaux de bords permettent d’identifier rapidement tout incident ou ralentissement.

Les informations fournies par SAP Cloud Platform Process Visibility serviront de base à un nouveau cycle d’amélioration et d’automatisation des processus. C’est cette boucle d’amélioration continue qui permettra d’atteindre l’objectif d’excellence des processus.

Accélérer la mise en œuvre des projets de digitalisation et d’automatisation des processus

Maintenant que la proposition de valeur des activités de digitalisation et d’automatisation des processus est claire, la question importante reste la suivante : « Comment accélérer la réalisation de tels projets ? ».

SAP Cloud Platform ne se contente pas de fournir les briques technologiques pour implémenter ces scénarios de digitalisation et d’automatisation des processus. Nous allons plus loin et proposons des modèles complets de processus, de robots d’automatisation et de tableaux de bord de pilotage prêts à l’emploi pour permettre de simplifier la mise en œuvre rapide de tels scénarios, tout en fournissant la flexibilité requise pour assurer l’adéquation entre ces modèles et les besoins de nos clients.

Vous trouverez ainsi une collection grandissante de robots d’automatisation prédéfinis sur notre site en ligne Intelligent RPA Store

Vous trouverez également un ensemble de modèles de processus et de tableaux de bord sur notre site API Business Hub

The post Atteignez l’excellence des processus avec la SAP Cloud Platform appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain

Alors que les collaborateurs commencent à abandonner progressivement cette longue période de travail à distance et à retourner sur leur lieu de travail, les entreprises se demandent à quel moment et de quelle manière il convient de le faire en toute sécurité. Il s’agit d’une tâche essentielle et d’un nouveau défi pour tous, tant pour les employés que pour les responsables des ressources humaines (RH).

Tout d’abord, la santé ainsi que le bien-être des collaborateurs et de leurs familles sont en jeu. Deuxièmement, il existe des risques commerciaux que les employeurs peuvent ne pas prendre en compte, allant du respect de la vie privée au non-respect du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Aux États-Unis, par exemple, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont récemment formulé des recommandations détaillées pour améliorer la sécurité dans les immeubles de bureaux, notamment en contrôlant les températures et les symptômes. Par ailleurs, l’Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) des États-Unis continue de réviser ses lignes directrices aux employeurs afin d’équilibrer le respect du Americans with Disabilities Act (ADA) et des CDC.

Cette situation peut être éprouvante pour n’importe quelle organisation. Nombreuses sont celles qui choisissent d’adopter une longue période de travail à distance avec des horaires flexibles. Les entreprises qui sont implantées dans plusieurs régions se trouvent dans des phases et des environnements très différents. De l’Asie à l’Europe, certaines régions se montrent plus agressives en matière de déconfinement.

La première recommandation que j’adresse aux clients qui envisagent de faire revenir leurs employés au travail en toute sécurité est de commencer par un plan qui intégrera les processus RH. Pour aider les clients de tous les secteurs et de tous les pays à gérer cette transition, SAP a publié les principales mises à jour de la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits Management ainsi que l’application partenaire Guardian by AlertEnterprise.

Une technologie SAP tournée vers l’avenir pour un lieu de travail sûr et sain

Au lancement, la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits avait un cas d’utilisation particulier, comme en témoigne son nom. Cependant, en travaillant avec ses clients pour étendre ses capacités, SAP a découvert de nombreux cas d’utilisation autour du suivi des certificats, des licences, des justificatifs et de bien d’autres choses encore qui sont particulièrement pertinentes aujourd’hui. Grâce à cette solution, les utilisateurs peuvent désormais contrôler le processus visant à faire revenir les employés au bureau tout en automatisant l’application de politiques complexes et évolutives en matière de santé et de sécurité liées au COVID-19 pour mieux protéger les personnes.

En quoi ces outils sont-ils utiles ?

Pour assurer un retour au travail sûr et sain, voici une approche en trois étapes qui vous permettra de démarrer.

Préparation

Grâce à la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits, soutenez le déconfinement tout en minimisant les risques, et gérez les procédures de santé et de sécurité qui encadrent le retour au travail des collaborateurs.

  • Prévoyez pour vos collaborateurs un moyen sûr d’envoyer les documents, comme une preuve de certificat numérique de santé ou des justificatifs, avant leur retour au travail.
  • Suivez les coûts du dépistage. Les fonctionnalités de libre-service permettent aux utilisateurs de remplir et de soumettre des documents afin de réduire le travail manuel.
  • Gérez les renseignements médicaux sensibles des collaborateurs. Par exemple, les lignes directrices de l’EEOC précisent que l’ADA demande que les renseignements médicaux concernant un employé soient stockés séparément du dossier personnel de l’individu afin de limiter l’accès aux informations confidentielles. Autrement dit, au lieu de stocker les nouveaux renseignements médicaux dans SAP SuccessFactors Employee Central, ces informations peuvent être gérées dans SAP SuccessFactors Visa and Permits, ce qui contribue à la fois à sécuriser les données et à protéger les collaborateurs.
  • Réduisez le risque d’encourir de lourdes sanctions financières, comme le non-respect du RGPD en matière de « traitement de catégories particulières de données à caractère personnel ». Respectez les réglementations légales supplémentaires et les règles en matière de confidentialité des données, comme la Health Insurance Portability And Accountability Act ou HIPAA.
  • Configurez les processus de notification, d’approbation, de renouvellement et plus. Les tableaux de bord fournissent un aperçu de la conformité, et les actions en temps réel permettent aux entreprises de gérer en toute confiance leur personnel dans un environnement en constante évolution.
  • En ce qui concerne l’intégration, les entreprises ont la possibilité de simplifier le processus d’embauche afin de traiter les formalités administratives le plus tôt possible pour que les nouveaux collaborateurs puissent commencer à travailler.

Prévention

Faites revenir le personnel non essentiel au bureau en toute sécurité grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Access Governance.

  • Contrôlez le nombre de personnes dans les locaux, gérez l’accès aux sites qui sont temporairement saturés et autorisez de nouveaux modes de travail par roulement
  • Prévoyez un système d’autodéclaration et d’autoattestation avec un rétablissement contrôlé de l’accès au lieu de travail déterminé par la politique. Par exemple, les employés et les visiteurs peuvent s’autoévaluer et vérifier s’ils ont de la fièvre, si quelqu’un dans leur foyer a été déclaré positif au COVID-19, etc.
  • Gérez les contrôles d’entrée au site grâce au libre-service pour les contrôles préalables, comme les contrôles de température, avec l’application de politiques et la gestion de l’accès.
  • Mettez en place des systèmes de badges et de sécurité pour gérer l’accès à l’espace de travail et contribuer à l’application des politiques de l’entreprise, comme avec le retrait automatique de l’accès.

Détection

Minimisez les risques permanents grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Intelligence Tracker et protégez votre lieu de travail.

  • Utilisez les analyses pour suivre les personnes qui ont été exposées au COVID-19 ou qui pourraient l’être. Cette technologie permet de suivre une infection suspecte ou confirmée et de détecter les personnes ainsi que les zones susceptibles d’avoir été exposées au virus.
  • Déterminez les zones exposées pour les mettre en quarantaine ou les assainir. Les zones à haut risque peuvent alors être désinfectées, et les personnes à haut risque peuvent se voir retirer leur accès de sécurité.
  • Prenez des décisions à partir de données concrètes, comme les niveaux d’exposition, les cartes thermiques de localisation, et d’autres analyses de santé et de sécurité.

En ce qui concerne le déconfinement, les clients comprennent qu’il ne s’agit pas de revenir au travail comme si de rien n’était. Ils savent que le déconfinement ne se résume pas à choisir une date pour ouvrir les portes et à distribuer du gel hydroalcoolique. En cette période d’incertitude, ils veulent apprendre à préserver la santé, la sécurité et la sûreté de leurs collaborateurs et clientèle.

Si chacun doit jouer son rôle en assumant une responsabilité personnelle, les employeurs peuvent ouvrir la voie à un retour au travail sûr et sain.

 

Imran Sajid est le directeur international de la gestion du capital humain pour SAP SuccessFactors.

Publié pour la première fois en anglais sur news.sap.com

The post Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

SAP Business Technology Platform: Un trio entre excellence, intégration et extension des données

WALLDORF, Allemagne – 18 juin 2020SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé aujourd’hui de nouvelles capacités, des améliorations et une plus grande unification du portefeuille Business Technology Platform pour aider les entreprises à transformer les données en valeur commerciale.

La plateforme technologique de SAP permet aux développeurs et aux utilisateurs d’accéder à des services et des outils intégrés de bout en bout pour réaliser une valeur ajoutée dans trois domaines essentiels de l’informatique : l’excellence des données, l’intégration des processus et leur extension.

L’annonce a été faite lors de la conférence SAPPHIRE NOW® Converge, qui se tient en ligne du 15 au 19 juin 2020.

« De nombreux clients avec lesquels j’ai échangé ont exprimé le besoin d’agilité et de rapidité d’exécution, rendu encore plus urgent par la pandémie COVID-19 », a déclaré Juergen Mueller, CTO et membre du conseil d’administration de SAP. « Pour réaliser ces deux objectifs, la technologie devient encore plus importante, et SAP peut aider à relever ces défis. Nous avons apporté des améliorations significatives à chaque composante majeure de notre plate-forme technologique pour aider les clients de tous les secteurs à surmonter les obstacles liés à l’omniprésence des données, à la complexité des technologies de l’information et à la volatilité des affaires ».

Des organisations telles que Parkland Health and Hospital System à Dallas utilisent la SAP Business Technology Platform combinée à la Qualtrics® XM Platform pour la gestion de l’expérience ainsi que prédire l’activité et les ressources nécessaires pour l’accueil et le suivi des patients, un besoin critique pendant la crise COVID-19.

« À Parkland, nous nous consacrons à la santé et au bien-être des individus et des communautés que nous adressons en fixant la norme d’excellence pour les systèmes de santé publics et universitaires », a déclaré Scott Harrison, directeur des données du système de santé et des hôpitaux de Parkland. « Notre personnel clinique utilise des tableaux de bord numériqiues construits avec la Business Technology Platform de SAP pour l’analyse et la planification, et la plate-forme Qualtrics XM pour l’analyse des sentiments. Nous estimons qu’un socle technologique totalement intégré est essentiel pour les plus de 240 000 patients des urgences que nous soignons chaque année, et pour soutenir notre croissance et nos innovations futures ».

L’unité commerciale Henkel Adhesive Technologies, leader mondial des adhésifs, des mastics et des revêtements fonctionnels, met au point une application pour ses quelques 4 500 représentants commerciaux, basée sur la SAP Business Technology Platform. « Nous voulons créer un environnement de travail numérique moderne et efficace, en augmentant la vitesse et l’efficacité des activités de vente et en renforçant ainsi l’expérience des clients dans le monde entier », a déclaré Sascha Latzberg, Directeur Sales & Channel Excellence CRM chez Henkel Adhesive Technologies. « Notre plateforme numérique CRM nous permet d’être rapides et flexibles et accroît l’indépendance des représentants commerciaux qui se déplacent et travaillent depuis leur domicile. Avec l’aide de la SAP Business Technology Platform et de nos analyses avancées, nous pouvons exploiter les données CRM pour obtenir des informations qui nous aident à créer une valeur ajoutée pour nos clients ».

Que ce soit sur site, dans le cloud ou dans un modèle hybride, la SAP Business Technology Platform permet aux entreprises de :

Excellence des données

Cette année marque le dixième anniversaire de SAP HANA, qui compte désormais plus de 32 400 clients. La dernière version, SAP HANA 2.0 SPS 05, devrait être livrée à la fin du mois de juin. Elle prendra en charge des scénarios hybrides avec la plate-forme de données SAP HANA Cloud et offrira de nouvelles fonctionnalités, notamment l’extension de stockage natif SAP HANA améliorée pour simplifier la gestion des données et réduire le coût total de possession. Selon les prévisions d’IDC, les clients de SAP HANA obtiendront un retour sur investissement moyen de 679 % sur cinq ans. Le Cloud SAP HANA fournit une base puissante de gestion et d’analyse des données pour les solutions d’innovation telles que le Cloud SAP Data Warehouse.

Elle est maintenant disponible sur Amazon Web Services, en plus de Microsoft Azure, pour offrir une plus grande flexibilité et un plus grand choix aux clients qui passent au cloud. SAP prévoit un essai ouvert pour SAP HANA Cloud début juillet.

SAP Data Warehouse Cloud et SAP Analytics Cloud comprennent une gamme étendue de scenarios pré-construits de bout en bout qui répondent aux questions commerciales et techniques clés des entreprises qui cherchent à obtenir rapidement des informations à partir de données.

La dernière mise à jour de SAP Data Warehouse Cloud inclut du contenu métier pour le secteur du retail. Un écosystème en pleine croissance, avec des centaines de partenaires devrait fournir davantage de contenu et de connecteurs de données pré-construits pour le Data Warehouse Cloud de SAP sur le SAP App Center.

Afin d’aider les utilisateurs et les analystes à créer plus facilement des modèles de données compréhensibles en utilisant des termes commerciaux, la nouvelle fonction de couche commerciale de SAP Data Warehouse Cloud est prévue pour le début du troisième trimestre 2020. SAP Data Warehouse Cloud offrira également également une fonctionnalité intégrée de flux de données, permettant aux clients de choisir parmi une large gamme de connecteurs pour construire des processus d’intégration de données hautement évolutifs vers et depuis n’importe quelle source de données.

SAP Data Warehouse Cloud est plus étroitement intégré à SAP Analytics Cloud pour un environnement de données et d’analyse plus unifié. Cela permet d’obtenir une image claire et précise de toutes les données afin de transformer les analyses en véritables informations commerciales. La plateforme SAP BusinessObjects™ Business Intelligence 4.3 est sortie le 12 juin 2020 et est plus étroitement intégrée à SAP Analytics Cloud pour une transition plus facile vers le cloud. Les fonctionnalités de planification et de prévision sont intégrées dans la dernière mise à jour de SAP Analytics Cloud pour une planification plus rapide et plus puissante, et sont actuellement disponibles pour un essai gratuit.

Découvrez comment des entreprises telles que Porsche AG, Geberit AG, et Idorsia Pharmaceuticals Ltd, prévoient d’utiliser la puissance du Cloud SAP HANA, du Cloud SAP Data Warehouse, du Cloud SAP Analytics et de la plate-forme SAP Cloud.

Intégration

Grâce à la nouvelle tarification simplifiée de SAP Cloud Platform Integration Suite, les clients peuvent bénéficier d’un package basé sur la valeur et d’une tarification attractive ainsi que d’un achat et d’une consommation simplifiés des services d’intégration. Les clients peuvent désormais s’inscrire une seule fois pour utiliser toutes les fonctionnalités au lieu de devoir passer par plusieurs services sous licence. Cela leur offre la possibilité de consommer un service de la suite à la demande à tout moment grâce à un système de mesure simplifié basé sur des messages. En outre, SAP fournit des packs d’intégration pré-construits entre les applications SAP avec des messages standard sans frais supplémentaires.

Extension

Les améliorations apportées aux flux de travail grâce à la suite SAP Cloud Platform Extension Suite et les nouveaux ensembles de contenus de processus en direct aideront les clients à adapter et à étendre leurs processus commerciaux à la volée et en temps réel pour répondre à l’évolution des demandes et accroître l’efficacité.

Les experts en processus métier peuvent désormais gérer les flux de travail sur les processus en cours d’exécution, comme pour l’approbation des dépenses d’investissement, en utilisant un outil dédié pour découvrir, configurer et exécuter les extensions d’applications, le tout sans l’aide d’un service informatique. Il en résulte un temps de valorisation plus court et des coûts de mise en œuvre plus faibles.

Honeywell et SAP ont récemment annoncé qu’ils s’étaient associés pour créer une solution commune basée sur le cloud pour le secteur de l’immobilier. La solution, qui devrait être basée sur Honeywell Forge et SAP Cloud Platform, vise à rationaliser les données opérationnelles et commerciales pour gagner en efficacité, à améliorer les performances de l’entreprise en obtenant des informations commerciales précieuses et à améliorer la gestion de l’expérience des employés grâce à une analyse puissante des données sur les sentiments.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Pour connaitre les nouveautés annoncées lors du SAPPHIRE, cliquer ici.

Trouvez, essayez et achetez des solutions SAP en ligne sur SAP Store et SAP.com.

Pour en savoir plus, regarder cette vidéo d’expert.

The post SAP Business Technology Platform: Un trio entre excellence, intégration et extension des données appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

PCA PRA PCI PRI et PCC = SOS

Nombre d’amalgames sont faits lorsque sont abordés les plans de continuité d’activité, de reprise d’activité, de continuité informatique…
Tentons de clarifier les éléments de vocabulaire.

PCA : Haute disponibilité de la production

Le Plan de Continuité d’Activité (PCA) définit pour l’entreprise les architectures, les moyens et les procédures nécessaires pour assurer une continuité de son activité.
En cas d’incidents, de toute taille et toute nature, l’activité des métiers n’est pas interrompue.
Nous retrouvons ici la mise en oeuvre d’équipements, de procédures qui garantissent la continuité d’activité comme par exemple un système de production électrique en cas de défection du fournisseur d’énergie, des lignes de production « clonées » pour garantir la poursuite de fabrication en cas d’arrêt machines inopinés.

PRA : Reprise en cas de sinistre

Organisation palliative en cas d’absence de PCA, ou élément complémentaire du PCA, le Plan de Reprise d’Activité (PRA) est l’ensemble des processus qui permettent de repartir après un sinistre. Bien souvent sont définis des modes dégradés qui permettent à l’entreprise de redémarrer son activité, dans des locaux de transition, avec des solutions de gestion manuelles. Le sinistre pouvant être la cause d’une dégradation partielle ou totale des outils de production et de gestion. La priorité est de faire repartir les moyens de production ou de service pour reprendre le service client au plus vite et ne pas entraîner d’impacts commerciaux préjudiciables pour la société.

PCI et PRI : Pour les informaticiens

Les directions des systèmes d’information doivent à leur niveau assurer une mise en oeuvre de Plan de continuité et de reprise d’activité informatique.
Pour l’informaticien, d’une part Recovery Time Objective (RTO) qui correspond à la durée nécessaire à une « remise en production » d’un environnement informatique et d’autre part Recovery Point Objective (RPO) qui correspond à la période de données non récupérables, sont parmi les principaux indicateurs.

L’amalgame de terminologie est souvent fait entre métiers et DSI.  PRA et PCA sont utilisés par tous.
Dans l’approche développée chez Ankaa Engineering, nous provoquons une distinction entre les périmètres de responsabilité des métiers et ceux de la DSI.
Nous avons trop souvent rencontré des entreprises dans lesquelles la mise en oeuvre d’un PCA et PRA avaient été transmis à la DSI, DSI qui réduisait à son stricte périmètre de responsabilité son étude et mise en oeuvre de plans.
L’usage de terminologies appropriées apporte une clarification des périmètres et responsabilités.

PCC : L’oublié

Le Plan de Communication en cas de Crise (PCC) est très souvent oublié alors qu’il est essentiel et fondamental.
Deux niveaux sont à considérer :
– L’identification des indicateurs et de leurs  seuils respectifs de déclenchement des PCA, PRA, PCI, PRI (quand doit on activer le(s) plan(s) et comment).
– La diffusion et le contrôle de connaissance des procédures associées aux plans auprès de l’ensemble des salariés et sous-traitants.

La communication en cas de crise aborde en second lieu les besoins éventuels de relations publiques et presse.

Plan SOS

SOS : Le plan général

Selon l’approche méthodologique Ankaa Engineering®, PCA PRA PCI PRI et PCC composent l’ensemble du Suivi Opérationnel de Service (SOS).

Respect des contraintes réglementaires (BALE, SARBANES OXLEY, etc) , priorité aux opérations métier servent de base à l’identification des activités critiques.
A l’inverse d’une approche strictement basée sur le nombre d’appels téléphoniques susceptible d’être reçus par le service support, le serveur à reconstruire ou redémarrer en premier n’est pas celui de la messagerie (Oups !)…mais bien celui qui permet à la production de repartir (GPAO, GC, CRM, etc) et aux factures de ventes d’être émises.

Une analyse de l’exposition aux risques (AMDEC) permet de limiter le périmètre des plans et donc les budgets associés.
Plus l’objectif  de continuité est ambitieux, plus les budgets à affecter aux contournement des risques sont conséquents.

Consultations fournisseurs, aménagements techniques, simulation de crise et rédactions de procédures demandent du temps.
Les processus à activer par les salariés et sous-traitants en cas de crise demandent une organisation de suivi à l’intégration.

Et le travail dans ce domaine est perpétuel…
Chaque changement de processus métier, organisationnel ou réglementaire demandera un contrôle de cohérence du plan en place et un alignement en cas d’écarts.

Gérer un SOS est un vrai métier.

Quels bénéfices, quel intérêt à faire un audit des fournisseurs ?

Abordons le domaine des Achats, en terme d’interventions en Conseil organisationnel-processus-méthodologies, abordé de fait sous l’angle d’actions en amélioration, professionnalisation et « best practice » ; ou autrement dit, sur un plan technique, d’actions sur la réduction des coûts, la rationalisation du panel Fournisseurs, l’outsourcing de familles d’achats, etc.

Qu’est-ce que l’audit des fournisseurs ?

Définition : Pratique qui permet d’évaluer son Fournisseur, à l’aide d’une méthode et d’un outil, sur plusieurs critères et axes (ex : pour les principaux axes, ceux de Qualité – Coût – Délai) d’analyses prédéfinis. Le processus d’audit est piloté par l’Acheteur, mais les acteurs sont bien plus larges. Ils peuvent être, par exemple, les Prescripteurs, les Comptables, les Qualité/BE, les Approvisionneurs.
Résultat : Il résulte de l’évaluation d’un Fournisseur, une Note finale et des Notes intermédiaires, puis des restitutions graphiques, inhérentes aux choix faits sur les niveaux de pondération et système de notation lors de la mise en oeuvre de la pratique.
But : Cette pratique permet d’apprécier un Fournisseur selon ses propres critères ou sa stratégie achat, de le situer selon ses concurrents, et d’aviser de la suite du partenariat selon les résultats obtenus, voire les résultats obtenus au terme du plan d’actions correctives.
Evolution : Hier, la pratique était réalisée par l’Acheteur, pratiquement seul et pour sa famille d’achats.
Aujourd’hui, certaine Organisation (surtout les grands Groupes) ont mis en place des Départements dédiés, qui rendent compte aux Acheteurs. La pratique s’est fortement professionnalisée avec l’évolution des Achats. Ceci dit, à ce jour, certaines Entreprises n’évaluent toujours pas leurs Fournisseurs.
A eux, s’adressent ce message ou à ceux qui aimeraient améliorer leur façon de faire.

Quels bénéfices tirer d’un audit des fournisseurs ?

Le « processus » en soi et les « résultats » obtenus proposent plusieurs centres d’intérêts.
D’un point de vue « processus », quelques-uns des bénéfices sont le développement de la proximité avec son Fournisseur et ses Prescripteurs, l’évolution du partenariat, l’assise de l’Acheteur face à son Fournisseur (une équité de la relation souvent rétablie, un respect réciproque), …
D’un point de vue « résultats », quelques apports résident en l’évolution du Fournisseur par sa mise en oeuvre des actions correctives qui lui ont été assignées par un accord commun, l’émergence de leviers de réduction des coûts pour l’Acheteur lesquels apparaissent sous des composantes du prix plus visibles et dissuasives du côté du Fournisseur, ou encore, le bénéfice de l’évitement d’une perte financière importante.

Audit de ses fournisseurs

Des exemples évocateurs…

Une Structure pour laquelle j’ai défini et mis en place les méthodologie et outil d’audit des Fournisseurs, aurait pu éviter une perte d’exploitation d’une valeur de 136.5 K€ par la démarche de l’évaluation. Le problème d’origine technique ; les visites sur site des Techniciens n’ont pas suffi. Qui puis est, ce manque à gagner représente la moitié du prix d’achat de l’équipement qui a dysfonctionné, engendrant une perte financière non
négligeable.
Je ne vous ai pas présenté volontairement, les axes d’évaluation possibles, les critères d’audit, les niveaux de pondération ou systèmes de notations, les outils disponibles, les outils achats de sélection des Fournisseurs, le suivi est les types d’actions correctives … ce n’est pas le sujet et ce serait trop dense.
Sachez juste, que ces éléments sont adaptables à vos familles et stratégies d’achats puis à vos marchés Fournisseurs.

Quel pourrait être le coût d’une mise en oeuvre ?

Outre le coût, intéressons-nous au ROI.
Ma dernière intervention d’une durée de 3,5 mois sur le sujet, a permis d’atteindre le ROI sous 2 mois, avec un coût de mise en oeuvre représentant 0,4% du CA Achats (ne considérant que le CA réalisé auprès des Fournisseurs de Cl. A-B multi familles).

 

Quelle est votre maturité Achat ? Comment challenger vous vos Fournisseurs ? Quelle connaissance avez-vous de vos Fournisseurs ? etc.
Besoin d’auditer vos fournisseurs ? Rencontrons-nous pour en parler.

 

Sandrine
Consultante Ankaa Engineering®
Professionnelle de 20 ans en Management de la fonction Achat et en Conseil organisationnel et de transformation, Sandrine a travaillé au sein d’environnements multiculturels, aux côtés d’équipes pluridisciplinaires.
Elle a exercé aussi bien auprès de grands Groupes que de PME-PMI, lui permettant ainsi d’approcher des problématiques différentes, des modes de fonctionnement hétérogènes, des circuits de décisions variés, des priorités et enjeux originaux.
Le parcours à dominante industrielle de Sandrine, lui a donné la possibilité de développer certaines compétences dont quelques-unes la distinguent ; telles qu’une double compétence métier, une bonne capacité d’adaptation, un fort sens du résultat et du service, une grande pratique de méthodes et outils métiers.
Ses domaines de prédilection :

  • Strategies achats – Optimisation de processus – Organisation – Methode
  • Sourcing, negociation, contractualisation
  • Pilotage de projets et changements – Evaluation sous KPI
  • Perimetres internationaux, Gestion simultanee, Management transverse

Pourquoi avoir une démarche SAM (Software Asset Management) ?

Qu’est-ce que la SAM (Software Asset Management) ?

Sam, Software Asset Management ou en français, Gestion des Actifs Logiciels est la démarche correspondant à gérer le cycle de vie des logiciels déployés sur l’ensemble du Système d’Information.

Depuis 2012 la Gestion des Actifs Logiciels est encadrée par la norme Iso 19770-1 définissant des niveaux de maturité et proposant des phases d’implémentation.

Pourquoi mettre en place une démarche SAM ?

– Parce que ne pas en avoir, expose l’entreprise ou la collectivité aux risques suivants :

o Risque financier : En cas de non-conformité constatée, l’entité devra acheter les licences pour son usage actuel voire son usage passé.

o Risque Juridique : Les articles L331-1 du code civil et l335-4 du code pénal fixent les pénalités encourues en cas de condamnation pouvant aller jusqu’à 300000€ d’amende et 3 ans d’emprisonnement.

o Risque d’image : Une entreprise condamnée pour une mauvaise utilisation des licences s’expose à ces deux risques en termes d’image :

 Mise en cause de son intégrité par ses clients.

 Mise en cause de son honnêteté par ses fournisseurs.

o Risque Technique

Trois risques techniques majeurs peuvent être identifiés :

 Cessation de fonctionnement d’un logiciel soumis à clé d’activation par période .

 Impossibilité d’avoir l’assistance technique de l’éditeur en cas de dysfonctionnement.

 Impossibilité de déployer des correctifs de sécurité face à une faille de sécurité découverte et publiée.

 SAM Software Asset Management

– Parce qu’avoir une vraie démarche SAM permet :

o De gagner du temps de disponibilité des équipes internes lors des audits des éditeurs ou de la BSA (Business Software Alliance).

o De démontrer aux éditeurs que les licences sont vraiment gérées et donc de réduire la fréquence des audits.

o De connaître parfaitement son parc logiciel et d’être :

 En position de force pour négocier avec les éditeurs ou les revendeurs lors des achats ou renouvellement de licences.

 Sûr de ne pas acheter des licences dont on n’a pas besoin lors de nouveaux  projets ou du renouvellement de son parc matériel (serveurs ou postes de travail).

 Sûr de ne pas détenir des licences non utilisées et donc payer pour rien.

o De ne pas s’exposer aux risques cités précédemment.

En conclusion :

– Mettre en place une démarche SAM fait économiser de l’argent à l’entreprise ou à la collectivité sur un des postes budgétaires très importants du système d’information (20 à 40% du budget total de l’IT).

– Ne pas mettre en place une démarche SAM coûte cher à  une entreprise et peut potentiellement lui coûter encore plus cher.

 

Patrick
Consultant Ankaa Engineering®
Spécialiste sénior de la gestion des actifs des système d’information.
Processus ITIL, accompagnement SAM, gestion des configurations et des changements, administration des incidents ou problèmes.

 

Sources :
– Guides des licences logicielles, Raphaël COCHE et Teddy MONIN, éditions ENI.
– ITIL V3, Guide to Software Asset Management
– Software Asset Management, CIGREF octobre 2012
– Norme Iso 19770-1 : http://www.boutique.afnor.org/norme/nf-iso-cei-19770-1/technologies-de-l-information-gestion-des-actifs-logiciels-partie-1-procedes-et-evaluation-progressive-de-la-conformite/article/806119/fa169141
– Business Software Alliance: http://www.bsa.org/?sc_lang=fr-FR

Amélioration du processus de recrutement Ankaa Engineering

Le recrutement est un processus essentiel dans le business model et l’organisation Ankaa Engineering®.

Identifier les qualités tant techniques, que méthodologiques ou humaines.
Evaluer l’autonomie et les capacités d’adaptation de chaque profil.
Positionner le curseur a sa juste place entre profil de consultant et celui d’exécutant.

Autant de paramètres fondamentaux pour Ankaa Engineering® afin de placer les bonnes personnes au bon endroit.

Engrenage

En fin d’année 2014, Ankaa Engineering® dispose d’une base de l’ordre de 5000 cartes de visites avec des compétences identifiées dans des domaines comme le BPM et le Lean, l’AMOA, les études, la production, le support, la formation, etc.
Une transversalité de compétences et d’expertise avec une disparité extraordinaire de profils, tous différents…
Actuellement, et pour répondre aux sollicitations de nos clients, de l’ordre de 10 entretiens hebdomadaires sont menés pour évaluer les candidats.
A ce jour 127 consultants sont accrédités par le groupe.

Dans une logique d’amélioration continue, la direction générale Ankaa Engineering® à initié une évaluation des processus de recrutement en place en vue de les renforcer et les consolider.

Ainsi Ankaa Engineering® bénéficie d’un accompagnement du cabinet BPI group, leader mondial multi-spécialiste du conseil RH.

La démarche s’appuie sur les phases habituelles
– audit des processus de recrutement existants,
– évaluation des besoins et prise en compte des objectifs attendus,
– conseil en organisation et méthodes visent à formaliser un processus de recrutement enrichi.
Le livrable de cette mission sera aussitôt mis en production.

En fin d’année 2015, l’analyse des indicateurs de gestion (KGI et KPI) permettra de mesurer l’efficacité des plans d’action et de définir les besoins d’adaptation.

Dans le domaine des ressources humaines, la roue de Deming à toute sa justification.

Ankaa Engineering® remercie  l’OPCA Fafiec (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) pour le soutien financier accordé à l’occasion de cette mise en oeuvre.

Gouvernance IT et indicateurs de pilotage

La gouvernance d’un SI s’appuie sur la mise en place d’indicateurs de mesure et de suivi.

Le framework méthodologique développé par Ankaa Engineering® organise ces différents compteurs en 4 grandes familles :
Exploitation
– Temps d’arrêt des systèmes
– Charge LAN et WAN
– Indisponibilité applicative
– Temps de réponse
– Audit sécurité (Mises à jour anti-virus, patches, réinitialisation de mots de passe, etc)
Support
– Nombre d’appel total utilisateur
– Nombre de tickets (ouverts, en cours, fermés)
– Nombre moyen d’incidents par utilisateur (ou service)
– Durée moyenne de traitement d’un ticket
– Délai moyen de résolution d’un ticket
Projet
– Audit de conformité de la solution avec les attentes exprimées.
– Nombre de jours de correctifs post-livraison
– Ecarts entre le nombre de jours de tests prévus et celui réalisé
– Ecarts entre la documentation réalisée et celle prévue
– Ecarts entre le délai de livraison réalisé et celui prévu
– Ecarts entre le budget réalisé et le prévisionnel
– Tableau de capacité d’affectation réelle des ressources sur les projets
Finance
– Part du budget DSI / Budget global
– Part de l’effectif DSI / Effectif global
– Budget annuel d’acquisition de logiciel
– Budget annuel d’acquisition de matériel
– Budget annuel d’achats de services
– Budget de maintenance applicative, matériel
– Valeur annuelle du SI / utilisateur
– Cout de maintenance du SI / utilisateur

Compte tenu des moyens à mettre en oeuvre pour faire vivre ces compteurs, le but n’est pas d’avoir un tableau de bord exhaustif mais ne faire le choix des indicateurs les plus pertinents en fonction des besoins de suivi et/ou de l’organisation de la DSI.

Décision et Business Intelligence

ETL, Stockage, Datawarehouse, Datamarts, Cubes OLAP, Datamining… l’informatique décisionnelle (BI) fournit aux responsables de la stratégie d’entreprise des moyens et aides au pilotage de leur activité. L’informatique décisionnelle fournit également un support aux processus de décision.

Le schéma d’un SI décisionnel est relativement standardisé.

Les systèmes transactionnels alimentent un ODS (Operational Data Store) qui sert à son tour de source au DatawareHouse appuyé sur un modèle en étoile et des référentiels de métadonnées. Enfin sont mis à disposition des utilisateurs des structures multidimensionnelles de données (Cubes OLAP) sur lesquelles les requêtes d’extraction de données alimenteront tableaux de bords, analyses statistiques, etc.

Alimenté par les systèmes transactionnels qui fournissent du Reporting métier, l’infocentre décisionnel offre des tableaux de bord et des analyses de données pour assurer le pilotage Métier ou celui de l’entreprise.

Nos consultants Architectes décisionnels interviennent sur les phases d’analyse du besoin et de conception d’architecture de SI décisionnel, étape importante dans le dimensionnement de l’infocentre pour satisfaire les attentes de performances techniques et fonctionnelles attendues. Selon les produits et technologies retenues, nous constituons ensuite une équipe de consultants technique qui chacun au cœur de sa compétence produit assurera l’implémentation, le paramétrage, ou le développement des solutions dans le respect des règles d’architecture définie.L’informatique décisionnelle est un projet dans le contexte du projet d’entreprise…