Articles

Web Design for Seniors: UX From a Mature Perspective

It’s no secret that the senior population is growing. By 2030, people over the age of 65 are predicted to make up 20.6% of the population of the US. 

Around the world, people are living longer and remaining more active in the later years of their lives. What’s more, despite what you might have heard in the past, seniors aren’t as wary of the internet as they used to be. In 2019, the Pew Research institute revealed that 73% of people over the age of 65 were connected to the web. 

So, what does that mean for web designers?

your main focus needs to be on ability…people age differently

Well, first of all, it’s time for all of us to start thinking about user experience from different perspectives. We need to stop expecting our audiences to be made up entirely of iPhone-using millennials and start thinking about the needs of seniors too. After all, designing websites for seniors opens you up to a wide selection of potential visitors in the future.

What’s more, according to the US Census Bureau, people over the age of 65 generally have the highest household wealth figures of any age group. That’s a big deal. 

So, how do you adapt UX for seniors?

Creating Senior-Friendly Web Designs

When it comes to designing websites and applications for seniors, your main focus needs to be on ability. Age is just a number, and people age differently. 

That means that one person in their 70s might have no problem browsing through Netflix to watch the latest shows, while someone else wouldn’t be able to tell you what ‘streaming’ means. 

Rather than worrying specifically about age, think about how different people in older age groups might have different requirements when it comes to things like movement control, hearing, vision, and even device bias. 

Get the Visual Elements Right

Vision loss is by far the most common disability reported by elderly individuals in the US. Around one in six people over the age of 70 have some manner of visual impairment. That’s why UI designers need to think carefully about visual accessibility when creating the right websites. 

For instance, text and button sizes should always be kept large. Anything that needs to be read or clicked needs to be scaled up, to ensure that everyone can see the information clearly. For instance, on the Sandinmysuitcase.com website, you’ll find clear typography, combined with big buttons that tell you to “Start Here” so you know exactly what to do next.

Remember to stick to icons that are clearly labelled wherever possible. Stay away from anything that your customers might not understand. “Start Here” is easier to read and understand than “Submit”. 

It’s also worth sticking to the color and contrast guidelines laid out by basic UX design when you’re creating something for optimal visibility.  Colors that are too close together might create a nice pastel or gradient effect on a website – but they’ll also make things difficult to read. 

Concentrate on Usability

Over the age of 55, motor skills and coordination can begin to decline for some people. These changes make it harder for people to interact with complex UIs. The mouse on a computer can be a particular problem for people with diminishing motor skills – as can the touchscreen of a tablet or smartphone. 

When you’re working on the perfect UX, think about how you can make things as easy to click as possible for people who have a hard time hitting their targets. For instance, in this website for people traveling over the age of 50, you’ll see not only fantastic large font choices but big buttons that are descriptive and easy to understand too: “Click here to start planning your trip”:

The scrollbar can also be a bit of a problem for people with impaired motor skills. Because of this, it’s best to keep your focus on designing above the fold. Make sure that users don’t need to scroll far to find the information that they need and keep scrollbars simple in terms of their look and feel.

While you’re working on usability, remember that it will be important to keep interactions to a minimum wherever possible. Where you can engage younger audiences with double-taps, swiping and scrolling, it’s much easier to connect with seniors through simple one-tap interactions. The less actions your user needs to take to reach their goals, the better. 

Deliver Smooth Navigation 

Navigating from point A to B on your website needs to be as simple as seamless as possible. Remember, crowded pages on your websites and apps are often overwhelming – even for younger browsers. Seniors are generally just searching for “must know” information, so they don’t want anything to get in their way as they navigate through their website. 

As you work on your site or app design, ask yourself if every element on the page absolutely has to be there. If it doesn’t deliver value, then get rid of it. 

Additionally, remember that seniors don’t always have the best memories and concentration levels. That means that they need your navigation experience to be as simple as possible. Basic horizontal menu bars that show everything at once are often a good idea – even if they’re not very exciting.

Look at this helpful navigation experience from RetireMove.com, for instance. Everything you need is located at the top of the page, and you can even just enter your postcode to get started:

Cognitive decline happens regularly with age. Although not all older adults will have issues with their memory and concentration, it’s important to be prepared for an audience that might process information a little more slowly. It’s worth double-checking that your viewer’s attention isn’t being diverted to multiple parts of the page at once.

Get to the Point Quickly

While younger generations have quickly implemented technology into every aspect of their lives, older consumers use tech a little differently. These people don’t want to spend forever fiddling around with different parts of your website. They want to get the answers to their questions as quickly and easily as possible. 

Applications that are complicated or difficult to access are usually instantly rejected by seniors. Even if you’ve offered everything that we’ve covered above, from seamless navigation to minimalist design, you still won’t get the interactions you’re looking for if older adults don’t consider your design to be useful. 

Because of this, you need to highlight the point of a website or application to your seniors as quickly as possible. Avoid worrying about things like gifs, animations and gamification. Instead, focus on making sure that your designs are useful and simple. 

For instance, from the moment your senior user arrives on a web page, they should have instant access to clear instructions on how to use the application or service, and what they need to do next. Keep in mind that this is particularly important when you’re creating mobile apps, as apps are still a relatively new concept to older generations. 

On the “When They Get Older” website, you can instantly find the information you need in a well-organized navigation bar that’s labelled clearly:

A clear interface like this, combined with simple, step-by-step guidance that shows elderly individuals how to get the information that they want is the key to keeping these users coming back for more. 

Bringing a Mature Perspective to Web Design

These days, most designers focus heavily on younger audiences when creating websites and apps. After all, it’s these users that allow us to experiment more with the latest tools and concepts, like augmented reality, artificial intelligence, and robust animations. 

However, there’s still a market out there for the seniors of the world that want more opportunities to get online. This audience often goes ignored and under-served. However, as the value of older consumers grows, and their ability to interact online increases, you’ll find that more businesses begin to search for web designers who can provide immersive experiences for a more mature audience. 

The steps above will give you an excellent insight into how you can start designing for a different kind of customer base. However, remember that the best way to make sure that you’re delivering the right solution for any customer, is to test. User testing will provide you with the exclusive insights that you need to determine whether your senior UX is really working, or whether you’re still struggling to get into the shoes of an older user. 

 

Featured image via Unsplash.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Deploy Friday EP — 16 Micronaut: A Modern Full-Stack Framework for Building Microservice and Serverless

A Question and Answer session with guests: 

Micronaut is an open-source, JVM-based framework for building full-stack, modular, easily testable microservice and serverless applications. Unlike reflection-based IoC frameworks that load and cache reflection data for every single field, method, and constructor in your code, with Micronaut, your application startup time and memory consumption are not bound to the size of your codebase. Micronaut’s cloud support is built right in, including support for common discovery services, distributed tracing tools, and cloud runtimes. 

Source de l’article sur DZONE

Deploying a Django Application to AWS EC2 Instance With Docker

In AWS, we have several ways to deploy Django (and not Django applications) with Docker. We can use ECS or EKS clusters. If we don’t have one ECS or Kubernetes cluster up and running, maybe it can be complex. Today, I want to show how deploy a Django application in production mode within a EC2 host. Let’s start.

The idea is create one EC2 instance (one simple Amazon Linux AMI AWS-supported image). This host doesn’t initially have Docker installed. We need to install it. When we launch one instance, when we’re configuring the instance, we can specify user data to configure an instance or run a configuration script during launch.

Source de l’article sur DZONE

Explaining the Difference Between Web and Mobile App Testing

If a product has a web and a mobile version of an application, their functionality is almost identical. The app QA process, however, will flow differently for each platform due to their particularities.

A mobile application has become an umbrella term that covers three different types of apps – native, PWA, and hybrid. Each is coded in a specific way and has some distinctive features. 

Source de l’article sur DZONE

In Memory of Flash: 1996-2020

We are gathered here today….

Today I write in memory of Adobe Flash (née Macromedia), something that a bunch of people are actually too young to remember. I write this with love, longing, and a palpable sense of relief that it’s all over. I have come to praise Flash, to curse it, and finally to bury it.

We’ve been hearing about the death of Flash for a long time. We know it’s coming. December 2020 has been announced as the official timeframe for removal, but let’s be real about this: it’s dead. It’s super-dead. It’s people-are-selling-Flash-game-archives-on-Steam dead.

That last bit actually makes me happy, because Flash games were a huge part of my childhood, and the archives must be preserved. Before I’d ever heard of video cards, frames per second, and “git gud”, I was whiling away many an hour on disney.com, cartoonnetwork.com, MiniClip, Kongregate, and other sites, looking for games.

I think we’ve established in my previous work that even as a missionary kid, I did not have a social life.

The Internet itself gave me a way to reach out and see beyond my house, my city, and my world, and it was wonderful. Flash was a part of that era when the Internet felt new, fresh, and loaded with potential. Flash never sent anyone abuse, or death threats. Flash was for silly animations, and games that my parent’s computer could just barely handle, after half an hour of downloading.

I even built my first animated navigation menus in Flash, because I didn’t know any better. At all. But those menus looked exactly like the ones I’d designed in Photoshop, so that’s what mattered to me, young as I was.

That was a part of Flash’s charm, really.

What Flash Got Right

Flash Brought Online Multimedia into the Mainstream

Funny story, JavaScript was only about a year old when Flash was released. While HTML5 and JS are the de-facto technologies for getting things done now, Flash was, for many, the better option at launch. JS had inconsistent support across browsers, and didn’t come with a handy application that would let you draw and animate whatever you wanted.

It was (in part) Flash that opened up a world of online business possibilities, that made people realize the Internet had potential rivalling that of television. It brought a wave of financial and social investment that wouldn’t be seen again until the advent of mainstream social networks like MySpace.

The Internet was already big business, but Flash design became an industry unto itself.

Flash Was Responsive

Yeah, Flash websites could be reliably responsive (and still fancy!) before purely HTML-based sites pulled it off. Of course, it was called by other names back then, names like “Liquid Design”, or “Flex Design”. But you could reliably build a website in Flash, and you knew it would look good on everything from 800×600 monitors, to the devastatingly huge 1024×768 screens.

You know, before those darned kids with their “wide screens” took over. Even then, Flash still looked good, even if a bunch of people suddenly had to stop making their sites with a square-ish aspect ratio.

Flash Was Browser-Agnostic

On top of being pseudo-responsive, the plugin-based Flash player was almost guaranteed to work the same in every major browser. Back in a time when Netscape and Internet Explorer didn’t have anything that remotely resembled feature parity, the ability to guarantee a consistent website experience was to be treasured. When FireFox and Chrome came out, with IE lagging further behind, that didn’t change.

While the CSS Working Group and others fought long and hard for the web to become something usable, Flash skated by on its sheer convenience. If your site was built in Flash, you didn’t have to care which browsers supported the <marquee> tag, or whatever other ill-conceived gimmick was new and trendy.

Flash Popularized Streaming Video

Remember when YouTube had a Flash-based video player? Long before YouTube, pretty much every site with video was using Flash to play videos online. It started with some sites I probably shouldn’t mention around the kids, and then everyone was doing it.

Some of my fondest memories are of watching cartoon clips as a teenager. I’d never gotten to watch Gargoyles or Batman: The Animated Series as a young kid, those experience came via the Internet, and yes… Flash. Flash video players brought me Avatar: The Last Airbender, which never ever had a live action adaptation.

Anyway, my point: Flash made online video streaming happen. If you’ve ever loved a Netflix or Prime original show (bring back The Tick!), you can thank Macromedia.

What Flash Got Wrong

Obviously, not everything was rosy and golden. If it was, we’d have never moved on to bigger, better things. Flash had problems that ultimately killed it, giving me the chance, nay, the responsibility of eulogizing one of the Internet’s most important formative technologies.

Firstly, it was buggy and insecure: This is not necessarily a deal-breaker in the tech world, and Microsoft is doing just fine, thank you. Still, as Flash matured and the code-base expanded, the bugs became more pronounced. The fact that it was prone to myriad security issues made it a hard sell to any company that wanted to make money.

Which is, you know, all of them.

Secondly, it was SEO-unfriendly: Here was a more serious problem, sales-wise. While we’re mostly past the era when everyone and their dog was running a shady SEO company, search engines are still the lifeblood of most online businesses. Having a site that Google can’t index is just a no-go. By the time Google had managed to index SWF files, it was already too late.

Thirdly, its performance steadily got worse: With an expanding set of features and code, the Flash plugin just took more and more resources to run. Pair it with Chrome during that browser’s worst RAM-devouring days, and you have a problem.

Then, while desktops were getting more and more powerful just (I assume) to keep up with Flash, Apple went and introduced the iPhone. Flash. Sucked. On. Mobile. Even the vendors that went out of their way to include a Flash implementation on their smartphones almost never did it well.

It was so much of a hassle that when Apple officially dropped Flash support, the entire world said, “Okay, yeah, that’s fair.”

Side note: Flash always sucked on Linux. I’m just saying.

Ashes to Ashes…

Flash was, for its time, a good thing for the Internet as a whole. We’ve outgrown it now, but it would be reckless of us to ignore the good things it brought to the world. Like the creativity of a million amateur animators, and especially that one cartoon called “End of Ze World”.

Goodbye Flash, you sucked. And you were great. Rest in peace. Rest in pieces. Good riddance. I’ll miss you.

 

 

Featured image via Fabio Ballasina and Daniel Korpai.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

SAP aide les entreprises à faire revenir leurs employés au bureau

Au cours des derniers mois, les entreprises et les employés ont été mis au défi de réaliser le plus grand test de télétravail au monde. Aujourd’hui, cependant, les entreprises – y compris SAP – cherchent des moyens de repeupler leur bureau pour aider les employés aux rôles critiques et ceux qui manquent d’infrastructures à domicile, ainsi que pour relever les défis potentiels de productivité.

Pour beaucoup, il n’y a pas de moyen de revenir dans un avenir proche au statu quo pré-pandémie avec des bureaux en open space, une utilisation élevée de l’espace et des coins café très fréquentés. Nous trouverons néanmoins des moyens de faire revivre les bureaux, car ce ne sont pas seulement des lieux de travail qui facilitent la productivité. Ils rassemblent les gens et les mettent en relation de manière unique, ce qui peut susciter l’innovation et de nouvelles idées.

La sécurité des employés au bureau est une priorité absolue

Avant de réintégrer progressivement les collaborateurs dans les bureaux, il est important de comprendre comment ils se sentent et s’ils sont à l’aise avec la possibilité de retourner dans leur espace de travail. Une étude récente de Qualtrics révèle que deux tiers de la main-d’œuvre américaine ne sont actuellement pas confiants quant à leur retour sur le lieu de travail. Ils sont fortement préoccupés par les réglementations en matière de santé et de sécurité et par les mesures d’éloignement physique. Ils veulent être le moins possible exposés aux autres personnes présentes dans le bureau.

Afin de répondre à ces réserves bien réelles, SAP s’efforce d’aider ses clients à traverser ces périodes d’incertitude. Jan Gilg, responsable de SAP S/4HANA, voit la mission de SAP dans le soutien dédié à ses clients. « Cette crise sans précédent appelle une réponse qui place les gens au premier plan », déclare M. Gilg. « Nous fournissons à nos clients notre technologie pour leur permettre de reprendre les opérations depuis le bureau de manière sûre et contrôlée. Mais l’objectif premier est de faire en sorte que les employés se sentent en sécurité grâce à des communications transparentes ».

Une réouverture sous contrôle du bureau

Pour aider les entreprises à gérer la réouverture de leurs espaces et à ramener progressivement les employés au bureau de manière sûre et contrôlée, SAP a introduit l’application Workspace Booking pour SAP Cloud for Real Estate. Elle permet aux professionnels de l’immobilier d’entreprise et aux gestionnaires d’installations de communiquer et d’appliquer des directives concernant l’éloignement physique pendant qu’ils sont en train de rouvrir des installations.

De cette façon, les entreprises ont plus de contrôle sur la gestion des capacités des bureaux. Par exemple, elles peuvent définir des seuils d’occupation des espaces au niveau mondial, par emplacement ou même par espace, et voir l’impact sur les indicateurs clés de performance (KPI) critiques. En fonction de l’utilisation, les entreprises peuvent alors prendre des décisions fondées sur des données pour les processus et les services connexes, comme le nettoyage ou le fonctionnement de la cantine.

De plus, l’application Workspace Booking aide les entreprises à communiquer de manière transparente les directives et les mesures qu’elles appliquent à leur personnel. En pratique, les employés peuvent réserver un espace de travail à l’avance dans leur lieu de travail préféré tout en respectant les restrictions de capacité fixées par les responsables de l’établissement. Ils peuvent indiquer quand ils veulent travailler au bureau dans la semaine qui suit. Cette solution étant conforme aux réglementations légales, elle contribue à la sécurité et à la productivité des employés.

Naviguer dans la nouvelle normalité

Aussi longtemps que la pandémie restera une menace pour l’homme et l’économie mondiale, l’action visant à ramener les employés dans les bureaux devra être fortement réglementée et contrôlée pour garantir un retour en toute sécurité. L’utilisation des données permet de faciliter cette réouverture contrôlée et profite tant aux employés qu’aux entreprises.

Cet exercice mondial de travail à distance a prouvé que l’avenir du travail évolue plus rapidement que jamais, en s’orientant vers une plus grande acceptation des modèles de travail flexibles. Les solutions SAP pour la gestion immobilière soutiennent une approche basée sur les données et aident à équiper les entreprises pour la gestion immobilière de l’avenir.

En savoir plus sur l’offre à prix réduit de l’application Workspace Booking pour SAP Cloud for Real Estate, valable six mois dans la boutique SAP Store.

The post SAP aide les entreprises à faire revenir leurs employés au bureau appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Comment les leaders de la supply chain limitent les risques et maximisent les opportunités

« Pour gérer la complexité tout en restant résilient en 2020, il faudra créer une entreprise centrée sur le client. Les entreprises doivent être capables de fournir des produits de haute qualité en un temps record, et dans le même temps répondre aux objectifs de durabilité, développer des relations avec les fournisseurs et sous-traitants, prévoir la demande des produits et ressources, réduire les risques et adopter rapidement les nouvelles technologies sans interrompre l’activité. Les services de supply chain sont chargés de répondre à toutes ces exigences, même dans ce contexte de pandémie mondiale. »

Voilà le premier paragraphe d’une enquête menée par Oxford Economics auprès de 1 000 directeurs supply chain. Il dépeint le profil type d’un « leader supply chain » tous secteurs et pays confondus.

Récemment, j’ai discuté des résultats de cette enquête avec Ben Wright, rédacteur adjoint chez Oxford Economics, qui soulignait que « les entreprises ayant de solides stratégies de gestion centrée sur le client, de visibilité, de durabilité et d’application des technologies intelligentes constatent une amélioration de leur supply chain, de leur résilience et de leur performance financière globale ».

Au sujet de la pandémie qui nous touche aujourd’hui, Ben a ajouté : « La propagation du coronavirus a révélé les fragilités de la supply chain et leur impact sur l’économie mondiale. Il est donc devenu primordial de rendre les supply chains plus résilientes. Si dans une économie mondiale, toutes les supply chains présentent des fragilités, avoir des objectifs stratégiques clairs, en utilisant les bons outils et les tactiques adéquates pour limiter les risques et réduire la complexité permettra de mieux faire face à ce type de situation ».

Priorité à la résilience de la supply chain

Même si la résilience n’était pas le principal objectif de ce programme de recherche, il est apparu clairement que les leaders supply chain appliquaient des meilleures pratiques dans ce domaine.

Réalisée début 2020, alors que le COVID-19 commençait seulement à faire les gros titres, l’enquête montre que 39 % des personnes interrogées ont vu leur supply chain exposée à des risques au cours des trois dernières années. Et une proportion similaire (40 %) affirme que l’exposition aux risques liés à la supply chain a augmenté au cours de cette période. Ils étaient loin de se douter que seulement quelques semaines plus tard, ce chiffre serait de 100 % !

Mais quelques caractéristiques bien précises permettent aux leaders de se démarquer :

  • 76 % disent avoir des collaborateurs agiles, capables de réagir aux imprévus (contre 52 % pour les autres).
  • 75 % ont déjà un niveau élevé de collaboration avec leurs équipes de gestion des risques et de conformité (contre 63 % pour les autres).
  • 66 % ont une visibilité sur l’ensemble du processus de la conception à la livraison.

Bien sûr, aucune supply chain ne pourrait se préparer totalement à un choc d’une telle ampleur ni se protéger contre des conséquences aussi graves que celles causées par le coronavirus, mais avec une culture d’entreprise hautement collaborative et une bonne visibilité sur tous les aspects de la supply chain, y compris les fournisseurs et sous-traitants, il est possible de renforcer sa résilience et son agilité afin de limiter l’impact de tels événements.

Pour comprendre comment les leaders supply chain limitent les risques et maximisent les opportunités, écoutez la conversation que j’ai eue avec Ben Wright, rédacteur adjoint chez Oxford Economics, et téléchargez l’enquête menée auprès de 1 000 directeurs des opérations et supply chain : « Surviving and Thriving How Supply Chain Leaders minimize risk and maximize opportunities ».

Suivez-moi sur Twitter.

Richard Howells

Fort de plus de 25 ans d’expérience dans le domaine de la gestion de la supply chain et de la production, je suis chargé de l’orientation du marché et du positionnement des solutions SAP pour la gestion de la supply chain et l’IoT. Avant de rejoindre SAP en 2004, j’ai passé 15 ans chez Marcam Solutions comme vice-président marketing des solutions ERP pour les processus d’entreprise. J’ai aussi dirigé la mise en œuvre des systèmes ERP et SCM pour des groupes comme Nestle, Gillette, Colgate Palmolive, Rohm & Haas, Wyeth, Royal Worcester Spode et Dairy Crest. Je suis diplômé en informatique de l’université de Mid Glamorgan au Royaume-Uni. Suivez-moi sur @howellsrichard

Initialement publié dans le magazine Forbes.

The post Comment les leaders de la supply chain limitent les risques et maximisent les opportunités appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Show Them Your Assets – Tips for Handing Off Designs to Developers

You’ve been working away at your latest design project, and the client has given the go-ahead on your lovingly created digital concepts. Now it’s time to bring those designs to life, and you have a developer queued up to do just that.

So your part’s done, right? Not quite. You’re going to want to make sure your developer has the best head start they can in order to create the site as you imagined.

Below are a few tips to make that handover process a little easier.

Communicate to Make It Great

Get Talking

Scheduling a face-to-face meeting with your developer to talk over your project’s specifics and ambitions will help align your expectations and make the intent behind your concepts more clear. It’s quite likely they’ll even ask questions and request assets you haven’t even thought of yet!

It’s not just a one-and-done thing either, your developer’s going to have questions or requirements that arise as the project progresses. Deciding on a communication channel to allow easy discussion will help you both immensely.

Annotating Your Concepts

Developers might seem like magicians with the way they bring your websites to life, but they’re not clairvoyant! Annotating your concepts where advanced functionality is required reduces ambiguity and makes it more likely that your cool, quirky idea is going to make it to production. If it’s a feature that’s particularly unusual, you might want to find an example of a website or code sandbox that does something similar.

An example of Figma’s comment tool in use to make developer notes.

Figma and Sketch both have comment functionality in order to make annotations a little easier, also allowing multiple parties to comment. If dealing with PDFs, there is also an annotation tool available through Adobe Acrobat.

Specify the Basics

The basis of modern front end development revolves around DRY thinking. Some might argue thinking about code can be pretty dry, but we’re not talking about that – in this case, DRY stands for Don’t Repeat Yourself.  Most developers will tackle a project by starting with defining variables: what colors, font sizes, grid columns… anything that can be reused! Good, consistent design follows this same principle – although it’s a habit that can be hard to get going at first.

Tip: It’s always easier to define variables if this mentality is approached towards the start of the project!  

Colors

Make a style guide that specifies the colors you’ve used in your designs. Think about their logical applications to help signpost how they might work as a variable – for example, what colors did you use for paragraph text, hyperlinks and backgrounds? Did you consider colors to convey status messaging, such as successes, warnings and errors?

Typefaces

Which fonts have you used for your project? Is there a consistent set of font sizes you used throughout? If you haven’t already, maybe consider a ratio-based type scale – I like to use ModularScale to help with this.

Basic HTML Elements

Think about general styling for these basic html tags:

  • Paragraphs <p>
  • Headings <h1–h6>
  • Bullet lists <ul> and numbered lists <ol>
  • Emphasized text <b>, <strong> and <em>

Buttons

How about buttons and links? What should they do when they’re hovered over, focused (using the tab key on a keyboard) or disabled?

Forms Fields and Inputs

What should form fields look like? Is there any validation checking that should occur when a form is submitted?  How about checkboxes and radio buttons?

It’s unlikely that you’re going to be able to cover absolutely every single eventuality – allow your developer to use some common sense to fill in the gaps, and be available to them if they have any questions. In the words of John Maxwell and your aunt’s home office wall sticker, teamwork makes the dream work.

Get Your Favic-on

Favicons are widely recognized as the small icon that appears to the left of the site title on your browser’s tab bar. Nowadays, the application of your site’s favicon is much further reaching, showing up in Google search results and app tiles. There’s also extra theming options available, such as the ability to customize the color of Google Chrome Android’s browser bar color for your site.

Using a generator site such as realfavicongenerator takes the pain out of much of this decision-making, allowing you to upload specific graphics as desired, creating silhouettes of your icon for Windows Metro tiles and macOS Safari pins, and packaging everything into easy-to-use files and code.

 Compress Your Images

Nobody wants to load a 20MB image when they’re on a slow connection or a data plan – it pays dividends to plan ahead and downsize your images so that they’re production-ready for the web. If you’re worried image compression is going to harm your image quality, fear not – you can go a long way with image compression before quality is seriously compromised.

  1. Start by reducing the image resolution – for batch jobs, I use Adobe Photoshop’s image processor script to downsize images to fit 1920 x 1200 pixels
  2. Alternatively, if you’re working on a static project – where specific images will be used only in specific places – you could use your design software (nearly all mainstream UI software allows you to do this now) to export your images at 2x size to support devices with high pixel densities.
  3. I also convert my image color profiles to SRGB to ensure consistency across most modern display types (this one’s optional)
  4. I then take my newly downsized images and run them through imageOptim at 80% quality. Generally I would aim to get my images under 300kb – if there are any that are still significantly over this target once compressed, I’d run these through again at 70% quality (I wouldn’t recommend going lower than this, though).

Don’t forget you can also do this for PNGs! Enabling PNGCrush in imageOptim will let you significantly reduce the size of PNGs… just be ready for it to take a while.

Make Your Vectors SVG-Easy to Use

If your design contains graphics or illustrations you created using vector software, it can be used on the web as an SVG file. Usually, these files will be a lot smaller than JPGs or PNGs. You can export graphics in most (if not all) vector software in this format.

Optionally, you could use imageOptim or SVGOMG to compress the SVG code without sacrificing quality. Your developer might already use a script that does this automatically when processing the site for production, so it may be worth asking ahead.

Get Your Licenses in Check

If you’re using premium fonts, make sure you’ve purchased a webfont license so you can hand over the correct files to the developer. I’d recommend doing this sooner rather than later – although not often, occasionally web versions of fonts can have slightly different bounding boxes to their desktop counterparts, making it a real pain for developers to work with further down the line.

If you’ve been using samples of stock photos (or if you’ve been going crazy lifting whatever you can find on Google Images), make sure everything is kosher before you go live. Make sure you purchase licensed photos, and if certain photos you want to use require attribution, make the developer aware of this.

Source

p img {display:inline-block; margin-right:10px;}
.alignleft {float:left;}
p.showcase {clear:both;}
body#browserfriendly p, body#podcast p, div#emailbody p{margin:0;}

Source de l’article sur

SAP Business Technology Platform: Un trio entre excellence, intégration et extension des données

WALLDORF, Allemagne – 18 juin 2020SAP SE (NYSE : SAP) a annoncé aujourd’hui de nouvelles capacités, des améliorations et une plus grande unification du portefeuille Business Technology Platform pour aider les entreprises à transformer les données en valeur commerciale.

La plateforme technologique de SAP permet aux développeurs et aux utilisateurs d’accéder à des services et des outils intégrés de bout en bout pour réaliser une valeur ajoutée dans trois domaines essentiels de l’informatique : l’excellence des données, l’intégration des processus et leur extension.

L’annonce a été faite lors de la conférence SAPPHIRE NOW® Converge, qui se tient en ligne du 15 au 19 juin 2020.

« De nombreux clients avec lesquels j’ai échangé ont exprimé le besoin d’agilité et de rapidité d’exécution, rendu encore plus urgent par la pandémie COVID-19 », a déclaré Juergen Mueller, CTO et membre du conseil d’administration de SAP. « Pour réaliser ces deux objectifs, la technologie devient encore plus importante, et SAP peut aider à relever ces défis. Nous avons apporté des améliorations significatives à chaque composante majeure de notre plate-forme technologique pour aider les clients de tous les secteurs à surmonter les obstacles liés à l’omniprésence des données, à la complexité des technologies de l’information et à la volatilité des affaires ».

Des organisations telles que Parkland Health and Hospital System à Dallas utilisent la SAP Business Technology Platform combinée à la Qualtrics® XM Platform pour la gestion de l’expérience ainsi que prédire l’activité et les ressources nécessaires pour l’accueil et le suivi des patients, un besoin critique pendant la crise COVID-19.

« À Parkland, nous nous consacrons à la santé et au bien-être des individus et des communautés que nous adressons en fixant la norme d’excellence pour les systèmes de santé publics et universitaires », a déclaré Scott Harrison, directeur des données du système de santé et des hôpitaux de Parkland. « Notre personnel clinique utilise des tableaux de bord numériqiues construits avec la Business Technology Platform de SAP pour l’analyse et la planification, et la plate-forme Qualtrics XM pour l’analyse des sentiments. Nous estimons qu’un socle technologique totalement intégré est essentiel pour les plus de 240 000 patients des urgences que nous soignons chaque année, et pour soutenir notre croissance et nos innovations futures ».

L’unité commerciale Henkel Adhesive Technologies, leader mondial des adhésifs, des mastics et des revêtements fonctionnels, met au point une application pour ses quelques 4 500 représentants commerciaux, basée sur la SAP Business Technology Platform. « Nous voulons créer un environnement de travail numérique moderne et efficace, en augmentant la vitesse et l’efficacité des activités de vente et en renforçant ainsi l’expérience des clients dans le monde entier », a déclaré Sascha Latzberg, Directeur Sales & Channel Excellence CRM chez Henkel Adhesive Technologies. « Notre plateforme numérique CRM nous permet d’être rapides et flexibles et accroît l’indépendance des représentants commerciaux qui se déplacent et travaillent depuis leur domicile. Avec l’aide de la SAP Business Technology Platform et de nos analyses avancées, nous pouvons exploiter les données CRM pour obtenir des informations qui nous aident à créer une valeur ajoutée pour nos clients ».

Que ce soit sur site, dans le cloud ou dans un modèle hybride, la SAP Business Technology Platform permet aux entreprises de :

Excellence des données

Cette année marque le dixième anniversaire de SAP HANA, qui compte désormais plus de 32 400 clients. La dernière version, SAP HANA 2.0 SPS 05, devrait être livrée à la fin du mois de juin. Elle prendra en charge des scénarios hybrides avec la plate-forme de données SAP HANA Cloud et offrira de nouvelles fonctionnalités, notamment l’extension de stockage natif SAP HANA améliorée pour simplifier la gestion des données et réduire le coût total de possession. Selon les prévisions d’IDC, les clients de SAP HANA obtiendront un retour sur investissement moyen de 679 % sur cinq ans. Le Cloud SAP HANA fournit une base puissante de gestion et d’analyse des données pour les solutions d’innovation telles que le Cloud SAP Data Warehouse.

Elle est maintenant disponible sur Amazon Web Services, en plus de Microsoft Azure, pour offrir une plus grande flexibilité et un plus grand choix aux clients qui passent au cloud. SAP prévoit un essai ouvert pour SAP HANA Cloud début juillet.

SAP Data Warehouse Cloud et SAP Analytics Cloud comprennent une gamme étendue de scenarios pré-construits de bout en bout qui répondent aux questions commerciales et techniques clés des entreprises qui cherchent à obtenir rapidement des informations à partir de données.

La dernière mise à jour de SAP Data Warehouse Cloud inclut du contenu métier pour le secteur du retail. Un écosystème en pleine croissance, avec des centaines de partenaires devrait fournir davantage de contenu et de connecteurs de données pré-construits pour le Data Warehouse Cloud de SAP sur le SAP App Center.

Afin d’aider les utilisateurs et les analystes à créer plus facilement des modèles de données compréhensibles en utilisant des termes commerciaux, la nouvelle fonction de couche commerciale de SAP Data Warehouse Cloud est prévue pour le début du troisième trimestre 2020. SAP Data Warehouse Cloud offrira également également une fonctionnalité intégrée de flux de données, permettant aux clients de choisir parmi une large gamme de connecteurs pour construire des processus d’intégration de données hautement évolutifs vers et depuis n’importe quelle source de données.

SAP Data Warehouse Cloud est plus étroitement intégré à SAP Analytics Cloud pour un environnement de données et d’analyse plus unifié. Cela permet d’obtenir une image claire et précise de toutes les données afin de transformer les analyses en véritables informations commerciales. La plateforme SAP BusinessObjects™ Business Intelligence 4.3 est sortie le 12 juin 2020 et est plus étroitement intégrée à SAP Analytics Cloud pour une transition plus facile vers le cloud. Les fonctionnalités de planification et de prévision sont intégrées dans la dernière mise à jour de SAP Analytics Cloud pour une planification plus rapide et plus puissante, et sont actuellement disponibles pour un essai gratuit.

Découvrez comment des entreprises telles que Porsche AG, Geberit AG, et Idorsia Pharmaceuticals Ltd, prévoient d’utiliser la puissance du Cloud SAP HANA, du Cloud SAP Data Warehouse, du Cloud SAP Analytics et de la plate-forme SAP Cloud.

Intégration

Grâce à la nouvelle tarification simplifiée de SAP Cloud Platform Integration Suite, les clients peuvent bénéficier d’un package basé sur la valeur et d’une tarification attractive ainsi que d’un achat et d’une consommation simplifiés des services d’intégration. Les clients peuvent désormais s’inscrire une seule fois pour utiliser toutes les fonctionnalités au lieu de devoir passer par plusieurs services sous licence. Cela leur offre la possibilité de consommer un service de la suite à la demande à tout moment grâce à un système de mesure simplifié basé sur des messages. En outre, SAP fournit des packs d’intégration pré-construits entre les applications SAP avec des messages standard sans frais supplémentaires.

Extension

Les améliorations apportées aux flux de travail grâce à la suite SAP Cloud Platform Extension Suite et les nouveaux ensembles de contenus de processus en direct aideront les clients à adapter et à étendre leurs processus commerciaux à la volée et en temps réel pour répondre à l’évolution des demandes et accroître l’efficacité.

Les experts en processus métier peuvent désormais gérer les flux de travail sur les processus en cours d’exécution, comme pour l’approbation des dépenses d’investissement, en utilisant un outil dédié pour découvrir, configurer et exécuter les extensions d’applications, le tout sans l’aide d’un service informatique. Il en résulte un temps de valorisation plus court et des coûts de mise en œuvre plus faibles.

Honeywell et SAP ont récemment annoncé qu’ils s’étaient associés pour créer une solution commune basée sur le cloud pour le secteur de l’immobilier. La solution, qui devrait être basée sur Honeywell Forge et SAP Cloud Platform, vise à rationaliser les données opérationnelles et commerciales pour gagner en efficacité, à améliorer les performances de l’entreprise en obtenant des informations commerciales précieuses et à améliorer la gestion de l’expérience des employés grâce à une analyse puissante des données sur les sentiments.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Pour connaitre les nouveautés annoncées lors du SAPPHIRE, cliquer ici.

Trouvez, essayez et achetez des solutions SAP en ligne sur SAP Store et SAP.com.

Pour en savoir plus, regarder cette vidéo d’expert.

The post SAP Business Technology Platform: Un trio entre excellence, intégration et extension des données appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Le Risque de fraude à la Hausse: Pourquoi le Gouvernement et l’Enseignement Supérieur, les Finances Sont Vulnérables aux Erreurs de

Vous pourriez supposer que, lorsqu’il s’agit de faire son choix de garder leurs organisations en cours d’exécution en douceur et sur le budget, les financiers, les décideurs sont de faire ces choix sur la base de données claires et leur confiance dans les données. Comme il s’avère, ce n’est pas toujours exacte hypothèse.

Une récente enquête menée par SAP d’Accord et Kelton Mondiale a montré que 59 pour cent des financiers décideurs de travail dans l’etat, la ville et le gouvernement local et de l’enseignement supérieur croire les outils financiers et les systèmes utilisés dans leurs organisations sont sujettes à l’erreur, et 68% d’avoir à prendre des décisions sans une visibilité complète sur les informations nécessaires. Beaucoup de ces dirigeants admettre que la fraude, le gaspillage et les abus sont les défis à relever leurs organisations face et que leur vulnérabilité à ces types de risques est à la hausse:

  • Les deux tiers des répondants admettent que la fraude, le gaspillage et les abus sont les défis de leur organisation est actuellement confrontée.
  • Plus du quart des répondants déclarent que leur vulnérabilité aux risques de fraude et d’abus augmenté dans la dernière année.
  • Environ un tiers-dire le nombre d’inexactitude des rapports de dépenses et les factures soumises a augmenté au cours de la dernière année.

Inexacte de Prise de Décision Conduit à des Risques

La vérité est, il est arrivé aux meilleurs d’entre nous. Nous pouvons tous susceptibles souviens d’une fois où nous avons pris une décision sans avoir les informations de base nécessaires pour le faire, et que la décision peut ne pas avoir produit le plus de résultats favorables.

Pourquoi? Afin de prendre de bonnes décisions d’affaires et d’éviter de regrettables erreurs, nous avons besoin d’accéder à toutes les informations optimal de sorte que nous n’avons pas à l’aveuglette.

Les dommages à la réputation de mauvais de prise de décision peut être catastrophique pour un secteur public de l’organisation potentiellement conduisant à une diminution du financement et de la confiance.

Une récente étude de l’Association of Certified fraud Examiners (ACFE) a identifié le haut de la fraude dépenses que les entreprises et les organismes gouvernementaux à engager. Elles comprennent:

  • Cinq pour cent d’une organisation typique, les revenus annuels sont perdus à cause de la fraude
  • Quatre-vingt-neuf pour cent des cas de fraude impliquer le détournement de fonds, y compris rembourrage de voyage et des demandes de remboursement de frais
  • Annuel médian de la perte de US$114 000 de détournement de fonds

En dépit de ces menaces, de l’etat, la ville et le gouvernement local et de l’enseignement supérieur les décideurs sont confrontés à ces défis chaque jour. Environ un quart des répondants affirment que leur organisation a involontairement signalé incorrecte des données de budget, en raison d’inexactitudes dans les rapports de dépenses ou des factures. Et, 26% disent que leur organisation involontairement ressources allouées là où il ne devrait pas avoir à cause de l’prévoyant plus de budget qu’il a eu réellement.

Pour l’enseignement supérieur, des organisations, ces types d’erreurs peuvent avoir des effets négatifs directs sur les élèves. L’Université du Texas (UT) à Tyler récemment trouvé ses calculs pour l’ensemble de trajet de quatre ans de recherche. D’autres ont été accordées que ne l’étaient réellement prévu, et l’université a répondu par la révocation entre 50 et 60 ces bourses – longtemps après que les élèves avaient accepté à l’UT Tyler et les autres collèges, les délais ont expiré. De nombreuses admissions dirigeants estiment que ces actions contraires à l’éthique et des étudiants ont pris aux médias sociaux pour partager leurs malheureuses histoires.

Les risques liés à la réputation éprouvée par l’UT Tyler sont juste un exemple de pourquoi la précision, la visibilité et la conformité sont de la plus haute importance pour toute organisation.

La lutte contre la Fraude et l’Atteinte de la Conformité avec l’IA et l’Engagement des Employés

Pour ceux qui travaillent dans le secteur public, en ne respectant pas les règles et règlements gouvernementaux n’est pas une option. La bonne nouvelle est qu’il existe de nombreuses façons dont ces petites organisations peuvent commencer à s’éloigner de cette question – y compris par une meilleure formation des employés, une réglementation plus stricte des processus internes, et une étroite collaboration avec les chefs de l’information. En fait, le gouvernement et l’enseignement supérieur, les organisations mettent en œuvre diverses initiatives pour rester au courant.

Selon les Kelton Mondial de l’enquête, près des deux tiers (69%) ont demandé à leurs employés pour en savoir plus sur cette information ou procéder régulièrement à des vérifications (65 pour cent) pour recueillir le plus actuel de la réglementation de l’information. Plus de la moitié aussi regarder au-delà des murs de leur organisation – en particulier les pairs dans le secteur public – pour trouver les meilleures pratiques pour le respect de la conformité à la réglementation.

Dans le même temps, de mettre les technologies qui permettent simultanément d’automatiser les tâches fastidieuses et sujettes à erreur de processus comme l’audit des charges et de la facture de données, mais l’apprentissage et deviennent de plus en plus efficace au fil du temps — est la plus efficace à long-terme de la stratégie.

J’ai vanté les avantages de l’automatisation avant, mais ceux sur les lignes de front: La majorité (55%) des répondants au sondage qui ont entièrement automatisé, outils pour les notes de frais, factures, ou la gestion des déplacements à différents stades de mise en œuvre affirment que leur organisation est d’une meilleure gestion de la fraude, le gaspillage et les abus au sein de leurs organisations.

Plus loin encore, ceux qui ont complètement automatisé le processus de facturation sont environ deux fois plus susceptibles que ceux qui n’ont pas 39 pour cent contre 21 pour cent — à-dire qu’il y a eu moins d’erreurs dans ces rapports. Pima Community College à Tucson, en Arizona, est un excellent exemple d’un établissement d’enseignement supérieur qui a récolté les avantages de l’automatisation. Son processus de gestion de voyage, les dépenses et les factures utilisé pour être très manuel – avec du papier à base de demandes et remboursements étant la norme. On peut imaginer le potentiel de la marge d’erreur avec cette approche. En introduisant de nouvelles technologies et de l’automatisation de la vérification des règles, Pima pour réduire les erreurs et les violations de conformité, et à son tour augmenté l’adhésion à la politique.

Sur le Kelton Enquête Mondiale

Le Kelton Mondiale étude a recueilli les réponses de 313 financiers décideurs de travail dans l’etat, la ville et le gouvernement local et de l’enseignement supérieur pour en savoir plus sur la façon dont ces organisations sont la réduction des risques, le maintien de la conformité, et d’optimiser l’efficacité de ce qui fonctionne bien, ce que d’autres pourraient apprendre de ce que certaines organisations sont en train de faire, et où l’application de nouveaux systèmes et processus pourrait régler le temps et la précision des questions.


David Ballard est vice-président senior du Secteur Public chez SAP, d’Accord.
Cette histoire est initialement paru sur le SAP Accord des salles de rédaction.

Source de l’article sur SAP News Center