Articles

Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain

Alors que les collaborateurs commencent à abandonner progressivement cette longue période de travail à distance et à retourner sur leur lieu de travail, les entreprises se demandent à quel moment et de quelle manière il convient de le faire en toute sécurité. Il s’agit d’une tâche essentielle et d’un nouveau défi pour tous, tant pour les employés que pour les responsables des ressources humaines (RH).

Tout d’abord, la santé ainsi que le bien-être des collaborateurs et de leurs familles sont en jeu. Deuxièmement, il existe des risques commerciaux que les employeurs peuvent ne pas prendre en compte, allant du respect de la vie privée au non-respect du règlement général sur la protection des données (RGPD).

Aux États-Unis, par exemple, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont récemment formulé des recommandations détaillées pour améliorer la sécurité dans les immeubles de bureaux, notamment en contrôlant les températures et les symptômes. Par ailleurs, l’Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) des États-Unis continue de réviser ses lignes directrices aux employeurs afin d’équilibrer le respect du Americans with Disabilities Act (ADA) et des CDC.

Cette situation peut être éprouvante pour n’importe quelle organisation. Nombreuses sont celles qui choisissent d’adopter une longue période de travail à distance avec des horaires flexibles. Les entreprises qui sont implantées dans plusieurs régions se trouvent dans des phases et des environnements très différents. De l’Asie à l’Europe, certaines régions se montrent plus agressives en matière de déconfinement.

La première recommandation que j’adresse aux clients qui envisagent de faire revenir leurs employés au travail en toute sécurité est de commencer par un plan qui intégrera les processus RH. Pour aider les clients de tous les secteurs et de tous les pays à gérer cette transition, SAP a publié les principales mises à jour de la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits Management ainsi que l’application partenaire Guardian by AlertEnterprise.

Une technologie SAP tournée vers l’avenir pour un lieu de travail sûr et sain

Au lancement, la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits avait un cas d’utilisation particulier, comme en témoigne son nom. Cependant, en travaillant avec ses clients pour étendre ses capacités, SAP a découvert de nombreux cas d’utilisation autour du suivi des certificats, des licences, des justificatifs et de bien d’autres choses encore qui sont particulièrement pertinentes aujourd’hui. Grâce à cette solution, les utilisateurs peuvent désormais contrôler le processus visant à faire revenir les employés au bureau tout en automatisant l’application de politiques complexes et évolutives en matière de santé et de sécurité liées au COVID-19 pour mieux protéger les personnes.

En quoi ces outils sont-ils utiles ?

Pour assurer un retour au travail sûr et sain, voici une approche en trois étapes qui vous permettra de démarrer.

Préparation

Grâce à la solution SAP SuccessFactors Visa and Permits, soutenez le déconfinement tout en minimisant les risques, et gérez les procédures de santé et de sécurité qui encadrent le retour au travail des collaborateurs.

  • Prévoyez pour vos collaborateurs un moyen sûr d’envoyer les documents, comme une preuve de certificat numérique de santé ou des justificatifs, avant leur retour au travail.
  • Suivez les coûts du dépistage. Les fonctionnalités de libre-service permettent aux utilisateurs de remplir et de soumettre des documents afin de réduire le travail manuel.
  • Gérez les renseignements médicaux sensibles des collaborateurs. Par exemple, les lignes directrices de l’EEOC précisent que l’ADA demande que les renseignements médicaux concernant un employé soient stockés séparément du dossier personnel de l’individu afin de limiter l’accès aux informations confidentielles. Autrement dit, au lieu de stocker les nouveaux renseignements médicaux dans SAP SuccessFactors Employee Central, ces informations peuvent être gérées dans SAP SuccessFactors Visa and Permits, ce qui contribue à la fois à sécuriser les données et à protéger les collaborateurs.
  • Réduisez le risque d’encourir de lourdes sanctions financières, comme le non-respect du RGPD en matière de « traitement de catégories particulières de données à caractère personnel ». Respectez les réglementations légales supplémentaires et les règles en matière de confidentialité des données, comme la Health Insurance Portability And Accountability Act ou HIPAA.
  • Configurez les processus de notification, d’approbation, de renouvellement et plus. Les tableaux de bord fournissent un aperçu de la conformité, et les actions en temps réel permettent aux entreprises de gérer en toute confiance leur personnel dans un environnement en constante évolution.
  • En ce qui concerne l’intégration, les entreprises ont la possibilité de simplifier le processus d’embauche afin de traiter les formalités administratives le plus tôt possible pour que les nouveaux collaborateurs puissent commencer à travailler.

Prévention

Faites revenir le personnel non essentiel au bureau en toute sécurité grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Access Governance.

  • Contrôlez le nombre de personnes dans les locaux, gérez l’accès aux sites qui sont temporairement saturés et autorisez de nouveaux modes de travail par roulement
  • Prévoyez un système d’autodéclaration et d’autoattestation avec un rétablissement contrôlé de l’accès au lieu de travail déterminé par la politique. Par exemple, les employés et les visiteurs peuvent s’autoévaluer et vérifier s’ils ont de la fièvre, si quelqu’un dans leur foyer a été déclaré positif au COVID-19, etc.
  • Gérez les contrôles d’entrée au site grâce au libre-service pour les contrôles préalables, comme les contrôles de température, avec l’application de politiques et la gestion de l’accès.
  • Mettez en place des systèmes de badges et de sécurité pour gérer l’accès à l’espace de travail et contribuer à l’application des politiques de l’entreprise, comme avec le retrait automatique de l’accès.

Détection

Minimisez les risques permanents grâce à la solution AlertEnterprise Health & Safety Intelligence Tracker et protégez votre lieu de travail.

  • Utilisez les analyses pour suivre les personnes qui ont été exposées au COVID-19 ou qui pourraient l’être. Cette technologie permet de suivre une infection suspecte ou confirmée et de détecter les personnes ainsi que les zones susceptibles d’avoir été exposées au virus.
  • Déterminez les zones exposées pour les mettre en quarantaine ou les assainir. Les zones à haut risque peuvent alors être désinfectées, et les personnes à haut risque peuvent se voir retirer leur accès de sécurité.
  • Prenez des décisions à partir de données concrètes, comme les niveaux d’exposition, les cartes thermiques de localisation, et d’autres analyses de santé et de sécurité.

En ce qui concerne le déconfinement, les clients comprennent qu’il ne s’agit pas de revenir au travail comme si de rien n’était. Ils savent que le déconfinement ne se résume pas à choisir une date pour ouvrir les portes et à distribuer du gel hydroalcoolique. En cette période d’incertitude, ils veulent apprendre à préserver la santé, la sécurité et la sûreté de leurs collaborateurs et clientèle.

Si chacun doit jouer son rôle en assumant une responsabilité personnelle, les employeurs peuvent ouvrir la voie à un retour au travail sûr et sain.

 

Imran Sajid est le directeur international de la gestion du capital humain pour SAP SuccessFactors.

Publié pour la première fois en anglais sur news.sap.com

The post Préparer, prévenir, détecter : comment les employeurs peuvent assurer un retour au travail sûr et sain appeared first on SAP France News.

Source de l’article sur sap.com

Branding 101: Choosing the Right Business Name

When starting a new business (or even venturing into the world of freelancing for the first time), there are some really big, important steps you have to take.

Step #1 is choosing the right business name for your brand identity.

Your business name isn’t something you can casually choose either — especially if you have lofty long-term goals for your company. It’s not as though you can’t change the name down the road, but that comes with a ton of work and will require you to rebuild pretty much everything all over again: your visual brand identity, your reputation, and your SEO…

So, it’s a good idea to spend time choosing a business name that’s going to work for you now and long into the future.

Today, we’re going to go through the process of how to name your brand. These questions will have you thinking beyond just “What name do I like the sound of?” and have you more focused on important questions like “What is my unique value proposition?”.

Let’s get started:

How to Name Your New Business

For those of you considering taking the easy way out and using a business name generator tool, let me show you why that’s a bad idea:

This is a list of business names suggested to me when I told the generator that my business is related to “design”:

  • Design
  • Normal Design
  • Regional Design
  • Design Partner
  • Design Stock

Even the more unique names on the list are unusable; they have no connection to me personally or to the kind of business I plan to start.

This is why it’s so important to sort out your brand identity and make sure you pick a business name that resonates with you, and your target audience. To do this yourself, answer the following seven questions:

1. What Services Will You Provide Or Products Will You Sell?

The one thing that name generators get right is including a descriptive word related to your business. That way, it doesn’t take an actual visit to your website or a look through your portfolio to figure out what you do.

Even if you have a very niche specialty, sum up your offering in one or two words. For instance:

  • Web design
  • Digital design
  • Design & development
  • UX design
  • Graphic design

Unless you run your business through your own name (which I’ll talk about shortly), your business name should include a simplified version of your offering in it.

2. Who Is Your Target User Persona?

A user persona is a fictional character created using the demographics and psychology of your ideal customer or client. You can use Hubspot’s Make My Persona generator to create a card that documents these details:

Once you sort out who you serve, what makes them tick, and how it fits into the bigger picture of their business, you can better pitch your solution to them.

For instance, Joanna above is a real estate agent and owner whose primary goal is to capture leads and generate sales. You know how effective a real estate website can be for improving an agent’s visibility online and streamlining how they earn money.

So, including words in your business name that speak to that persona as well as their goals might be really useful.

Just keep in mind that web designers don’t always commit to one niche or stick with the same niche over the long run. So, you might not want to make your business name too specific to an industry (e.g. “Real Estate Design Solutions”) and more related to higher level themes and goals.

3. What Are The Names Of Your Top Competitors?

Do you know who your main competitors will be upon entering this space? If not, now’s the time to look them up.

When it comes to business names, you want to see if you can identify common threads among them. Perhaps they use puns or include location-specific descriptors. Or they just stick with the names they were born with.

While you don’t want to come off as a copycat, you can imbue your business name with a similar theme or tone if it’s proven to be successful with your shared audience. 

4. What Makes You Different?

Every business has a unique value proposition (UVP) — something that sets them apart from everyone else in the space. What’s yours?

Do you operate within a large metropolitan area where your prospective clients’ industry is booming?

Did you previously work in the industry for which you now build websites?

Are you an SEO expert who builds enterprise websites that rank?

In business, it’s good to be different — so long as it benefits your clients.

If you have a particular UVP that’s going to make you stand out, you’re going to use it everywhere to market yourself — your website, social media, sales pitches, etc. So, you might want to consider using a unique keyword from it within your business name.

5. Where Do You Envision Yourself In Five Years?

No one’s future is set in stone. However, if you’re seriously thinking about starting a new web design business, you have some ideas about where you want to go with it:

  • Do you like the idea of being a lifelong freelancer or digital nomad?
  • Would you like to operate your own design agency?
  • Do you have aspirations to build and sell website products, like plugins, themes, or UI kits instead?

If you expect to pivot your business at some point, be careful about choosing a business name that paints you into a corner. Keep it broader so that prospects don’t have to wonder what it is you really do.

And if you plan on scaling your business beyond yourself, using your own name might not be the best idea. You’ll want clients to associate the brand name with your agency, not with you specifically.

6. Will Your Business Name Be Easy To Remember?

At this point, you have some business names brewing. So, now we need to look at the more technical aspects of naming your brand.

Here’s what you need to do.

a. Write down no more than three to five business names you like.

For example:

  • Honeymooners Web Design
  • Charles Murphy Design & Development
  • FoREver Websites
  • SOLD Web Design Agency

b. Mash each name into one long lowercase string. Don’t include any punctuation.

For example:

  • honeymoonerswebdesign
  • charlesmurphydesignanddevelopment
  • foreverwebsites
  • soldwebdesignagency

c. Are any of the names difficult to read? Too long? Do any of them cause confusion and look like they mean something else?

If so, get rid of them as a matching domain name won’t work. Or, if you absolutely love them, fix the name so it’s clear, readable, and short. For instance:

charlesmurphydesignanddevelopment becomes charlesmurphydesign or just charlesmurphy.

7. Does The Name You Want Already Exist?

It’s a good idea to have a backup name in case you discover that the name you want already exists. Due to trademarking issues as well as possible confusion for your clients, you’ll want to avoid using a name that overlaps with or is the same as any other company (in or outside of web design).

Do a Google search for the business name you want to use. Check out the top 10 search results to see if there are any other matches.

You’ll also want to test out the domain name. Go to Domain.com and run your business name string through it:

You have a few options if this happens:

  1. Choose a different top-level domain (e.g. .tech, .io, .design).
  2. Use an abbreviated version of your business name  (e.g. solddesignagency.com).
  3. Move your backup business name to the front of the line and see if it’s available.

It all depends on how attached you are to the business name you’ve chosen. Just make sure that any changes you make to it (like shortening the domain name or using an alternate TLD) doesn’t cause confusion for prospects who look you up online. You don’t want them confusing someone else’s domain name for yours if business name and domain name don’t line up.

Choosing a Business Name Is Just the First Step…

Once you’ve settled on your business name, share it with a few people you trust. They’ll let you know if you’ve totally missed the mark or if it’s something you should be excited to run with.

As soon as you’re 100% sure it’s the right name, buy the domain name and register your company. Then, it’ll be official!

Of course, this isn’t the end to branding your new business. In our next Branding 101 post, we’re going to look at the next step: How to create the visual identity for your business.

Stay tuned!

 

Featured image via Pexels.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

The Latest Research for Web Designers, August 2020

While a lot of the research for web designers that’s come out this year has to do with COVID-19, we’re starting to see a light at the end of the tunnel. Many of these reports aren’t just looking at the effects of the pandemic on business and marketing today. They’re now looking at what consumers plan to do once the pandemic is gone.

So, I have some very interesting research for you here today. Three of the reports have to do with coronavirus side effects — pertaining to ecommerce, market research, and freelancing — and one of them is just a really great argument against using PDFs on websites.

1. The Digital 2020 Survey Says Ecommerce Growth Will Continue Post-Coronavirus

Obviously, everyone is paying close attention to COVID-19’s impact on the world. For the purposes of the work you do as a web designer, you should be clued into what it’s doing to the business and marketing fields. Because, if those opportunities dry up or companies begin to pivot, you need to be ready to adapt.

The Digital 2020, a joint monthly report from we are social and HootSuite, brings interesting news about the state of ecommerce thanks to COVID-19.

Because the pandemic has forced consumers indoors, online shopping has increased. But, according to about half of those surveyed for this report, this isn’t some temporary solution. They plan on doing more online shopping even after the pandemic ends.

This means that web designers are sitting in an enviable position now and for the foreseeable future. If you’re not already helping businesses sell through their websites, now is the time to do so as more and more businesses are going to need reliable online stores to sell their offerings through.

2. eMarketer Shares Data on Social Listening

When conducting research at the beginning of a design project, what kinds of sources do you turn to for quick and reliable information? Your client provides you with information on their business, industry, and the competition, of course, but what else?

You can conduct user surveys and interviews, but those take time and resources. It also usually means working with clients who have existing businesses and user bases to tap into. Unless you’re working as a UX designer where that’s a big part of the work you do, you might not have the ability to do that level of research.

As reported by Gartner (via eMarketer), leading marketers are now learning about their target audiences through the following channels:

Thanks to the surge of traffic online right now, social listening platforms have become really useful resources for learning about one’s users, with 51% of marketing leaders using them.

If you feel as though your initial research and planning phases could use a boost, I’d recommend taking advantage of one of these social listening tools now.

If you build websites for a specific niche, you can set up keywords/hashtags that are universally relevant to (most of) your clients. By listening in on these conversations regularly, you can become more attuned to what the visitors of your websites actually need and you can proactively build better experiences for them as a result.

3. Upwork Reports Increasing Numbers of Freelancers Entering the Market

The main focus of the Upwork 2020 Future Workforce Report is on how employers are changing their approaches to hiring now and in the near future. And the basic premise is this:

  • It’s long been predicted that more and more of the workforce would be allowed to work remotely.
  • COVID-19 has escalated those predictions to the point where most of the workforce is remote right now.
  • Businesses see the value in remote work arrangements, especially if it enables them to get work done more quickly and cost-effectively by freelancers.

While this is certainly great news for web designers looking for new clients, the report also provides us with this data:

64% of professionals in the top of their field work independently. That statistic alone means you’re up against some tough competition. But there’s also the 50% rise in signups on freelancer marketplaces that should have you worried.

Even though business demand for freelance talent is growing, this unprecedented rise in freelance competition may pose some problems. So, if you’re not already doing everything you can to position yourself as the web designer in your niche, get going on that now so you don’t get drowned out by the rising number of competitors.

4. NNG Says That PDFs Are Unsuitable for the Web

While I don’t have statistics to share with you from the Nielsen Norman Group’s post on why the PDF is “Still Unfit for Human Consumption”, I do have a ton of usability arguments against them that are worth summing up here:

  1. PDFs are written in the style of print documents, which means that strategies we use to design content on websites — like making a page scannable and accessible — don’t apply.
  2. They’re not designed to be as concise or attractive as a web page.
  3. They don’t operate like a website, which disrupts the seamless experience you’ve worked so hard to create when one is opened up from your site.
  4. The website navigation disappears and any sense of orientation (besides the browser “Back” button) goes out the window.
  5. There’s no way to build an internal navigation in a PDF document, save for internal linking or a table of contents.
  6. If they’re formatted for paper sizes, scrolling through them can be difficult for mobile users.
  7. They load more slowly the bigger they get, so unless it’s something like a small and optimized menu, expect visitors to wait for the download to appear.

And those are just the arguments that came from NNG’s researchers. Take some time to read through real user complaints about PDFs and you’ll never want to include one on a client’s website again.

Wrap-Up

Thankfully, the research for web designers and marketers is finally starting to move away from the confusion and speculation we saw a lot of earlier this year.

Just as with anything we do on the web, the more time you give it, the more data you can collect. And, luckily for us, the data suggests that there’s a pretty positive outlook for web designers if they position themselves the right way now.

 

Featured image via Unsplash.

Source


Source de l’article sur Webdesignerdepot

La création de l’Inclusion en milieu de Travail pour les Personnes Handicapées

Les personnes handicapées sont confrontées à des défis spécifiques, lors de la saisie de la main-d’œuvre. Selon l’organisation des Nations Unies (ONU), dans les pays en développement, 80 à 90% des personnes en âge de travailler handicapées sont au chômage. Dans les pays industrialisés, le taux de chômage des personnes handicapées est au moins le double de ceux qui n’ont pas de handicap. Dans certains pays, il devrait être aussi élevée que 50 à 70 pour cent.

Cette grande inexploité main-d’œuvre crée des opportunités pour les organisations – l’accès à de nouveaux viviers de talents et d’engager des personnes qui apporte des points de vue de leurs équipes. Comme beaucoup de diversité et d’inclusion des sujets, le vrai changement nécessite délibérée des cotisations à un milieu de travail inclusif de la culture. Accenture a constaté que les sociétés avec des haut de l’insertion des personnes handicapées sont deux fois plus susceptibles d’avoir plus de rendement total des actionnaires par rapport à leurs pairs. En outre, les entreprises qui ont amélioré leur inclusion des personnes handicapées, au fil du temps, sont quatre fois plus susceptibles d’avoir rendement total des actionnaires qui se démarquent de leurs pairs.

Définition d’une Fondation

Soixante-dix pour cent de handicap non visible
Vous pouvez penser que vous n’avez pas quelqu’un dans votre équipe ou dans votre milieu de travail qui a un handicap, mais les chances sont que vous faites. Avec de nombreux handicaps être nonvisible, il est important de ne pas faire de suppositions. Plutôt, de créer un milieu de travail inclusif où chacun peut se connecter et de contribuer.

Apprendre le jargon
Les mots sont importants, et il est important d’avoir une compréhension de base lors de la communication avec ou à propos des personnes handicapées. La plupart des individus préfèrent personne comme première langue, ce qui signifie qu’ils identifient comme une personne et ayant une déficience. Par exemple, au lieu de dire “personne sourde”, vous pouvez dire “quelqu’un avec la perte de l’audition” ou “quelqu’un qui est sourd”. Chacun de nous est différent et a des préférences individuelles, donc si vous n’êtes pas sûr, demandez à la personne.

Rencontrer et de saluer
Au moment de l’introduction de quelqu’un avec un handicap, de leur serrer la main, ou les salue toutefois vous le feriez avec n’importe qui d’autre. Si la personne est aveugle, verbalement identifier vous-même et les autres autour de vous. Si la personne est accompagnée par un interprète ou un fournisseur de soins, de parler directement à la personne handicapée.

Demander d’abord
Vous pouvez voir une occasion d’aider quelqu’un avec un handicap – l’ouverture d’une porte, de guider quelqu’un vers le bas d’un couloir, ou de modification de l’éclairage dans une pièce. Au lieu de supposer que la personne a besoin d’aide, demandez-leur si vous pouvez les aider et d’attendre que l’offre soit acceptée. Ils connaissent leurs capacités meilleurs. Aussi, demandez avant de toucher un appareil ou d’un animal qui peut être utilisé pour de l’aide. Un chien-guide peut être en mode de travail et votre interaction pourrait interférer avec la capacité du chien à guider en toute sécurité de la personne.

Nous sommes tous juste de vivre nos vies
Tout le monde est différent et a sa propre personnalité et de ses besoins. Si vous avez rencontré une personne avec un handicap, c’est exactement ce que vous avez fait, rencontré une personne avec un handicap. Ne présumez pas que la prochaine personne avec un handicap, vous rencontrer a les mêmes préférences. Posez des questions lorsque vous ne connaissez pas et d’apprendre de chaque personne que vous interagissez avec.

Quelqu’un n’est pas d’inspiration parce qu’ils ont un handicap
Une personne est une source d’inspiration si ils ont accompli quelque chose de grand, avec ou sans handicap. Même si votre intention peut être gratuit, appeler quelqu’un “d’inspiration” ne peuvent être prises que de dénigrer. Si personne ne fait l’éloge vous pour voyageurs se rendant à une réunion d’affaires, pourquoi gush plus de cela pour quelqu’un d’autre?

Votre Impact dans la Création d’un milieu de Travail Inclusif de la Culture

Fournir un contenu accessible
Utilisez la fonction de l’accessibilité aux dames de s’assurer que ceux qui sont malvoyants ou aveugles peuvent consommer le contenu. Si vous fournissez des copies papier de documents, assurez-vous d’avoir une version électronique vous permet de le partager. Ajouter le sous-titrage et l’audio-description pour les vidéos.

Réévaluer les événements l’équipe de
Si votre équipe moral événements n’ont pas changé en une décennie, il peut être intéressant de regarder de plus près. Nous avons tous probablement entendu parler des “bro culture” et d’éviter de l’équipe de liaison des événements qui sont centrées autour de l’alcool, mais avez-vous également considéré comme l’accessibilité de vos événements? Par exemple, c’est l’espace physiquement accessibles pour quelqu’un ayant une mobilité réduite? L’activité inclure un environnement avec des lumières et des bruits forts que quelqu’un sur le spectre de l’autisme pourrait être sensible?

Mettre en œuvre inclusive réunion de pratiques
Préréglage de l’ordre du jour et partager des ressources à l’avance. Ceci n’a pas seulement l’efficacité de l’entraînement et de la collaboration, mais elle crée également de l’inclusion. Les individus auront plus de temps pour traiter l’information et d’être prêt à contribuer. Vous pouvez également envisager d’autres moyens pour quelqu’un de s’exprimer verbalement, l’ajout d’un commentaire sur le document, par messagerie instantanée, ou après la réunion en une seule conversation.

Supprimer les obstacles dans le processus d’embauche
Si vous êtes un recruteur ou gestionnaire d’embauche, d’évaluer l’accessibilité de votre processus de demande. Si vous êtes à profit pour interviewer un candidat, examiner les objectifs de vos questions. Qu’essayez-vous évaluer? Est-il une autre manière de poser la même question que peut-être le plus inclusif? Par exemple, une commune de la technique d’entretien est de demander à un candidat pour expliquer un concept particulier de l’enquêteur, comme s’ils étaient un enfant. L’intention est susceptible d’évaluer les connaissances du candidat du concept — peuvent-ils briser le concept en facile-à-comprendre les pièces? Cependant, au lieu de mettre en valeur le candidat de l’expertise sur le sujet, il peut être sans le savoir, dépistage de talent, car il évalue leurs compétences en communication, plutôt que de leur expertise sur le sujet.

Découvrir votre propre risque de biais
Nous avons tous des préjugés, y compris certains que nous ne réalisent même pas que nous avons. En savoir plus sur les biais implicites en prenant de l’université de Harvard Handicap Test d’associations Implicite et le blocage de 15 minutes sur leurs calendriers à réfléchir sur les résultats.

Évaluer votre organisation du handicap de l’équité
Handicap:EN fournit une compression à l’outil d’analyse comparative pour l’insertion des personnes handicapées. En savoir plus ici.


Devan Vaughn est directrice de la Diversité et de l’Inclusion et de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise chez SAP, d’Accord.
Cette histoire est initialement paru sur le SAP Accord des salles de rédaction.

Source de l’article sur SAP News Center