Articles

Levallois-Perret, le 16 mars 2023 – SAP France signe la Charte LGBT+ de l’Autre Cercle, véritable référent en matière d’inclusion des personnes LGBT+ dans le milieu professionnel, et ambitionne de poursuivre un objectif qui découle d’une stratégie plus globale chez SAP : « être l’entreprise Tech la plus inclusive au monde », tel qu’annoncé par Christian Klein, CEO & Executive Board Member de SAP.

La diversité et l’inclusion sont devenues des priorités pour les organisations qui concentrent davantage leurs actions autour de ces enjeux sociétaux. En tant qu’entreprise engagée, SAP France souhaite défendre ce qui est juste et tend, par cette action, à poursuivre une démarche forte et volontariste en matière d’inclusion pour les collaborateurs appartenant à la communauté LGBT+.

 

Les engagements

L’Autre Cercle, Association française de référence qui œuvre pour l’inclusion des personnes LGBT+ dans le monde du travail depuis plus de 25 ans, anime un réseau d’employeurs et de signataires d’entreprises engagés pour favoriser l’inclusion des personnes LGBT+ dans le milieu professionnel. Chaque signature est valable pour une durée de 3 ans.

En signant la Charte de l’Autre Cercle, SAP France s’engage à :

  • créer un environnement inclusif pour les collaboratrices et les collaborateurs LGBT+ ;
  • veiller à l’égalité des droits et de traitement entre toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre ;
  • soutenir toutes les victimes de propos ou d’actes discriminatoires ;
  • mesurer les avancées et partager les bonnes pratiques pour faire évoluer l’environnement professionnel.

Cet engagement vient compléter les nombreuses actions déjà menées en faveur de la diversité et de l’inclusion au sein de SAP France (diversité de genre, de génération, personnes en situation de handicap, neurodiversité …) et encourage chacun et chacune à défendre la diversité, l’équité et l’inclusion chaque jour de l’année. L’occasion également pour SAP France de réaffirmer ses valeurs de respect et de bienveillance, tant en interne qu’auprès de tout son écosystème, afin d’être – ensemble – tous acteurs du changement.

 

Lancement de Pride@SAP

Au fil des décennies, SAP a su créer des espaces d’écoute, sûrs, où l’on se sent accueilli et où l’on peut venir alimenter la créativité de l’entreprise. Le bien-être au travail gagne de l’importance et devient un facteur d’attractivité, de fidélisation et d’engagement. Chaque entreprise doit pouvoir adapter son identité et ses valeurs à ces évolutions.

C’est dans cette optique que SAP France annonce le lancement de son réseau professionnel Pride@SAP France pour que chacune et chacun puisse revendiquer sa fierté d’être elle-même et lui-même.

 

Le mot des porte-paroles

Olivier Nollent, Président, Directeur Général de SAP France indique : « En signant cette charte, nous avons vocation à toucher tous nos employés mais aussi tout notre écosystème de partenaires, de clients ou d’investisseurs. Notre ambition est de montrer la voie, dans la continuité de nos actions en faveur de la diversité et de l’inclusion, et de faire écho au-delà de notre propre environnement. »

Caroline Garnier, DRH SAP France & Maroc ajoute : « La diversité contribue à rendre notre lieu de travail plus performant et l’inclusion est nécessaire pour l’épanouissement de chacun – toutes deux requièrent une attention constante, de la vigilance et des actions concrètes. Notre objectif est de promouvoir un environnement de travail dans lequel chacune et chacun peut s’épanouir, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre. Sois fièr·e d’être toi-même ! »

 

Denis Triay, Président de L’Autre Cercle : « Comme les autres facteurs de diversité, ceux de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre confèrent un regard et une expérience de vie différente qui permettent d’enrichir les réflexions et les modes de décisions dans les organisations. La norme induit un mode de pensée qui rassure, la diversité propose un mode de pensée en rupture.
La diversité est le catalyseur de la performance et de l’innovation, il  est de la responsabilité des employeurs de savoir la préserver, de la cultiver et de la promouvoir. C’est non seulement un enjeu de responsabilité sociétale mais aussi un enjeu de développement stratégique des organisations.
 »

Catherine Tripon, Porte-parole et Co-responsable du pôle Employeurs : « Quand on a pour devise d’améliorer le bien-être de toutes et tous, évidemment cela fait écho pour les employé.es de SAP. Tous les critères de diversité sont concernés par des démarches volontaristes inclusives. Mais cela ne peut se pérenniser sans embarquer l’ensemble du collectif de travail. Pour les personnes LGBT+, tenant compte des violences de part le monde, travailler dans une entreprise mondiale comme SPA, qui s’engage à les protéger et les valoriser dans leur parcours professionnel, c’est une marque d’engagement que la Charte LGBT+ permet de consolider. »

 

 

A propos de SAP

La stratégie de SAP est d’aider chaque organisation à fonctionner en « entreprise intelligente » et durable. En tant que leader du marché des logiciels d’application d’entreprise, nous aidons les entreprises de toutes tailles et de tous secteurs à opérer au mieux : 87 % du commerce mondial total est généré par nos clients. Nos technologies de Machine Learning, d’Internet des objets (IoT) et d’analyse avancée aident nos clients à transformer leurs activités en « entreprises intelligentes ». SAP permet aux personnes et aux organisations d’avoir une vision approfondie de leur business et favorise la collaboration pour qu’ils puissent garder une longueur d’avance sur leurs concurrents. Nous simplifions la technologie afin que les entreprises puissent utiliser nos logiciels comme elles le souhaitent, sans interruption. Notre suite d’applications et de services end-to-end permet aux clients privés et publics de 25 secteurs d’activité dans le monde entier, de fonctionner de manière rentable, de s’adapter en permanence et de faire la différence. Grâce à un réseau mondial de clients, de partenaires, d’employés et de leaders d’opinion, SAP aide le monde à mieux fonctionner et à améliorer la vie de chacun.

Pour plus d’informations, visitez le site www.sap.com. 

Contact presse SAP : sylvie.lechevin@sap.com

 

A propos de l’Autre Cercle

Association créée en 1997, L’Autre Cercle est l’acteur français de référence pour l’inclusion des personnes LGBT+ au travail. Ses valeurs sont le respect, l’humanisme, l’indépendance, l’engagement et le pragmatisme. Elle œuvre pour un monde professionnel épanouissant, inclusif et respectueux des personnes dans toutes leurs diversités, quelle que soit leur orientation sexuelle ou identité de genre. Outre sa vocation d’observatoire, ses missions sont d’accompagner les organisations et de promouvoir les bonnes pratiques. L’Autre Cercle fédère plus de 230 organisations publiques et privées adhérentes et/ou signataires de la Charte d’Engagement LGBT+ réunissant plus de 2 millions de salarié·e·s et agent·e·s.

The post SAP France signe la Charte d’Engagement LGBT+ et lance son réseau professionnel Pride@SAP France appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

NEW YORK/WALLDORF, Allemagne – 7 décembre 2022 – PwC et SAP ont annoncé une nouvelle stratégie de co-innovation visant à faire du développement durable une partie intégrante des opérations commerciales. Cette stratégie vise à créer des solutions fiables pour relever les principaux défis Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance d’entreprise (ESG). Elle couvre la mesure, le reporting et le pilotage du carbone ainsi que la décarbonisation de la chaîne d’approvisionnement, le risque climatique et l’analyse concurrentielle.

La nouvelle stratégie ESG s’appuie sur la force de l’alliance existante entre PwC et SAP, qui a fourni avec succès des solutions de transformation d’entreprise à des clients dans plus de 80 pays.

La stratégie comprend des solutions co-innovées, créées avec l’expertise approfondie de PwC en matière d’ESG et de comptabilité, visant à permettre aux entreprises d’appliquer des mesures ESG à travers leurs opérations fiables, auditables et vérifiables. Ces solutions s’appuient sur la solution SAP® Cloud for Sustainable Enterprises, ainsi que sur la solution SAP Sustainability Control Tower et la solution SAP Product Footprint Management. Ensemble, PwC et SAP aident les entreprises à tirer parti des solutions dont elles ont besoin pour satisfaire aux exigences de conformité et stimuler la croissance, afin de répondre aux attentes toujours plus grandes des clients et des investisseurs. Ils aident également les clients à façonner l’avenir de leur stratégie net zéro et de leur reporting sur le développement durable.

La stratégie de PwC et SAP comprend des solutions englobant une stratégie ESG à l’échelle de l’entreprise, allant de l’optimisation des transactions et de la reconnaissance des crédits d’impôt à la gestion des risques liés aux tiers et à l’analyse concurrentielle. Les trois principaux défis à relever en matière d’ESG, de réduction des émissions et de rapports sur le développement durable seront également abordés :

  • Le reporting et la diffusion aidant à satisfaire aux exigences en matière d’établissement de rapports et de diffusion des données sur la mesure du carbone de niveau investisseur, ceci afin de répondre aux demandes des investisseurs, prêteurs, régulateurs et clients.
  • L’opérationnalisation de la durabilité pour soutenir la prise en compte des mesures ESG, en particulier les questions sur le carbone, directement dans les fonctions commerciales, telles que la vente, la capitalisation et la fiscalité.
  • La gestion des risques, le suivi et la conformité de la chaîne d’approvisionnement étendant le soutien aux mesures ESG pour couvrir l’impact des fournisseurs sur les performances organisationnelles.

Des solutions comme l’outil primé Climate Excellence de PwC Allemagne, basé sur SAP Business Technology Platform, ont déjà démontré la force de la collaboration entre les deux organisations pour mettre sur le marché des innovations ESG.

PwC et SAP s’attachent à aider les entreprises à répondre aux exigences de reporting et d’auditabilité imposées par l’European Financial Reporting Advisory Group (EFRAG) et l’International Sustainability Standards Board (ISSB). Ils aident également les entreprises à se conformer à une décision connexe proposée par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Les solutions fournies par PwC et SAP permettent de créer l’environnement en temps réel, et axé sur les données dont les clients ont besoin pour exploiter et promouvoir l’entreprise durable de demain.

Bob Moritz, Global Chairman de PwC, a déclaré : « L’ESG est devenu un impératif commercial et est au cœur de la stratégie mondiale de PwC, ‘The New Equation’, qui vise à aider les clients à instaurer la confiance avec leurs parties prenantes et à obtenir des résultats durables. De nouvelles exigences en matière de reporting et de divulgation ESG sont établies, et une plus grande transparence est essentielle pour instaurer la confiance. Cette conviction est au cœur de notre nouvelle stratégie de co-innovation avec SAP qui vient élargir notre collaboration pour mettre l’accent sur le développement de solutions ESG. PwC a travaillé intensément afin d’aider les entreprises à répondre à leurs exigences pour atteindre leurs objectifs ESG. L’association entre notre expertise et notre réputation de confiance et d’intégrité à la plateforme technologique de SAP, permettra d’apporter des capacités et des solutions plus larges pour répondre aux défis des entreprises dans le respect de leurs engagements ESG et de durabilité. »

Christian Klein, CEO et Membre du Conseil d’Administration de SAP SE, a déclaré : « La clé de la capacité de chaque organisation à atteindre ses objectifs de durabilité et à susciter des changements positifs, est la transparence. Notre collaboration permettra de combiner l’expertise sectorielle approfondie et la connaissance des clients de PwC avec notre portefeuille de technologies de pointe en matière de développement durable. La transparence ESG qui en résultera aidera les entreprises à réinventer leurs modèles économiques et à obtenir des résultats durables dont le monde a besoin de toute urgence.”

Pour en savoir plus sur la stratégie de co-innovation ESG de PwC et SAP, visitez notre site Web.

The post PwC et SAP lancent une nouvelle stratégie d’innovation pour aider les entreprises à atteindre leurs objectifs ESG et Net Zero. appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Every year, at this time, blogs like this one like to try and predict what’s going to happen in the year ahead. It’s a way of drawing a line under the archive and starting afresh. A rejuvenation that, as humans, we find life-affirming.

Ten years ago, I would have had high confidence in these predictions — after all I was eventually right about SVG adoption, even if it took a decade. But the last few years have shown that web design is tightly interwoven with the muggle world, and that world is anything but predictable.

So as we look at what might occur in the next year (or five), think of it less as a set of predictions and more as a wishlist.

Last Year’s Predictions

When I write this post every January, I like to keep myself honest by glancing back at the previous year’s predictions to gauge how accurate (or not) my predictions have been.

Last year I predicted the long-term trend for minimalism would end, WordPress would decline, cryptocurrency would go mainstream, and then hedged my bets by saying we’d make both more and fewer video calls.

Gradients, maximalism, and the nineties revival pulled us away from minimalism. It’s still popular, just not as dominant.

WordPress is still the biggest CMS in the world and will continue to be for some time. But the relentless grind of no-code site builders at the low end, and being outperformed by better CMS at the high end, mean that WordPress has passed its peak.

Over-inflated predictions for BitCoin reaching $100k by December 2021 turned out to be a damp squib. In the end, Bitcoin only tripled in value in 2021. However, with micro-tipping and major tech companies moving into the arena, it’s clear digital currency arrived in the public consciousness in 2021.

And how could I be wrong about more but also fewer video calls? So I’m calling that my first clean sweep ever. With that heady boast, let’s take a look at the next twelve months.

What Not to Expect in 2022

Do not expect the Metaverse to be significant in anything but marketing speak. Yes, the hardware is slowly becoming more available, but the Metaverse in 2022 is like playing an MMORPG on PS5: theoretically, great fun, until you discover that absolutely none of your friends can get their hands on a console.

Ignore the blog posts predicting a noughties-era retro trend. All those writers have done is looked at the nineties-era trend and added a decade. Fashions aren’t mathematical; they’re poetic. Retro happens when people find a period that rhymes with present-day hopes and fears. After the last couple of years, if we revisit a decade, it’s likely to be the late-forties.

Finally, don’t expect seismic change. Material design, parallax scrolling, and jQuery are still with us and are still valid choices under the right circumstances. Trends aren’t neat; they don’t start in January and conclude in December.

5 Web Design Predictions for 2022

Predictions tend to be self-fulfilling. So we’ve limited ourselves to five trends that we believe are either positive or, at worst harmless. Of course, there are no guarantees, but if these come to pass, we’ll be in good shape for 2023.

1. The Blockchain is Coming

Underpinning the cryptocurrency industry are blockchains. In simple terms, they’re a set of data that can be appended to but can’t be edited or deleted. Think of it as version control for data.

As with most technology, the first wave has been a way to make a fast buck. However, the exciting development is blockchain technology itself and the transformative nature of the approach. For example, Médecins Sans Frontières reportedly stores refugees’ medical records on the blockchain.

Imagine the Internet as a set of data, editable for a micro-fee, and freely accessed by anyone anywhere. Instead of millions of sites, a single, secure, autonomous source of truth. Someone somewhere’s working on it.

2. Positivity & Playfulness & A11y

Even before world events descended into an endless tirade of grim news, time was running out for dull, corporate, geometric sans-serif design.

We added gradients, we added personality, we embraced humor. And contrary to the established business logic, we still make money. Over the past few years, there have been extraordinary efforts by designers and developers to examine, test, and champion accessibility, and thanks to them, inclusive design is no longer reliant on the lowest common denominator.

In 2022 you can get experimental without obstructing 10%+ of your users.

3. Everything Green

Green is a fascinating color, the primary that isn’t (except in RGB, when it is).

Green has the same visual weight as blue, is substantially more flexible, and yet to date, has been radically underutilized in digital design.

Green has a prominent cultural association with the environment. At a time when tech companies are desperate to emphasize their ethical credentials, marketing companies will inevitably begin promoting a brand color shift to green as a quick fix for all those dumped chemicals, strip mines, and plastic-filled seas.

We’ve already seen earthy hues acquire popular appeal. At the other end of the vibrancy scale, neons are popular. Green spans both approaches with everything from calm sages to acidic neons.

In 2022, if you’re looking for a color to capture the moment, look to green.

4. Hero Text

A picture is supposed to be worth 1000 words, although I’m not sure anyone has actually tried to measure it. The problem is that sites increasingly rely on stock images, so the 1000 words that we’re getting may or may not accurately reflect 100% of our message.

In 2022, a handful of well-chosen words will be worth more than an image, with hero images taking a back seat to large hero text. This is aided by a number of minor trends, the most notable of which is the willingness of businesses to look beyond the geometric sans-serif to a more expressive form of typography.

Reading through the prediction posts on sites other than this, almost everyone agrees on large hero text replacing images, which virtually guarantees it won’t happen. Still, at the start of 2022, this seems to be the direction we’re taking.

5. Bring the Noise

One of the unexpected consequences of the past couple of years has been a renewed connection with nature. The effortless complexity in nature is endlessly engaging.

We’ve already begun to popularise gradients — there are no flat colors in nature — and the next logical step is the addition of noise.

In visual terms, noise is the grainy texture that sits so beautifully in vector illustrations. Noise has dipped in and out of trends for years, hampered a little by the leap in file size it creates. However, with WebP and Avif file types, noise is now usable on production sites.

Designing in 2022, when in doubt, throw some noise at it.

 

Featured image via Unsplash.

Source

The post 5 Big Web Design Predictions for 2022 first appeared on Webdesigner Depot.

Source de l’article sur Webdesignerdepot

Le data mining est le processus d’extraction d’informations utiles à partir d’une accumulation de données, souvent à partir d’un data warehouse (entrepôt de données) ou d’une collection d’ensembles de données liés. Les outils de data mining incluent de puissantes fonctionnalités statistiques, mathématiques et analytiques dont l’objectif principal est de passer au crible de vastes ensembles de données pour identifier les tendances, les modèles et les relations, pour des prises de décisions et une planification éclairées.

Souvent associé aux demandes du service marketing, le data mining est considéré par de nombreux dirigeants comme un moyen de mieux comprendre la demande et de voir l’impact des modifications apportées aux produits, des prix ou des promotions sur les ventes. Mais le data mining présente également des avantages considérables pour d’autres domaines d’activité. Les ingénieurs et les concepteurs peuvent analyser l’efficacité des modifications de produit et rechercher les causes possibles de la réussite ou de l’échec d’un produit en fonction de la manière, du moment et du lieu d’utilisation des produits. Le MRO (entretien, réparation et fonctionnement) est en mesure de mieux planifier le stock de pièces et l’affectation du personnel. Les entreprises de services professionnels peuvent utiliser le data mining pour identifier les nouvelles opportunités liées à l’évolution des tendances économiques et aux changements démographiques.

Le data mining s’avère davantage utile et précieux maintenant que l’on se retrouve avec des ensembles de données plus volumineux et une expérience utilisateur accrue. Logiquement, plus il y a de données, plus elles cachent d’informations et de renseignements. Par ailleurs, plus les utilisateurs se familiarisent avec les outils et comprennent la base de données, plus ils deviennent créatifs vis-à-vis des explorations et des analyses.


Pourquoi utiliser le data mining ?

Le principal avantage du data mining est sa capacité à repérer des modèles et des relations dans de grands volumes de données provenant de plusieurs sources. Avec de plus en plus de données disponibles, provenant de sources aussi variées que les réseaux sociaux, les capteurs à distance et les rapports de plus en plus détaillés sur les mouvements de produits et l’activité du marché, le data mining offre les outils nécessaires pour exploiter pleinement le Big Data et le transformer en renseignements exploitables. De plus, il peut aider à « sortir des sentiers battus ».

Le processus de data mining peut détecter des relations et des modèles surprenants et intrigants dans des fragments d’informations apparemment non liées. Comme les informations tendent à être compartimentées, il a toujours été difficile, voire impossible, de les analyser dans leur ensemble. Toutefois, il peut exister une relation entre les facteurs externes (démographiques ou économiques, par exemple) et la performance des produits d’une entreprise. Les dirigeants, qui examinent régulièrement les chiffres des ventes par territoire, ligne de produits, canal de distribution et région, manquent souvent de contexte externe pour ces informations. Leur analyse souligne « ce qui s’est passé », mais ne détaille pas vraiment « pourquoi cela s’est passé de cette manière ». Le data mining peut apporter une solution.

Le data mining peut rechercher des corrélations avec des facteurs externes. Si la corrélation n’indique pas toujours la causalité, ces tendances peuvent être des indicateurs précieux pour guider les décisions relatives aux produits, aux canaux et à la production. La même analyse peut être bénéfique pour d’autres domaines de l’activité, de la conception de produit à l’efficacité opérationnelle, en passant par la prestation de services.


Historique du data mining

Nous collectons et analysons des données depuis des milliers d’années et, à bien des égards, le processus est resté le même : identifier les informations nécessaires, trouver des sources de données de qualité, collecter et combiner les données, utiliser les outils les plus efficaces pour analyser les données, et tirer parti des enseignements appris. À mesure que l’informatique et les systèmes basés sur les données se sont développés, il en a été de même pour les outils de gestion et d’analyse des données. Le véritable point d’inflexion est venu dans les années 1960 avec le développement de la technologie de base de données relationnelle et des outils de requête en langage naturel orienté utilisateur, tels que Structured Query Language (SQL). Les données n’étaient plus disponibles uniquement via des programmes codés personnalisés. Grâce à cette avancée, les utilisateurs pouvaient explorer leurs données de manière interactive et en extraire les « joyaux cachés ».

Le data mining est traditionnellement un ensemble de compétences spécialisées dans la science des données. Cependant, chaque nouvelle génération d’outils analytiques nécessite dans un premier temps des compétences techniques avancées, mais évolue rapidement pour devenir accessible aux utilisateurs. L’interactivité, c’est-à-dire la possibilité de laisser les données vous parler, est la principale avancée. Posez une question et visualisez la réponse. En fonction de ce que vous apprenez, posez une autre question. Ce type d’itinérance non structurée à travers les données permet à l’utilisateur d’aller au-delà des limites de la conception de bases de données spécifiques à une application et permet de découvrir des relations qui dépassent les limites fonctionnelles et organisationnelles.

Le data mining est une composante clé de la Business Intelligence. Les outils d’exploration de données sont créés dans les tableaux de bord décisionnels, en extrayant des informations du Big Data, y compris les données des réseaux sociaux, des flux de capteurs IoT, des appareils de localisation, du texte non structuré, des vidéos, etc. Le data mining moderne s’appuie sur le Cloud, l’informatique virtuel et les bases de données in-memory pour gérer les données de diverses sources de manière rentable et s’adapter à la demande.


Comment cela fonctionne ?

Il y a environ autant d’approches du data mining qu’il y a d’explorateurs de données. L’approche dépend du type de questions posées, du contenu et de l’organisation de la base de données ou des ensembles de données fournissant la matière première pour la recherche et l’analyse. Cela dit, certaines étapes organisationnelles et préparatoires doivent être accomplies pour préparer les données, les outils et les utilisateurs :

  1. Comprendre le problème, ou du moins le domaine d’enquête.Le décideur, qui doit prendre les commandes de cette grande aventure de data mining, a besoin d’une compréhension générale du domaine dans lequel il travaillera, à savoir les types de données internes et externes qui doivent faire partie de cette exploration. On suppose qu’il a une connaissance approfondie de l’entreprise et des domaines fonctionnels impliqués.
  2. Collecte de données. Commencez par vos systèmes et bases de données internes. Liez-les à l’aide de leurs modèles de données et de divers outils relationnels, ou rassemblez les données dans un entrepôt de données (data warehouse). Cela inclut toutes les données provenant de sources externes qui font partie de vos opérations, telles que les données de force de vente et/ou de service, les données IoT ou des réseaux sociaux. Recherchez et acquérez auprès des associations professionnelles et des gouvernements les droits sur les données externes, notamment les données démographiques, économiques et relatives au marché, telles que les tendances du secteur et les indices financiers. Intégrez-les dans le périmètre du kit d’outils (intégrez-les dans votre data warehouse ou reliez-les à l’environnement de data mining).
  3. Préparation et compréhension des données.Faites appel aux experts en la matière pour définir, catégoriser et organiser les données. Cette partie du processus est parfois appelée « remaniement des données ». Certaines données peuvent nécessiter un nettoyage pour supprimer les doublons, les incohérences, les enregistrements incomplets ou les formats obsolètes. La préparation et le nettoyage des données peuvent se poursuivre à mesure que de nouveaux projets ou des données provenant de nouveaux champs d’enquête deviennent intéressants.
  4. Formation des utilisateurs.Vous ne donneriez pas à votre adolescent les clés de la Ferrari sans qu’il n’ait appris à conduire ou qu’il n’ait pratiqué la conduite sur route avec un moniteur. Par conséquent, veillez à dispenser une formation formelle à vos futurs explorateurs de données et à les familiariser avec ces outils puissants. La formation continue est également bienvenue une fois qu’ils maîtrisent les bases et qu’ils peuvent passer à des techniques plus avancées.

Techniques de data mining

Gardez à l’esprit que l’exploration de données est basée sur un kit d’outils plutôt que sur une routine ou un processus fixe. Les techniques spécifiques de data mining citées ici ne sont que des exemples d’utilisation des outils par les organisations afin d’explorer leurs données et rechercher des tendances, des corrélations et des renseignements.

D’une manière générale, les approches de data mining peuvent être catégorisées comme étant orientées (vers un résultat spécifique souhaité) ou non orientées, comme un simple processus de découverte. D’autres explorations peuvent être destinées au tri ou à la classification des données, telles que le regroupement des clients potentiels en fonction d’attributs commerciaux comme le secteur, les produits, la taille et le lieu géographique. De même, la détection de cas particuliers ou d’anomalies est une méthode automatisée de reconnaissance des anomalies réelles (plutôt que simple variabilité) dans un ensemble de données qui affiche des modèles identifiables.

Association

Un autre objectif intéressant est l’association, qui relie deux événements ou activités apparemment non liés. Il existe un récit bien connu des débuts de l’analyse et du data mining, peut-être fictif, selon lequel une chaîne de magasins découvrait une corrélation entre les ventes de bière et de couches. Il avait été supposé que les nouveaux papas stressés qui sortaient tard le soir pour acheter des couches pouvaient aussi prendre un pack de 6 bières dans la foulée. Les magasins ont alors placé la bière et les couches à proximité, ce qui a augmenté les ventes de bière.

Clustering

Cette approche vise à regrouper les données par similitudes plutôt que par hypothèses prédéfinies. Par exemple, lorsque vous explorez vos informations commerciales clients combinées à des données externes démographiques et de crédit à la consommation, vous pourriez découvrir que vos clients les plus rentables vivent dans des villes de taille moyenne.

La majorité du temps, le data mining est exécuté en soutien à la prévision. Plus vous comprenez les modèles et les comportements, mieux vous pouvez prévoir les actions futures liées aux causes ou aux corrélations.

Régression

L’une des techniques mathématiques proposées dans les kits d’outils de data mining est l’analyse de régression, qui prédit un nombre en fonction de modèles historiques projetés dans le futur. Divers autres algorithmes de détection et de suivi des modèles fournissent des outils flexibles pour aider les utilisateurs à mieux comprendre les données et le comportement qu’elles représentent.

Ce ne sont là que quelques-uns des outils et des techniques disponibles dans les kits d’outils de data mining. Le choix de l’outil ou de la technique est en quelque sorte automatisé en ce sens que les techniques seront appliquées en fonction de la manière dont la question est posée. Auparavant, l’exploration de données revenait à « découper en tranches » la base de données, mais la pratique est aujourd’hui plus sophistiquée et les termes comme association, clustering et régression sont monnaie courante.


Exemples de cas d’utilisation

Le data mining est essentiel à l’analyse des sentiments, à l’optimisation des prix, au marketing de bases de données, à la gestion des risques de crédit, à la formation et à l’assistance, à la détection des fraudes, aux diagnostics médicaux, à l’évaluation des risques, aux systèmes de recommandation (à savoir, « les clients qui ont acheté ceci ont également aimé… »), et bien plus encore. Elle peut être un outil efficace dans pratiquement n’importe quel secteur, y compris la distribution de détail, la distribution de gros, les services, la fabrication, les télécommunications, les communications, les assurances, l’éducation, la santé, la banque, la science, l’ingénierie et le marketing en ligne ou les réseaux sociaux.

Développement de produit

Les entreprises qui conçoivent, fabriquent ou distribuent des produits physiques peuvent identifier des opportunités pour mieux cibler leurs produits en analysant les habitudes d’achat conjuguées aux données économiques et démographiques. Leurs concepteurs et ingénieurs peuvent également recouper les commentaires des clients et des utilisateurs, les données de réparation et d’autres données pour identifier les opportunités d’amélioration des produits.

Production

Les fabricants peuvent suivre les tendances de qualité, les données de réparation, les taux de production et les données de performance des produits sur le terrain pour identifier les problèmes de production. Ils peuvent également détecter les améliorations pouvant être apportées aux processus afin d’accroître la qualité, gagner du temps, réduire les coûts, améliorer la performance des produits et/ou repérer tout besoin de renouvellement d’équipements.

Industries
des services

Dans le secteur des services, les utilisateurs peuvent trouver des opportunités similaires d’amélioration des produits en comparant les commentaires des clients (directs ou publiés sur les réseaux sociaux ou d’autres sources) et les données relatives aux services, canaux, performance des pairs, régions, tarifs, ou encore les données démographiques ou économiques.

Enfin, toutes ces découvertes doivent être transposées dans les prévisions et la planification afin que l’ensemble de l’entreprise soit en phase avec les changements de la demande anticipés grâce à une connaissance plus approfondie du client, et soit ainsi mieux positionnée pour exploiter les opportunités venant d’être identifiées.


Défis liés au data mining

  • Big Data : la génération de données est de plus en plus rapide, ce qui offre de plus en plus d’opportunités pour le data mining. Cependant, des outils d’exploration de données modernes sont nécessaires pour extraire une signification du Big Data, compte tenu du volume élevé, de la grande rapidité et de la grande variété des structures de données, ainsi que du volume croissant de données non structurées. De nombreux systèmes existants ont du mal à gérer, à stocker et à utiliser ce grand flux d’intrants.
  • Compétence de l’utilisateur : les outils d’exploration et d’analyses des données sont conçus pour aider les utilisateurs et les décideurs à comprendre et à obtenir des informations à partir de grands volumes de données. Bien que hautement techniques, ces outils puissants offrent désormais une excellente expérience utilisateur, de sorte que pratiquement tous les utilisateurs sont en mesure d’utiliser ces outils avec un minimum de formation. Toutefois, pour tirer pleinement profit des avantages, l’utilisateur doit comprendre les données disponibles et le contexte commercial des informations qu’il recherche. Il doit également savoir, au moins de manière générale, comment fonctionnent les outils et ce qu’ils peuvent faire. Ces outils ne sont pas hors de portée du responsable ou dirigeant moyen, mais nécessitent un apprentissage, raison pour laquelle les utilisateurs doivent consacrer du temps au développement de cette nouvelle compétence.
  • Qualité et disponibilité des données : avec ces énormes quantités de nouvelles données, il existe également des masses de données incomplètes, incorrectes, trompeuses, frauduleuses, endommagées ou simplement inutiles. Les outils peuvent contribuer à résoudre ce problème, mais les utilisateurs doivent constamment tenir compte de la source des données et de sa crédibilité et fiabilité. Les préoccupations en matière de confidentialité sont également importantes, tant en ce qui concerne l’acquisition des données que la prise en charge et la gestion une fois qu’elles sont en votre possession.

Pictogramme qui représente un entrepôt de données

Renforcez votre expertise en matière de gestion des données

Comprenez le processus de gestion des données et les avantages qu’il peut apporter à votre organisation.

En savoir plus

 


FAQ sur le data mining

Quelle est la différence entre le machine learning et le data mining ?

Le data mining consiste à utiliser des outils analytiques avancés pour extraire des informations utiles d’une accumulation de données. Le machine learning est un type d’intelligence artificielle (IA) qui permet aux systèmes d’apprendre par l’expérience. L’exploration de données peut utiliser le machine learning lorsque les programmes analytiques ont la possibilité d’adapter leurs fonctionnalités en fonction de l’analyse de données qu’ils effectuent.

Existe-t-il une différence entre le data mining et l’analyse de données ?

L’analyse des données est un terme général pour le large éventail de pratiques visant à identifier les informations utiles, à les évaluer et à fournir des réponses spécifiques. Le data mining est un type d’analyse des données qui se concentre sur l’exploration de grands ensembles de données combinés pour découvrir des modèles, des tendances et des relations susceptibles de générer des informations et des prévisions.

Le data mining est-il identique à la science des données ?

La science des données est un terme qui inclut de nombreuses technologies de l’information, y compris les statistiques, les mathématiques et les techniques de calcul sophistiquées appliquées aux données. Le data mining est un cas d’utilisation de la science des données centré sur l’analyse de grands ensembles de données provenant d’un large éventail de sources.

Le data mining est-il identique au data warehouse ?

Un data warehouse est un ensemble de données, généralement provenant de sources multiples (ERPCRM, par exemple) qu’une entreprise rassemblera dans l’entrepôt à des fins d’archivage et d’analyse à grande échelle, comme le data mining.

The post Qu’est-ce que le data mining ? appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

So, really, you’re in the business of designing websites for your clients’ audiences.

But how do you ensure you get it right? You could take what your client tells you at face value, but that’s only going to scrape the surface of who their audience is.

What you need to do is figure out how consumers think and why they respond to websites the way they do. A lot of this is already explained to us by psychology principles.

Once you memorize them, you’ll be able to design user journeys that get visitors to respond exactly as you and your client want them to.

15 Psychology Principles to Use in Web Design

We as humans think certain ways, and your design should cater to those underlying thought processes and natural responses.

Below are 15 psychology principles that’ll help you design better, more intuitive digital experiences for your end-users:

1. Aesthetics-Usability Effect

The Aesthetics-Usability Effect suggests that people equate more attractive interfaces with more usable ones. In other words, a good, modern, responsive design should always be your starting point.

2. Color Psychology

Color psychology tells us about color’s influence over how something is perceived. With color so strongly tied to emotion, you can do a lot to affect how visitors perceive a website and the brand behind it.

3. Psychology of Shapes

Just as a color has the ability to affect someone’s perception of a brand or the content they’re looking at, so too do individual shapes used within an interface. Each shape — circles, squares, triangles, hexagons, and polygons — has a unique psychological association.

4. Gestalt Principles

Gestalt Principles are a way for humans to make sense of chaotic data presented to them. So, rather than see a bunch of text, images, and space, the human brain recognizes patterns to simplify complexity.

About half a dozen principles are associated with this theory, and they’re related to factors like symmetry, similarity, and proximity.

5. Mere-Exposure Effect / Jakob’s Law

The Mere-Exposure Effect, or Familiarity Principle, suggests that people are more likely to prefer things that seem familiar.

Jakob’s Law applies this psychology specifically to the internet user experience. It suggests that users expect your website to work the same way as the other sites they spend their time on.

6. Von Restorff Effect

The Von Restorff Effect, or Isolation Effect, describes what happens when someone is exposed to identical stimuli, and then a unique element is introduced to the fold. It’s the outlier that will most effectively grab their attention.

7. Selective Disregard

Selective disregard is a type of “blindness” users develop to anything seemingly irrelevant to their main goal. This often occurs when a design or marketing trend grows stale — like websites that use the exact same cookie consent banner.

8. Hick’s Law

Hick’s Law states that the number of choices a person has to make will increase the amount of time it takes to make a decision.

This is a fundamental principle to pay attention to on ecommerce sites as you want to speed up the decision-making process, not slow it down.

9. Loss Aversion

Loss Aversion states that decision-making is more commonly driven by avoiding losses than acquiring gains.

If your website or the content within it gives visitors any reason not to trust it or feel confident in taking action, you’re more likely to see high abandonment rates than conversions.

10. Paradox of Choice

The Paradox of Choice is a response to the problem posited by Hick’s Law. It suggests that the reduction of choices makes consumers feel less anxious, which, in turn, increases confidence and satisfaction with purchases.

If your site suffers from high cart abandonment or product returns, the paradox of choice would be a useful principle to leverage.

11. Miller’s Law

Miller’s Law, also referred to as Cognitive Load Theory, has to do with memory capacity. On average, people can only have about seven items stored in their working memory at any given time.

This psychology principle encourages the reduction of options and the general reduction of content to improve focus and decision-making capabilities.

12. Feedback

Feedback is one of the principles of learning and plays a big part in interaction design.

Feedback is what designers use to tell people when they’ve made progress towards a goal or achieved it. You can also use it to teach visitors how a website will respond to their actions, which encourages faster and more confident engagements with your website.

13. Extrinsic Motivation

There are two types of motivation. Intrinsic motivation is an internal one, whereas extrinsic is external.

It’s Extrinsic Motivation that plays a role in getting users to complete more tasks online. As a designer, you have to make sure these kinds of “rewards” are obvious.

14. Social Proof

Not so much a psychological principle as it is a psychological phenomenon, Social Proof or Influence, suggests that people will copy the actions of the masses. It also refers to the assumption that the truth lies with the majority.

This is why customer reviews, client testimonials, and user-generated content have become so useful on websites.

15. Peak-End Rule

The Peak-End Rule states that people will judge an experience based on their very first and last impressions of it. This is somewhat related to the Serial Position Effect, whereby people will remember the first and last items in a group.

So, this is something to remember when you build out the top and bottom of each page as well as the start and expected end to the user journey.

Wrap-Up

Want to build better websites? Then, you need to design from the end users’ perspective.

The best place to start is with psychology principles, as they’ll tell you how most consumers think and what motivates them to respond. If you understand this inherent cause-and-effect relationship, you can design websites that elicit the right kind of response from your visitors.

Source

The post 15 Psychology Principles Every Designer Should Know first appeared on Webdesigner Depot.


Source de l’article sur Webdesignerdepot

WALLDORF, Allemagne, et REDMOND, Washington – 22 janvier 2020 – SAP SE (NYSE : SAP) et Microsoft Corp. ont annoncé leur intention d’intégrer Microsoft Teams à la suite de solutions intelligentes de SAP. Les sociétés ont également officialisé l’extension d’un partenariat stratégique existant afin d’accélérer l’adoption de SAP S/4HANA® sur Microsoft Azure. Ce partenariat s’appuie sur un engagement commun des entreprises à simplifier et à rationaliser la migration des clients vers le cloud.

« Les nouvelles méthodes de travail, de collaboration et d’interaction transforment complètement notre mode de fonctionnement », a déclaré Christian Klein, CEO de SAP et membre du conseil d’administration. « En intégrant Microsoft Teams dans notre portefeuille de solutions, nous porterons la collaboration à un niveau supérieur, en déterminant ensemble l’avenir du travail et en permettant une entreprise sans friction. Notre partenariat de confiance avec Microsoft est axé sur la progression continue du succès client. C’est pourquoi nous développons également l’interopérabilité avec Azure ».

Beaucoup de choses ont changé au cours de l’année passée, le travail est devenu plus virtuel, ce qui accroît le recours à Microsoft Teams pour les réunions, la communication et la collaboration. Pour faciliter ces changements commerciaux et sociétaux, SAP et Microsoft mettent en place de nouvelles intégrations entre Microsoft Teams et les solutions SAP, telles que SAP S/4HANA, les offres SAP® SuccessFactors® et SAP Customer Experience. Cela permettra d’innover, d’accroître la productivité et l’engagement des employés, d’offrir un apprentissage collaboratif et de soutenir la croissance mondiale. Ces intégrations sont prévues pour la mi-2021.

« Le dossier de la transformation numérique n’a jamais été aussi urgent », a déclaré Satya Nadella, CEO de Microsoft. « En associant la puissance d’Azure et de Teams aux solutions de SAP, nous aiderons davantage d’organisations à exploiter la puissance du cloud afin qu’elles puissent s’adapter et innover plus rapidement à l’avenir. »

Les entreprises étendent également leur partenariat de cloud computing annoncé en 2019, afin d’introduire de nouvelles offres d’automatisation et d’intégration du cloud pour SAP S/4HANA sur Microsoft Azure. Ensemble, Microsoft et SAP offrent de nouvelles possibilités pour gérer une entreprise critique sur Azure tout en aidant les clients à moderniser leurs applications d’entreprise. SAP et Microsoft proposeront à leurs clients :

  • Une Simplification du passage des éditions on premise de l’ERP SAP à SAP S/4HANA sur le cloud. En plus des plans de route spécifiques à l’industrie vers le cloud et les architectures de référence, SAP et Microsoft continueront à co-innover autour de SAP S/4HANA sur Azure.
  • Des engagements conjoints élargis avec les clients et les partenaires. En plus du travail d’intégration des produits, SAP, Microsoft et les partenaires intégrateurs de systèmes continueront à fournir aux clients des feuilles de route numériques pour l’entreprise. Cela inclut des architectures de référence immédiates et exploitables et des conseils techniques pour aider les clients dans leur migration vers le cloud.
  • Des investissements accrus dans les plates-formes et les infrastructures. Les entreprises poursuivront le développement des migrations automatisées, l’amélioration des opérations, le contrôle et la sécurité.

Les clients privilégient généralement Azure pour le passage de SAP S/4HANA on-premise vers le cloud.

« Dans le cadre de notre transformation globale, nous sommes passés à SAP S/4HANA », a déclaré John Hill, chief information officer et senior vice president of Business Planning de Carhartt. « L’utilisation de Microsoft Azure nous apporte la rapidité, la disponibilité, l’évolutivité et l’élasticité dont nous avons besoin pour une meilleure visibilité et une meilleure efficacité dans notre activité. La pandémie a frappé alors que nous étions au milieu de notre mise en œuvre de SAP. En utilisant Teams, nous avons donc pu continuer à travailler sur le projet, respecter le calendrier et tenir tout le monde informé. La combinaison de SAP et de Microsoft a été particulièrement utile dans une période difficile ».

« SAP S/4HANA nous a donné une visibilité en temps réel sur notre stock, ce qui est crucial pour nous en tant que société de vente au détail de produits pharmaceutiques et de soins de santé pendant la pandémie », a déclaré Francesco Tinto, Alliance’s senior vice president et global chief information officer. Walgreens Boots Alliance. « Nous avons choisi d’utiliser SAP S/4HANA sur Azure en raison de sa souplesse et de sa flexibilité, qui nous permettent de développer ou de réduire rapidement nos activités pour répondre aux besoins du marché. Nous avons désormais accès à nos données en un seul endroit, ce qui nous permet d’offrir la meilleure expérience possible à nos clients en ligne et dans nos magasins. Les équipes Microsoft associées aux solutions SAP nous ont aidés à surmonter les difficultés liées à la continuité des activités et ont permis à nos employés de collaborer très efficacement malgré le passage du travail de bureau au travail à distance ».

« Lorsqu’il s’agit pour nos clients de livrer des équipements de protection individuelle, nous ne pouvons pas être en retard, c’est pourquoi nous comptons sur SAP et Microsoft pour nous fournir le support numérique qui est essentiel au bon fonctionnement de notre chaîne d’approvisionnement », a déclaré Helge Brummer, vice president of Technical Infrastructure, Support & Operations de Coats. « L’association des équipes Microsoft et de nos solutions SAP a permis à nos employés de travailler de n’importe où tout en garantissant la livraison des commandes à nos clients dans les délais, en soutenant les personnes qui risquent leur vie en travaillant en première ligne ».

La reconnaissance par SAP d’Azure pour la migration vers le cloud ERP se traduit par des commentaires positifs des clients sur la collaboration entre les entreprises. SAP et Microsoft continueront à simplifier la migration et à renforcer la confiance des clients dans la gestion de leurs entreprises numériques dans le cloud. Par ailleurs, de nombreux clients expriment le souhait de maintenir des environnements multi-clouds. SAP poursuit sa politique de longue date de soutien au choix pour les clients qui demandent des alternatives basées sur les besoins de l’entreprise.

SAP et Microsoft ont récemment annoncé une mise à jour pour permettre aux clients de concevoir et d’exploiter des solutions intelligentes de chaîne d’approvisionnement numérique et d’industrie 4.0 dans le cloud et à la marge.

Visitez le SAP News Center. Suivez SAP sur Twitter @SAPNews.

 

The post SAP et Microsoft élargissent leur partenariat et intègrent Microsoft Teams dans les solutions SAP appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

As we turn the corner into the final part of the year, many of the new websites and redesigns that we see during much of the rest of the year tend to slow down. Many businesses are focusing on fourth quarter and holiday sales.

With that being said, there are plenty of holiday flourishes already showing up on many websites. But there are still a few trends that don’t have a holiday theme.

Here’s what’s trending in design this month.

1. Beautiful Connectivity

Web elements that merge and flow into one another can be difficult to design but the payoff is totally worthwhile. This website design trend exemplifies connected elements in a way that’s beautiful and mesmerizing.

You can accomplish it with static elements or interactivity; the common theme is that design parts enter the space of one another and merge in ways that are seamless and visually interesting.

The thing that makes it exceptionally tricky is responsiveness. To ensure that pieces work well at all sizes when they overlap or encroach on the space of one another takes a lot of planning and testing.

Here are a few examples of projects that do it well – and each one does it in a different way.

Kirk Whayman’s website uses a floating ice cube over simple lettering. The interactivity is spot on here with hover actions that allow you to move the block with the letters refracting in an expected manner. (It would be easy to play with it all day.) But the coolest interaction happens when you “break it” (click on the cube). The elements continue to merge and interact in a new and different way.

Kikk Festival uses animations and giant scrollable illustrations and plenty of elements that overlap within the space. What’s neat is that everything on this canvas seems to touch everything else. The staircase design encourages scrolling and lettering and smaller animated elements all connect to the steps in the sky motif.

Multi Options Nursing takes a totally different approach. It uses a static split screen with a photo on the right side that merges into a round graphic element. It takes two not-s-interesting images and makes something out of them. The design carries this theme below the scroll as well and this style of image presentation carries a nice visual weight without feeling heavy.

2. Almost Brutalism

Brutalism just seems to keep coming back around. For those that love this trend, it keeps evolving as well.

The latest styles of brutalism are a little less mono but still pretty sharp with harsh lines, questionable type readability, and a lot going on in a compressed space. These projects also seem to be embracing color and alternative font choices more readily.

Fledge uses a split screen – still a dominant trend two years running – with a blue that’s almost too bright with an almost white offset color. The text is big and smooshed into the space tightly. Depending on the breakpoint, you might not even get the whole phrase on the left side. The design challenge is what are you supposed to do here? There are some hover animation cues, but they aren’t very direct.

Loeven Morcel’s design has hints of brutalism and elements of elegance. What makes this design skew toward the brutal side is use of space and typography. Like the previous example, it falls into the territory of “what should I do here” with some concerns about readability. Most of these issues are resolved on the scroll if you move beyond the homepage.

Szymon Michalczyl’s site is another that is close to brutal in style but has an element of sleekness that doesn’t quite carry it over the edge. The simple framework has that brutalist feel but the use of simple, clean fonts with plenty of space pulls it back into a more mainstream design scheme.

3. Beige Everything

Is a shade of beige the color of the year for 2020? Or is it just how we all feel?

Beige backgrounds are everywhere, making this one of those design trends that you can’t miss. The good news is that designers are playing with different shades of beige as well as warm and cool variations. Beige on its own can take on some of the color from accent hues and imagery, so that’s important to keep in mind when using this in the background.

The other variable is how saturated to make beige coloring. Most designs are using some of the more muted options while mostly playing with the levels of green and red. But darker beiges are also an option.

Simon Daufresne uses a beige that is the color that comes to mind when you think beige. It’s simple, a hint reddish, and is used with black only to maintain true color.

Discovered Wildfoods uses a more neutral feeling beige with a more green undertone (or is that color feel coming from other design elements). The neutral and natural color fits the brand and association this website is trying to create.

Aebele Interiors also uses a more traditional beige but with a bold mustard accent that makes the color feel exceptionally warm. What’s nice about this color combination is that in small sizes the mustard colored-type almost falls into the beige background, but at larger sizes seems to almost jump off the screen. It’s an interesting color juxtaposition.

Conclusion

Personally, this month’s trends are a mixed bag. I love the lines and interactivity of the beautifully connected examples. It shows that elements can cross and work together well.

On the flip side, brutalism and beige just aren’t my style. But apparently, they appeal to a lot of people based on the number of projects using these styles. What do you think? I’d love to know how you feel about these trends. Let me know on Twitter.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

The digital world is a place of constant change. Just as you get used to a new design trend, another one appears, forcing you to rethink the way that you approach each client project. 

As a web designer, it’s up to you to make sure that you have your finger on the pulse on the latest transformations in the industry. However, it can be challenging to know for sure which trends you should be taking seriously, and which you can simply ignore. 

One option to refine and enhance your design journey is to pay attention to influencers. 

Influencers aren’t just there to guide customers into making purchasing decisions. These people are thought-leaders in their field. They spend all of their time tracking down ideas and concepts that really work. That way, they can maintain a successful reputation online.

Sourcing information and motivation from the following UX influencers could help you to create some truly amazing websites in 2020: 

1. Andrew Kucheriavy 

Andrew Kucheriavy is the phenomenal co-founder and CEO of a company named Intechnic. Andrew was one of the first people in the world to be given the “Master in User Experience” award. This means that he’s an excellent person to pay attention to if you want help understanding the ins and outs of user experience design

As one of the leading visionaries in UX, business strategy, and inbound marketing, Andrew has a lot of useful information to offer professionals and learners alike. Andrew is particularly active on Twitter, where he’s constantly sharing insights on design and marketing. You can also find input from Andrew on the Intechnic blog. 

2. Jeff Veen 

Another must-follow for designers who want to learn more about understanding their audience and their position in the marketplace, Jeff Veen is a leader in UX and product design. Veen got his start with the founding team for Wired, before he created the Adaptive Path company for UX consulting. Jeff Veen is also known for being responsible for various aspects of Google Analytics. 

Over the years, Jeff has expanded his knowledge in the design space, and mentored various companies, from WordPress to Medium. He also has a fantastic podcast that you can listen to for guidance when you’re on the go. 

3. Jared Spool 

Jared Spool has been tackling the most common issues of user experience since before the term “UX” was even a thing. Excelling in the design world since 1978, Jared has become one of the biggest and most recognizable names in the user experience environment. He’s the founder of the User Interface Engineering consulting firm. The company concentrates on helping companies to improve their site and product usability. 

Jared offers plenty of handy information to stock up on in his Twitter feed. Additionally, you can find plenty of helpful links to blogs and articles that he has published around the web on Twitter too. He’s followed by Hubgets, PICUS, and many other leading brands. Make sure that you check out his collection of industry-leading talks on UIE. 

4. Jen Romano Bergstrom

An experimental psychologist, User Experience Research coach, and UX specialist, Jen is one of the most impressive women in the web design world. She helped to create the unique experiences that customers can access on Instagram and Facebook. Additionally, she has a specialist knowledge of eye-tracking on the web. You can even check out Jen’s books on eye-tracking and usability testing

When she’s not writing books or researching user experience, Jen is blogging and tweeting about usability and researching new strategies in the web design space. It’s definitely worth keeping up with Jen on Twitter, particularly if you want to be the first to know about her upcoming seminars and learning sessions. 

5. Katie Dill 

Katie Dill is the former Director of Experience for Airbnb, so you know that she knows her way around some unique experiences. With an expertise in working with companies that harness new technologies and UX design, Katie Dill is at the forefront of the user experience landscape. Dill attends various UX conferences throughout the year, and publishes a range of fantastic videos on YouTube. 

You can find blogs and articles from Katie published on the web; however, you’ll be able to get the most input from her by following Katie on her Twitter account. 

6. Khoi Vinh 

Khoi Vinh is one of the most friendly and unique UX bloggers and influencers on the market today. He knows how to talk to people in a way that’s interesting and engaging – even about more complicated topics in UX design. Vinh is a principle designer at Adobe, and he has his own podcast called Wireframe. However, he still finds time to keep his followers engaged on Twitter. 

Over the years, Khoi has worked as a Design Director for Etsy and the New York Times. Vinh also wrote a book called “Ordering Disorder” which examines grid principles in web design. According to Fast Company, he’s one of the most influential designers in America. Additionally, Khoi has a brilliant blog where you can check out all of his latest insights into UX design. 

7. Cory Lebson

Cory Lebson is a veteran in the world of web design and user experience. With more than 2 decades of experience in the landscape, Cory has his own dedicated UX consulting firm named Lebsontech. Lebson and his company concentrate on offering UX training, mentoring, and user experience strategy support to customers. Cory also regularly speaks on topics regarding UX career development, user experience, information architecture and more. 

Cory is an excellent influencer to follow on Twitter, where you’ll find him sharing various UX tricks and tips. You can also check out Cory’s handbook on UX careers, or find him publishing content on the Lebsontech blog too. 

8. Lizzie Dyson

Another amazing woman in the industry of UX, Lizzie Dyson is changing the experience landscape as we know it. Although she’s a relatively new figure in the web design world, she’s recognized world-wide for her amazing insights into the world of web development. Lizzie also helped to create a new group specifically for women that want to get involved in web design. 

The Ladies that UX monthly meet-up welcomes a community of women into the digital landscape, helping them to learn and expand their skills. Lizzie regularly publishes content online as part of Ladies that UX. Additionally, she appears on the Talk UX feed – an annual design and tech conference held for women around the world. 

9. Chris Messina 

Chris Messina is a product designer and a technical master who understands what it takes to avoid disappointing your users. With more than a decade of experience in the UX design landscape, Messina has worked for a variety of big-name brands, including Google and Uber. He is best known as the inventor of the hashtag!

Chris is a highly skilled individual who understands the unique elements that engage customers and keep people coming back for more on a website. You can see Chris speaking at a selection of leading conferences around the world. Check out some of his talks on YouTube or track down his schedule of upcoming talks here. Chris also has a variety of fantastic articles on Medium to read too. 

10. Elizabeth Churchill

Last, but definitely not least, Elizabeth Churchill is a UX leader with an outstanding background in psychology, research science, psychology, artificial intelligence, cognitive science, human interaction with computers and more. She knows her way around everything from cognitive economics, to everyday web design. Churchill also acts as the director of UX for Google Material Design. 

A powerhouse of innovation and information, Churchill has more than 50 patents to her name. She’s also the vice president of the Association for Computing Machinery too. When she’s not sharing information on Twitter, Elizabeth also has a regular column that you can tune into on the ACM Interactions magazine. 

Who Are You Following in 2020?

Whether you’re looking for inspiration, guidance, or information, the right influencers can deliver some excellent insights into the world of web design. There are plenty of thought leaders out there in the realm of user experience that can transform the way that you approach your client projects. You might even discover a new favourite podcast to listen to, or an amazing series of videos that help you to harness new talents. 

Influencers are more than just tools for digital marketing; they’re an excellent source of guidance for growing UX designers too.

 

Featured image via Pexels.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

Design can make a statement. It evokes feeling and can encourage thought and conversation. That’s the common theme among the three trends in website design this month.

Each trend is rooted on the time and place where we live and includes elements that provoke thought. Kudos to these designers and design teams for jumpstarting conversations. Here’s what’s trending in design this month.

1. “Taking a Stance” Design

From social to environmental issues, design projects are echoing the sentiments of their audiences and organization in a way that take a stance on an issue.

Once taboo, this is becoming increasingly used as a technique for brands who are no longer worried about turning off a certain segment. The goal is to rally the core audience and people who feel the same way about an issue or cause.

There’s also a secondary thing happening here. Some designs aren’t really position based, but use imagery and language that resonates with a movement to associate with that feeling.

Never Heart uses “Join the Revolution” and a dark image with a heart to tug at your feelings. It can help create an association to a cause that you believe in without stating that cause directly. The design feels strong and inviting while making you feel like part of something.

Skye High uses “powerful” twice in the headline to convey a particular messages to women. The agency is looking to work with “powerful” women. It’s a timely statement and message that could resonate with a lot of business-women at various levels of their careers.

Discovered Wildfoods is a brand that is rooted in sustainability. The corporate model and responsibility of the brand shows through in the website. This type of design helps connect people with mutual feelings to the brand and products.

It’s refreshing to see more websites and brands embracing social causes and issues. It can be tricky for a number of reasons. But for some brands, it pays off.

2. Abstract Art Elements

If you are worried about a lack of images, or not sure how to portray images in an appropriate way due to the worldwide pandemic – groups or not, masked or not – abstract art elements can be the solution.

Widely used for startups and apps, more abstract design elements are everywhere. It’s an easy way to create strong visual interest without photography.

The most common use of abstract art elements is often in the form of geometric shapes with animation. This is something that almost anyone can understand and simple shapes and movement can be quite stunning when done well.

The good news is this aesthetic can work for almost any type of website. Try it for a redesign when you don’t have photography that feels appropriate in the current environment or if you want to create focus for content that drives website visitors to the words or scroll. This works with more abstract concepts when they are simple and help you move quickly from the visual to text.

Here’s how each of the examples handles abstract art elements:

Indicius uses bouncing circles that move toward text and down the screen to drive users to the headline and scroll action.

With Code uses a fun fuzzy circle with different animations to draw you in.

Appimized uses bright color and a monotone scheme with geometric shapes to sell its services.

3. Images That Make You Think

This might be the most visually interesting, and thought-provoking, website design trend we’ve seen in a while. These designs all feature images with a little something different or unusual that make you think.

There are a lot of different ways to do this – marry photographs and illustrations, create imaginary imagery, animations or effects, visual tricks that play on depth perception or create pseudo-3D effects.

The commonality is that the visual is so striking and unusual that website visitors stop and engage with the design. What do the “oddball” visuals mean? What message do they convey? How did they do that?

All of the questions could be associated with this different style of visual representation.

Bling uses a combination of a photo with illustrated animated elements to draw the eye. The yin and yang between reality and fantasy is quickly evident and makes you want to know more. (It doesn’t hurt that the animation uses dollars and lightning.)

Kibun is interesting because the photo choices create an optical illusion of depth. It matches the content of the design well because the website features artistic textile panels with an artistic design. The illusion is in the angles and coloring of photographs and their placements on the screen. The only downside of this design is that it loses the artistic panache on mobile because the images stack.

Oddball images can sell. We Are Mad stands out because it uses a contrived image, but doesn’t go oversized with it. The more subtle placement is ideal and arguably more attention-grabbing.

Conclusion

Website design can be a powerful thing, as these trends and examples show. Don’t discredit the power of choices in color, imagery, animation, and text when creating a digital experience. Design can mean a lot of different things depending on the audience as these examples show.

At the same time, these design trends are powerful and meaningful. They provide context into our world, our time, and our feelings. Don’t be afraid to experiment and make a statement with your design work. Just remember to keep in mind all potential impacts (positive and negative) before taking the project live.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot